Texte à méditer :  confused "Il y a deux mondes: un monde caché et un monde révélé. Mais ces deux mondes ne forment en réalité qu'un seul monde." Rabbi Ele'azar


   
Présentation

Fermer 1.0 Projet Université Gnostique

Fermer 2.0 PUG - Projets

A propos du site
Les enseignements
Gnoses d'aujourd'hui
Gnose historique
Livres gnostiques
Auteurs gnostiques
Gnose & sciences
Gnose & littérature
Gnose & Philosophie
Gnose et danse
Gnose et musique
Gnose mondiale
Gnose & société
Vidéos
Le cycle d'antioche - Le cycle d'antioche

« Le Cycle d’Antioche »
(Cycle de l’assimilation temporelle)

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Mots clefs: trois cycles de l’assimilation : organique, psychique et causale. Cycle de l’assimilation temporelle. Qu’est-ce que le temps ?  Qu’est-ce que la vie ? Les trois bases du temps. Ontochronie. Lithogenèse. Ontogenèse. Science qualitique. Théorie des Qualita.  Moteur de l’évolution. Moteur de la vie. Intelligence artificielle. Cognition : mentale, intuitive, causale. Zoom cognitif. Dynamique universelle. Référentiels mathématiques. Minkowski. Einstein. Rapports espace-temps. Intelligence. Vitalisation. Vitalité. Vie. Cycle circadien. Sommeil. Prana. Entropie. Néguentropie. Positentropie.

PLAN

 

Résumé :

Pourquoi les lois de la physique, et leurs bases mathématiques, sont-elles inadaptées à la l’exploration des processus biologiques et à l’élaboration d’authentiques sciences cognitives ? Nous allons tenter, ici, de refermer le cercle gnostique en réunissant, dans une même théorie, la Tradition hindoue, la Tradition chinoise, la Tradition hébraïque, la Grèce classique, et la Science moderne.

 

Introduction :

Une couleur est-elle soumise à la gravitation ? Le premier réflexe consiste à répondre « oui, évidemment ! ». Et, pourtant ? Ce n’est pas si simple. Une couleur n’est pas un objet physique. Kant a parfaitement séparé la notion de phénomène de celle de noumène. Une couleur est une impression subjective secondaire, certes, à un phénomène objectivable, mais, elle est, incontestablement, du domaine du noumène.  Un noumène, en soi, est-il soumis à la gravitation ? Dans l’état actuel de la science, il est difficile d’apporter une réponse juste.

La physique du 20ème siècle tendait à répondre « oui, sans hésitation ». Il semble bien que la physique du 21ème siècle s’oriente vers une autre direction. Depuis peu de temps, les Physiciens ont découvert un nouvel état de la matière qu’ils appellent un « plasma de quarks et de gluons », dont les principaux caractères sont qu’ils apparaissent à très haute température, qu’ils sont dans un état appelé « plasma » ; cet état ne correspond plus à l’état corporisé de la matière ; qu’ils ne possèdent plus de masse ; qu’ils induisent ce que les Physiciens appellent un « effet coloré  interagissant avec le milieu ambiant », et surtout qu’ils induisent (notons bien les termes, très inhabituels pour des Physiciens) une « résonance à charme caché », et une « résonance à beauté cachée ». Quelle révolution dans les conceptions ! Si les Physiciens deviennent des artistes, ils vont finir par comprendre le secret d la vie. 

Définition extraite d’une Encyclopédie : Un « gluon » est particule élémentaire dont l'échange entre deux autres particules caractérise l'interaction nucléaire forte. De masse nulle, neutre électriquement, cette particule de moment angulaire intrinsèque (ou spin) égal à h/2p, où h est la constante de Planck, est l'équivalent du photon dans la théorie de la chromodynamique quantique. Il porte une charge dite « de couleur » qui peut prendre huit valeurs différentes.

Notons que dans cette définition est subordonnée à la constante de Planck. Mais, … il est possible d’aller, encore plus loin dans l’exploration, c’est à dire au delà du mur de cette constante de Planck. Notons également que « 8 » correspond à .. une « octave » (sept notes pythagoriciennes d’une gamme déterminée, plus la première note de la gamme suivante). Ce qui compte, ce sont les trois « bases » de la colorimétrie « Rouge-Vert-Bleu » en lumière directe, ou « Jaune-Magenta-Cyan », en lumière inversée par la réflexion, sur une feuille de papier ou un écran.

L’auteur des présentes lignes va au delà des Physiciens actuels. Je pense que la réponse à la question « une couleur est-elle soumise à la gravitation ?», est : « oui parfois, mais non, d’autres fois ». Je suis persuadé qu’une « im-pression » subjective peut (en partie) être indépendante des phénomènes extérieurs. Elle peut avoir une provenance métaphysique (au delà des limites de la physique). Les nombreux rapports d’expériences de mort imminente (EMI en français, NDE en anglais) tendent à confirmer qu’un noumène n’est pas soumis aux conditions des lois de la mécanique, (cartésienne et-ou quantique).

Comment cela se peut-il ? L’ensemble des connaissances humaines est formatée, dans notre petite enfance, par ce que les Psychologues appellent la « construction du schéma corporel ». Or …

  • Les caractères du schéma corporel sont actuellement dictés par les lois et schémas des mathématiques qui la soutiennent. On parle de référentiel galiléen ou aristotélicien, puis de référentiel minkowskien, qui a permis à Einstein d’établir les Théories de la Relativité restreinte, puis celles de la Relativité, dite Générale. Toutes ces théories, ainsi que leur fondement mathématique, reposent sur une vision .. exclusivement corporelle .. de notre schéma de vie.
  • La science ne comprend pas, encore, le principe de la vie, alors, elle est contrainte d’occulter qu’il puisse exister un « moteur de la vie», une façon … d’animer …, de les … vitaliser. les « objets organiques ». Elle s’est contentée de séparer la chimie en deux catégories : la chimie minérale, et la chimie organique. La science croit que c’est l’organisation évolutive de cette chimie organique qui « fait naître la vie ».

Pourquoi en est-elle rendue à ne conserver que le regard mécaniste (classique ou quantique) des Etres vivants , alors que depuis six mille ans toutes les grandes philosophies enseignaient que l’homme n’était pas qu’un objet inerte, mais un sujet doué de vitalité ? La science, exclusivement matérialiste, aurait-elle induit une formidable régression culturelle ?

Comment la science moderne définit-elle l’énergie ?  [ E= mc2]. Un noumène possède t-il une masse ? Non, bien sûr. Un noumène ne serait donc pas une énergie ? Ce n’est pas si simple. Observons le théorème de Mme Noether, qui a servi à Einstein pour l’élaboration de sa Théorie de la relativité restreinte : « À toute transformation infinitésimale qui laisse invariante l'intégrale d'action correspond une grandeur qui se conserve ». Nous avons sous les yeux les bases du « tout exclusivement quantique », qui nous ouvrent deux pistes :

  •  Intégrale … d’… action ;
  • …// … une  … grandeur !

Et, voilà, nous avons trouvé, le lieu, et l’objet du délit !

  • Un noumène n’est pas du domaine de l’action ;
  • Il n’est pas, non plus, du domaine du « seulement quantique » ; ce n’est pas une grandeur, mais une qualité. Il ne se « mesure pas » (les mesures sont spécifiques aux variations des bases spatiales) ; il se compare sur une échelle qualitative de valeurs ; c’est un potentiel, qui se calibre, par rapport à une échelle de différences de potentiels qualitiques, par rapport à une différence d’échelles d’étalonnage.

L’objet du présent texte est de tenter de comprendre la logique qui différencie une cellule vivante, de la même cellule, quelques instants après sa mort.  Le problème posé est-il de l’ordre de la biochimie ? Notre réponse sera « non » ; il est de l’ordre des mathématiques.

Attaquer d’emblée un problème « méta…. physique » (au delà de la physique)  avec les seuls arguments des Métaphysiciens serait inéluctablement voué à l’échec. La science n’est pas prête à accepter l’idée que le mental est une énergie, en elle même, dont les bases mathématiques sont différentes de celles de la mécanique quantique. Nous allons donc utiliser une transition, un tampon ; nous allons placer un transformateur cognitif, dans notre présent essai. La science nous apprend que notre vitalité dépend du cycle d’assimilation organique qu’elle appelle le « Cycle de Krebs ». Nous allons voir, qu’en fait, notre vitalité organique, donc, physique, dépend de deux cycles :

  • le premier est constitué par un cycle de chimie organique que l’on peut découvrir dans  les éprouvettes d’un laboratoire.
  • Le second ne peut fonctionner que chez les êtres vivants. Il ne peut plus s’observer en éprouvettes. C’est le « cycle circadien de la boucle sommeil-éveil ».

Ce faisant nous allons essayer de mettre en lumière le mécanisme du moteur biologique qui alimente notre vitalité. En répondant à la question « quel est le moteur de la vie ? », nous établirons un lien entre la physique et la métaphysique.

La science a su différencier la chimie minérale de la chimie organique. Nous allons reproduire la même comparaison, mais, en utilisant, cette fois, les lois de la physique. Nous allons comparer un ensemble, mort, biologiquement organisé, de matière organique, avec le même ensemble, vivant, organisé de la (apparemment) même matière organique. 

Selon, nous, (ce n’est donc qu’une théorie) il y a une différence fondamentale entre :

  • Les caractères mathématiques d’un champ électromagnétique, que nous allons appeler « minéral, ou organique mort » et celles,
  • d’un « champ vitalisé », que nous allons appeler « organique vivant ». Une cellule vivante se comporte ontologiquement en irradiant un champ de l’ordre logique des champs électromagnétiques, mais dont les caractères sont différents des champs induits par un câble électrique minéral.

En dégageant les différences basiques entre ces deux types de champs, nous auront une chance de pouvoir étendre le processus de la vie, à un étage ontologique plus haut, soit au mental, domaine des .. noumènes, objet de notre question du départ. « Un noumène est-il une énergie, en lui même ? ».

 

B ]  Inadaptation à la biologie de la « boîte à outils, actuelle, des Mathématiciens ».

Les Mathématiciens « dé-signe-nt » (repèrent un signe) ce qu’il appellent une unité d’espace-temps (un quantum) grâce à un référentiel. Jusqu’au dix-neuvième siècle l’outil mathématique utilisé s‘appelait le référentiel galiléen, ou aristotélicien. Nous l’avons tous découvert durant nos études secondaires. Vers la fin du XIXème siècle plusieurs Mathématiciens ont compris que cet outil mathématique n’était plus suffisant. Monsieur le Professeur Minkowski a écrit un nouveau référentiel, dit « minkowskien », que nous avons découvert au début de nos études supérieures. Il a pour spécificité d’introduire une quatrième variable : une pseudo base temporelle. Ce système de repérage est « à la base » de la notion « d’espace-temps ». Mais, cette pseudo base ne prend en compte qu’un ensemble de dérivées ultimes de ce que nous allons appeler, ici, la « fonction temporelle intégrale ». Laquelle fonction temporelle possède ses variables spécifiques, et donc, son système de référence tri-basique propre.

C’est l’objet même du présent texte : déterminer les trois bases du « Cycle de l’assimilation temporelle », que nous avons appelé le « Cycle d’Antioche ». Ce sont des enseignements qui datent de six mille ans qui vont nous mettre sur la voie. Les Vedas parlent de « trois .. modes .. temporels »

  • Le mode "tamas", qui correspond au monde de la physique. (Phénomènes)
  • Le mode " rajas", qui correspond au monde de la psychologie. (Noumènes)
  • Le mode "sattwa ", qui correspond au monde des causes primordiales (Causalité)

Nous allons voir que ces trois "modes" constituent, en fait, les trois .. bases mathématiques, les trois … variables mathématiques, de ce qui devient « la fonction temporelle intégrale ».

La quatrième base du  référentiel de Minkowski ne serait alors, qu’une béquille utile aux « seuls mécanistes » ? Elle prétend régler le paradoxe de ce que Einstein a appelé, par la suite, la « Relativité temporo-spatiale ». 

TempsMinkowski

Lorsque l’on intègre la « ligne d’écoulement temporaire », même « relativisée », la fonction temporelle intégrale révèle, sans le moindre doute possible, qu’un « passé absolu », et à plus forte déraison, un « futur absolu » ne peut pas « Etre ». La fonction temporelle intégrale ne peut que se conjuguer au « Présent » (relatif, certes, mais au présent tout de même). Les notions de passé et de futur sont le résultat de l’illusion induite par le fonctionnement du mode cognitif, très frustre, qu’est le mental. Prétendre "photographier le temps, c’est le tuer" !

Comment peut-on permettre à une personne, dont la cognition (la prise de conscience) de que ce qu’il croit connaître du temps et, donc, des rapports espace-temps a été déformée durant toute la durée (et non tout le temps) de ses études, n’est que le résultat d’une illusion mentale, religieusement cultivée en entretenue par un enseignement scolaire caduque ?


«  Le pseudo temps que l’on apprend à l’école, n’est pas du temps authentique ! ».


Au chapitre [ Z : Yesod ] nous allons entre-ouvrir la vraie porte, du vrai temps, en utilisant l’enseignement de la Tradition hébraïque. Il y est dit que si le résultat de la prise de conscience du moteur de la temporelléité intégrale (la dynamique universelle) est symbolisée par un grand navire en marche, Yesod, (que nous avons appelée, ici, le Cycle d’Antioche) en serait la salle des machines. Ce que nous percevons de ce navire ce n’est que :  le déplacement, cran par cran, appelé « dt », par les mathématiciens, et comparable aux crans des rouages des anciennes horloges mécaniques, des unités de mouvement circulaire de l’aiguille du dynamomètre qui mesure les montées en pression, de la poussée hydraulique, fournie par le moteur. Nous ne sommes que le mécanicien (quantiste) coincé dans la salle de surveillance des machines, qui ne voit ni la route suivie par le Commandant, ni encore moins les paysages traversés par le navire, et offerts aux passagers. Quand aux petits déjeuners servis, le mécanicien ne sait, même pas, qu’il y a un restaurant à bord du navire, dont il surveille les déplacements de l’aiguille du cadran ; déplacements qu’il appelle naïvement  : « le temps ». Il l’appelle ainsi  parce que son Chef (mécanicien exclusivement quantiste) lui a enseigné qu’il fallait impérativement l’appeler ainsi pour avoir son « Bac-à-lauréat » (sic) donc, pour avoir … son permis de travail.

En fait, le référentiel de Minkowski n’est bien qu’un outil de mécanique qui, en Biologie, devient du « plâtre sur une jambe de bois ». Il ne permet pas de comprendre l’intégralité de la vraie relation entre le temps et l’espace, qui seule permet la dynamisation d’un support vivant : la vitalisation. C’est un est référentiel pseudo-euclidien, qualifié de « à 4 dimensions. ». Il manque donc un troisième référentiel pour expliquer les lois spécifiques à l‘authentique « Bio – logie ».

Quand on a étudié (longtemps) la métaphysique hindoue, on obtient la certitude qu’il ne peut pas y avoir  .. quatre ..dimensions ! C’est un non sens métaphysique, fruit d’une illusion cognitive. Un voyageur dans un train, dont les fenêtres sont fermées, ne peut pas « voir » la relativité du déplacement entre le train et le paysage traversé. Son espace-temps lui semble immobile. Minkowski voyage dans un train mathématique dont les fenêtres temporelles sont ..fermées ! Il ne perçoit et ne met en formule que les « toum toum » des changements de rails.

Ce « pansement de mécanique matérialiste » est utile aux calculs ne concernant que des objets provenant du monde soumis aux lois de la physique. (Ce qui n’est pas le cas d’un noumène). Mais, dès que l’on aborde le vivant, le pansement tombe, et révèle le suintement de la gangrène sous-jacente. Le référentiel de Minkowski est un scalpel de médecin légiste ; c’est un  outil de …« mécanicien » ( ! ), qui ne peut disséquer que … du cadavre. C’est une .. clé à molettes, qui ne sert qu’à tordre, à dilater, ou à comprimer l’espace ; mais, il n’introduit pas un « rapport temporel authentique ». C’est un outil mathématique que l’on ne peut utiliser que pour faire … de la mécanique. L’authentique biologie, (lois du vivant) n’est pas de la mécanique.

Les Physiciens ne … mesurent que  l’énergie dégagée lors de « l’amortissemennt temporel » Ils ne mesurent que de l’énergie … « réfléchie », ….  sur la matière. Ils se contentent de ne « mesurer » (sic) que des enregistrements secondaires de dégagements d’énergie. Par assimilation à une « auto-mobile », ou pourrait dire qu’ils se contentent de ne mesurer que la quantité (quantum) d’énergie, exprimée exclusivement et seulement, en joules, qui se diffuse dans les freins, lorsque la trajectoire du véhicule est ..  « a-mort-ie ».

Prétendre que la quatrième base, inventée par Minkowski, .. introduit la relativité temporo-spatiale est une « inverse de litote », soit, une « hyperbole linguistique ». La litote consiste à dire le minimum aux fins d’exprimer le maximum. Ici, on prétend exprimer le maximum, (l’introduction d’une dynamique temporelle), qui se résume, dans la réalité, au minimum  : un outil mathématique, rudimentaire, qui ne peut servir qu’à des « exclusivement quanticiens mécanistes ». 

Les Scientifiques (et, ici, nous pensons aux Biologistes) ne savent pas, en effet, « qualifier » l’énergie  directe, (non réfléchie, sur et par, la matière). Ils ne savent mesurer et quantifier qu’un reflet de l’énergie consommée sur le miroir de la matière ; ils ne connaissent pas le principe premier, non réfléchi, de cette énergie.

La circulation d’une énergie ne peut provenir que d’une différence entre deux potentiels. Les Physiciens n’examinent que le potentiel le plus bas, celui de la matière corporisée, celui du monde de la physique.

Lorsque l’on a assimilé la philosophie des Vedas, on s’aperçoit que pour comprendre le principe de l’énergie, il est nécessaire de regarder simultanément (comme dans une lunette astronomique), par les deux bouts de ce qui est la « lunette cognitive ». Il est nécessaire de regarder le bout, qui se trouve devant l’objectif, mais, aussi,  le bout de l’oculaire, soit le bout du sujet qui observe.

Les Védas expriment cela en disant qu’il est nécessaire de comprendre les flux qui s’écoulent entre les espace-temps qui s’expriment en « mode sattwa », et ceux qui s’expriment en « mode tamas ». Les deux bouts sont alors « mis en relation » ; c’est cela la vraie et seule .. relativité.

La cognition de la  relativité induite par le référentiel de Minkowski est le fruit d’une illusion : c’est la  cognition, « pervertie », de la personne qui ne peut se « référer » à l’espace traversé, lorsque les fenêtres du train en mouvement sont fermées.

Un noumène est une « énergie en soi », qui ne se quantifie pas en joules. Sa spécificité est d’être beaucoup plus qualitique que quantique. Si la science est parvenue à écrire la "Théorie des Quanta", aucun Mathématicien n’a encore réussi à écrire la "Théorie des Qualita". Et, pourtant il faudra bien l’écrire pour qu’un ordinateur puisse enfin faire de l’authentique simulation d’auto-intelligence. (sans griller ses transistors). Je rigole, en imaginant Einstein, avec la tour Eiffel sur la tête, en lieu et place de ventilateur : "j'mettrais bien la clim ..!".

 

EinsteinEiffel

Nous avons un espoir lorsque l’on entend un Physicien, du 21ème siècle, parler de "résonance à charme caché, et de résonance à beauté cachée". Nous sommes ..au bout du creusement du tunnel ; on commence à apercevoir … la .. lumière. (autre que « seulement physique »). Ah ! ces petits « gluons », comme ils nous sont sympathiques ! On passe de la télé en noir et blanc, à la télé en couleurs, basées sur .. une harmonique des trois bases temporelles exprimée par le système tri-basique : « Rouge-Vert-Bleu ». L’impression octavique perçue par les Physiciens n’est encore qu’une illusion (moindre). La colorimétrie de type pythagoricienne est architecturée selon le modèle de l’octave, cependant son système est septénaire, à triple, ... "bases" : Do-Mi-Sol (dit « accord parfait », en musicologie).

Mozart n’utilisait pas la logique de Bool pour composer ses symphonies. (« Toum, Toum  relatif », du train mathématique de Minkowski). Comme tous les Génies, (In –  Geniere), il utilisait … la logique du solfège colorimétrique, ouvrant sur sept clés d’ouverture de gammes, comportant un double système logique (trois bases spatiales réfléchissant l’inertie, dynamisées par trois bases temporelles .. authentiques, impulsant la dynamique.). Le mot le plus important concerne, évidemment, la logique de la « réflexion ».  Or, … le langage courant est, à ce sujet, inducteur d’une formidable illusion cognitive. C’est cette illusion culturelle qui a induit la myopie  dans le regard que Mr le Professeur Minkowski posait sur les "rapports espace-temps".

Avant de nous lancer dans l’exploration du « cycle circadien » qui alimente en vitalité, comprenons comment travaille notre outil cognitif, notre « ordinateur neurologique ». Faisons, un peu de psychologie.

 

C] Les deux boucles cognitives du mental : «  effectrice et affectante ».

Si, en anatomie, tous les neurones se ressemblent, en neurophysiologie, le neurone du troisième ordre de logique, sis dans l’hémisphère cérébral, n’a pas la même valeur (qualitique et non quantique ) que celui du second ordre de logique, sis dans la moelle épinière, ni que celui du premier ordre de logique, l’effecteur périphérique (celui qui déclenche la contraction musculaire, par exemple). Lorsque l’on dort, le neurone du troisième ordre est mis hors fonction ; le neurone du second ordre (moelle) prend le relais et envoit au neurone périphérique un ordre de contraction, ce qui induit des décharges musculaires … « an-archiques » (non respect de la hiérarchie  … « qualitique » !).

Même à ce simple niveau physiologique la chaîne de communication neuronale n’est pas quantique, elle est qualitique ! Deux neurones vivants (++) savent différencier l’ordre de valeur spécifique à chacun d’entre eux. Il y a, entre leurs potentiels d’efficience respectifs, une différence mathématique … d’ordre  ! Si le hardware support de la chaîne est de type quantique, son software est de type logique non plus arithmétique, mais, pythagoricienne. Tout, ce qui véhicule la vie fonctionne sur ce schéma, qui n’est plus du domaine de la mécanique seulement quantique.

Les lois de la Biologie ne se réduisent pas à celles de la Physique.

L’étude de la vie devrait être réservée à celles et à ceux qui savent faire la différence entre quantité (phénoménologie), et  qualité (nouménologie). Un corps de cadavre est anatomiquement architecturé selon des règles quantiques ; la vie qui circule à travers le même corps, encore vivant, est hiérarchisée selon un mode de logique pythagoricienne. Cela fonctionne par changement d’ordres qualitiques, comme des marches d’escalier, dont les hauteurs entre deux marches, seraient variables, mais, mathématiquement prédéfinies. Leur variabilité est réglée selon les différences de rapports déterminés par Pythagore, et qui sont à la base du solfège musical. Tous les Biologistes savent que tout processus vivant fonctionne par « franchissements de seuils », dont le support (hardware) est quantique, tandis que le résultat psychologique (software) est qualitique.

En psychologie ont dit : « la sensation (premier ordre), n’a pas la même valeur que la perception (second ordre), ni que la cognition mentale (troisième ordre) ».

Quel est le mode cognitif utilisé par la quasi totalité des Humains ? C’est le mode dit « mental », qui se décompose en :

  • Mental-pensé, qui véhicule la raison,
  • Mental-senti, qui véhicule le sentiment.

Comment ce mode fonctionne t-il ? Il utilise la hiérarchisation neuronale sus décrite, à trois ordres de software ; hiérarchisation, qui s’articule, donc, sur trois relais neuronaux de hardware, de l’édifice cognitif. Il est fonctionnellement organisé en « boucle », qui va de l’intérieur de l’humain (domaine des noumènes subjectifs, sis dans l’étage central des hémisphères cérébraux), vers l’extérieur (domaine des phénomènes objectifs, sis à la périphérie, dans le monde bien connu des Physiciens, que l’on appelle le monde "soumis aux lois de l’action et de la réaction". )

L’humain possède donc deux voies cognitives :

  • La voie de l’Effect, qui met en relation le monde extérieur avec notre mental pensé.
  • La voie de l’Affect, qui met le monde extérieur en relation avec notre mental-senti.

Chacune de ses deux boucles possède une phase centrifuge (du dehors objectif, vers notre intérieur subjectif), et une phase centripète (de notre intérieur subjectif, vers le dehors objectif).

 

C-1 ] La Voie de l’EFFECT utilise le système nerveux cérébro-spinal

C-1-a ] centripète :

  • Sensation (stade du neurone périphérique)
  • Perception (stade du neurone intermédiaire de la moelle épinière)
  • Cognition mentale (stade du neurone central hémisphèrique)

C-1-b] centrifuge :

  • Conception (stade central)
  • Mise en tension Transmission (stade intermédiaire)
  • Action (stade périphérique)

C-2 ] La Voie de l’AFFECT utilise le réseau du double système nerveux sympathique

C-2-a ] centripète :

  • Emission par un tiers (stade périphérique)
  • Transmission (stade intermédiaire)
  • Réception-émotion (stade central)

C-2-b] centrifuge :

  • Imagination (stade central)
  • Sensibilisation (stade intermédiaire)
  • Végétativation (stade périphérique)

Notre cognition mentale est architecturée à partir de deux boucles qualitiques.  Ce  qui ce qui caractérise ce mode cognitif  (seulement mental) est que ce système ne peut fonctionner que « en alternance ». C’est, soit la boucle effectrice qui fonctionne, soit la boucle affectante ; mais, ces deux boucles ne peuvent pas fonctionner simultanément. Cela se traduit par le dicton bien connu : « Le cœur a des raisons que la raison ne connaît pas, et, .. inversement ». Ce dicton n’est valable  - que - pour le « mode cognitif mental ». Nous verrons que le propre du mode cognitif appelé  « l’intuition créatrice », est d’intégrer mathématiquement (en faisant un changement de rapport de bases) les résultats cognitifs des deux voies effectrices – et – affectantes.

Cette architecture a été particulièrement bien comprise par le Psychanalyste C.C. Jung, qui a décrit les racines profondes et subconscientes de ces deux aspects, à travers notre « animus » (cognition effectrice), et « anima » (cognition affectante).

 

D ] Notion de « Zoom cognitif ».

  • Le premier constat qui saute aux yeux, est que la boucle cognitive est organisée comme une lunette optique ; elle a deux bouts, un bout nouménal, que nous appellerons « l’oculaire cognitif » (œil mental), et un bout  phénoménal, que nous appellerons « l’objectif du domaine connu ».
  • Le second constat est que le mental est, ontologiquement, un mode cognitif spécifique au règne .. animal, et non  humain ! ! ! Il est vrai que les Biologistes ne savent pas encore faire la différence entre un humain et un animal (cf : la maladie des prions de la 3ème génération, qui est une signature qualitique de la barrière des règnes).

NB : L’ontologie est, la science (logos), des états, ou des possibilités, d’Etre (ontos). L’un de ses objets est donc de différencier, puis, de hiérarchiser les différents modes cognitifs accessibles aux humains. Il y a de cela six mille ans, l’humanité a eu de formidables experts en ontologie : les rédacteurs des Upanishads, et des textes védiques. Il y a, dans ces textes, de véritables trésors cognitifs.  

  • Le troisième constat est une conséquence du second ; le mode mental est un outil cognitif aussi frustre en  vision cognitive, que ne sont les yeux d’une taupe, en vision ophtalmique. Il écrase .. la musique temporelle, en la dérivant, soit, en la projetant sur une feuille de papier, donc en faisant une réduction des bases temporelles, ce qui a pour effet d’induire l’apparition, factice, de l’axe de l’écoulement temporel assimilé à une somme arithmétique de « dt ». Ce faisant, le mental, ainsi illusionné, décrète, .. "il n’y a qu’une seule gamme temporelle" : l’unique axe des « dt fixes et constants ». Cet axe, devenu linéaire, car projeté, correspond à l’absorption de la dynamique temporelle par l’inertie de l’espace, que l’on appelle « l’a-mort-issement temporel ».
  • Le quatrième constat est que le fruit du mental-pensé s’appelle la « ré-flexion ». Nous retrouverons cette notion à la fin du présent texte en comparant la "lumière froide" (morte), et la "lumière chaude" (vivante).
  • Le cinquième constat  est que  la science occidentale a inversé le sens du mot : « Ré-fléchi ». Notre intelligence voudrait que l’on « co-naisse » la conscience sise dans la partie la plus noble de la boucle cognitive, donc la partie la plus intégrée mathématiquement, soit, la partie nouménale. Les Scientifiques ont choisi de ne « re-co-naïtre » .. qu’exclusivement les objets qui se trouvent dans la partie la plus grossière, la partie des phénomènes. Pour prendre une image, ils se mettent l’objectif de la lunette astronomique dans l’oeil, et disent, « oh, .. nous ne voyons vraiment pas grand chose ! » ..et, pour cause, ils mettent leur appareil cognitif, à l’envers. Le mental fournit, ontologiquement, une « vision cognitive de myope », mais, le mental, « à l’envers » …débouche sur la Théorie du « Tout exclusivement quantique ». Cf : Théorème de Mme Noether.

On n’a plus le temps … de « voir le temps » !

Pourquoi les hirondelles qui s’alignent en automne sur les fils électriques, ne sont-elles pas électrocutées ? Parce que, si une partie de leur corps (leurs pattes) est en contact avec la ou les phases, aucune partie de leur corps n’est en contact soit avec le neutre, soit avec la terre (la mise à la masse). Le courant ne les traverse donc pas.

Hé, bien, c’est du même ordre de logique pour la cognition. Pourquoi les Scientifiques ne parviennent-ils pas à comprendre qu’elle est le support mathématique de la logique d’un noumène ?  Ils s’appuient sur le référentiel de Minkowski ; … qui est qualitiquement  .. un canard boiteux ! (même s’il est utile quantiquement ; une jambe de bois est utile ; la vie, la « bio – genèse », nous en offre de … beaucoup plus belles ! )

Le problème majeur des Scientifiques vient du fait qu’ils n’ont pas de point de repère neutre. Ils sont « dans .. le système clos, qu’ils essaient de décrire ». Résultat : le dogme mathématique de la science d’aujourd’hui, « le Cantique du Quantique  », ne couvre pas l’intégralité de la bande passante de la vie.

Il manque quelque chose d’essentiel aux mathématiques actuels.

Pour qu’un circuit électrique alternatif puisse fonctionner, il faut une différence de potentiels entre un potentiel élevé correspondant à la (monophasé) ou aux, phase(s) (triphasé), et un potentiel bas (correspondant au neutre). Le potentiel établi entre le neutre et la mise à la terre est une sécurité, qui permet d’éviter les méfaits d’un courant résiduel parasite.

A  cause de l’exclusivité, et donc, de la généralisation à la Biologie, des Théories de la Relativité Générale, la vision  des Biologistes et des Cogniticiens est comparable à une alimentation électrique qui ne serait connectée qu’entre le « neutre et la terre ». Ce défaut dans le circuit cognitif a pour effet de les rendre suffisamment aveugles pour qu’ils ne puissent pas comprendre le principe de la vie. Ils ignorent où se trouve la ou les phases actives ; ils ne parviennent donc pas à expliquer comment notre intelligence nous connecte « aux phases », et encore moins, bien sûr, où se trouve la centrale électrique. Ils voient l’ampoule s’allumer, et disent « Oh ! .. de la lumière vient de naître dans l’ampoule ! » (cf : IRM). Alors, on croit avoir trouvé la source de l’intelligence, et, on essaie de la faire venir de cette petite lumière (sans succès bien sûr) en alignant (quantiquement) des chaînes, des suites, des paquets, et des boucles, de petites « Bool, de bits » !

A en croire certains Psychologues, convertis « au dogme de l’exclusivement quantique », bientôt, les Radiologues vont pouvoir lire nos pensées ! (Sic). Heureusement qu’il y a le secret médical ! Les Toubibs, vont, devenir les nouveaux confesseurs : « Ego te absolvo ! ». 

« Cantique du Quantique », quand tu nous tiens, tu nous tiens bien ! Pour un Cogniticien, le cantique est le suivant : « l’intelligence … sort de la matière, par une hiérarchisation aléatoire, due au hasard ». Autrement dit, le dogme des Cogniticiens, exclusivement quantistes, est :

« Le Qualitique sortira bien, un jour, ou l’autre, du quantique » ! (sic)

Croire que l’intelligence provient de la structuration de la matière organisée (donc du monde de la phénoménologie) équivaut à croire que c’est le potentiel correspondant au « neutre » qui fait tourner le moteur électrique d’une machine à laver. Or, la plupart des Scientifiques croient à cela ! Au nom de ce dogme, on ose, hier, découper le cerveau de Lénine en tranches, aux fins de tenter d’y découvrir la ou les structures anatomiques inductrices de son génie, et, on ose, aujourd’hui, réduire l’amour à une simple secrétion de neuro-stimulants. C’est aussi peu logique que de déclarer qu’une speakerine est rayonnante de bonheur, …. parce que notre écran de télévision reçoit un surplus de ddp. Le monde occidental est de plus en plus dépressif ; "pas de problème, fabriquons des télévisions qui fonctionneront en tri-phasé (330 volts) .. ça va doper l’économie mondiale". (sic).

Il ne faut pas en rire ; c’est cela le fondement du dogme actuel de la science occidentale, qui ne repose que sur la formule  [E = exclusivement mc2]. Augmentez la masse, vous obtiendrez un surplus d’énergie ; augmentez l’énergie, vous remplirez les rayons des supers marchés, donc vous supprimerez la cause de la dépression généralisée, et vous lutterez contre la progression inquiétante du nombre de suicides chez les adolescents. (sic)

Une société dont le dogme consiste à « castrer les Etres de leur  vitalité », est une société qui adopte le culte de l’autolyse. C’est vrai à l’Orient (Kamikases), au Moyen orient (bombes vivantes), et maintenant en Occident (suicides physique et cognitif (drogue) des jeunes, .. sans espoir, sans … « différence de potentiel vital »). Un jeune ne peut pas vivre en ne branchant son intelligence que sur le « neutre ». Il lui faut .. une phase active, soit, un idéal à vivre.

Les  « physico-chimico-neuro-bio-psycho  .. logues » en sont rendus à affirmer que le software est fabriqué par le hardware et que c’est la quantité du silicium de « Big Bull » qui a battu Kasparoff aux échecs (sic). Lorsque des ingénieurs parviennent à construire un robot qui ressemble à un chien,  qui fait « waff, waff », quand son propriétaire rentre à la maison, ou à fabriquer une poupée qui dit « maman je t’aime », quand on l’assoit dans son lit, ont-ils transférés de l’auto-intelligence, à ces objets de mécanique, seulement quantique ? « Non, non, et absolument  non ! ». Il faut arrêter de nous raconter des histoires en prétendant que les Neurologues sont (presque) parvenus à lire les pensées d’animaux supérieurs ou d’humains, en faisant des IRM, et que les Chimistes parviennent à "sentiment-aliser" en utilisant des neuro-stimulants. De tels propos sont de l’ordre de l’escroquerie intellectuelle. Envoyez du 220 volts sur un écran cathodique, vous y verrez de la lumière (pas longtemps) ; aurez-vous pour autant créé un studio d'enregistrement ? Heureusement que nos "transistors cérébraux" sont plus solides que ceux des téléviseurs. Un enfant de dix ans sait, désormais, que son ordinateur ne fonctionnera que si un concepteur de logiciels a implanté un programme, dans la mémoire. Il sait qu’il aura beau augmenter la fréquence de son processeur, il ne rendra pas son ordinateur plus intelligent, pour autant. L’intelligence ne se ..mesure .. pas en joules !

Un tel dogme est sans conséquence en physique, puisqu’il ne concerne, alors que des objets inertes. Mais, appliquer ainsi les méthodes utilisées en physique, à la Biologie revient  à commettre un crime contre la vie, et l'appliquer aux sciences cognitives revient à condamner les ordinateurs à n'être que des machines dénuées de toute possibilité de pouvoir auto-intellctif.

Mesdames et Messieurs les Biologistes, et, vous, les Psycho-Cogniticien(ne)s, vous auriez intérêt à prendre des cours de latin ; vous y découvrirez la différence entre « primum movens » (principe inducteur du mouvement), et « ultimum moriens » (résultat voué à l’a-mort-issement). Vous comprendriez que ces deux « états » ne sont pas du même « ordre qualitique » : , ils ne sont pas ni exclusivement arithmétiques, ni exclusivement quantiques, ni donc soumis à des secrétions chimiques. La logique qui met en rapport ces deux états d’Etre, ne peut pas être booléenne. Cessez, s’il vous plaît, d’utiliser les « scalpels de nécrologues fournis par les Physiciens et les Biochimistes ... de chimie organique inerte, car, dénuée de vitalité », et comprenez que la biologie n’est ni « un petit jeu de mécanique, seulement quantique, ni un jeu que l’on reproduit dans un laboratoire de chimie organique ». Ce que vous décrivez n'est pas du domaine de l'authentique biologie, c'est de celui de la "biotique". (à ne pas confondre avec de la "bio-éthique"). Vous êtes des "Biotologues", et non, des "Biologistes", puisque vous ignorez quel est le principe de la vie (de la "vitalisation").

Les Neuro-scientifiques sont des chimistes, et non des Psychologues ; ils sont donc des Quanticiens, (à la limite de « mécaniciens »), et non des Qualiticiens. En mettant leurs prélèvements dans leurs éprouvettes, ils ont découvert que l’amour modifiait les secrétions de neuro-stimulants (dopamine, nor-adrénaline, ocytocine, et sérotonine).

Plus votre voiture roule vite, plus le courant qui passe dans l’allumage électronique est important ; c’est donc cet afflux d’électricité dans votre moteur qui est ..  « La .. source !! de votre plaisir ! ». (sic). Il faut être, au moins, « Docteur …   S ... !! sciences », pour proposer de telle âneries ; surtout, lorsque l’on n’a pas la moindre notion de ce qu’est la psychologie. Pour un neuro-bio-chimiste, la psychologie c’est de la « littérature, du roman, pour faibles mentaux » ; (sic) ; par contre, la biochimie, ça, c’est du costaud ; c’est de l’incontestable, puisque on peut la reproduire dans des éprouvettes ! Alors « on » trouve normal (toujours lorsque l’on n’y connaît rien en psychologie) d’écrire des livres, en comparant l’amour à une « addiction ». Les amoureux, … pas de problème ; ce sont des .. drogués. Il va falloir proposer d’établir des « contrôles d’amour », lorsque l’on conduit sa voiture ; au même titre que lorsque l’on a pris de l‘alcool et-ou du haschich. Cela pourrait être dangereux pour les tiers !  « T’es amoureux !! six points en moins sur ton permis de conduire ! .. tu vas devoir subir un stage de trois jours (au moins) de rééducation civile ». Si t’es amoureux, que tu as bu trois coupes de Champagne, et que tu as fumé un joint, alors, là, c’est, douze points pour, au moins, trois ans ! (le temps que l’addiction amoureuse ait disparue ; il paraît, que cela ne dure pas plus longtemps !). Si, en plus tu as eu un orgasme .. là, c’est retrait du permis, à vie !

Quelle .. tristesse ! Dire, qu’aujourd’hui, nos Législateurs confient la gestion de la survie de la Terre à ces gens là : des ... "nécrologues qui confondent amour, et tubes à essais". Où est-il le temps où le Shah Jahan, (le coeur privé d'ocytocine), faisait construire pour son Aimée, Muntaz Mahal, le "Taj" qui portait son nom ? Aujourd'hui en remettant à la nouvelle Mère, son bébé, on ne lui dit plus, "il est mignon", en pensant (silencieusement, dans sa barbe) : "il est un peu mégrichon" ; on lui dit : "tenez, Madame, voici deux kilos, et demi, d'un ensemble de protéines, de glucides, à qui il manque, au moins, dix pour cent de bon .. cholestérol ". (Parce que l'on a besoin de ... "bon" .. cholestérol !). Y a pas à dire ; c'est, .. vraiment, ... beau ... la science ! La "résonance du charme et de la beauté", elle est encore, .... sacrément bien cachée !

Ne voyez-vous pas que l’humanité est en train de mourir des "abus de position dominante" de la « Théorie de la relativité générale » ? Ce n’est pas la tour Eiffel, qui est sur la tête d’Einstein ; c’est la, (feu) centrale nucléaire de Tchernobil.

 

E ] Qu’est-ce que la Conscience  ?

L’étymologie de ce mot va nous révéler sa signification. « Con » est un « conjonction » latine qui signifie  « avec », soit, « faire la jonction avec avec ». De quelle jonction s’agit-il ? Toute la question est là !

  • La science répond « con – science ? non, non, pour nous, « La Science nous auto-suffit » ; La Science adopte une attitude qualifiée en Psychologie de « perversité narcissique » ! Le « crédo » de « La Communauté scientifique » est « nous n’avons besoin de nous con-joindre à rien, ni à personne ; nous nous auto-satisfaisons, nous préférons ..  rester  … entre … célibataires de La Cognition ; nous sommes les meilleur(e)s, nous sommes les plus beaux, et nons méprisons souverainement quiconque ne fait pas partie de notre "Communauté des Seigneurs du Savoir"Un tel comportement est à la limite d'une forme mineure de "schyzophrénie de caste".
  • Les métaphysiciens de l’Inde ancienne étaient beaucoup plus sages ; ils avaient  compris que pour se « con-joindre », il faut être deux, et que de cette union allait naître une nouvelle « entité civile : un couple .. d’espace-temps ».

Comment pourrait-on être « con-scient » des variations temporelles d’un couple « espace-temps », quand on nie que la fonction temporelle repose sur un système mathématique de variables spécifiques ? (De type pythagoricienne)

La science définit le temps en introduisant, dès le départ, une relativité par rapport aux bases spatiales, dans la relation qu’elle cherche à définir. La science met des oignons dans la soupe, et, lorsque la soupe est cuite, elle déclare, avec fierté : « ma soupe est relative à l’oignon ! ». Bein, oui, … Minkowski en a mis dans .. la recette de départ ! Bravo la .. « Relativité Générale » ; il fallait vraiment .. l’inventer ! C'est le chien qui se mord la queue, et qui tourne en rond, en espérant qu'il va aller plus vite que ses puces.

Quels sont les trois sommets du triangle cognitifs qui permettent « l’Im-Pression de la con-science » ? Ce sont les trois … bases de la fonction temporelle intégrale. Essayons d’en dégager les trois « temps », les trois "tempo", les trois « modes …de relations d’espace-temps ». (Sattwa-Rajas-Tamas).

Pour le comprendre observons que l’ensemble de l’univers fonctionne comme .. notre tube digestif. L’univers est un unique Etre vivant qui possède trois modes d’Etreté, articulés sur trois « Cycles d’assimilation », au même titre que notre dynamisme organique s’articule autours du cycle d’assimilation de chimie organique appelé le "Cylce de Krebs". Chacun des trois « modes » possède son « Cycle d’assimilation ».

Le temps, est un tube digestif ontologique ;
organisé en trois cycles, fondés sur ses trois bases mathématiques.
Il catabolise, puis ré-anabolise,
en fonction d’un système de sept diapasons ontologiques
réglés  sur les lois de la logique pythagoricienne.

Pour le comprendre (« cum – prendre ») mathématiquement, il est nécessaire de mettre en place un troisième référentiel, qui ne soit plus tri-basique (Aristote), ni, quadri-basique (Minkowski), mais « hexa-basique », dont la dynamique sera calquée sur la représentation symbolique de l’Etoile de David, « cum – posée » de deux triangles interpénétrés, mis en « relations mathématiques » :

  • Le tri basique pointe en bas représente les trois bases temporelles qualitiques (Do-Mi-Sol)
  • Le tri basique pointe en haut représente les trois bases spatiales quantiques (x-y-z).
  • La fonction intégrale s’articule au centre du système, soit au centre de la Croix temporo-spatiale.

Dans la Kabbale hébraïque, ce « centre mathématique de mise en fonctions, s’appelle Tiphereth ».
La « fonction temporo-spatiale intégrale » engendre deux voies :

  1. la première, globalement dérivative, correspond à la genèse des couples espace-temps individualisés.
  2. la seconde, globalement intégrative, correspond à l’onto-genèse des sept plans universels. (Evolution)

 

F ] Illusion de la « notion de relativité ».

  • Comment Mozart écrivait-il une symphonie ? Il utilisait un mode cognitif que les Psychologues appellent le « mental ».
  • Comment Mozart concevait-il ses symphonies ? Il utilisait un autre mode cognitif, que les Psychologues appellent « l’intuition créatrice ».
  • Comment Mozart révait-il ses symphonies, avant de les concevoir ? Il utilisait un troisième mode cognitif rare, mais bien connu des  personnes qui ont vécu ce que l’on appelle la « EMI » (« expérience de mort imminente), soit, « NDE », en anglais, (« near death experience »).
  • Comment un couple ordinateur plus imprimante écrit-il une symphonie ? Il le fait en utilisant la mémoire des intelligences combinées des concepteurs d’ordinateurs (hardware) et des concepteurs de logiciel de traitement de texte (software).
  • Comment le même couple conçoit-il les mêmes symphonies ? Il ne conçoit, pour le moment, rien du tout. Les ordinateurs ne sont pas, encore, « auto-intelligents ».
  • Comment les scientifiques conçoivent-ils, actuellement, la cognition animale et humaine ? Il croient ( à tord selon nous) que la gymnastique cognitive, permise par un cerveau animal ou humain, repose sur la seule logique connue actuellement des informaticiens.
  • L’auteur de ces lignes croit que cette logique est une combinaison d'une logique pseudo-différentielle, (à prédominance de variables spatiales) et d'une logique de type pythagoricien (à prédominance de variables temporelles), et non de type seulement mathématiquement linéaire (comme l’est le binaire). Notre cerveau n’utilise pas l’algèbre de Bool pour fonctionner, il utilise le calcul pseudo différentiel, il analyse (dérivées) et intègre (intégration), en faisant des changements d’ordre qualitatifs, (comme en musique), et non pas seulement du calcul exclusivement quantique. Il … fait des changements .. d’ordre de valeurs. Ces changements d’ordres se retrouvent dans les principes de la neurobiologie, qui fonctionne par « franchissement de seuils », donc par changement d’ordre et de niveaux de potentiels
  • Comment cela se peut-il ; et,  pourquoi la Science ignore t-elle toujours les mécanismes de cette logique cognitive? La science … ignore ce qu’est la « fonction temporelle intégrale ». Elle a défini sa seule base temporelle  en la relativisant par rapport à  des bases … spatiales  (des mètres) ! Elle mesure (sic) le temps (donc elle se contente de le quantifier, sans le qualifier) avec un …  "chrono …. mètre" !  C’est foncièrement aberrant ! Le temps authentique est la source de toute la dynamique universelle dont un des aspects est la vitalisation du monde biologique. Tant que les Scientifiques n’accepteront pas l’idée que le temps repose sur une fonction mathématique reposant sur un système de trois bases temporelles (et non plus spatiales), qui deviennent  les … variables (de cette fonction temporelle), ils ne comprendront pas ce qu’est un changement d’ordre cognitif ; lequel est  "quantique, ET, qualitique", et non, seulement quantique.

Essayons de différencier deux « valeurs » très différentes de deux sons identiques « Je », et « JEU ». Notre outil cognitif le peut ; il sait repérer des « différences de niveaux de valeurs » (de potentiels), le hardware d’un ordinateur ne le peut pas. Si le software tente de le faire, ce n’est que parce qu’il contient en mémoire des statistiques proposées par le cerveau de l’ingénieur concepteur du soft. Le Directeur d’IBM ne s’était pas trompé en déclarant : « dans l’état actuel de notre technologie, il n’y a rien de plus stupide qu’un ordinateur » ; il ne possède pas la moindre autonomie cognitive. Heureusement pour nous que nos cerveaux n’utilisent pas la logique booléenne pour intellegérer. Ils surfent sur … la fonction temporelle en jonglant, en permanence, avec ses trois bases (modes sattwa - rajas - tamas).

Pourquoi, selon nous, les ordinateurs ne sont-ils pas encore auto-intelligents ? Parce que les Scientifiques ignorent ce qu’est la fonction temporelle authentique, donc intégrale. Ils l’ignorent, parce qu’il y a un bogue cognitif monstrueux dans le référentiel de Monsieur le Professeur Minkowski. (Le terme « monstrueux » est utilisé, ici, dans le sens de « erreur de code génétique »), au même titre qu’il y en a un (tout aussi « relatif ») dans le « référentiel galiléen ».

C’est bien, en effet, l’actuelle notion de « relativité » qui doit être remise en question.

La science a défini l’unité temporelle « par rapport à des bases spatiales ». L’horloge atomique se réfère (référentiel) à un rythme, donc à une « fonction de relativité » qui repose  (qui se .. fonde) sur un rapport « espace / temps ». La définition de la ou des bases du temps auraient due ne se reposer que sur des caractères spécifiques au temps, lui même. Le temps a trois bases, qui ont été exprimés à travers trois « modes qualitiques », le mode « sattwa, le mode rajas, et le mode tamas » de la Tradition védique. Contrairement à la technique utilisée par la science actuellement, ce type de définition, n’introduit pas d’erreur d’illusion cognitive. Les trois bases spatiales (longueur, largeur, hauteur) ne sont plus des variables mathématiques.

Prenons l’exemple typique de la notion de « couleur », telle qu’elle est enseignée par la science. (par Newton, puis, par Maxwell)

couleur newton

 

couleur electromagnetique
 

Le système tri-basique védique n’est pas très « cognitivement parlant », c’est .. vrai !  Il pose clairement la question « qu’est-ce que le temps ? », mais, n’y répond pas vraiment. Mais, il a un « petit frère », beaucoup plus jeune (3000 ans) ; c’est la définition des rapports espace-temps fournie par .. la Kabbale hébraïque. Et, là, nous avons à notre disposition, des … bibliothèques entières. Il suffit de les consulter.

Comment l’hébreu transmet-il l’intuition du système tri basique spatial, et celle, du système tribasique, temporel ? Mais, en nous enseignant la logique mathématique du « double Arbre, du Sepher Bereschyit ». Cette tradition enseigne que :

  • les trois bases de l’espace sont induites par trois « sephiroth » (sphères d’influences) constituant les sommets du  « triangle de l’esthétique » (les lois de l’harmonie quantique spatiale) :

 

Hod                Netzach

Yesod

  • les trois bases du temps sont induites par trois « sephiroth » constituant le « triangle de l’éthique » (les lois des harmonies qualitiques temporelles, donc, du .. solfège) :

 

Geburah             Chesed

Tiphereth

 

Devenons Kabbaliste, et nous découvrirons l’essence, et non plus seulement, la substance, des authentiques « rapports espace-temps ».

A quoi correspondent les influences des sephiroth  « Geburah, Chesed, et Tiphereth » ? Dès que nous pouvons répondre à cette question, nous « co-naissons » les authentiques essences des trois bases temporelles ; au même titre que, dès que nous connaissons « l’har …monisation » des trois bases spatiales, (Hod, Netzach,Yesod) nous devenons un « ART ..iste », expert en architecture spatiale.

Une couleur est-elle soumise à la gravitation ? Une couleur est une « Im-Pression » colorée subjective; c’est un noumène ; elle est de l’ordre temporel du psychisme (donc, de la méta-physique) ; elle ne peut pas être soumise à la gravitation. La science se met le doigt dans l’œil, et en « prend trente six mille (fausses) chandelles ». Les fondements mathématiques de la science reposent sur des sables mouvants de la « pseudo relativité»  introduite par le référentiel de Minkowski.

Les définitions de la science qui concernent le temps ou la relativité (temporo-spatiale) sont à revoir.

 

G ] Les trois « Cycles d'assimilation du Temps » :  physique, psychique, causal.

Depuis six mille ans, le textes védiques enseignent qu’un humain possède « Trois cycles d’assimilation » :

  • Le premier cycle est dit « travailler en moder tamas », il permet l’assimilation organo-vitalisée (digestive et pranique ) du corps physique (appelé « gross body » par les Hindous). Son entrée est binaire. Elle est organisée comme une différence de deux potentiels. 
  • Le potentiel le plus bas (le neutre) est de l’ordre ontologique de l’atomique (clé d’ouverture de partition en Do) ; il correspond à l’orifice buccal.
  • le potentiel le plus élevé (la phase) est de l’ordre ontologique de l’électromagnétisme (clé d’ouverture de partition en Re) ; il correspond à l’entrée pranique.  (Que nous placerons, plus loin au niveau du quatrième ventricule cérébral, soit en position anatomique « occipitale ».
  • Le demi cycle organique (digestif-buccal) est bien connu des scientifiques, c’est le : « Cycle de Krebs ».
  • Le demi cycle pranique est inconnu des scientifiques ; c’est le cycle circadien de l’éveil-sommeil, que nous étudierons un peu plus loin.
 

Le premier cycle détermine la (ou les) « Personnalité du sujet ». Il est symbolisé par notre abdomen.

  • Le second cycle est dit « travailler en mode rajas », il permet l’assimilation psychique (raison et sentiment) du corps psychique (appelé « astral body » par les Hindous). C’est le cœur de la dynamique ontologique temporo-spatiale. Il met en fonction mathématique les trois bases spatiales (longueur-largeur et hauteur) avec les trois bases temporelles (physique – psychique – causale). Il est donc symbolisé par la Croix, construite comme un édifice à sept étages.
  • L’axe temporel est vertical,  étalonné selon les rapports des sept notes décrites par Pythagore.
  • Les sept étages horizontaux correspondent aux sept plans ontologiques universels. (les .. sept .. jours ou « tempo », genésiques du « Sepher Bereschyit » de la Tradition hébraïque).
 

Le second cycle ouvre sur trois clés de partition, qui constituent notre Psyche :

  • Le Plan ouvrant en Mi correspond au mental (Mano maya kosha de la Tradition hindoue).
  • Le Plan ouvrant en Fa correspond à l’intuition créatrice (Vijna maya kosha de la Tradition hindoue).
  • Le Plan ouvrant en Sol correspond au mental supérieur (Ananda maya kosha de la Tradition hindoue).
 

Le second cycle détermine « l’Individualité du sujet ». Il est symbolisé par notre cage thoracique.

  • Le troisième cycle est dit « travailler en mode sattwa », il permet l’assimilation causale (la centrale électrique de la distribution de l’énergie, et la lac de montagne qui fournit le potentiel le plus élevé) de notre « esprit », (appelé « causal body » par les Hindous). Il ouvre deux partitions ontologiques :
  • le plan du « Nirvana inférieur » bipolaire.
  • le plan du Nirvana supérieur du Nirvana « ré – Unifié ». (Monade)

Dans ces deux plans, le sujet est réduit à un point virtuel qui fait qu’il n’a plus ni « personnalité », ni « individualité ». L’être a réintégré la « fonction humaine intégrale ».  « Il Est  Temps présent, éternel et absolu ». « Il n’A plus  ..rien ». (Surtout pas de passé, et, encore moins, d'avenir). C’est très difficile à concevoir, pour un Scientifique, mais, l’image de la ré-intégration de la somme des dérivées dans une fonction primitive, à la suite d’une intégration du second ordre, permet de faire une comparaison logique. Il suffit, alors de substituer les trois variables temporelles (qualitatives) aux trois variables spatiales (quantiques). La logique mathématique est du même type de  "changement d’ordres différentiels". Ce troisième cycle est symbolisé par la tête (hémisphères et mésencéphale).

L’ensemble de ces trois cycles est superposable à la double boucle cognitive effectrice et affectante, que nous avons examinée, un peu plus haut. En fait, bien sûr, la double boucle humaine, n’est qu’un harmonique inférieure du cycle complet, universel, qui « EST .. le .. Cycle de l’assimilation temporelle intégrale,  … que nous avons appelé, ici, le « Cycle d’Antioche ».

« Antioche » sonne, kabbalistiquement, selon  la somme de trois sons « Aleph – Youd – Koff » ; ce nom est donc une « expression des trois bases de la fonction temporelle ». En Greco-latin  il a pour correspondance « Ante – Yo – Kirk ». … Le « Yok » correspond au « Ki ou X » de (Conte de  Monte) .. « Christo ».

En hébreu le « aleph » ouvre l’ordre des unités (1) ; le youd ouvre l’ordre des dizaines (10), et le koff ouvre l’ordre des centaines (100). Ces trois lettres symbolisent donc une architecture de type, non pas arithmétique, mais, « pseudo-différentielle ». (changements d’ordres de valeurs). En fait, elle est Pythagoricienne. (Do-Mi-Sol). Notons, tout de même que cette architecture linguistique date de … 3000 ans ! On est loin de ... l’illogisme total (quasi débile) de la "Table des codes Ascii" ! Les Ingénieurs en Sciences Cognitives auraient intérêt à découvrir le génie de la linguistique hébraïque.

Ce double cycle de l’assimilation temporelle (Cycle d’Antioche) possède :

  • une phase centrifuge correspondant à la Genèse : « Croissez et multipliez-vous, en quantité ».
  • une phase centripète correspondant à l’Evolution Onto-Genésique : « Grandissez en qualité, seuil par seuil, règne par règne ».

L’ensemble du Cycle forme un boucle « dynamiquement fermée », soumise à la loi bien connue : « Rien ne se perd, rien ne se créé, mais, tout se transforme ».

Ce qui est … 

  • "quantiquement catabolisé"», lors de l’a-mort-issement temporel du processus genésique est
  • "qualitiquement compensé par anabolisme", lors du processus éviolutionnel.

La mort … est … la plus grande illusion qui soit sur notre Terre !

« Rien ne se perd, rien ne se créé, mais, tout se transforme ». Rien ne peut … disparaître !

Dans le cycle de l’assimilation digestive, il y a (apparemment) beaucoup de déchets. On pourrait penser qu’il y a des « pertes temporelles ». Elles sont recyclées par les « espaces-temps élémentaires ». (Les bactéries, pour la digestion). Ces couples espace-temps doivent repasser par tous les échelons de « l’Echelle .. de Jacob », à partir du bas. (gamme minérale ouvrant sur le Do). En chimie, cela correspond au cycle de l’azote et du carbone.

Le Cycle d’Antioche concerne, l’assimilation temporelle holo-terrestre (spécifique à l’ensemble du globe terrestre).  Il n’est pas certain qu’il puisse se juxtaposer sur le cycle universel, mais, là, nous partons trop haut dans les gammes. Restons modeste.

Il a pour effet de permettre à la dynamique temporelle de féconder l’inertie spatiale. Etant l’harmonique supérieure de la « boucle cognitive « effect + affect », il est, lui même, organisé en boucle : « Générations individuelles-Ontologie collective ».

1.a ] « Générations individuelles » : l’action va dans le sens mathématique des dérivations : la « fonction primitive espace-temps » se subdivise en une multitudes « d’individualités dérivées de couples espace-temps ». 

1.b ] « Ontologique collective » : la réaction va dans le sens mathématique de la ré-intégration, règne par règne. Les ex « couples espaces-temps dérivés », se réintègrent, selon les lois de l’évolution ontologique, (solfège pythagoricien), en franchissant, degré par degré, saut de seuil biologique, par seuil, les « barrières de différences de potentiels des règnes » (minéral, végétal, animal, humain). Ce gain ontologique a été décrit par Darwin, qui lui a donné le nom « d’évolution ». Son principe de fonctionnement est donc aussi simple à comprendre que ne l’est celui du moteur électrique de la machine à laver. L’évolution consiste à trouver le neutre d’un couple espace-temps, puis à brancher l’entrée du potentiel supérieur, étape ontologique, par étape ontologique (Do-Re-Mi-Fa-Sol etc.), à une phase, de plus en plus élevée selon une principe (imagé, à but didactique) de l’électricité : 220 volts, 330 volts, 5000 volts 30.000 volts, etc ! On surf sur le solfège colorimétrique, (système tribasique R-V-B, et non plus les volts) en en montant les gammes, dont les trois bases temporelles deviennent « Clé d’ouverture en gamme Do – monde physique, vibrant en mode tamas ; clé d’ouverture de gamme en Mi  - monde psychique, vibrant en mode rajas ;  clé d’ouverture de gamme en Sol – monde métapsychique, vibrant en mode sattwa ».

En tant qu’habitants vivant sur cette Terre, nous sommes alimentés par ce « Cycle d’Antioche », « temporellement  tri-basique ». Notre vitalité psychique notre .. « animation », est l’enfant du mariage entre la phase élevée (esprit vibrant en mode sattwa), et  le neutre (corps organique vibrant en mode rajas).  Notre vitalité est l’équivalent de la lumière qui jaillit dans une ampoule électrique, dès que l’interrupteur est ouvert. Dès que le courant ne passe plus, l’individu devient .. un cadavre. L’ampoule de la vie s’éteint.

La vie ne .. sort pas, aléatoirement, du chaos !

La qualité n’est pas engendrée par la quantité.

Les « Quanta » sont et resteront, incapables d’expliquer la dynamique de la vie. Nous attendons qu’un Mathématicien de Génie, un héritier de Pythagore, mette sur papier, la "Théorie des Qualita", qui ne sera plus, ni la relativité restreinte, ni la relativité générale, mais, la relativité universelle, qui incorporera les trois variables temporelles basiques. (mode tamas, mode rajas, mode sattwa, R-V-B, Do-Mi-Sol, physique- psychisme- métapsychisme, gross body-astral body-causal body, abdomen-thorax-tête, etc, ..).

Tout cela a été décrit dans les Vedas, depuis 6000 ans, et, dans les Sephers depuis 3000 ans  ! (Avec d’autres mots, et d’autres images, il est vrai !). Notre travail consiste à faire un « bon nettoyage de printemps ».

La double tri hiérarchisation mathématique est développée dans les Sephers hébraïques. L’étoile de David est un symbole qui sous-tend ce qui est écrit, ici. Globalement, les Sephers sont plus rationnels et rigoureux que les Vedas. Lorsqu’ils sont enseignés par un Kabbaliste expérimenté, ils livrent la logique mathématique des contenants. Les Vedas sont plus affectifs et colorés ; ils enseignent le vécu des contenus cognitifs. (Les sept .. cieux ).

  • Les Sephers exposent magistralement le processus de la Genèse (« Bereschyit », ou demie boucle centrifuge à prédominance quantique)
  • les Vedas développent magnifiquement le processus de l’Onto-Genèse (demie boucle centripète, à prédominance qualitique).
  • Les Sephers ont comme harmonique inférieure, la boucle « effectrice ».
  • Les Vedas   ont comme harmonique inférieure, la boucle « affectante ».

Nous allons, maintenant, renter dans le détail du fonctionnement, en étudiant deux « binômes », qui travaillent en mode « tamas », soit, dans le mode opératoire de la physique. Nous allons comparer :

  • Un couple non vivant [ électricité – électromagnétisme  ]  tel qu’il est défini par les Physiciens, avec
  • son équivalent vivant, [ système nerveux de l’éveil – système nerveux du sommeil ], soit un couple d’un ordre ontologique plus élevé que le premier. Le second s’appelle le « cycle circadien » (autours du jour).

Examinons, plus en détail,  chacun de ces cycles.

 

G - 1 ]  Les  deux cycles physiques. : « animation biologique ».

D’où un humain vivant tire t-il l’énergie de sa vitalité ?

  • La science répond : de son alimentation organique, à travers le « Cycle de Krebs ».
  • Les Vedas répondent, : du couple :
    • alimentation organique ( Food sheath,  assimilée par « Anna Maya kosha ») et,
    • alimentation électromagnétique (Vital sheath, assimilée par « Prana maya kosha »).

Nous allons calquer notre regard dans le domaine de la vitalisation, sur ce que nous avons décrit, un peu plus haut, pour la couleur. Nous avions vu deux conceptions de la notion de couleurs, celle de Newton, au  XVII-XVIIIème siècle, puis, celle de Maxwell au XIXème siècle.

Nous allons comparer  : 

  • A ] l’équivalent de la vision mécaniste de Newton, à travers l’assimilation organo-bio-chimique, correspondant au « Cycle de Krebs ».
  • B ] L’équivalent de la vision corpusculaire et vibratoire de Maxwell, à travers l’assimilation électromagnétique, du Cycle circadien. (éveil/sommeil).

A ]  Le « Cycle de Krebs »  a été suffisamment décrit par les Biochimistes pour qu’il ne soit pas nécessaire de le détailler, ici.  Contentons-nous de dire que son objet est :

  • de libérer de l’énergie chimico-calorique lors de la digestion organique.
  • d’assimiler les trois classes biochimiques des aliments absorbés par un repas buccal en :

1.a « catabolisant » les protides, lipides et glucides, étrangers ingérés.
1.b les réduisant à un « pool » de molécules élémentaires.(coenzyme A)
1.c  « ré-anabolisant » les protides, lipides, glucides, spécifiques au règne et à l’identité du sujet qui assimile.

B ] Le « Cycle circadien éveil/sommeil » est tellement perfectionné, qu’il n’est pas encore compris par les Neuro-Physiologistes.. Ce que nous allons décrire, ici, est inspiré des textes védiques ; toutefois, nous ne le reproduirons qu’à titre de Théorie, non encore démontrée.

L’une des théories, actuellement acceptée par la communauté scientifique décompose le cycle circadien en deux phases relative au « travail », donc à l’assimilation.

  • La demie phase d’éveil aurait un effet « ergotrope » (tourné vers le travail, la dynamique, l’activité).
  • La demie phase de sommeil aurait un effet  « trophotrope » (tourné vers la recherche d’aliment, d’énergie).

Elle est tout à fait compatible avec ce que nous allons développer ici. Examinons ce que d’aucuns appellent « Le mystère du Pont de Varole », à travers trois optiques.

B.1] Le regard scientifique.

Ce que l’on appelle « le pont de Varole » en anatomie, correspond à un anneau de fibres proto-cérébelleuses (qui servent de pont entre le cerveau et le cervelet), dont voici un dessin d’anatomie.

 

protuberance annulaire

Pour connaître le rôle de ce pont, les scientifiques utilisent la méthode dite de l’anatomo-pathologie. Il suffit d’attendre qu’un enfant déclenche un cancer de ce pont, d’attendre le décès de cet enfant, et de pratiquer une autopsie. Le médecin légiste découvre, alors, la présence d’un « glyoblastome ». La « glie » correspond, en histologie, (science des tissus) à de la fibre nerveuse ( « dendro .. glie » ), et le terme « blaste », signe qu’il s’agit de jeunes cellules souches, d’une future série, ici, de la fibre  nerveuse. Ce pont contient donc, physiologiquement, du .. « câblage » .. neurologique, qui relie le cerveau au cervelet. On comprend qu’aux yeux des scientifiques, il n’y ait pas de quoi en « faire un mystère ».

B.2] le regard new age.

La Kundalini est reliée à la fréquence de l'Énergie Vitale cosmique ou «prâna» qui pénètre le corps par le Pont de Varole, cette énergie emprunte le système nerveux et se dirige vers le coeur. La Kundalini ouvre le chakra du troisième oeil et le relie au chakra coronnal... et cela ne peut se faire que par l'intermédiaire du Pont de Varole. Pour bien effectuer son travail qui est essentiel à la bonne circulation de l'Énergie Vitale dans tous les corps inférieurs (subtils), il est nécessaire de le stimuler. Donc, sans le bon fonctionnement du Pont de Varole, l'Énergie Vitale congestionne au chakra coronnal... n'oublions pas que le Pont de Varole relie le cerveau au cervelet, donc à la colonne vertébrale (canal de lumière)... et la kundalini s'arrête au troisième oeil... Actuellement, le Pont de Varole n'est pas habitué à faire circuler une grande quantité d'énergie.
Comment peut-on stimuler ce Pont? Simplement par l'intention lors d'une méditation. Vous imaginez cette région de votre tête illuminée d'une lumière blanche ou or et vous imaginez la libre circulation de l'Énergie Vitale et de la Kundalini. Tout se fait à travers la pureté du coeur et de son intention. "  Source: Lémuria – Atlantia »
.    Sic, … sans commentaire !

B.3] le regard de l’auteur du « Cycle d’Antioche ».

Il n’y a pas, en effet, de mystère du pont de Varole. Mais, si l’on est médecin occidental, et, qu’en plus, on sait se faire enseigner par un authentique Maître de Yoga Hindou (qui connaît les Upanishads, par chœur), on s’aperçoit qu’il y a un décalage complet, il y a « un changement de focale cognitive », entre :

  • la physiologie, à l’occidental (basée sur la science exclusivement quantique), et
  • la physiologie, à l’oriental (basée sur les expériences qualitiques, car, vécues, des authentiques Maîtres Yogi).

On retrouve les différences entre les deux bouts de la lunette cognitive (l’oculaire et l’objectif, les phénomènes et les noumènes), et on peut « faire passer notre regard par l’intégralité de cette lunette cognitive ». Alors, on ... voit  ... ceci :

  • Les Scientifiques se contentent d’un regard d‘électro-chimiste, que nous allons appeler de type « Newton ».
  • Les Maîtres Yogi ont développé, en plus, le regard des spécialistes en électro-magnétisme, que nous allons appeler de type « Maxwell ».

Essayons de comprendre cela ; c’est un peu compliqué, mais, cela en vaut la peine. Nous allons aborder  un problème vital, passionnant : la régulation du cycle « sommeil/éveil », soit … la « pendule circa-dienne » (autours du jour).

Résumons la situation par une citation provenant d’un expert de ce problème, Mr Michel Jouvet : « Rarement dans l'histoire de la physiologie, il y aura existé un tel contraste entre l'importance des données acquises concernant les mécanismes du sommeil et des rêves (le comment), et l'ignorance quasi-totale de leurs fonctions, (le pourquoi) ».

 

G – 1 – a ]  La dynamo vitale  vue à travers les philosophies chinoise et hindoue.

Comme le dit si bien Monsieur Jouvet, la culture occidentale ne permet pas encore de comprendre la fonction .. de « génératrice de courant alternatif, de .. dynamo », que constitue notre cycle « sommeil-éveil ». Adressons-nous à d’autres sources.

Les Yogi Hindous en ont une intuition. Elle reste très imprécise ; elle est difficile à systématiser. Ils parlent de la notion de « prana », et de circulation de ce « souffle de vie » (notion d’alternance), à travers un circuit qu’ils appellent des « nadis ».

Les Chinois sont plus pragmatiques que les Hindous ; ils connaissent, aussi, cette notion de circulation d’énergie vitale alternative, subtile. Ils ont poussé beaucoup plus loin l’expérimentation. Ils sont parvenus à systématiser, très correctement, les principes de fonctionnement et les voies de circulation de nos énergies vitales. Dans les facultés occidentales, on commence à enseigner ce système utilisé dans le cadre de l’acupuncture. Tout le monde a vu, chez un médecin, les planches anatomiques sur lesquelles sont dessinées les « méridiens chinois ».

G – 1 – b ]  Constat de départ.

Quand un enfant naît sourd, il devient systématiquement muet. La science est qualitiquement sourde de naissance, elle est donc, tout naturellement, qualitiquement muette. Gonflez, au maximum possible la puissance du moteur à pistons d’un avion à hélices, vous ne lui permettrez, jamais d’aller, par ses propres moyens, se poser sur la Lune. Dopez tous les outils actuels utilisés par les Physiciens, ils ne leur permettent pas de franchir « la barrière du vivant », le seuil qui différencie une cellule morte de la même cellule vivante. Les outils des Physiciens et des mathématiciens actuels (Aristote et Minkowski) ne sont pas adaptés à explorer l’authentique « Bio ». Comment pourrait-on permettre à un scientifique de « prendre conscience du mécanisme du problème de la vitalisation » ? En médecine, un Orthophoniste utilise un moyen détourné pour rééduquer la fonction orale d’un enfant sourd-muet. Il communique avec lui en demandant à l’enfant de poser ses mains sur un ballon gonflé. Le Thérapeute émet des vibrations dans cet espace élastique. L’enfant, dont l’esthésie tactile est intacte, perçoit les variations rythmiques transmises au ballon. Essayons de trouver une technique indirecte, qui permettrait aux scientifiques d’apprendre à faire la différence entre une cellule vivante, et la même cellule morte.

G - 1 – c ]  Astuce de « rééducation ortho-biologique ».

Y aurait-il une différence fondamentale entre les vecteurs imaginaires de l’évolution d’une phase en électromagnétisme, classique, et ceux de l’évolution des phases, et des modulations de phases, en équivalent électromagnétisme vivant, soit en électro-magnéto-biologie ? 

Les scientifiques croient que la réponse est « non ». A la lumière de la notion de prana,  de cycle circadien, et circulation d’énergie vitale, à partir d’un système très perfectionné de méridiens, induite par l’acupuncture, l’auteur des présentes lignes pense que la réponse est « oui ». (Nous redisons qu’il s’agit d’une théorie).

Les vecteurs de l’électromagnétisme classique ne sont que quantiques, tandis que les vecteurs du prana sont quantiques et qualitiques.

Chacun connaît l’efficacité des cinémomètres.  Ces appareils utilisent soit, l’effet doppler, soit, désormais, un rayon laser, pour calculer la vitesse … ponctuelle, .. et surtout  … linéaire d’un véhicule. Il ne travaille que dans l’angle de 25 degrés maximum, d’un plan de travail unique.

Imaginons qu’un véhicule soit la somme d’une multitude de points portés par trois vecteurs indépendants en fonction de chacune des trois bases spatiales (hauteur, longueur, largeur). Imaginons, qu’en plus, chacune des trois directions de cette multitude de vecteurs soit dynamisée par une accélération variable, et surtout, aléatoire. On obtiendrait quoi ? De l’imaginaire ? Oui, mais de l’imaginaire .. génial .. celui qui a permis à  Picasso …. de réaliser ses tableaux.

  • dans le premier cas (électromagnétisme d’objets non vivants) les vecteurs sont « cohérents et monochromatiques », ils sont bien « seulement quantiques » ; 
  • dans le second cas (équivalents électro-magnéto-biologique d’individualités vivantes, végétale, animale, et humaine), les vecteurs sont devenus « incohérents, et, surtout .. polychromatiques ». Ils sont aléatoirement accélérés par le système « R-V-B », soit par les trois bases temporelles ; ils sont devenus qualitiques.

Nous avons conscience qu’en écrivant cela, nous remettons en cause certains fondements de la science, acquis tout au long du 20ème siècle. On peut lever les mains au ciel en criant « il est fou ! ». D’aucuns l’ont fait, plus qu’abondamment, en entendant les théories de Freud. L’histoire a démontré que le Génie, c’était Freud ; il est mort, affectivement torturé par la bêtise de ces Confrères. Fou ? Les Physiciens commencent à parler, au sujet des plasmas de quarks et de gluons, de « résonance à charme caché », et surtout de « résonance à beauté cachée », qui induirait « huit .. couleurs ! ». Alors, fou, ou, pas si fou ? Les Physiciens commencent à la découvrir dans leurs cyclotrons, cette polychromatie vectorielle, à travers la "résonnance à beauté (encrore) cachée".

Un tel « cinémomètre vital en 3D poly-colorées», (un orgue à solfège colorimétrique à sept claviers) permettrait de mesurer la vitalité d’un fruit. Il n’existe pas, (encore). Existera t-il, un jour ? Il le faudrait, pour qu’on puisse, enfin, faire des super-IRM de champs vitaux. Espérons-le ! Avec l’apport de l’informatique, il devrait être possible de décomper un volume comme on le fait dans un scanner, de prendre une multitude de mesures (angle par angle, degré par degré dans les 360 degrés de circonférence d’une coupe d’un volume), puis, de recomposer le tout par calcul théorique. Pour introduire la qualitativité (accélération aléatoire polychromatique de chaque point), il faudra inventer un troisième référentiel capable d’introduire les variations qualitiques (pythagoriciennes) des trois bases temporelles. C’est tout à fait à la portée des Mathématiciens, qui auront compris le principe de la dynamogénéité, inductrice de vitalité, de la fonction temporelle.

 

G – 1 – d ] Le principe général : « les nadis hindous, et les méridiens chinois ».

Le Grec Hermes (« tris megiste », le trois fois .. tiens ! tiens ! teins ! ... Maître) avait exprimé cela par la formulation très connue « Tout ce qui est en haut, est comme ce qui est en bas ; à la condition de changer tous les signes, et toutes les polarités ».

Lao Tseu concevait le monde de cette façon, là, aussi . Dans son Tao Te King ;  il a exprimé le principe de fonctionnement du cycle circadien. Ce cycle fonctionne comme une dynamo, il fabrique du « courant alternatif vital ». Il  est donc de type mathématique sinusoïdal, avec deux phases principales, l’une nocturne, de charge vitale, et l’autre diurne, de décharge de l’énergie accumulée durant sa phase nocturne. Son principe est « Le Yin naît du Yang, et la Yang naît du Yin ». Cette alternance fournit à nos corps l’énergie subtile nécessaire au maintien de la vitalité : le .. « prana », de la Tradition hindoue. Son parcourt a été particulièrement bien codifié. Voici un exemple de planche anatomique emprentée à l'acupuncture. Notez le rôle de l'alternance des énergies "ortho et para sympathiques", disposées en "différences de potentiels énergétiques". Notez l'abondance du nombre de points, inexpliquée par la neuro-physiologie occidentale, en regard du sacrum.

points chinois

Dans l’Ayur Veda, le prana est assimilé à « L'intelligence de la vie », regardée dans sa dynamique perpétuelle. C’est l'énergie fondamentale, source de toute manifestation de la matière.

Dans les Sephers hébraïques le mot correspondant est « Rouah », qui se traduit par « force de vie, souffle de la dynamique perpétuelle, qui insuffle la vie ».

Dans le langage populaire de l’Islam, la notion de « prana » correspond au mot « baraka », qui signifie (pour un Islamique) la « bénédiction du pouvoir revivifiant d’Allah ».

Dans le Christianisme, elle correspond à la notion, très mal comprise, du souffle de « l’Esprit … dit, Saint »…. Qui, certes, insuffle la vitalité, mais, ... pas au point de mettre une femme enceinte ! Prenons garde que notre circuit vital soit « correctement connecté à une bonne prise de terre ».

Examinons cela plus en détails.

G – 1 – e ] Notion de « pneuma grec ».

Les seuls Occidentaux qui avaient eu l’intuition de la dynamique circadienne étaient les Grecs classiques (Aristote). Ils l’ont exprimé à travers un concept, difficile à comprendre, celui de « pneuma ». Il est curieux de constater que les Grecs, d’un côté, parlaient de « respir », et que, les Hindous, de l’autre, parlent de « souffle vital ».

Pour le moment la science castre la biologie de sa vitalité, en la réduisant à de la nécrologie (science des cadavres), et à de la biotique (étude des effets induits par les êtres vivants). Dans nos écoles, nous sommes biberonnés au lait de la science exclusivement matérialiste, dont le schéma corporel  repose, exclusivement, sur .. les référentiels d’Atristote, et de Minkowski, référentiels inadaptés à l’exploration de dynamique qualitique, donc à la compréhension des processus de la vie.

 « Pneuma, souffle » .. aucune hésitation, il faut, convient, et suffit, d’aller chercher dans un manuel de physiologie de la respiration. Le prana, le pneuma, le Rouah, mais, on connaît ;  la France serait, le numéro « un » mondial de sa fabrication en bouteille.(sic). « Oxygène ..liquide » (Marque déposée), c’est cela  le « prana » ?  .. Remplacez « oxygène, par air », et dans le monde entier, on en livre, directement, au robinet de chaque chambre d’hôpital. Si on ne distribue pas « de la « vitalité en bouteille », qu’est-ce qu’on fait, alors ; on fait appel à .. Saint Estèphe, et à Saint Emilion ? (autres marques déposées, distribuées en bouteille, à consommer, avec modération, quand on manque de ... vitalité) (re - Sic)

Heureusement, ce concept grec de « pneuma » a un écho dans un domaine connu de la science. On va pouvoir, enfin, remettre les pendules à l’heure (celle de la fonction temporelle intégrale).

Nous allons tenter, ici, de refermer le cercle gnostique (cognosco = je connais = je co-nais = ma conscience naît avec), en réunissant, dans une même théorie, la Tradition hindoue, la Tradition chinoise, la Tradition hébraïque, la Grèce classique, et la science moderne.

 

G – 1 – f ] La dynamique vitale.

La logique de notre dynamo vitale est comparable à celle d’un radar qui émettrait et recevrait de ondes polychromatiques ; lequel radar est bien architecturé à partir de deux circuits :

  • un circuit, dit, de basses fréquences, correspondant au 220 volts que nous trouvons dans nos prises de courant domestiques, et
  • un circuit, dit, de « THT » (très hautes fréquences).

Chez les humains, vivants :

  • le circuit basses fréquences est bien connu des Anatomo-neuro-chimico-physiologistes. Il correspond au circuit de la partie cérébro-spinale de notre système nerveux. Il fonctionne en mode quantique, donc, (quasi binaire), selon les règles d’un circuit électrique. Il possède des câbles, parcourus par équivalent de courant électrique, dont les connexions (le chatterton, ou les dominos)  sont chimiques. Le flux se transmet de neurone à neurone, par des « neurotransmetteurs ».
  • le circuit THT est, encore inconnu de la science. C’est pour cela que les Neuro-physiologistes ne parviennent pas à comprendre le mécanisme du cycle circadien « éveil-sommeil ». Rappelons nous le constat d’échec exprimé par Monsieur Michel Jouvet. Ce circuit fonctionne selon la méthode du pneuma grec, et selon le principe dynamique exprimé par de Lao Tseu : « Le Yang naît du Yin ». Le rapport « phénomène-noumène » est véhiculé par une fonction mathématique dont la logique est de type pythagoricien.

Où se trouve le hardware de cette dynamo ? C’est la citation bien connue de Saint Exupéry qui va nous mettre sur la piste : 

« L’essentiel est invisible pour les yeux ».

Regardons, ce que l’on ne voit pas avec les yeux, et nous allons trouver la solution. Le circuit « THT » est composé de :

la partie du système nerveux, décrite comme quasiment vide par les Anatomistes: les quatre ventricules cérébraux, et le canal de l’épendyme, qui sert d’axe central à la moelle épinière ; partie dans laquelle circule du liquide céphalo-rachidien. C’est la phase de « génération  de l’énergie très haute fréquence ». Elle charge notre batterie vitale, durant le sommeil. Citons Monsieur le Professeur Outrequin (Anatomiste) : « le canal de l’épendyme est partiellement virtuel, en principe, il est plus ou moins oblitéré pendant l’adolescence ». Notons, qu’il est anatomiste ; il travaille donc, sur des .. cadavres. Eteignez un  poste de télévision, il devient difficile de suivre les flux électromagnétiques induits par ses circuits.

  • Les champs émis par le fonctionnement du double système nerveux (très justement appelé) sympathique, utilisent cette énergie vitale durant la phase diurne du cycle circadien.  Ce système est polarisé (ortho et para), aux fins de pouvoir faire jouer des différences de potentiels qualitiques. Son câblage n’est plus de type électrique, mais, il est de type « co-axial », comme c’est le cas dans nos télévisions.
  • Cet ensemble ultra sophistiqué émet des ondes de très hautes fréquences, type « ondes radar ».  la répartition des plexus en sept paquets (plexus honteux interne, plexus sacré, plexus solaire, plexus cardiaque, plexus thyroïdien, mésencéphale, et épiphyse) permet de faire des accords d’impédance, en résonance avec les sept notes basiques du solfège musical. Nos sept « décodeurs sympathiques » sont, en fait, des « diapason .. ontologiques pré-réglés », sur le système tri-basique, de la fonction temporelle intégrale.».  (Do-Mi-Sol, Do de la gamme suivante ; R-V-B, Aleph, Youd, Koff, .. Ant - Io – Ki, de « Antioche ». 

Les centres mésencéphaliques, et diencéphaliques, qualifiés de « végétatifs », ont pour rôle la « régulation de la vie » (par exemple, de réguler l’excitation des sécrétions hormonales de l’hypophyse). Quand on « baille », on fait pivoter un « switch », qui inter-change les circuits des flux vitaux. On passe du circuit de décharge diurne de la vitalité sous forme d’énergie nerveuse, à celui de charge nocturne, et inversement, en alternance. C’est le principe de notre dynamo vitale.

Un système, au principe électronique identique, mais beaucoup plus rudimentaire, se trouve dans le rostre des cachalots. Il leur permet d’envoyer et de recevoir des ultra-sons, afin de pouvoir se repérer dans les grandes profondeurs, où la lumière solaire a disparue. On commence à mieux comprendre la notion de « pneuma ». Le rostre, ainsi que notre os sacrum (notez son nom !) sont .. spongieux ; ils  sont, « pneuma … tiques » !

Regardons les schémas de nos systèmes nerveux, comme on peut le faire aujourd’hui avec un logiciel de dessin. La première image correspond tout à fait aux planches d’anatomie classiques. Remplaçons l’image du départ par un « calque », afin de faire apparaître les dessous du « pneuma ». Au lieu de dessiner « ce qui apparaît en plein », dessinons « ce qui apparaît en vide » ! Le dessin devient :

  • Tout à fait en bas de la colonne au niveau sacro-coxygien une « éponge ».
  • A l’union du sacrum et de la colonne lombaire (L5 – S1) nous voyons apparaître un tout petit « tuyau » avec quelques renflements. C’est le départ du « canal de l’épendyme ».
  • Ce canal monte De S1 jusque la base du crâne.

En entrant dans le crâne, il s’expend en quatre lacs appelés les « ventricules cérébraux ».

En injectant des solutions de silicone dans ces patries vides du cerveau et de la moelle, on obtient , comme dans la poterie, et le coulage du bronze à partir de moules perdus, des volumes qui restituent les formes des espaces où il n’y a pas de matière neuronale, et qui sont, pourtant, … l’essentiel, invisible de notre système nerveux. Sans ce système pneumatique, nous ne pourrions pas recharger nos batteries vitales, la nuit durant et par le sommeil.

 

systeme nerveux

 

ventricules cerebraux

Anatomie, en vide, de l’équivalent du « rotor nocturne du pneuma vital »

Le stator diurne est constitué par le système nerveux, en plein, connu des Anatomistes

 

« Qui dort, dine », dit le dicton populaire. Dormir, c’est « assimiler » de l’énergie plus subtile que les aliments organiques nécessaires à notre vitalité, c’est se nourrir d’essentiel, et non plus de substantiel. On comprend que Saint Exupéry ait exprimé la phrase suivante « Moi, ce que j’aime .. c’est .. dormir ! ».

Décérébrons un animal supérieur (un rat, par exemple), en laboratoire, ou à la suite, d’un accident, ou d’une exérèse chirurgicale secondaire à une tumeur cérébrale ; on lui enlève ses hémisphères cérébraux ; il va continuer à vivre comme, … comme . un .. légume ! (dit la tradition populaire ; c’est .. horrible !). Essayons de lui enlever ses sous centres végétatifs, il mourra, immédiatement.

 

G – 1 – g ] Principe du « pneuma » : le sonar des cachalots.

L’émetteur - récepteur du sonar se trouve dans un ensemble osseux spongieux et très innervé sis entre les deux yeux des cachalots. Le sonar transmet des ondes sonores (des bips) dans un ensemble lacunaire (un … pneuma !) situé dans leur rostre.

Notre cycle circadien « sommeil-éveil » fonctionne en utilisant ce principe « neuro-pneuma …tique ».

  • La nuit notre pneuma nerveux charge nos batteries vitales ;
  • le jour notre système nerveux, consomme cette énergie, et nous  …« anime ».

Le « pneuma » des Grecs classiques, n’est rien d’autre qu’une « batterie à prana » (hindou), qui devient, en effet, notre respir vital, composé d’un inspir nocturne, et, d’un expir diurne.

La journée, cette énergie, car, c’est bien de l’énergie vitale, est diffusée par le biais des douze méridiens, décrits par les anciens Chinois. (sept fondamentaux, et cinq dièses)

G – 1 – h ] Double Principe de la vitalisation corporelle.

Ce double  cycle de la vitalisation de notre corps s’articule sur deux plans ontologiques, le plan que nous avions qualifié de « newtonien », et celui de « maxwellien ». Comme pour la notion de « couleur », la vitalisation ne fonctionne pas qu’à partir d’un seul plan ontologique (chimico-organique), mais, bien, à partir des deux plans, que les Vedas différencient nettement, puisque :

  • le premier (chimico organique) est appelé « anna maya kosha », ou (« food scheath », en anglais)
  • le second (electromagnétique ou pranique) est appelé « prana maya kosha », (vital scheath).

Ces deux plans sont « de l’ordre de la physique ». (mode spatio-temporel de type « tamas »). Ils sont donc parfaitement connaissables par la Science actuelle.

G - 2]  LES  TROIS CYCLES PSYCHIQUES : « animation psychologique ».

A quoi pourrait ressembler cette énergie psychique qui ne s’exprime ni en joule, ni en watts, ni en quanta, car elle n’appartient plus au monde de la mécanique quantique ?

Nous allons essayer de comprendre à quoi correspond la notion de « mode énergétique rajas », de la Tradition hindoue. Ce mode (d’arrangement des système de bases espace-temps), s’applique à trois plans ontologiques, correspondants à ce que l’on appelle « le psychisme humain », dont les clés d’ouverture de gamme sont :

  • Jaune             : Mano Maya Kosha, (mental)
  • Vert               : Vijna maya Kosha, (intuition créatrice)
  • Bleu             :  Ananda Maya Kosha (mental supérieur).

Peut-on l’éclairer à la lueur des connaissances scientifiques modernes ? Essayons, en prenant le soin d’écrire qu’il ne s’agit là encore, (évidemment) que d’un théorie, qui demandera à être soumise à expérimentation ultérieure. En prenant la comparaison avec un circuit électrique alternatif,  nous cherchons à découvrir, la, ou mieux, les tri-phases. Essayons de faire passer un courant alternatif dans le bac d’une électrolyse ; le différentiel d’entrée du courant .. disjoncte ! Pour découvrir les espace-temps de l’ordre du  psychique nous devons nous placer avant ce disjoncteur, soit, au niveau de la ligne d’arrivée du 220 ou 330 volts, avant le compteur domestique. Nous essayerons, ensuite, de nous placer au niveau de la centrale électrique, en considérant, plus globalement, la « Théorie du Cycle d’assimilation temporelle : le Cycle d’Antioche ». Ne perdons pas de vue que nous quittons complètement le champ d’expérimentation des Physiciens. L’électrolyse fonctionne en courant continu, au même titre que la Physique fonctionne en « continu », (même relatif) le long de l’axe d’écoulement temporel (somme de « dt »), qu’il soit rectiligne (Aristote), ou « relativement courbé » (Minkowski).

A partir d’ici, la science ne nous suit plus ; ses différentiels cognitifs disjonctent. Nous tentons d’explorer ce qui, au regard des Physiciens, est de l’ordre de ce qui pourrait exister .. au delà des trous noirs astronomiques ; il convient de ne pas l’oublier. Par rapport à la question du départ, nous « entrons dans le domaine des .. noumènes » ; nous quittons, celui des phénomènes.

 

Y a t-il cependant « continuité de logique mathématique » dans l’arrangement des bases spatiales et temporelles ?

 

  • Tant que l’on ne travaille qu’avec le Référentiel de Minkowski, la réponse est « non ». 
  • Dès que l’on travaille avec un référentiel  hexa-basique (3 bases spatiales dynamisées par 3 bases temporelles), donc, avec des vecteurs dont les caractères sont « la  polychromatie, et la  non cohérence », la réponse devient « oui ».

Nous sommes au cœur de l’objet du présent « blog ».Un noumène est-il une "énergie en soi", bien qu’il soit totalement dépourvu de masse  … physique ? Nous ne sommes plus dans .. le .. monde soumis aux lois de la physique ; mais, de celles de la .. « méta ...physique ». (Au delà de .. ).

Le cœur de la fonction de notre psychisme est de permettre à un individu ce que l’on appelle :

  • Premier ordre (pseudo-différentiel) : La conscience (domaine du mental). Ce mode cognitif correspond ontologiquement à celui des animaux supérieurs. (Ce plan ontologique ouvre sa partition en MI). Un chien, un chat, un dauphin, etc, sait faire fonctionner sa « fonction cognitive de l’ordre mathématique du mental ». Le « mind » (anglais) est véhiculé par le plan d’arrangement de bases espace-temps que les Hindous appellent « mano maya kosha ».
  • Second ordre (pseudo-différentiel) : La prise de conscience, de « Je » (Le Youd hébraïque, qui signe le caractère spécifique à l’humain). Permet de dire «  Je  co – nais » (naîs avec) le contenu de ma conscience. On a fait un changement  d’ordre pseudo-différentiel, donc, un changement d’arrangement des bases mathématiques. C’est le plan de l’intuition créatrice dont le caractère principal est « l’intégration  du premier ordre » de la voie du « pensé » et ce celle du « senti » en un même résultat simultané, dont le moment temporel a été « densifié ». (Il y a plus de contenu cognitif  dans une unité d’espace-temps intuitif, qu’avec le mode seulement mental).
  • Troisième ordre (pseudo-différentiel) : La prise de conscience de notre lien entre notre individualité et notre universalité, de notre, « Je … SUIS  .... individuellement, une dérivée mathématique de" la "fonction universelle", correspondant à " l’injonction" (la dynamique causale d’arrangements spatio-temporels) «  SOIS … ! ».

Ce zoom cognitif nécessite une intégration mathématique du second ordre, par rapport au mode cognitif mental, soit, deux changements successifs des rapports du système héxabasique des arrangements des trois bases spatiales et "con-jointement", des trois bases temporelles.. En Hébreu ancien, l’usage du verbe « être » était réservé aux Prêtres. (Rabbins). Il correspondait à un « état d’éveil  cognitif,  du cinquième ordre ontologique, ouvrant sa partition avec une clé de Sol. Même aujourd’hui, très peu d’humains ont accès à ce mode cognitif, qui Est le futur mode cognitif de tous les Humains, prévu par l’évolution ontologique. (Qui n’est donc pas due aux effets du hasard, puisqu’elle est, déjà, matématiquement prévisible). Sri Nisagardata a passé sa vie a essayer d’en enseigner l’intuition aux Occidentaux.

 

Nous avons sous les yeux la "clé logique" du transfert de pouvoir auto-intellectif aux futurs ordinateurs !

 

Comment peut-on parvenir à faire prendre conscience du contenu cognitif d’une « Im-Pression » orgasmique à un enfant pré-pubère ? Il en va de même pour la prise de conscience de notre « causalité individuelle ». L’ouverture de cette possibilité cognitive qui représente ontologiquement l’avenir des humains nécessite de pouvoir substituer la cognition induite par notre système nerveux cérébro-spinal  (lumière réfléchie sur la matière déclarée  objective par la science), par la cognition permise par l’ensemble « pneuma-système nerveux sympathique » (lumière directe du pneuma non plus réfléchie dans l’ordre mathématique de l’électricité, mais, dans celui de l’électromagnétisme vivant, dont les vecteurs sont incohérents et poly-chromatiques). Les trois bases spatiales ont été réduites à leur dérivée ultime (un point virtuel), tandis que les variables de la fonction cognitive sont les trois bases temporelles. Notre psyche … évolue dans des ensembles dont les bases sont à prédominance temporelle. (et non plus spatiale). C’est un mode cognitif, est encore inconcevable pour un scientifique occidental, qui n'est - que - minkowskien ...  ; et .. pourtant, . .. « Je SUIS ! ».

Ce mode ne peut fonctionner qu’au « présent éternel », (cognition instantanée de la fonction intégrale), de la première personne du singulier.. Notons au passage le détail suivant … « im --- parfait » signifie « qui ne peut qu’être .. illusoire ». Dans ce plan il n’y « a » ni passé, ni futur. La ligne d’écoulement temporel connue des Mathématiciens (axe des « dt ») a complètement disparue. Elle « EST » .. remplacée par la  « prise de conscience de la fonction (mise en rapport) temporelle intégrale ». Les caractères de cette prise de conscience sont :


Hyper gnosie (sur-multiplication du pouvoir de connaissance)
Hyper mnésie (sur-multiplication du pouvoir de mémorisation)
Hyper thymie (sur-multiplication du pouvoir d'Etre affecté)
Hyper chromatie (sur-multiplication de l'éclat de l'impression colorée)

Ce mode cognitif a été suggéré par les textes de Nietzsche, et et la musique de Strauss, bien connue : « Ainsi parlait zarathoustra ! ». La cognition ressemble, en effet, à un « éclair fulgurant, d’une puissance cognitive et émotionnelle inouïe »,  super .. orgasmique. J’ai choisi intentionnellement le terme « puissance », en référence à la question du départ : « un noumène est-il une énergie en Soi ? ». Nous ne travaillons plus en (équivalent imagé) de 220 volts, mais en  30.000 volts. Nous sommes branchés sur la ligne à très haute tension, qui sort de la centrale cognitive. De l’autre côté d’un Trou noir astronomique, il y a bien une « centrale d’énergie », mais, elle est .. psychique, et non plus physique. « L’antimatière » (sic) des Physiciens, c’est  … du psychisme universel, de l’énergie, ... c'est de la pure :

« T’es  THT ».  (Très Très Haute Tension)

Nous verrons un peu plus loin comment fonctionne la prise de conscience d’une impression orgasmique.  Le mode cognitif obtenu durant quelques secondes lors d’un rapport sexuel peut devenir le mode cognitif « normal » d’un humain évolué. Les Hindous ont appelé cela le  « résultat de la montée de la Kundalini ». Cette montée, de type émission réception d’ondes radar, constitue le symbole appelé le « Caducée d’Hermes », qui se trouve à l’entrée de chaque pharmacie, et qui a été adopté par tous les Médecins. Dans l'image, ci dessous, ce symbole universel est adopté par l'Inde antique, par la Chine antique, et par la Grèce antique. Le "Dharma" est le symétrique ontochronique du "Kharma, il est donc, à l'essentiel, ce que le kharma est, au substantiel. Le Dharma correspond au triangle éthique de la kabbale, tandis que le Kharma correspond au triangle esthétique. Le Dharma repose sur la prédominance des trois bases mathématiques temporelles, le kharma repose sur la prédominance des trois bases mathématiques spatiales.

caducee

Je conçois que ce soit difficile à admettre pour certains  « exclusivement matérialistes ». La Psyche est tout aussi logiquement mathématifiable que le physique ! Il suffit de lui donner le référentiel adéquat (hexa basique). Les Physiciens du CERN ont attendu trois mille avant de pouvoir appeler un "gluon", ce que les Chinois, appellent le "Yi King" ! ... "Qui va piano, va sano ! ça vient, ça vient !". On devrait donner le prochain prix Nobel de Physique à .... Confusius ! ... J'aimerais ! Quel, ....superbe exemple ... "d'humanitude" (et non pas d'humanisme), ce serait !


Il est ... temps … que la science découvre, enfin, ce qu’Est ... le Temps !

 

G - 3]  Les deux CYCLES de la CAUSALITE : « animation causale ».

A quoi pourrait ressembler l’énergie causale qui, alimente, en aval, les trois cycles de l’énergie psychique, mais, aussi, en fin de compte, l’énergie connue des Physiciens ?

Nous ne pouvons pas comprendre à quoi correspond la notion de « mode énergétique sattwa », de la Tradition hindoue. Ce mode (d’arrangement des système de bases espace-temps),  s’applique à deux plans ontologiques, correspondants à ce que l’on appelle « la Causalité du Soi Universel », dont les clés d’ouverture de gamme sont :

  • Indigo             : Plan de « SOI » universel.
  • Violet             : Plans de l’injonction de la dynamique primordiale « SOIS .. ! »                  

Ces deux plans ne sont pas connaissables par la conscience d’un Individu vivant. Ils correspondent à ce que les Hindous appellent « les plans du Nirvana » ; qui sont donc, tout sauf du vide.

En étendant la logique mathématique des modifications des arrangements de bases espace-temps des cinq plans inférieurs (deux physiques, et trois psychiques) à ces deux plans supérieurs, on peut déduire qu’ils correspondent :

  • A la centrale énergétique pour le plan universel ouvrant sa gamme en La.
  • Aux potentiels des lacs de montagne sis en amont de la centrale énergétique pour celle ouvrant en Si.

Ce que nous pouvons en dire. De même qu’il existe une (pseudo) barrière entre les deux plans du monde soumis aux lois de la physique (300.000 km/s du « mur de Planck »), il existe une autre barrière entre les trois plans du psychisme et les deux plans de la causalité. L’organisation globale correspond au schéma ci dessous.

Do – Food scheath – anna maya kosha – plan organo chimico électrique.    1ère enveloppe de la Personnalité
Re – Vital scheath – prana maya kosha – plan pranique-électromagnétique. 2ème enveloppe de la Personnalité.

Barrière du mur de Planck, qui fait disparaître la Personnalité psychique.

Mi – Mind scheath – mano maya kosha – plan mental – Première enveloppe de l’Individualité.
Fa – Intellect scheath – vijna maya kosha – plan de l’intuition – Seconde enveloppe de l’Individualité.
Sol – Bliss scheath – ananda maya kosha – plan du mental supérieur – Troisième enveloppe de l’Individualité.

Barrière du mur « Individualité / Universalité ».

La - il n’y a plus d’enveloppe individuelle – conscience du Nirvana - Premier plan causal du « SOI ».
Si - il n’y a plus d’enveloppe individuelle – Principe de la dynamique universelle : injonction « SOIS.. ! »

Cette architecture provient des textes védiques. Elle n’a pas été inventée par l’auteur des présentes lignes. Chacun(e) est libre de l’accepter ou de la refuser. Néanmoins, pour être parvenu à imprimer ma conscience dans les cinq premiers plans ontologiques, je confirme, qu’au moins, ces cinq plans correspondent à la réalité. J’ai eu la possibilité de « voir » (comme si j’avais démonté une lunette astronomique) les mécanismes logiques des changements d’arrangements spatio-temporels du système hexa-basique. Je vous dirai, après ma mort physique, si les deux autres plans correspondent bien à leur description. A cette fin, n’oubliez pas de laisser votre répondeur cognitif branché.

 

H]  "QU’EST-CE QUE LE TEMPS " ?

Cette question n'a pas encore reçu de réponse satisfaisante.  Or, le « Référentiel de Minkowski » incorpore une base assimilable à du temps, inductrice de ce que la science appelle la relativité. On parle alors, de couple « espace-temps ».

  • Un premier problème, spécifique au monde scientifique, réside dans le fait que les Mathématiciens ne savent pas si cette quatrième base, devient variable dans ce que les Physiciens ont appelé la mécanique quantique. Alors, entre « fixe et-ou  variable », on coupe la poire en deux, en la déclarant « relative ».
  • Un second problème est induit par ce qui précède. La science impose le dogme selon lequel les « couples espace-temps » sont définis (dans la Théorie des Quanta) comme étant des ensembles exclusivement quantiques. Elle assimile, alors, toute forme existante à de la seule « mécanique quantique ». Cet « abus de position dominante », n’hésite pas à s’étendre au point, d’y incorporer la Biologie, et les Sciences de la Cognition.

Si la fonction spatiale à trois bases (longueur, largeur, hauteur) est bien exclusivement quantique, il semble qu’il existe (en symétrie) une fonction temporelle, qui ne l’est plus ; elle serait la clé de la qualitativité ; elle est donc « qualitique ». Or, même en sciences cognitives, domaine par excellence du qualitatif beaucoup plus que du seulement quantique, les experts ignorent encore les mécanismes logiques de la qualitativité, induite par un « émetteur-récepteur » vivant.

Assimiler la notion de couple espace-temps vivant à  un « quantum » est un contre-sens inducteur de ce que les ophtalmologues appellent un « scotome ». (Un trou, perceptif, donc cognitif, dans un champ visuel). L’étude des cycles d’assimilation qui précède montre qu’introduire la notion de « temps », dans un rapport, c’est le faire sortir de l’exclusivité quantique. Laissez pénétrer une goutte de teinture rouge dans un océan de peinture blanche, l’ensemble ne sera plus jamais blanc. Mettez en relation un simple « dt », avec un ensemble spatial (en le transformant en un couple temporo-spatial), et le couple ne sera plus jamais « exclusivement quantique » ; il devient, à prédominance quantique, avec une touche, (au niveau du phénomène), un soupçon, (au niveau du noumène), de qualitique.

Adopter une telle attitude intellectuelle revient à mutiler le biologique et les sciences cognitives de leur vitalité, à les « castrer de leur qualitativité apportée par la vie ». Les mathématiciens ont besoin d’aller chez un opticien, aux fins de changer leurs lunettes cognitives. Nous avons besoin que des mathématiciens comprennent, enfin, ce qu’est le  « principe de la vie ». (Et ne se contentent plus d’en décrire les effets réfléchis sur la matière). Dès que l’on essaie d’utiliser le référentiel du Professeur Minkowski, en biologie, on tombe dans la … tétraplégie. (en fait, dans la … triplégie).

Il semble bien, en effet,  que, de même que l’espace repose sur trois bases mathématiques, (longueur, largeur, hauteur), source de l’inertie temporo-spatiale,  de même, le temps repose (lui aussi) sur trois autres bases, dynamogènes, cette fois, car elles seraient la source de la double dynamique universelle, dont le moteur serait l’alternance entre la phase de l’expir de la Genèse, et de l’inspir de l’Onto-Genèse, et, dont la somme constituerait le respir universel, que nous allons appeler le « Cycle d’assimilation temporelle ou Cycle d’Antioche »..

Les Astrophysiciens ont conscience de ce respir, mais, … ils calquent l’échelle temporelle (astronomique) sur l’exclusivité du spatialement perceptible ; et, là, ils nous induisent en erreur. Le temps est tout sauf de l’espace ; il doit être mathématiquement défini à partir de bases qui lui sont spécifiques !

Même si elle est mathématiquement utile en physique, (qui n’étudie pas de sujet vivant),  par « rapport » au réel, (et surtout à tout ce qui est porteur de vie) la (quatrième) base relationnelle (assimilable à une base de temps) introduite par Minkowski, est un non sens philosophique et métaphysique ; c’est une « erreur en soi », qui est le fruit d’une illusion, secondaire au fonctionnement du mode cognitif appelée le « mental - pensé ». (Mind, en anglais).

Cette illusion se voit, comme le nez au milieu d’un visage, quand on parvient à « regarder » le temps avec un mode cognitif, autre que le mental. Ce mode cognitif autorise une prise de conscience ( « Im- Pression cognitive ») plus intégrée temporellement. Ce qui n’était, en mode mental, qu’une dérivée « dt », (axe de l’écoulement temporel) est intégré, une fois, voire, deux fois. Il y a donc un, voire deux « changements d’arrangements basiques, avec substitution progressive des bases spatiales – qui se réduisent à un point virtuel – en bases temporelles – qui,  de somme arithmétique de « dt », se comportent alors comme les trois vecteurs que l’on utilise en informatique pour déterminer un « pixel » coloré.

Le temps est le moteur de la « Boucle Genèse – Onto-Genèse » ; il fonctionne comme la musique ; il est  organisé en une succession d’octaves, et donc en une pluralité « pseudo-différentielle » d’échelles temporelles. Combinons trois bases spatiales, à trois bases temporelles, nous obtenons bien nos sept  échelles d’espace-temps, sus décrites ; elles sont organisées selon la logique de gamme pythagoricienne (Do-Re-Mi-Fa-Sol-La-Si).

A titre d’exemple, et aux fins de conforter cette architecture ; rappelons que la table des éléments, qui vibre alors uniquement dans la première gamme universelle (dont la clé d’ouverture est DO)  établie par Mendeleev, est bien sous-organisée en une harmonique à sept niveaux, de structure pseudo-différentielle, appelée « périodique ».

 >

1
I A

2
II A

3
III B

4
IV B

5
V B

6
VI B

7
VII B

8
VIII B

9
VIII B

10
VIII B

11
I B

12
II B

13
III A

14
IV A

15
V A

16
VI A

17
VII A

18
VIII A

 

V

 

1

1
H

 

2
He

 

2

3
Li

4
Be

 

5
B

6
C

7
N

8
O

9
F

10
Ne

 

3

11
Na

12
Mg

 

13
Al

14
Si

15
P

16
S

17
Cl

18
Ar

 

4

19
K

20
Ca

21
Sc

22
Ti

23
V

24
Cr

25
Mn

26
Fe

27
Co

28
Ni

29
Cu

30
Zn

31
Ga

32
Ge

33
As

34
Se

35
Br

36
Kr

 

5

37
Rb

38
Sr

39
Y

40
Zr

41
Nb

42
Mo

43
Tc

44
Ru

45
Rh

46
Pd

47
Ag

48
Cd

49
In

50
Sn

51
Sb

52
Te

53
I

54
Xe

 

6

55
Cs

56
Ba

*

72
Hf

73
Ta

74
W

75
Re

76
Os

77
Ir

78
Pt

79
Au

80
Hg

81
Tl

82
Pb

83
Bi

84
Po

85
At

86
Rn

 

7

87
Fr

88
Ra

**

104
Rf

105
Db

106
Sg

107
Bh

108
Hs

109
Mt

110
Ds

111
Rg

112
Uub

113
Uut

114
Uuq

115
Uup

116
Uuh

117
Uus

118
Uuo

 

Chaque niveau de l’échelle universelle possède bien sa clé d’ouverture de gamme, son ordre mathématique de rapport espace-temps spécifique (comme dans le solfège). Il y a sept gammes, mathématifiées selon la logique de rapports, découverte par Pythagore. Il y a,  donc, sept arrangements de rapports de bases spatio-temporelles. Je redis, que, contrairement à ce que croit la science, les trois bases temporelles sont bien les .. trois variables de la « fonction temporelle intégrale ». (la somme qualitique, et non quantique, de toutes les gammes universelles, organisée en différences de potentiels, dont les « seuils qualitiques » sont rythmés par les rapports entre les bases temporelles. (comme c’est le cas pour le solfège, mais, en remplaçant, bien sûr, les rapports des unités métriques, par ceux des « qualita temporels »).

Je dis bien .. « qualita », et non pas .. « quanta » ! La fonction à bases temporelles est qualitique, et non pas quantique, comme c’est bien le cas dans les fonctions à bases (à variables) spatiales.

La pseudo base de Monsieur Minkowski (la quatrième base) est qualitique, car elle est la dérivée ultime de la fonction temporelle intégrale (universelle). La « relativité décrite par les scientifiques » est le résultat d’une illusion secondaire à la définition aberrante du temps donné par la science actuelle. C’est la science qui introduit cette relativité en utilisant des bases spatiales pour définir le temps, ce qui est .. absurde, en soi ! (cf : Le goût de la soupe relatif à l'oignon, et le chien qui se mord la queue).

Dans la mécanique quantique, cette base qualitique est « mathématiquement tuée », (a-mort-ie), par sa projection restrictive de bases réalisée par Minkowski. Il n’y a pas de vie dans tout ce qui ouvre avec une clé d’ouverture de gamme temporelle vibrant en DO. La mécanique repose sur les lois de mondes exclusivement morts. (a-mort-is). Ce n’est plus vrai pour la Biologie. Les lois énergétiques du monde végétal ne sont plus les mêmes que celles de la mécanique d’objets totalement inertes.

La science ne re-connaît pas encore la différence entre un champ électromagnétique émis par un courant électrique (Gamme Do, dont les vecteurs des nombres imaginaires sont cohérents et monochromatiques) ) et celle d’un champ irradié par un végétal vivant. (gamme RE, dont les vecteurs des nombres imaginaires sont incohérents et polychromatiques) ; champ que nous avons appelé « praniques ». (En empruntant ce terme aux Vedas).  La science confond énergie électromagnétique minérale, et énergie biologique, électromagnétique vitalisée (pranique). Nous avons vu que dans le premier cas, les vecteurs vitesse sont cohérents et monochromatiques, tandis que dans le second cas, ils sont incohérents et polychromatiques.

On peut (par défaut) assimiler le rapport de bases de la mécanique d’objets inertes à somme de quantum, soit à des quanta ; mais, c’est une faute d’étendre cette « assimilation approximative introduite par le référentiel de Minkowski » à du vivant, dont le rapport des bases temporelles met en évidence une énergie qualitique, et non plus seulement quantique. 

Les lois de la Biologie et de la Cognition, ne sont plus celles de la mécanique seulement quantique ; elles ne sont plus celle de la .. physique connue des actuels Physiciens. Quand les Biologistes se contentent de copier les Physiciens et les Chimistes de chimie minérale, ou de chimie organique d’objets morts, ils se comportent en musiciens qui « jouent faux » ! Ils ne font pas de la "Bio-Logie", mais, de la "Bio-tique". (Résultats des effets des êtres vivants).

Rappelez-vous les prions de la troisième génération. Un gène d’ovin et-ou de bovin ouvre sa clé de partition ontologique en Mi, un humain l’ouvre en Fa. C’est à cela que sert … l'ARN, à remettre les diapasons des arrangements de bases temporo-spatiales à leur niveau qalitique spécifique, en fonction de leur « ordre ontologique » (cf : notion de barrière des règnes, des .. seuils qualitiques, donc des diapasons temporaux-spatiaux, qui ont été violés, expérimentalement, par des chercheurs, en laboratoire ).

Depuis 3000 ans, cette échelle qualitique de rapports spatio-temporels,, s’appelle, « l’Echelle de Jacob ». Pour les Modernes, elle porte un autre nom : « échelle de l’Ontologie ». Pour un Biologiste, et en particulier un Généticien, elle s’appelle, « la barrière des règnes ».

La différence fondamentale entre un changement d’ordre des trois bases spatiales (calcul différentiel) et un changement d’ordre des trois bases temporelles (qui suit la logique du solfège pythagoricien) est que dans ce transfert de bases spatio-temporelles, ce n’est plus le quantique, soit, l’espace vectorisé, qui compte, (comme c’est le cas en  électricité alternative), mais, le qualitique, soit, la dynamique qui induit la vitesse, (le souffle, la valeur, la somme de « rythmes », de l’alphabet du Verbe cognitif. En musique, on dit « la couleur et la chaleur d’un son »).

Notre conscience (Im-Pression) n’évolue plus dans le monde objectif des phénomènes, mais dans celui, subjectif des noumènes. Cela introduit des changements (apparemment spatialement ponctuels, en fait, virtuels),  … de tri-accélérations vectorielles aléatoires. Cela  a pour effet  de rendre les nombres imaginaires « incohérents et poplychromatiques ». Essayons d’imaginer quel peut-être le résultat cognitif d’un  tels transfert de double système de bases  .. nous obtenons le mode cognitif …  « génial »  .. de (par exemple) …. Picasso ; qui n'a rien "inventé" ; il s'est contenté de peindre .. ce qu'il voyait. S'il l'a fait de façon géniale, c'est parce qu'il voyait "en mode génial" (en utilisant Vijna maya Kosha), soit le mode ontologique (Fa), qui correspond à celui du règne humain. Il voyait l'essence, l'essentiel, qui n'est pas visible avec la vue des scientifiques ; lesquels travaillent à partir de "mano maya kosha", soit avec le mode (Mi) ontologiquement, spécifique . au règne .. animal !

Intégrons les « x » de la fonction spatiale, selon les règles, quantiques, du calcul différentiel, et simultanément, mettons cette première opération, en … RAPPORT … avec une seconde intervention, qualitique cette fois, qui consiste à jongler avec la gamme pythagoricienne, pour permettre à l’ensemble de la fonction de prendre l’ascenseur qui monte et qui descend dans l’édifice unique comportant sept étages cognitifs. (Boucle Genèse-Ontogenèse). Nous pouvons, alors, concevoir la fonction temporelle comme un montage harmonique de sept poupées russes inter-emboîtées, dont chacune ouvrira sa partition sur une clé d’ouverture de gamme, comme c’est la cas dans le .. solfège musical. Nous retrouvons les sept plans des Védas.

  • L’atomique ouvre sa partition temporelle avec la clé de Do.
  • L’électromagnétique ouvre sa partition avec la clé de Re.
  • Le mental ouvre sa partition avec la clé de Mi.
  • L’intuition géniale ouvre sa partition avec la clé de Fa.
  • La clé de Sol, est réservée à …. des supers sportifs de la cognition ; il faut beaucoup d’entraînement pour parvenir à ouvrir une partition cognitive avec cette clé ; mais, .. c’est humainement possible. On l’appelle « le mental supérieur ». C’est un sujet passionnant, en particulier pour les Cogniticiens ; sujet qui mériterait un livre entier, à lui tout seul. Cependant, il n’est pas lieu, ici, de faire ce développement. Nous l’avons ébauché en citant « Ainsi parlait Zarathoustra » (Hyper-cognition, hyper-mnésie, hyper-thymie, hyper- chromatie). C’est l’intelligence du mental, assimilé à une dérivée, qui aurait subie l’équivalent d’une intégration mathématique du .. second ordre ! L’axe d’écoulement temporel (somme de dt) se transforme en un feu d’artifice temporel d’une puissance cognitive inouïe. (Cette sur-puissance explique la notion d’hyper-thymie ; c’est … émotionnellement bouleversant !). Il est prévu, par le Plan ontologique, (l’évolution de Darwin) que cela soit le mode cognitif de tous les humains. Notons que les Physiciens commencent à parler des propriétés de la matière en termes de : « résonance à beauté cachée ». Dès qu’ils parviendront à intégrer les trois bases temporelles ; la beauté ne sera plus cachée ; elle deviendra  scientifiquement connue, et mathématiquement expliquée.

Cela  permet de co-naître (impressionner dans la conscience) l’intégralité de la fonction  temporelle concernée par l’expérience.  La logique mathématique de ces trois poupées, ou modes temporels, repose, évidemment, sur notyre système tri-basique temporel (sattwa, rajas, et tamas). Les Textes védiques donnent une jolie image symbolique des trois modes temporels basiques, que voici.

 

sattwa-rajas-tamas

 

Cela fait six mille ans que ces trésors dorment, en attendant qu'un "Mathématicien de génie, qui, telle la Belle qui dormait au bois, se réveille".

La variabilité d’un système de bases, spécifiquement temporelles, est donc :

  • mathématiquement nécessaire (d’où l’obligation de revoir le référentiel de Minkowski).
  • effectivement vécue (conscience du premier ordre), et donc, connue (prise de conscience du second, ou du troisième ordre). L’Im-Pression temporelle n’est plus ni cognitivement ponctuelle, ni donc mathématiquement dérivée. Le « vécu connu » l’est à partir de « l’intégralité de sa fonction, à trois variables temporelles ».

Quelles en seraient les trois bases ? Nous en connaissons deux harmoniques inférieures :

  • Le système RVB (Rouge, Vert, Bleu de la colorimétrie), qui a pour harmonique en acoustique
  • Le triple rapport de l’accord parfait « Do-Mi-Sol ».

Comment pourrait-on exprimer ces trois bases de façon plus générale ? Nous l’avons fait en introduisant les notion védiques de « modes, tamas, rajas, et sattwa ».

On peut le faire, en utilisant les rythmes basiques de ce que les Texte hébraïques appellent « le Souffle du Verbe Créateur », soit, les [7x3 = 21] + [ premier Do du quatrième octave = 22] des vingt deux lettres de l’alphabet hébraïque.

Quelles sont alors les trois bases fondamentales de ce qui devient la fonction temporelle (puisque les trois bases sont des variables) ? La dynamique universelle des arrangements « espace-temps » est symbolisée par l’étoile de David, qui « intègre mathématiquement » en les mettant en rapports deux sous systèmes tri-basiques :

  • Le sous système tribasique spatial est architecturé (spatialement dessiné) à partir des trois « lettres mères », que sont [Aleph, Mem et Shin]. Notons que ces trois lettres sont positionnées comme un « 8 ». Aleph représente le zénith du schème, Mem représente le nadir, tandis que Shin représente le parcourt des espaces-temps du système hélicoïdal (donc, alternatif infini) : « zenith-nadir-zenith, .. cycle suivant, etc. ».
  • Le sous système tribasique temporel insuffle (dynamise le dessin spatial du paragraphe précédent) les rythmes basiques fondamentaux, appelés « Le Verbe » .. fournis par la prononciation des trois lettres ouvrant le premier ordre, celui des unités, le second ordre, celui des dizaines, et le troisième ordre, celui  des centaines, que sont [Aleph, Youd et Koff]. Ce sont les trois im-pulsions du triphasé de : « Ant – Yo – Ki », qui dynamise la « boucle Genésique-Ontogenésique » du cycle complet de la fonction temporelle que nous allons appeler le « Cycle d’Antioche ».

Tout l’univers reposerait sur ces deux fois trois bases, spatiales, et temporelles rythmiques, dont les arrangements sont une harmonique des règles mathématiques du solfège découvertes par Pythagore. On comprend alors la signification de ce qu’il avait écrit sur le fronton du temple : « Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre ! ». Rien ne peut exister sans la gymnastique temporelle induite par ces trois rythmes fondamentaux, qui servent de trame à tout ce qui est manifesté.

L’univers est construit comme une somme de cristaux dont l’arrangement spécifique de la trame fournit à chacun ses caractéristiques individuelles, basées sur la logique pythagoricienne du solfège, musical ou colorimétrique.

Tout est  lumière musicale plus ou moins cristallisée, plus ou moins … « corporisée ».

De même que la lumière visible est architecturée à partir des trois bases spatiales :

  • lumière diffuse, s’exprimant selon trois directions spatiales,
  • lumière polarisée, s’exprimant selon deux dimensions spatiales,
  • lumière lasérisée, s’exprimant selon une direction spatiale,

de même, la lumière directe, non encore réfléchie sur la matière, donc vibratoire mais, non corpusculaire, est architecturée à partir des « trois bases du solfège temporel, du souffle temporel » :

  • mode tamas correspondant aux deux plans ontologiques soumis aux lois de la physique,
  • mode rajas correspondant aux trois plans ontologiques soumis aux lois du psychisme,
  • mode sattwa correspondant aux deux plans ontologiques soumis aux lois de la Causalité Primitive,

Afin de mieux comprendre à quoi cela correspond, disons que ces trois bases de la fonction temporelle intégrale, dont la logique est de type pythagoricien, ont comme harmoniques inférieures :

En musicologie, « l’accord parfait » :

  • Do correspond au mode tamas,
  • Mi correspond au mode rajas,
  • Sol correspond au mode sattwa.

En colorimétrie :

  • La base de rouge correspond au mode tamas,
  • La base de vert correspond au mode rajas,
  • La base de bleu correspond au mode sattwa.

Dans l‘alphabet hébraïque :

  • La lettre « aleph », dont la valeur kabbalistique ouvre l‘ordre des unités (« 1 ») correspond à sattwa
  • La lettre « Youd », dont la valeur kabbalistique ouvre l‘ordre des dizaines (« 10 ») correspond à rajas
  • La lettre «  Koff », dont la valeur kabbalistique ouvre l‘ordre des centaines (« 100 ») correspond à tamas

Il est très intéressant de noter que l’alphabet hébreu est architecturé dans le sens de la demie boucle genésique (Sepher Bereschyit), dont le nadir correspond au « Point Oméga », décrit par le Père Theilhard de Chardin.

L’ensemble de la philosophie hébraïque, et, Chrétienne Catholique, est inspirée de cette seule logique architecturale (centrifuge). Il va sans dire que chacun aura compris que, à l’opposé, la philosophie scientifique (positivisme) va dans l’autre sens, (centripète), soit, celui de l’évolution décrite par Darwin ; donc, celui de la remontée ontogenésique.

Les Vedas, sont plus clairvoyants ; ils décrivent les deux phases de l’ensemble des cycles de la fonction temporelle intégrale. J’ai pris soin de préciser « catholique romain » ; il existe une branche du Christianisme (Johannite) qui est parfaitement au fait de la double dynamique temporelle. On la rencontre dans  … « certaines  … Loges maçonniques ». Qui n’a pas entendu parler de « Jakin et de Boaz » ? Jakin correspond à la phase descendante de, « la Genèse » ; Boaz correspond à la phase remontante de, « l’Ontogenèse ». L’ensemble constitue la représentation symbolique de la sinusoïde temporelle intégrale.

Chacun aura compris que l’intégration mathématique de « aleph, de youd, et de koff », donne « Antioche ».

Cette lumière vibratoire est « cis, mais, aussi, trans trous noirs astronomiques ». Elle vibre "en deça", dans le monde de la physique, et "au delà", dans celui de la ..méta ..physique, soit, au delà du pseudo mur de Planck, ou .. d’Einstein. Elle est alors appelée, à tord, « antimatière », car elle devrait être appelé « pré-matière », dans le sens du catabolisme genésique, ou « post-matière », dans le sens de l’anabolisme ontogenésique.

Les Physiciens ne connaissent qu’un ersatz de base temporelle (celle du référentiel de Minkowski, qui est, en fait la somme linéaire, plus ou moins courbée en fonction de la relativité temporo-spatiale, des dérivées ultimes, réduites à un alignement arithmétique de point  nommés « dt » de la fonction temporelle intégrale ; ils ne connaissent, donc, qu’un état de la lumière, … sur les trois. Pour un  Physicien, ce n’est pas grave ; il travaille dans son « ordre de valeur » ; pour un Biologiste, c’est … une castration de la vitalité.

L’univers est une unique modulation qui possède plusieurs lignes d’écriture, en perpétuelles transformations, inspir et expir, catabolisme et anabolisme, tout comme c’est la cas pour la biochimie, dans le cycle de l’assimilation (cycle de Krebs).

Il est courant de dire que l’entropie d’un système thermodynamique ne peut que croître au fur et à mesure de son écoulement temporel. (Nous verrons plus loin, que selon notre présente théorie ce serait faux). Il existe des variations brutales des équilibres ainsi engendrés sous la forme de seuil ou de masse critique. Ce qui est moins connu est que la formule « rien ne se perd, rien ne se créé, mais, tout se transforme » reste valable, malgré ses seuils. Ce qui est perdu  individuellement, dans le sens de l’expir spatial, et compensé holistiquement, dans le sens de l’évolution ontogenésique de notre planète Terre.

Le temps perdu (ou écoulé) par la somme des individus, est gagné, en compensation équivalente, mais dans un autre « ordre », sur une autre gamme  spatio-temporel(le), par l’ensemble du processus ontologique terrestre. Il y a « assimilation temporelle, en va et vient ». Si l’écoulement temporel à sens unique est assimilé au catabolisme temporel, son anabolisme compensateur se traduit  par « l’évolution ontologique » de notre planète entière, décrite par Darwin.

Chaque individualité thermodynamique est une goutte d’eau de mer, qui … constitue l’unique océan, en .. évolution  … permanente. Contrairement à ce qu’enseignent les Scientifiques actuels, le temps intégral est une hélicoïde qui s’écoule en descendant, mais, aussi en re-montant le sablier temporel. La fonction temporelle intégrale, tel un « 8 », est un ensemble fermé sur lui même, qui demeure éternellement constant. Chaque fois qu’une goutte d’eau océanique s’amortit sur la ligne de l’écoulement temporel de son individualité, écoulement spécifique à la clé d’ouverture de gamme de « son » espace temps, elle se réintègre dans l’intégralité océanique, en faisant varier sa clé d’ouverture de gamme, selon les bi-arrangements (trois bases d’espace, et, trois bases de temps)  de son règne ontologique.

La fonction « temporelle intégrale est bien la fonction … d’assimilation intégrale », dans laquelle l’écoulement temporel individuel correspond à la phase catabolique du « moment » ou couple-espace temps particulier, tandis que la réintégration temporelle collective correspond à la phase anabolique de l’ensemble de l’ontologie terrestre, après un changement de clé d’ouverture de gamme de rapports de bases spatiales et temporelles. Tout se passe dans une éternelle et immuable intégralité. Seuls les instants (moments) apparents individualisés varient, comme le font les notes dune partition par rapport à l’intégralité du solfège musical. Tout ce passe, comme dans l’anabolisme du cycle de Krebs, puis la reconstruction spécifique au diapason concerné ARN-ADN, qui permet le passage harmonieux, car, hiérarchique des barrières des règnes. De la viande … de poulet mort… se transforme en protéines vivantes, spécifiquement humaines. Il y a eu gain ontologique, par changement .. d’ordre.

Eh, bien ! … grâce à la fonction temporelle, c’est .. pareil ! Un « temps mort individuel » (donc un catabolite temporel), s’anabolise en « temps ontologique holo-terrestre », du fait d’un cycle d’assimilation de la dynamique de lumière (le temps), que nous avons appelé le « Cycle d’Antioche ».

Pour comprendre ce fonctionnement des échanges d’arrangements des bases spatio-temporelles de la fonction temporelle intégrale, nous pouvons nous référer au cycle de Krebs, car il est bien connu des Biochimistes. 

La phase de catabolisme correspond à l’écoulement temporel des unités basiques de chimie organique, celle de l’anabolisme correspond à l’évolution ontologique holo-terrestre.

La mort (a-mort-issement temporel) est la plus grande des illusions. Rien ne se perd, rien ne se créé, car, tout se transforme, grâce au processus appelé : « la Vie ».

Ce qui se dérive et « meurt » (sic) lors du catabolisme, se ré-intégre lors de l’anabolisme. Lao Tseu avait déjà décrit ce cycle, il y a de cela quatre mille ans, en exposant sa théorie de l’alternance du Yin et du Yang ("Le Yin  naît du Yang, et le Yang naît du Yin". Tao Te King). Leur alternance sinusoïdale engendre les différences de potentiels inductrices de la vitalisation.

Qu’est-ce, en effet, qu’un « dt », pour l’unique océan holo-terrestre ? C’est ... une … illusion, induite par notre mode cognitif très frustre, le mental-pensé, qui écrase, par projection restrictive de bases temporelles, la différence d’ordre entre : « l’ordre mathématique de la conscience, et, celui de la prise de conscience ». La conscience mentale est une dérivation de la prise de conscience, et, donc, inversement, la prise de conscience résulte d’une intégration de la conscience. Entre ces deux états, il y a changement des rapports de bases. (spatiales, mais, surtout, temporelles). La perte quantique individuelle, nourrit le gain … qualitique holistique ; c’est le principe du moteur de .. l’évolution, qui progresse par franchissement de seuils mutatoires ontologiques (règne minéral, règne végétal, règne animal, règne humain, futurs règnes non encore manifestés).

La Science ignorant qu’il existe un système de bases, qui sont les variables temporelles, confond, de facto, les deux ordres qualitiques, soit l’ordre de la fonction intégrée, et celui, différent, de sa dérivée, projetée ponctuellement sur l’axe des (dt). Pour parler en langage de Mathématiciens, la science actuelle déclare que [ "deux aleph, du premier ordre temporel " égalent un " Youd temporel, qui est pourtant du second ordre, soit, au carré par rapport au aleph" ]. Or elle sait que spatialement [ 1 x, au carré (x à la puissance deux) n'égale pas 2 x ]. Imaginons, une seconde, la réaction du Prof agrégé de maths qui entendrait un Doctorant soutenant sa thèse déclarer [ 2x = x2 ] ! Loprsque je vois l'ensemble de la communauté scientifique faire une réduction de bases temporelles qui écrase, de la même façon, les trois ordres ou seuils temporels, je ne peux m'empécher de penser "ils feraient bien de retourner à "l'école (primaire) ..... mais, à celle de Pythagore". Un Youd n'égale pas un Aleph au carré. Nous ne sommes plus dans une fonction quantique, mais, dans une fonction qualitique. La règle logique devient celle du solfège pythagoricien. Toutefois, au niveau de la logique, que l'on soit dans une fonction dont les trois variables sont spatiales, ou dans une autre, dans laquelle les trois variables sont tempôrelles, le raisonnement adopte le même mécanisme mathématique. (Changement d'ordre différentiel quatique, à partir des bases spatiales ; franchissement d'un seuil qualitique, à partir des bases temporelles).

En essayant de comprendre ce qu’est la « fonction temporelle intégrale », et donc, en dégageant les caractères de variabilité des trois bases temporelles, nous allons tenter de jeter un pont qui permettrait à deux ordres, celui de la physique objective, et celui de la psychologie subjective, actuellement incompatibles, de se rejoindre. Le philosophe Kant aurait dit, nous allons essayer de comparer le soubassement, à logique de type quantique, des phénomènes, aux structures, à logique de type qualitique, des noumènes. Ce pont servira à mettre en place les outils mathématiques de la future « science cognitive », et de l'authentique "Bio-Logie"..

 

I]   « Le manège infernal ».

Repartons  de notre question du départ « une couleur est-elle soumise à la gravitation ? ».  De quel type d’énergie un noumène pourrait être est-il constitué ? Dans l’état actuel de la science, on ne peut qu’utiliser des images susceptibles d’induire l’intuition de ce genre d’énergie. La matérialisation suivrait un processus assimilable à celui du dépôt de matière à la cathode d’une électrolyse. Les atomes qui vont donner une forme de plus en plus visible en se déposant à la cathode existent préalablement à leur dépôt, dans la solution saline du bain, et, à l’anode. Pour que ce processus fonctionne il est nécessaire que le courant soit de type « continu ».

Ce caractère de continuité est à mettre en parallèle avec la continuité de l’axe d’écoulement temporel appelé axe des « dt » en mathématiques classiques. Or, avant que le courant continu ne sorte d’une batterie automobile, un alternateur, entraîné par le moteur, a généré un courant alternatif.

L’énergie du noumène serait à l’énergie du phénomène correspondant, ce que le courant alternatif, en amont de la batterie, est au courant continu, distribué par cette batterie ; courant, qui seul permet de « voir le substantiel » du fait d’un processus analogue à celui de l’électrolyse. L’antimatière des Physiciens ne serait, alors que de la pré-matière en solution dans le bain cosmique.

Nous avons déjà vu que la dynamique cosmique est de type « alternative » (Boucle Genèse – OntoGenèse). Faisons passer un courant alternatif dans la solution électrolytique ; nous ferons sauter le disjoncteur d’entrée du courant. C’est ce qui se passe (très probablement) au niveau des trous noirs astronomiques.

Imaginons un manège appelé le manège infernal. Il est constitué d’une grande cuve aux parois verticales qui tourne suffisamment rapidement pour permettre à un motard de rouler horizontalement sur la circonférence de ses parois. La rotation lui fournit une force centrifuge suffisante pour qu’il ne tombe pas. Ouvrons, brutalement, une porte sur la paroi de ce manège. Le motard va prendre la tangente, et son énergie cinétique va progressivement s’amortir sur un axe linéaire d’écoulement temporel, il va .. prendre de la masse, au point de … tomber, « d’a-mort-ir » son énergie.

  • Le Cycle d’Antioche de l’assimilation temporelle c’est « Le Grand Manège Universel ».
  • Le monde des Physiciens, c’est la description de ce qui se passe dès que le motard a pris la « tangente inertielle ». (E = mc2)

Toute tentative de justification d’une énergie trans planckienne (au delà de la matérialisation, soit, au delà du mur de Planck) se heurte à la citadelle, pour le moment imprenable, de la Physique. Pourquoi ?

A partir d’ici, nous entrons dans un domaine totalement vierge d’expérimentation scientifique. Nous ne pouvons qu’émettre des hypothèses de travail.

Le phénomène ouvre ses partitions sur une clé de gammes vibrant en Do-Rouge, (plan atomique), et Re-Orange (plan des champs de l’électromagnétisme), tandis que le noumène ouvre sa partition sur une clé de gamme vibrant en Mi-Jaune. (en mode cognitif mental), en Fa-Vert (en mode cognitif intuition créatrice) et en Sol-Bleu, (mode cognitif mental supérieurl).du solfège colorimétrique.

Le mode mental (spécifique au règne animal) est un mode cognitif .. bâtard, inducteur d’illusions cognitives ! Il fonctionne en alternance ; c’est, soit le « mental-pensé », soit, le « mental-senti », qui impressionne la conscience ; mais, pas les deux, simultanément. Le mode cognitif spécifiquement humain, au regard de l’évolution ontologique, est le mode « intuition créatrice ». Il intègre le pensé (Effecteur), et le senti (Affectant), en une seule prise de conscience. La tradition hindoue sait parfaitement faire la différence entre ces deux modes cognitifs, puisqu’elle leur a donné deux noms différents.

  • Le mental est véhiculé par l’enveloppe appelée « Mano maya kosha » .
  • L’intuition créatrice est véhiculée par l’enveloppe appelée « Vijna maya kosha ».

La logique du passage d’un mode cognitif à l’autre repose sur un changement de rapport d’arrangement des trois bases temporelles (Aleph – Youd – Koff de l’alphabet hébreu, qui se symbolise par « Ant - IoKi », de Antioche) ; il y a « changement pseudo différentiel (franchissement d’un seuil pythagoricien) d’ordre temporel ; il y a changement de clé d’ouverture de gamme. Tandis que le mental ouvre sa partition en «  Mi mineur », l’intuition créatrice du génie (in-geniere) l’ouvre en Fa majeur. De même qu’ :

  • il y a continuité de logique mathématique entre ce qui est physiquement, « infra mur du son », et ce qui est  « méta mur du son ». (On sait aujourd’hui que ce mur n’était qu’une illusion). De même,
  • il y a continuité de logique mathématique entre ce qui est physiquement, "infra mur de la vitesse de la lumière corpusculaire", et ce qui est « psychiquement, méta mur de la vitesse de la lumière corpusculaire ». Mais, on ne sait pas, encore, aujourd’hui, que ce mur n’est qu’une autre  illusion.

Le mur des 300.000 km/sec, décrété comme étant  infranchissable, nous le franchissons, à chaque fois que nous pensons. Les vecteurs incohérents et polychromatiques de nos nombres imaginaires mentaux, pulvérisent ce pseudo mur, décrit par Planck, puis par Einstein, en faisant des variations de bases temporelles, et non plus spatiales. Grâce à cette substitution de système basique, nous en revenons, sans avoir grillé nos circuits par dégagement de joules, ni, sans nous être fait la moindre bosse, … en dehors de celle « dite des maths », qui n’est ni douloureuse, ni dangereuse ! 

Contrairement à ce qu’enseigne la science, un noumène,
est bien une énergie, en soi,  supra-physique (psychique), indépendante des bases spatiales.
Une couleur n’est pas soumise à la gravité, puisqu’elle dépend des bases temporelles.

Les Scientifiques ont pris comme base doctrinale, quasi absolue, le décret suivant : "un fait, ou une explication d’un fait, ne sera accepté(e) par la Communauté scientifique, que … s’il (elle) a pu être démontré(e), et que sa démonstration est communément reproductible". Les phénomènes, et à plus forte déraison, les noumènes  produits par le psychisme humain sont tout sauf « communément reproductibles ».

Alors,  jusqu’à l’arrivée de l’informatique, la psychologie faisait exclusivement partie de la « Littérature » ; elle n’avait pas le droit de cité parmi la classe noble, celle des sciences dites, exactes. Exacte, exacte, … ? Les implications de la « science, dite exacte », sont revues et corrigées, … en permanence ! Il serait peut-être … temps … de rebaptiser la science, en lui trouvant un qualificatif plus  … exact : … « relative », par exemple !

Notons, au passage que dans la somme linguistique « ex-act », il n’y que la racine qui correspond au monde dit de l’action (et donc de la réaction), soit au monde des phénomènes. Les noumènes, eux, … ils sont .. passés .. à la trappe. Pour un Physicien, (science considérée comme étant aristocratique), la psychologie, ce n’est que du « bla, bla, bla, de bricolo, apprenti, bidouilleur», à placer dans la (sous-sous .. !) catégorie des « para-sciences et méta-sciences » … des « pata sciences ! ».

Pourtant un humain, est tout, sauf un « ensemble exclusif de mécanique, seulement quantique ».

Imaginons un Neurochirurgien demander à son assistante : « Passez-moi, la clé de douze, (microns) que je resserre, un peu, les neurones du pauvre type allongé sur la table du bloc opératoire ; il a les joints, qui font des castagnettes ! ».  Il ne faut pas en rire, mais, en pleurer ! Les plus grands Neuro-pathologistes Russes ont découpé le cerveau de Lénine en tranches, puis les ont analysées au microscope, pour essayer d’y détecter la structure qui serait (sic) susceptible de loger son génie ! ! ! Quand, au nom de « La Science ! ! ! », on peut faire cela, en toute bonne foi, on peut croire que l’intelligence se règle au … « dynamomètre neuronal ».

« Relativité …. générale ! ». Tout l’édifice scientifique repose, aujourd’hui, sur un canard boîteux.

[ E n’égale pas,  … exclusivement, … mc2]

  • Si [ E =  (bien) mc2 ] quand on utilise la cognition par l’oculaire (qui regarde le monde, dit objectif), 
  • [ E  = les harmoniques de … xc2] quand on le regarde par l’autre bout, le bout dit subjectif, donc non plus le bout observé par les Physiciens, mais , celui observé par les Psychologues.

Or, « La Science » ne regarde le monde qu’exclusivement par le bout « phénoménal » (dirait Kant), tandis qu’elle refuse d’examiner le bout .. nouménal. Oser prétendre qu’une couleur peut ne pas être soumise à la gravité est un « Crime de Lèse Majesté ».

En clair, ce sont des gens myopes qui  guident l’humanité, dans sa recherche cognitive. Mettez devant vos yeux, un microscope (même, seulement optique) vint quatre heures sur vingt quatre, trois cent soixante jour par ans, et, cela, dès votre naissance, .. même, si vous êtes fondamentalement honnête, vous traiterez d’ignorant quiconque osera vous dire … qu’il existe des étoiles., en lui disant : « démontrez les moi ! ». Si vous enleviez de « temps, ..  en .. temps » le microscope que l’on vous a greffé à la place de vos cornées, vous en auriez immédiatement la preuve.

Depuis une génération, une nouvelle discipline scientifique a vu le jour : les sciences de la cognition. (« Cognosco » est un verbe grec, qui signifie « je connais »). Mais, encore une fois, la science ne parvient pas à rattraper entièrement la psychologie. Notre appareil cognitif a deux bouts, un oculaire et un objectif.

La science n’explore qu’un seul « bout », le bout oculaire ; à l’image de la méthode qu’elle utilise, l’informatique, ne sait que .. dériver (elle fait des analyses cognitives) ; elle ne sait pas encore, faire l’opération inverse, à savoir « intégrer », (faire une synthèse cognitive). L’informatique catabolise, elle ne sait pas  encore anaboliser ; alors les ordinateurs s’obstinent à ne pas pouvoir « auto-intellegerer ». Ils ont impérativement  besoin du software d’un ingénieur concepteur, qui détient le pouvoir (d’auto-intellegerer), parce que lui, se sert simultanément de ses deux bouts cognitifs : phénoménal – et – nouménal.

Il existe, en effet, deux façons de « co-naître  l’im-pression » temporelle :

  • Observer par l’oculaire cognitif d’un équivalent d’appareil optique les … « phénomènes ». Cette méthode est dite « objective » (elle étudie l’objet en lui même). Elle explore la « Voie catabolique de la Genèse ». (JAKIN)
  • Observer par l’objectif cognitif du même appareil optique les  … « noumènes » liés à au phénomène. Cette méthode est dite « subjective » ; elle étudie les conceptions ou perceptions du sujet qui observe. Elle explore la « Voie anabolique de l’Ontogenèse ». (BOAZ)

L’ensemble du « Grand Manège Universel » constitue un CYCLE d’ASSIMILATION TEMPOREL, appelé ici « Cycle d’ANTIOCHE ». Seule la partie « a-mort-issement temporel », du vol plané sur l’axe de la tangente est infernale. C’est la seule partie qu’explorent les Physiciens ; de la dynamique qui induit la rotation de la cuve du manège, ils ignorent tout. Pour eux, c’est : … « l’ astronomique ... trou noir » où [E n’égale plus mc2].

Cela fait six mille ans que la description de la dynamique de cette « cuve universelle » dort dans les Upanishads, et cela fait trois mille ans que son intuition a été perçue par Lao Tseu. « Le Yin naît du Yang, et le Yang naît du Yin ». Il a même symbolisé cette dynamique perpétuelle sous la  forme d’une coupe de la « cuve qui auto-génère son mouvement ».

yin Yang

 

J ] Quelles sont les conséquences de la « myopie minkowskienne » ?

Un lapin court dans un champ ; un scientifique en tire une photo ; il la brandit, en criant « eureka » : voici ce qu’est un « lapin » ! Ne rions pas, les scientifiques font exactement cela avec ce qu’ils appellent « le temps ». Le « dt fixe et constant », si cher aux Mathématiciens, et aux Physiciens, n’est que la photo amortie sur l’espace, d’une entité individualisée de temps authentique.

Chacun se souvient du peintre Magritte, qui défia les routines avec son tableau intitulé  « Ceci n’est pas une pipe ! ». Hé, bien, de la même façon, ce que la science nous montre dans les équations mathématiques, n’est pas le vrai visage du temps ; ce n’est qu’une image morte du temps ; image dénuée de la propriété principale de la fonction temporelle : l’aptitude à générer une dynamique, dont la vitalisation est l’un des aspects majeurs.  On peut imaginer toutes les formules que l’on veut, l’on ne redonnera pas la vie à la photo du lapin ;  même, en la soumettant à des séries d’électrochocs.

Magritte

L’association du facteur temps minkowskien, quantique, et des bases spatiales, toujours quantiques, est assimilé à un « quantum énergétique », et non à une véritable fonction mathématique ouvrant sur plusieurs ordres de valeurs, qualitiques. Ce n’est qu’une unité da base d’énergie, qui n’est toujours pas qualitique, mais, qui reste exclusivement quantique. Cette conception induit une monumentale illusion cognitive.  La science actuelle ignore sur quoi peut reposer le principe de modification, et de passage de seuil, de qualité. Or, pour permettre à un ordinateur de faire de la simulation d’auto-intelligence, il est nécessaire qu’il puisse faire des tris, des choix, et donc de la reconnaissance qualitative (qualitique, et non plus exclusivement quantique). Seule la connaissance de ce qu’est la véritable fonction temporelle, permettra à un ordinateur de faire une reconnaissance cognitive qualitative (ordres, et, valeurs, reconnu(e)s indépendamment de connaissances préalablement mémorisées sur le disque dur).

Cette reconnaissance s’appelle l’ontologie, soit « la science des états d’Etre ». La seule logique booléenne est incapable de permettre une telle reconnaissance. La logique de l’intuition créatrice n’est pas de type booléenne, elle utilise les trois bases temporelles comme .. variables mathématiques.

L’ontologie n’est pas la tasse de thé des Physiciens, qui sont les Maîtres à penser de la modernité. Y-a-t-il un Prix Nobel d’ontologie ? Non ! Et pourtant, l’ontologie est infiniment plus utile au bonheur des humains que ne l’est la Physique. Voilà le mot lâché « bon-heur » ! Le temps des Ontologistes se « symphonise en heurs » ; celui des Physiciens « se compte en heures ». Le premier est le sel de la vie, (qualitique), le second est opération de comptables (quantique).

 

K] Quels sont les remèdes au scotome cognitif induit par  le Referentiel de Minkowski ?

Ce que je vais écrire ici, est une hypothèse de travail, non démontrée (et pour cause !). J’ai écrit, plus haut, qu’avec l’aide d’un Maître Hindou, j’ai pu imprimer ma conscience, en utilisant le mode cognitif nommé « mental supérieur ». Pour ce faire, il et indispensable que l’enveloppe en fonctionnement (la chaîne cognitive, sélectionnée avec mon décodeur cognitif, comme en télévision) ne soit plus celle nommée "mano maya kosha" par les Védas, mais, soit,  "ananda maya kosha". Je ne rentrerai pas dans les détails techniques. Néanmoins, si le temps authentique (non défini à partir de sa relativité par rapport à l’espace) est bien « immatériel » (dépourvu de matière corporisée), il n’est pas une pure abstraction, ou vide, non « co-naissable ».

La spécificité du mode cognitif « mental supérieur » réside dans la particularité des arrangements du système hexa-basique, qui induit la « disparition de la cognition de la personnalité ». Dans cet « état d’être là »,  (ontos), … Chronos … ne se re-connaît plus comme étant l’un des « Fils de Chronos ». (Transformé en pierre, matérialisée, selon la mythologie grecque). Notre « prise de conscience » est celle de « Chronos » (Père), lui même ; soit, non plus sous la forme d’une somme linéaire de dérivées « dt », mais, sous la forme de « l’intégrale du second ordre de cette somme ». 

Les Mathématiciens ne « co-naissent » qu’à la prise de conscience de la somme des dérivées ultimes (Aristote) et de sa relativité, par rapport aux trois bases spatiales (Minkowski). Lorsque l’on parvient à mettre en œuvre cette « prise de con-science », il apparaît nettement que le temps intégral se présente sous la forme d’un « plasma hyper dynamique, hyper énergétique, hyper lumineux, incohérent, et polychromatique ». Notre conscience .. « voit cet océan de lumière, dans lequel elle .. se baigne ». Notre conscience est bien une goutte de lumière mobile, et (surtout),  hyper-cognitive, baignant dans l’océan de l’intégralité du temps éternellement présent.

Nous sommes l’équivalent d’un champ électromagnétique « moment individualisé » de la modulation générale,  qui va induire la sortie des électrons à la sortie du couple rotor-stator de la turbine de la Grande centrale ; laquelle fournira, en aval, l’électricité aux lignes de hautes tension, aux transformateurs, puis, aux installations domestiques.

La science ne connaît de tout cet ensemble, que le courant continu induit par un transfo, sis en aval du compteur domestique, et qui permet de mettre en œuvre la matérialisation à la cathode dans le bac de l’électrolyse : domaine de la seule mécanique quantique.

Un scientifique ne manquera pas de nous opposer l’argument suivant : « Vous oubliez, Monsieur, que la matière première se trouve à l’anode ». Elle est où l’anode de votre système ?

Prenez un verre rempli aux trois quart d’eau. Versez doucement du sucre en poudre (saccharose), il ne se passera rien, au début. A un « moment » précis (seuil) correspondant à un rapport particulier du couple « température - saturation », le saccharose va commencer à sa cristalliser sur les parois du verre. Il va devenir visible. Dans la grande électrolyse universelle, l’anode contient de la « pré-matière », dans un état électromagnétique ou plasmatique, tel que la corporisation n’a pas encore été induite. La clé d’ouverture de gamme ontologique n’est pas la même, parce que les arrangements des trois bases temporelles ne sont pas les mêmes, dans le plan « Do » (atomique), le plan « Re » électromagnétique, et le plan « Mi », mental et nouménal. A chaque fois que l’ascenseur genésique ou ontogenésique passe d’un étage à un autre, il y a « changement d’ordre temporo-spatial hexa basique », et donc, passage d’un seuil entre les deux étages concernés. C’est le principe du solfège pythagoricien qui détermine « l’ordre » du résultat de l’opération : la « résonance ontologique ». A titre d’exemple :

Le Cycle de Krebs, est une harmonique inférieure du Cycle d’Antioche.

Les protides     sont au cycle de Krebs ce que le mode sattwa est au cycle d’Antioche.       gammes La - Si
Les glucides     sont au cycle de Krebs ce que le mode rajas est au cycle d’Antioche.       gammes Mi - Fa - Sol
Les lipides     sont au cycle de Krebs ce que le mode tamas est au cycle d’Antioche.          gammes Do - Re

Les sels minéraux, sont les sels du bains d’électrolyse temporo-spatiale universelle.

Les Protides sont l’expression des lois éthiques, (l’ordre temporel), véhiculées par les codes génétiques.
Les Glucides sont les vecteurs de l’énergie chimico-électrico-organique.
Les Lipides sont la masse de matière en stock. (susceptible d’être anabolisée par le cycle de Krebs).

Le temps est un ...plasma tri basique … à hiérarchisation qualitique ….  de type pythagoricien !

Il se comporte comme une fontaine à sept niveaux, alimenté par le potentiel le plus élevé d’un lac de haute montagne. Lors du processus genésique, le bac supérieur (potentiel le plus haut qualitiquement) déverse son surplus d’énergie (de lumière) dans le bac qui lui est immédiatement inférieur en potentiel pythagoricien (Si se déverse en La ; La se déverse en Sol, etc. ; et .. Mi (mental) se déverse en Re (électromagnétisme physique, connu des Scientifiques). Cela se fait, comme pour le processus de cristallisation du saccharose induit par la saturation, soit, dès que le potentiel énergétique de son plasma franchit un, seuil ; ce qui induit, automatiquement, un « changement de rapport de bases espace-temps hexa-basique ». Un nouvel état ontologique de couples espace-temps apparaît dans l’étage inférieur concerné.

Le « mur de Planck » ou, mur de la vitesse de la lumière .. corpusculaire, ou mur de la corpuscularisation de la lumière mentale préalablement plasmatique, mais, non corporisée. (300.000 km/sec)  correspond au « seuil » ontologique entre le plan du mental (gamme ontologique Mi ), et le plan de l’électromagnétisme (gamme ontologique Re).

Le sens « mental - électromagnétisme » correspond à la Genèse » de la matière. C’est le catabolisme temporel
Le sens « électromagnétisme cérébral - mental » correspond à l’Onto-Genèse (montée qualitique des règnes : minéral, végétal, animal, humain. Etc.. C’est l’anabolisme temporel.

Un IRM permet de mettre en évidence les traces des flux électriques et des champs électromagnétiques qui parcourent le hardware qui permet d’intellegérer, et non le software de l’intelligence elle même. Les bases du hardware sont quantiques et spatiales ; les bases du software sont qualitiques et temporelles. Un ordinateur ne pourra faire de la simulation d’auto-intelligence, que le jour où les mathématiciens auront mis en place un troisième référentiel (newtonien, minkowskien, et troisième, à inventer) ; il sera « hexa basique », car il inclura les variations des trois bases spatiales, et, conjointement, par l’établissement d’une relation fonctionnelle mathématique, celles des trois bases temporelles.

La science ne décrit que les caractères quantiques des objets du monde de l’avoir : le substantiel ; la psychologie décrit les critères qualitatifs (qualitiques) des sujets des mondes de l’Etre !: l’essentiel. Or, l’essentiel n’est pas .. mesurable, il n’est pas quantifiable ; il est qualifiable ; ses bases ne sont pas prioritairement spatiales, elles sont prioritairement temporelles ! En « matière » (sic) de temps, la science est aussi myope que ne peut l’être une taupe en matière, ..  de matières.

Pourquoi sommes–nous cognitivement bloqués dans le fond de cette impasse ? Parce que rien ne peut «  sortir d’un  ensemble fermé ». La science actuelle se comporte comme un ensemble fermé sur lui même, qui refuse de « regarder au dehors de son unité de dynamique ». La science n’étudie que le bout phénoménal de la lunette cognitive, elle nie que le bout nouménal puisse être mathématifiable et scientifiable ; elle le réduit à de la « littérature ».  Or, c’est le bout, qui est ontologiquement le plus noble des deux bouts.

L ] Mise à l’épreuve de la présente théorie.

La présente théorie est fondée sur le fait que la « vitalisation », (dynamisation d’un support de chimie organique qui d‘inerte devient vivant) est la conséquence de con-jonction d’un élément stator (le sujet de chimie organique) dans le flux électromagnétique engendré par la rotation d’un rotor.

Pour un Terrien cette induction a deux sources possibles :

  • La rotation de la Lune autours de la Terre ; la lumière induite sera qualifiée (un peu plus loin) de froide.
  • La rotation de la Terre autours du Soleil ; la lumière induite sera qualifiée de chaude.

La vitalisation résulte (selon notre Théorie) de la transformation :

  • d’une lumière froide, inerte, supportée par des champs électromagnétiques dont les vecteurs des nombres imaginaires sont cohérents et monochromatiques, en
  • une lumière chaude, vitalisée, supportée par des champs électromagnétiques dont les vecteurs des nombres imaginaires sont incohérents et polychromatiques.

Si, notre Théorie est fondée, elle aura une conséquence majeure, lors du prochain vol habité vers Mars. Selon la Science, les habitants du vaisseau qui tentera l’exploration vers cette planète du système solaire ne devraient pas rencontrer de problème vital majeur. Selon nous, il n’y aura que deux possibilités :

  • Les Cosmonautes auront été suffisamment entraînés pour parvenir à s’alimenter directement en « prana », comme le font certains yogi ; ils survivront.
  • Les Cosmonautes n’auront pas  été suffisamment entraînés pour parvenir à s’alimenter directement en " prana" ; ils mourront au bout d’une dizaine de jours dans un épuisement (une dévitalisation) totale et particulièrement pénible. Essayez de conduire une voiture, entre 03 et 04 heures du matin, sans avoir dormi. Votre système nerveux souffre, quand bien même vous auriez ingurgité des milliers de calories, par voie buccale.

Aucun humain ne peut résister à la pire des tortures, qui consiste à l’empêcher de dormir, ne fusse que quelques secondes. Quand la batterie est à plat, elle est à plat. La voiture ne démarre plus, même si le réservoir de carburant est plein. Pour un être vivant, sortir du champ de la dynamo « Terre-Lune », équivaut à couper la courroie de l’alternateur, qui recharge la batterie, sur une voiture.

J’ai vu le Maître Hindou qui m’a enseigné, enfermer, en position de Lotus, l’une de ses élèves (une jeune femme d’une trentaine d’années) dans un trou de deux mètres de profondeur, refermé par des planches recouvertes de sacs de sables. Elle y est restée une semaine, en bloquant toutes ses fonctions végétatives. Elle n’avait ni nourriture organique, ni eau, ni air. Au bout d’une semaine, elle est sortie, en quelques secondes, aussi  fraîche que si elle avait passé une excellente nuit. Elle a bu, très calmement, un bol de lait. Elle pouvait « connecter sa batterie vitale aux flux électromagnétiques induit par le différentiel de rotation Terre-Lune ». Cette aptitude n’est pas (encore) à la portée des humains de la « norme ontologique actuelle ».

Actuellement, un humain ordinaire  ne se charge, non pas, à la phase solaire, mais, au neutre, dont l’entrée se situe dans le quatrième ventricule, et dont la batterie se charge dans notre plexus sacré, en phase (rythmique) avec .. la Lune.

Sortir du champ de la dynamique « Terre-Lune » équivaut, pour un « individu de la norme ontologique actuelle », à ne plus pouvoir se charger en vitalité (en prana) ; c’est se condamner, irrémédiablement, à mort. Je redis que si la présente théorie est fondée, les Cosmonautes qui partiront vers Mars, et qui quitteront, donc les champs électromagnétiques (praniques) induits par la « dynamo Terre-Lune » ne reviendront pas vivants ;  à moins qu’ils ou elles aient pris des années de cours de Yoga, et qu’ils parviennent à se maintenir en attitude végétative comparable à  celle d’un comas prolongé. (Quel intérêt ?). Ils n’auraient que quelques équivalents d’heures terrestres de vitalité, à leur disposition, une fois arrivés sur Mars.

A moins, bien sûr, que la science ne découvre le moyen de fabriquer une dynamo susceptible d’induire des courants dont les vecteurs seront incohérents et polychromatiques, comme c’est le cas pour le "prana, secondairement solarisé par le retournement sur le point oméga", (prana, dont nous nous rechargeons durant le sommeil, dans le champ de la dynamo « Terre-Lune »). C’est théoriquement possible, puisque le prana vibre dans la gamme « Re », de l’électromagnétisme, qui est de l’ordre de la physique. (mode rajas, soumis à la constante de Planck, donc accessible à la science actuelle). Quel pourrait-être ce "miroir dé-polarisant, qui rendrait à de la lumière directe vibrant en mode lunaire (froide), son caractère premier de lumière solaire, mais, indirecte, (chaude) " ?

Dans la pratique, bien sûr, je ne sais pas, puisque la science n’en a pas encore découvert le mécanisme. Mais, nous pouvons poser le problème théorique à résoudre. Choisissons le plan le plus simple dans l’échelle de l’ontologie, soit la vitalisation d’un végétal, sous l’effet de la photosynthèse.

  • Le prana est une lumière pré-vitalisée, froide, car non réfléchie sur la matière, provenant d’un potentiel élevé dont l’origine est méta – physique (au delà de 300.000 km/sec). C’est une lumière mathématiquement dérivée, dont le sens est celui de la lithogenèse.
  • La lumière vitalisée (chaude) représente un potentiel relativement bas, mais, est portée par des vecteurs polychromatiques et incohérents. C’est une lumière mathématiquement intégrative, dont le sens est celui de l’onto-genèse.

Mathématiquement (arrangements hexa-basique), la lumière vivante végétale est à la lumière physique diffuse (tri-dimentionnelle), ce que la lumière du prana est à la lumière physique polarisée. C’est pour cette raison que nous avons utilisé le terme de lumière « solarisée » ; nous l’avons fait en indiquant que cette opération de transfert (lumière froide, vers lumière chaude) dans la plan du règne végétal, est l’inverse logique, mais, à partir des trois bases temporelles, cette fois, d’une opération de « polarisation » (transfert d’une lumière vibrant selon trois bases spatiales en la même lumière ne vibrant plus que selon le mode bi-basique spatial).

Le principe « bio-logique » de changement de gamme (bases temporelles) n’est pas le même que le principe logique « mécanique » de changement d’ordre (bases spatiales), du calcul différentiel. Le transfert ontochronique se fait par franchissement brutal de seuil. Cela se passe comme lors des « potentiels d’action en neuro-physiologie ». On charge un condensateur progressivement, il ne se passe rien ; on continue à charger, et, brutalement, le condensateur se décharge entièrement, lorsqu’il a atteint son « seuil de saturation ». Pour la solarisation des champs, qui de lunaires praniques, vont devenir solaires vitaux, cela se passe de cette façon là.

Il n’y a ni progression linéaire, ni même progression exponentielle du phénomène de « mûrissement ontologique ». Il y a franchissement de marches ontologiques, rythmées par le solfège colorimétrique. (Rouge-Orange-Jaune- Vert-Bleu- Indigo-Violet).

Ce sont les Paléontologues qui pourraient dire combien de temps apparent(en mode mental, donc, en somme linéaire de « dt ») il a fallu à de la matière minérale pour franchir le seuil « Do-Re », qui a donné la vie (polychromatisme, et incohérence vectorielle) à la première cellule organique. Ce processus se reproduit à vitesse « INTEGREE », en « temps, mathématiquement, ontolo-intégré, ontolo-muté, une fois », à chaque fois qu’un végétal soumet ses feuilles à l’exposition de la lumière solaire. Le système basique temporel a définitivement franchi un seuil de « gain ontologique », un niveau d’équivalent intégration mathématique de type calcul pseudo-différentiel, à partir de ses trois bases temporelles, et non pas à partir de ses trois bases spatiales.

Notre Terre a franchi deux seuils ontologiques :

  • le passage de la gamme ouvrant en Do (minéral) vers la gamme ouvrant en Re (végétal).
  • le passage de la gamme ouvrant en Re (végétal) vers la gamme ouvrant en Mi (animal).

Elle se prépare à achever le chargement du condensateur ontologique qui va lui permettre, et va nous permettre de franchir le troisième seuil :

  • Do-Re
  • Re-Mi
  • Mi-Fa passage de la gamme ouvrant en Mi (animal), vers la gamme ouvrant en Fa (Humains ..ontologiquement achevés.).

Les Humains ne sont pas « ontologiquement .. achevés » ; ils sont encore en « charge, en évolution », entre l’état animal, et l’état humain ; état dont la caractéristique principale est qu’il ne co-naît plus le temps à travers sa lunette cognitive mentale (de type animal), mais à travers celle de type « intuition créatrice ». Le franchissement du seuil entre la règne Mi et le règne Fa, est architecturalement prévu durant ce présent siècle. Comment peut-on le savoir .. en lisant l’Ayur Veda ! Ce franchissement de seuil ontologique, correspond à la fin du « Kali Yuga ». (Cf : les livres de René Guénon, dont : « Introduction à la métaphysique hindoue »).

Comment un Scientifique peut-il poser le problème pratique ? Un Physicien français (Mr Charpak) a découvert « la résonance magnétique nucléaire ». Les Physiciens du CERN ont découvert en étudiant les gluons, « la résonance à beauté cachée » s’exprimant par huit couleurs, en fait par « une octave [7 + 1] basique ». Le Yi King est représenté par un dessin octogonal, mais, sa dynamique est mise en oeuvre par une continuité altrenative de manipulations de trièdres basiques, donc, d'une "fonction temporelles, à bases trois". Les Informaticiens ne rêvent que de découvrir un tel système de bases. Il suffit d'introduire un système globalement hexa-basique. C'est tout à fait à la portée de la technologie actuelle. (cf : les "pixels tri-vectorisés", qu'il suffit d'ataloner sur une échelle qualitique de ce qui va devenir le solfège colorimétrique servant à écrire les caractères qualitatifs des noumènes"). En étendant cette résonance basique (qui Est la tri-résonance temporelle ), à ce que l’on pourrait, alors, appeler, non plus la résonance magnétique nucléaire, mais la « résonance magnétique gluonnique », en la vectorisant de façon à pouvoir découvrir l’incohérence et la polychromatie, des équivalents gluons du règne végétal (soit, l’harmonique supérieure de ceux que les Physiciens ont découvert dans les cyclotrons), la science aurait découvert le principe mathématique de la vitalisation d’un support de chimie organique antérieurement, inerte.

Dès qu’elle saura reproduire cette « solarisation du prana », il deviendra possible d’envoyer des êtres vivants vers Mars. Sans une telle dynamo vitale, il est quasi certain, qu’ils mourront d’épuisement vital. (Cette énergie qui circule dans les méridiens décrits en Acupuncture, méridiens appelés « nadis », dans les Vedas).

 

L ]  Les Trois Lumières.

Les arrangements basiques spatiaux de la lumière physique sont une « harmonique inférieure des arrangements basiques spatiaux des trois modes universels « tamas, rajas, et sattwa »

  • La lumière physique vibre en mode tamas, selon trois dimensions,
    • Lumière diffuse vibre en trois dimensions.
    • Lumière polarisée vibre en deux dimensions.
    • Lumière lasérisée vibre en un dimension.
  • La lumière psychique vibre en mode rajas, selon deux dimensions,
    •  Lumière du mental.
    • Lumière de l’intuition créatrice.
    • Lumière du mental supérieur.
  • La lumière causale est réduite à un point  (Le point sur le .. « i » de  «  Youd ») vibrant en mode sattwa.

Nous rentrons dans le cœur du présent blog. Autant les Physiciens comprennent la notion de trois dimensions qui concerne la lumière physique, autant, ils ne parviennent pas à comprendre la notion de lumière psychique (et donc encore moins de lumière causale).

La lumière physique est « corpusculaire – ET – vibratoire », soit, électrique (ou photonique) et magnétique ; elle est « électro …et ... magnétique ».

La lumière psychique n’est plus corpusculaire ; elle n’est donc  - QUE - magnétique; elle est ... plasmatique. Nous venons d’écrire qu’elle vibre à partir d’une logique reposant sur un système mathématique à deux bases spatiales. Ces deux bases, sont les deux polarités du magnétisme (pôle positif, et pôle négatif). Tout ce qui est psychique est .. dipolaire.

  • Dans le plan mental, nous avons le pôle, que nous qualifierons d’horizontal (même plan genésique) de la pensée et le pôle du senti, qui correspondent à l’animus et à l’anima décrits par C.C.Jung.
  • Ces deux pôles s’intègrent en « croix » (mathématique) dans la gamme cognitive correspondant à l’intuition, comme le font les quatre cavités de notre cœur physique (un dipôle horizontal  "oreillette à oreillette" et un dipôle vertical « oreillette vers ventricule).
  • Ils  se re-séparent dans le plan du mental supérieur, après avoir fait un pivotement de 90 degrés de leur axe. De « horizontal » où se dipôle s’exerçait dans le mental ordinaire (à prédominance cognitive spatiale), ils devient vertical (à prédominance cognitive temporelle).

Pour comprendre cette logique mathématique de substitution de système de bases spatiales et temporelles,  il suffit de se procurer un jouet : un multi-cubes à faces pivotantes, constitué de (3 x 3 x 3 = 27) petits cubes dans un gros cube. Il y a neuf cubes verts, neuf cubes jaunes, et neuf cubes rouges. Le but du jeu est de manipuler les petits cubes en les faisant pivoter afin que deux faces du gros cubes deviennent entièrement vertes, entièrement jaunes, et entièrement rouges. Ce jeu représente la logique du monde de la physique quand on le regarde dans sa spatialité réelle. (dans ses volumes). Cassons ce jeu, et séparons les cubes des deux axes, en croix, qui en constituent le squelette. Nous passons de la logique des arrangements hexa-basiques du monde de la physique (vibrant en mode tamas) à celui du psychisme (vibrant en mode rajas). La matière corpusculaire (les 27 petits cubes) a disparue ; la " croix à deux fois trois bases", (fonction de l'horizontalité mise en rapport avec la fonction de la verticalité) qui est l’âme mathématique du jouet apparaît alors devant nos yeux.

Le cœur de la logique de notre Psyché fonctionne comme le cœur de ce jouet. Enlevez cette double (hexa-basique) croix qui fournit la dynamique, et vous .. tuez le jouet. C’est exactement pareil pour le lien mathématique entre le monde psychique et le monde physique. Tuez le moteur de la vie, et la matière, si chère aux Scientifiques, accompagnée de leur énergie, dite de la mécanique quantique  [E = mc2] se « dis … soudra » ; (dé  ... soudé, par la gravitation). La gravitation  …. disparaîtra !

Alors, un « noumène » est-il soumis à la gravitation ? Evidemment « non » ; c’est .. l’inverse » ; c’est la gravitation qui dépend du monde qui la soutient, le monde des noumènes, vibrant en mode rajas.

L’essentiel  précède et engendre le substantiel, (et non pas le substantiel engendre l’essentiel),
lors de  « la phase catabolique du Cycle d’Antioche »..

Pour que le cycle de Krebs puisse anaboliser, il est nécessaire que l’individu ait préalablement ingéré des aliments, qui auront été catabolisés dans la première phase antérieure au cycle alternatif. Contrairement à ce que croit la Science, il n’y a pas de génération spontanée initialisée par les aléas du hasard.

La lumière physique est « électro-magnétique », électrique, et magnétique, à la fois. La dynamo, c’est la .. cuve du manège infernal. Elle se trouve dans le monde psychique, vibrant en mode « rajas ». Ce que les Physiciens étudient, n’est que la toile d’araignée des lignes de distribution du courant ; laquelle évolue bien en trois dimensions (hauteur, largeur, longueur). La spatialité de la dynamo psychique se résume aux échanges des couples de polarités entre les bornes du rotor et celles du stator.

  • Un phénomène    évolue à l’extérieur de la dynamo universelle.
  • Un noumène        évolue à l’intérieur de la dynamo universelle.

Les deux ne font partie que .. « du même ensemble énergétique ». Les dissocier, comme le fait la science, aujourd’hui, c’est ne regarder que par un seul des deux bouts de la lorgnette cognitive ; c’est, donc, être « cognitivement myope » ! "Ceci ... n'est pas ... une pipe" ; c'est un bout de papier, ou une toile enduit(e) de pigments colorés ! On peut dire la même chose pour la ou les formules choisies par la science occidentale pour représenter le temps ! Vos lignes de symboles mathématiques, ne sont pas .."la formulation du ... temps", et encore moins, .. "Le Temps" ! Le Temps, est un orgue colortimétrique dynamogène qui s'exprime à travers une fonction à trois variables spécifiques, (sattwa, rajas, et tamas) et le .. lapin, ... s'exprime ... en mangeant des carottes ; ce que la photo du lapin ne peut pas faire.

L’énergie du monde causal (vibrant en mode sattwa), le fait selon « une seule direction spatiale » ; on l’appelle la « Monade » ; elle correspond à l‘énergie potentielle du lac sis en amont de la centrale énergétique psychique.

Inversement, si nous appliquions la logique induite par le Référentiel de Minkowski, l’arrangement des bases temporelles serait celui-ci (sic) :

  • Le monde physique   (mode tamas) vibrerait animé par un vecteur temporel (l’axe des « dt »).
  • Le monde Psychique (mode rajas)   vibrerait animé par deux  vecteurs temporels.
  • Le monde Causal      (mode sattwa) vibrerait animé par trois vecteurs temporels.

Mais, voilà, le Référentiel de Minkowski n’est adapté que pour des « objets dénués de vie, soit, des objets de mécanique seulement quantique, soit des objets n’appartenant qu’au domaine de la chimie minérale et-ou  de la chimie organique, dénuée de vie » ;  l’organique vivant, d’une part, et le psychisme, à plus forte raison, ne font pas partie de « ce monde là », qui est, exclusivement, celui des Physiciens actuels.

Il convient donc de trouver une autre logique, et un autre Référentiel.

 

O] Le  « cés – âme »   du  « Cycle d’Antioche ».

A l’image de l’anatomie de notre double système nerveux (cérébro-spinal, d’une part, et  sympathique, de l’autre) la Voie catabolique de la Genèse, n’a pas le même arrangement hexa-basique temporo-spatial que la Voie anabolique de l’Onto-Genèse :

  • Le cérébro-spinal est de type « électro-chimique exclusif » (plan universel DO)
  • Le sympathique est de type électro-chimique et eléctromagnétique. (Plans universel DO et RE) ; le système nerveux sympathique comporte un « ascenceur ontogenésique » qui lui permet de changer d’étage, de clés d’ouverture de gammes  vibratoire.

cerveau - nerfs

Ce qui saute aux yeux, c’est l’architecture en « différences de potentiels »  du système nerveux para-sympathique, organisé en deux pôles (pôle cervical et pôle caudal), et de celle de l’orthosympathique, qui est pris en sandwich, entre ces deux pôles extrêmes, dans la partie médiane.

Si nous nous rappelons que nous avons un troisième circuit de circulation de nos énergies (le pneuma grec, les nadis védiques, ou les méridiens chinois ), nous obtenons bien nos tri-bases temporelles, correspondant à trois ordres d’énergie :

  • Un circuit basse fréquence (de type tamas, ou alimentation électrique "Do")
  • Un circuit hautes fréquences (de type rajas, ou champs électromagnétiques "Re", diurne, de lumière réfléchie sur la matière, donc indirecte).
  • Un circuit très hautes fréquences (de type sattwa, ou ondes radar "Re", nocturne, de lumière non réfléchie sur la matière, donc, directe).

L’arrangement tri basique temporel est bien de type pythagoricien. C’est une échelle qualitique.

En fait, c’est une double échelle.

  • Quand on descend l’échelle (voie Genésique – Jakin ) on catabolise, en utilisant les vecteurs monochromatiques et cohérents de l’électromagnétisme minéral.
  • Quand on monte l’échelle (voie Onto-Genésique – Boaz ) on anabolise, en utilisant les vecteurs polychromatiques et incohérents de l’électromagnétisme vitalisé par leur qualité « Bio ».

Comment comprendre cela simplement ? Mais, en comprenant une harmonique inférieure simple de ce système d’assimilation. Regardons comment on passe du règne minéral au règne végétal vivant, en effectuant le changeant de plan ontologique le plus simple : celui qui « donne vie » au règne végétal, en partant du règne minéral.Préalablement, regardons à quoi correspond la « lumière froide vitalisante » (non encore réfléchie, par son retournement sur la matière).

 

O] La cognition de type orgasmique.

Les médecins qualifient « d’exquise » une douleur ayant un seuil très haut en perception, puis, en intensité cognitive, mais, très concentrée dans son écoulement temporel. Un mathématicien dirait : « c’est une sensation de l’ordre des « x », dont la formule a subi une intégration du premier ordre, afin de devenir une formulation de l’ordre des « x2 » (au carré)». Ils auraient presque raison, mais, pas tout à fait raison. Une cognition est de l’ordre des noumènes, et non de celui des phénomènes. Son système de variables mathématiques est à prédominance temporelle ; sa logique différentielle est donc temporelle, et non spatiale. L’écriture mathématique de la cognition n’a pas subi une opération « quantique, de type calcul différentiel », elle a subi une opération « qualitique de type  changement de seuil vibratoire, dans l’ordre (tout aussi mathématique, même s’il n’est, ni Aristotélicien, ni Minkowskien) du solfège pythagoricien ».

La logique mathématique entre :

  • une cognition secondaire à la voie exposée plus haut,  « sensation – perception – cognition mentale », et
  • une cognition de l’ordre mathématique de l’orgasme

subit le même changement de seuil pythagoricien.

  • Une cognition induite lors d’esthésie sensorielle tactile, par exemple, est dite « classique ». Elle ouvre sa clé de partition en « Mi ». (Plan du mental véhiculé par l’enveloppe « mano maya kosha »).
  • La cognition d’une « im-pression » orgasmique est dite « exquise ». Elle ouvre sa clé de partition  en … « Fa ». (plan des intuitions créatrices, véhiculées par l’enveloppe « vijna maya kosha).

Afin d’aider à la compréhension de ce qui vient d’être écrit, nous allons utiliser une image. Translatons ce changement de seuil cognitif dans le domaine de l’informatique.

La logique booléenne du processeur va aboutir au calcul de trois vecteurs, que l’on peut ouvrir et dilater aux fins d’écrire « un pixel », défini (référencé) par trois « systèmes de coordonnées à priorité spatiale ».

    • la répartition du « R-V-B » lui donne « sa » teinte précise par rapport à des milliards de couleurs possibles.
    • L’ouverture ou la fermeture des angles internes à ces trois vecteurs donne la brillance (on quantifie la luminosité).
    • Les longueurs des vecteurs (dont les rapports basiques (R-V- B) a été fixée, fournit l’intensité colorique (la densité de couleur).

Assimilons le travail de mise en place du pixel effectué par les calculs du processeur au travail de notre mental (mano maya kosha).

Comment serait-il possible (en théorie) de changer d’ordre ontologique de type pythagoricien et de faire passer notre ensemble de pixels d’une clé d’ouverture « Re » à une clé d’ouverture « Mi » (vijna maya kosha) ? On peut le faire en … substituant la tri-logique temporelle, à la tri-logique spatiale. Codifions chaque pixel sur une échelle composée d’un emboîtement de trois octaves. Nous obtenons … l’alphabet hébraïque, à [ trois fois sept + une = 22   … bases !] Codifions les clés d’ouverture des gammes, après avoir fait une « analyse grammaticale qualitique », de tel ou telle langue (français, anglais, castillan, allemand, etc… ). Tout cela a déjà largement été fait dans les diverses facultés à travers le monde. En ajoutant au premier référentiel « R-V-B », ce second référentiel colorimétrique, donc, « onto-logique », on peut transférer à chaque pixel le « seuil qualitique » défini, en fonction de son ouverture de gamme, sur cette échelle à 22 ouvertures possibles. Il devient facile de transformer chaque pixel « sorti du processeur », en  une  symphonie verbale jouée sur un orgue colorimétrique à  trois claviers. On peut ainsi savoir si le mot « coloré » par une unique somme (ligne d’écriture) de pixels est un nom, un adjectif, un verbe, conjugué au présent, au futur, à la première, à la seconde personne, du singulier, ou du pluriel, etc. On peut surtout savoir si l’écriture correspond à du français, à de l’anglais, etc. Par un simple « switch » (automatique, puisque l’on aura indiqué à l’ordinateur, les propriétés  qualitatives de cette ligne d’écriture colorée) une ligne d’écriture, dont l’entrée sera lue en français, sera exprimée (par les oreillettes de sortie, du second ordinateur), en .. chinois, ou en russe.

Notons que l’alphabet hébraïque fonctionne de cette façon là. Pour le « commun », l’alphabet est du premier ordre cognitif (mental), pour les initiés (les kabbalistes), il se joue en trois ouvertures de gammes possibles.

  • Aleph ouvre sur la partition du premier ordre, les unités. (Ant)              premier clavier de l’orgue
  • Youd ouvre sur la partition du second ordre, les dizaines (Io)               second clavier de l’orgue
  • Koff ouvre sur la partition du troisième ordre, les centaines (Che)         troisième clavier de l’orgue.

Nous avons notre système « tri-basique temporel, donc qualitique », et non plus seulement quantique.

La partition totale (trois gammes, et, début du quatrième octave [7 notes + 1Do]) ouvre en « Antioche » ; c’est pour cela que nous avons appelé le Cycle intégral de la fonction qualitique temporelle le « Cycle d’Antioche ». Avant d’écrire ces lignes, l’auteur du présent texte, a pris quelques cours d’hébreu ancien, et de ... gymnastique kabbalistique. « AntIo et Che » sont une expression des trois bases de la fonction temporelle intégrale. On aurait pu l’appeler « A-Yo-K », ... Antioche est quand même ..plus ...joli !

Nous pouvons revenir à la cognition orgasmique, dont nous comprenons pourquoi on peut la « qualifier d’exquise », elle « chante en …Fa majeur ! », voire, en « Sol, suprême », alors que les petits branlotins tripatouillent en Mi mineur.

Nous avons décrit l’anatomie de ce que le Grecs appelaient  notre « pneuma » ;  nous savons qu’il est à la base d’un  système d’émission et de réception d’ondes de type radar. Eh, bien ! .. l’onde électromagnétique qui déclenche la cognition orgasmique est de ce type là ! Une nouvelle fois, nous n’affirmons rien. Nous proposons une théorie, en espérant que des Neuro-Physiologistes puissent bientôt la confirmer.

Regardons notre système nerveux, en le faisant à  partir d’un « calque du vide », et non pas le faisant à partir des tissus correspondant à du plein. Nous pouvons imaginer un « générateur spongieux » du même type que celui qui se trouve dans le rostre des cachalots ; il est situé dans notre sacrum, à la base du système nerveux cérébro-spinal, en dessous du plexus « dit sacré », mais, dans le prolongement des racines cérébro-spinales (sortant de la moelle épinière ) ce que l’on appelle « la queue de cheval ». Cette gare de triage de nerfs est un paradoxe. La science n’en comprend pas l’usage, et encore moins l’intérêt. Une telle densité de nerfs ne s’explique que si l’on imagine le « calque du vide ». La queue de cheval va innerver … une somme d’équivalents condensateurs, qui va alimenter notre .. radar interne.

Ce radar fonctionne en « THT » (très hautes fréquences) ; les ondes vibrent dans des hauteurs de gammes trop élevées pour être détectées  - directement – par les instruments de mesure des Physiciens ; elles vibrent au delà de la barrière quantique des 300.0000 km/sec. Mais, il est, sans doute, possible d’en détecter – indirectement – les traces, en utilisant le principe des diviseurs de fréquences.

Le double système nerveux sympathique (ortho et para ) fonctionne comme la télévision, en simple « hautes fréquences ». Les plexus (électro-aimants) rayonnent sept champs « électro-magnétiques vitalisés », ( à vecteurs polychromatiques et incohérents), mais, dans des gammes de fréquences, immédiatement accessibles au outils des Physiciens. Ces champs rayonnants ont reçu le nom védique de « chakras ». Il y en sept : de la gamme « Do », à la gamme « Si », voici leurs noms.

Do       Plexus honteux interne             Muladhara chakra.
Re        Plexus sacré                            Swadhisthana chakra.
Mi        Plexus entérique et solaire        Manipura chakra.
Fa        Plexus cardiaque                     Anahata chakra.
Sol       Plexus thyroïdien                     Vishuda chakra.
La        Mésencéphale                         Ajna chakra.
Si         Epiphyse                                 Saharara chakra.

7 chakras

 

moelle

retour

Le générateur correspondant au triangle, en regard du mot sanscrit :  « swadisthan », du dessin ci dessus. (au dessus du plexus honteux, lequel irradie les champs de « mooladhara chakra ». Ce condensateur  :

  • Est alimenté en basses tension (équivalent du 220 volts) par les ramifications nerveuses de la queue de cheval.
  • Emet en THT par le vide (virtuel) du canal de l’épendyme qui court tout le long  du centre de la moelle épinière. Ce canal débouche sur les quatre ventricules cérébraux, dont nous avons donné le dessin du moulage un peu plus haut.
  • Emet des ondes « aller – et retour » nommées Ida et Pingala, par les textes védiques, ondes qui sont .. filtrées en fonction de l’impédance des champs électromagnétiques correspondant aux sept chakras émis en Haute tension par l’induction des électro-iamants (les cinq plexus sympathiques, et les deux centres végétatifs cérébraux) correspondants.
  • S’il y a accord de résonance (pythagoricienne) entre l’impédance des champs élecrtromagnétiques sympathiques, et l’onde radar émise, l’onde monte, et sort comme le fait une onde radar qui sort de l’antenne émettrice. (Cette sortie est dessinée sur notre dessin, sous la forme du lotus aux mille pétales).
  • S’il y a désaccord, l’onde émise s’arrête au niveau du chakra, dont la fonctionnalité qualitique lui correspond, l’excite, puis retourne au générateur du sacrum.  (Les Védas l’appellent alors Pingala)

En « fonction du système tri-basique temporel », la cognition de l’émission qui correspond à ce qu’est un orgasme est « colorée » de façon correspondante.

  • Si le candidat au plaisir orgasmique ne vibre qu’en Do, il ne ressentira qu’une sensation ordinaire de vidange de sa prostate, ou d’excitation du col vaginal. Seul Mulhadara chakra sera excité, la transmission nerveuse se fera par le plexus honteux interne sis, dans le pelvis. Les champs et les plexus fonctionnent dans le sens énergétique d’une dynamo. L’excitation d’un champ provoque l’apparition d’un courant induit dans le circuit du plexus ou du centre végétatif nerveux correspondant. C’est donc le système nerveux sympathique qui transmettra l’influx au centres hémisphériques. La transmission des influx nerveux est centripète. (De la périphérie vers le centre cérébral hémisphérique).
  • Si le candidat à la cognition orgasmique vibre en Re, il pourra différencier la cognition secondaire au vidange de la prostate de celle de l’expulsion des spermatozoïdes testiculaires. C’est l’excitation de Swadhistaha chakra, transmise par le plexus sacré, qui sera connue.
  • Si le candidat la cognition orgasmique vibre en Mi, il ressentira un plaisir mental déjà un peu exquis. C’est l’excitation Manipura chakra, transmise par le plexus solaire, qui lui donnera cette coloration cognitive mentale.
  • Si le candidat la cognition orgasmique vibre en Fa, c’est qu’il (ou elle) est amoureux de sa (ou de son) partenaire ; il y aura fusion entre les deux cognitions (comme dans le cas de l’intuition qui intègre la cognition de la voie de la pensée et de celle du senti). Le et la candidat(e) auront atteint, ensembles, le .. quatrième .. ciel ! C’est l’excitation de Anahata chakra qui aura permis cette exquise prise de conscience « conjointe ».
  • Si le candidat la cognition orgasmique vibre en Fa, .. il atteindra le « cinquième ciel » .. cela ne se raconte pas sur Internet. :  « Ainsi parlait .. Zarathoustra ! ».
  • S’il monte plus haut (sans avoir besoin de rapport sexuel, les trois bases spatiales ont été réduites  au point virtuel de la « Monade », seules, les trois bases temporelles sont les variables) sa conscience atteindra le .. Nirvana ! Il est devenu « Il Castrato ; le « Farinelli, de la (sublime) cognition ».

La science classique enseigne que la moelle contient les fibres de l’esthésie tactile, douloureuse, thermique, et profonde. Elle ignore que nous avons à notre disposition un autre mode d’esthésie, l’orgasme. C’est pourtant, important ! Les quatre modes esthésiques classiques utilisent les voies nerveuses du « plein », que l’on voit sur n’importe quelle planche d’anatomie ; l’orgasme utilise la voie du vide, celle du canal de l’épendyme, et des ventricules cérébraux. C’est la voie de « la flèche d’Ulysse, qui parvient au terme d’un très long voyage, ontogenèsique, à traverser les sept anneaux ! ». Nous retrouvons toute la sagesse chinoise du Tao Te King «  le « yin naît du Yang, et la Yang naît du Yin, la vie naît de leur alternance ». Elle a bien .. deux .. bouts !

 P ] Principe de « l’onto - logi - que » de la photosynthèse des végétaux.

Consultons une encyclopédie aux fins de définir la photosynthèse. « La photosynthèse est le processus bioénergétique qui permet aux plantes de synthétiser leur matière organique en exploitant l’énergie solaire. C'est la fabrication de matière carbonée organique à partir de carbone minéral (CO2) en présence de lumière. » Voilà, nous avons bien sous les yeux notre « changement d’ordre onto-genésique ». La photosynthèse est un processus d’assimilation (une harmonique inférieure du Cycle d’Antioche), qui permet de faire passer des objets inertes (clé de gamme Do, des minéraux) en de l’organiques vitalisé (Clé de Re, vivant).

Comment cela se passe t’il ?

  • Les minéraux (Do) sont catabolisés par l’entrée de la sève brute dans les cellules des feuilles végétales.
  • Les éléments organiques vivants sont anabolisés par l’équivalent (dans une spire ontologique inférieure) du cycle de Krebs, des cellules animales et humaines, par la sortie de la sève élaborée.

Quel en est le résultat au niveau de leur logique mathématique ?

  • Les arrangements des bases spatio-temporelles des minéraux sont de l’ordre ontogenésique de l’électro-atomique.
  • Les arrangements des bases spatio-temporelles des végétaux vivants sont de l’ordre ontogenésqique de l’électromagnétisme de l’organique vivant, dont les vecteurs sont … « incohérents et polychromatiques ». Les végétaux vivants ont un champ vital coloré que l’on appelle une « aura ». S’il était possible de la photographier ou de la mesurer, on pourrait comparer la vitalité de plusieurs légumes ou fruits du même type sur une échelle de qualitativité. Les marchands ne pourraient plus nous vendre, au prix (très) fort, des (apparemment superbes) fruits, quasiment morts, car mis au congélateur, durant plusieurs heures, et qui ne peuvent même plus servir de nourriture à des … porcidés.

Est-ce qu’un jour la science découvrira ce qu’est la « vitalité », qui est « qualitique », et qui n’a rien à voir avec une « quantité » de calories ?

Comment les vecteurs cohérents et monochromatiques de l’électromagnétisme minéral se transforment-ils en vecteurs incohérents et polychromatiques de l’otganique vivant ?

Ils ont franchi le nadir de la boucle « Genèse - OntoGenèse », que Teilhard de Chardin a appelé le « Point Oméga ». Ils ont fait ce que les Francs Maçons et les Alchimistes appellent un … RECTIFICANDO (Visita interiore taerre rectificando invenies occultum lapidem ..  « visites l’intérieur de la Terre et du découvriras la pierre occulte » : « VITRIOL »).

Nous avons notre « césame, …ouvres-toi ! ».

  • La lumière catabolisée provient de la Phase de Genèse des minéraux. Elle est du premier ordre ontologique, celui de l’électro-chimie minérale. (Clé d’ouverture de gamme en « DO »).
  • La lumière transformée correspond au rectificando, de chimique minérale, elle devient chimique organique ; de la gamme ouvrant sur en clé de Do, elle passe à la gamme ouvrant sur une clé de Re. Il y a changement d’ordre ontologique. Mais, nous restons au niveau mathématique de la « mécanique quantique » comparable à la progression des phases des flux électromagnétiques minéraux du courant électrique alternatif, sorti d’une dynamo, qui sont « inertes ». 
  • La lumière anabolisée correspond à la vitalisation des éléments de chimie organique inerte, en éléments de chimie organique de la plante vivante concernée par la photosynthèse (en fonction de son du code génétique personnel). Les vecteurs imaginaires des évolutions des phases deviennent polychromatiques et incohérents, à accélération variable ; il sont vitalisés, lors de la remontée temporelle onto-genésique..

Nous avons trois  .. temps .. les trois .. « tempo ». correspondant aux trois variations d’arrangement des trois bases temporelles, alors que dans le même « temps apparent », (dt)  il y a eu constante quantique. Le nombre d’atomes de carbone, d’azote, d’oxygène, etc. n’a pas varié. Les variables mathématiques sont bien temporelles, et non pas spatiales. Les changements ont bien un résultat « qualitique », et non « quantique ».

Le Référentiel de Minkowski est incapable de sous-tendre la logique mathématique de cette opération de bio-vitalisation.

 

Q ] Le secret de la vie.

Nous avons désormais dégagé tous les éléments nécessaires à la compréhension  du principe de la vie : la « vitalisation d’un support de chimie organique ».

L’univers est constitué de deux Voies de parcourt de lumière,

  • une voie genèsique  centrifuge, dont nous avons vu que le caractère principal était d’être catabolisante. Elle a reçu le nom symbolique de « Jakin ». Elle est représentée, chez nous, par notre système nerveux cérébro-spinal. Elle est « quantique »
  • une voie onto-genèsique centripète,  dont nous avons vu que le caractère principal était d’être anabolisante. Elle a reçu le nom symbolique de « Boaz ». Elle est représentée, chez nous, par le complexe pneuma (du cycle circadien) et, le double système nerveux sympathique (ortho et para).  Elle est « qualitique ».

La fonction temporelle intégrale est la formulation mathématique de la dynamique de respir lumineux (demie phase d’expir, correspondant à la Genèse, retournement au point « oméga », [nadir du système], puis, demie phase de remontée onto-genésique, règne par règne, en suivant la logique du solfège pythagoricien).

Dans la Tradition hébraïque (Sepher Bereschyit)

  • La Voie genésique a été appelée « l ‘Arbre de la connaissance ».
  • La Voie onto-genésique a été appelée « l’Arbre de Vie ».

Qu’est-ce qui différencie ces deux voies ?

C’est l’étude de la photosynthèse, au chapitre précédent,  qui va nous donner la réponse.

Quelle est la différence entre la lumière (principe de la chimie) qui est le résultat de la transformation de la sève brute, en sève élaborée ;  soit, ce que nous avons appelé :

  • Lumière « transformée » (de minérale, elle est devenue organique), et la
  • Lumière  « anabolisée »  (d’organique morte, elle est devenue organique vivante) ,
  • La première est animée par des vecteurs vitesse de nombres imaginaires … monochromatiques et cohérents , c’est de la LUMIERE FROIDE. (de type lunaire – ou  Yesodique) « Yesod » est la seconde sphère d’influence en partant du bas de « l’Arbre de Vie » hébraïque.
  • La seconde est animée par des vecteurs vitesse de nombres imaginaires … polychromatiques et incohérents , c’est de la LUMIERE CHAUDE. (De type solaire – ou  Tipherethique) Tiphereth  est la  sphère sis au centre de « l’Arbre de Vie » ;  c’est le centre de la double croix, qui met en relation mathématique les trois  bases spatiales, et le trois bases temporelles.

Nos qualificatifs de « froide ou chaude », de la lumière ne correspond pas à la définition que lui en a donné la science. Pour nous :

  • une lumière est « vitalement froide », quand elle est issue de la voie genésique (par exemple lorsqu’elle circule dans notre système nerveux cérébro-spinal).
  • une lumière est « vitalement chaude », quand elle est issue de la voie onto-genésique (par exemple lorsqu’elle circule dans notre système nerveux sympathique). Elle est  sympathiquement réchauffée, ou mieux ... « solarisée ».

Où se trouverait donc notre soleil photosynthèsique ?  A la plage ? .. Non, bien sûr ! Notre soleil est intérieur ; c’est la rayonnement de notre « Charitas », de notre … aptitude à  sublimement sympathiser, de notre aptitude à .. « aimer ». La fonction de l’âme, c’est .. « l’am-our », c’est . .. l’amour … « chaud », et, non pas la trace chimique de l’amour froid des Biochimistes, qui essayent de le réduire à une sécrétion de neuro-stimulants. 

Notre soleil, c’est l’ … Amour .. software, et non pas, le hardware de l’amour.

En anglais, quand on souhaite dire « Je Suis » , on dit « Y .. Am » ;,
et, en Castillan, on dit  (facilement ) :  « Io .. (te) .. Am .. o » !

La lumière que nous recevons dans notre « pneuma », durant le sommeil (le prana des Hindous) est une lumière catabolique, non réfléchie sur la matière, donc, directe. Elle se retourne sur la matière, au nadir de la boucle « genèse – ontogenèse » (le point oméga du Père Teilhard de Chardin) et remonte pour être anabolisée, note pythagoricienne, par note, comme dans le solfège ; elle le fait sous la forme physique, en premier, puis psychique, ensuite, d’une  lumière désormais, indirecte, car, cette fois, réfléchie sur la matière, par la voie, soit de la sève élaborée, pour les végétaux, soit, du sympathique (qui porte vraiment bien son nom), pour nous.

Chez nous, le point de retournement « oméga » se fait dans le seconde enveloppe (électro-magnétique ou, .. aurique, ou, éthérique) appelée « Prana maya kosha », par la Tradition hindoue. Cette enveloppe ouvre sa partition de gamme ontologique en « Re ».

Le correspondant dans la gamme « Do » est notre plexus sympathique « sacré » (devant le sacrum), qui encore, une fois, porte bien son nom.

Le « transformateur ontologique » est de l’ordre des champs électromagnétiques. Il transforme un champ monochromatique, en champ polychromatique.

  • Dans les Vedas, il  un nom : « Swadhisthana chakra ».
  • Dans les Sephers, son nom correspond à «Yesod ».

Nous allons voir, maintenant, comment fonctionne notre orgue calorifique sympathique à sept clés d’ouverture de chauffage de lumière nerveuse, et secondairement, de rayonnement vital.

 

R ] Le Sablier temporo-spatial.

Chacun a entendu parler du « sablier temporo-spatial ». Depuis des générations, on le représente de cette façon :

8

En le présentant ainsi on introduit une erreur, suffisamment grave, pour ne plus pouvoir comprendre la logique du fonctionnement. Il n’y a pas de vraie « symétrie », entre le demi sablier du bas, et celui du haut, puisque la logique verticale est construite à partir des potentiels, des seuils discontinus, calqués sur le solfège.

Il y a bien trois bases spatiales et trois bases temporelles, mais, si la logique des bases temporelles dynamise celle des bases spatiales, les deux logiques n’ont pas le même fondement mathématique. La première ouvre sur la mécanique quantique, l’autre, ouvre sur la différence de seuils de qualitativité de l’onto-genèse.

Comparons l’ensemble à un bâtiment composé de sept étages.

  • La logique spatiale ne concerne qu’un seul étage ; elle est horizontale.
  • La logique temporelle concerne l’arrangement des sept étages ; elle correspond à l’ascenseur qui met en fonction les sept étages « spatialement  individualisés ».

Dans les mathématiques classiques, seules les trois bases spatiales correspondant aux  coordonnées « x », « y » et « z ») sont les variables de la fonction. Ici, les trois bases temporelles sont, aussi, des variables de logique différente, puisque de type pythagoricien.

Si l’on respecte l’esprit de la toupie à sept étages, l’on obtient … la silhouette d’un homme en position de lotus

 

sablier

Cette silhouette symbolise la "statique" de l'ontochronie (Etreté du Temps Intégral) de l'Univers.

On peut obtenir une représentation dynamique du sablier temporo-spatial, de cette "ontochronie", en assistant au spectacle, sublime, de la danse des Derviches tourneurs. Il effectuent trois cent soixante cinq  rotations, sur eux mêmes, dans leur tenue en forme de triangle à la pointe en haut, (Tiphereth, le soleil)  en expirant, encore, et encore, des heures durant,  le son « a » ... de « La ilaha illa Allah ». Ce faisant, ils mettent leur cerveau en « hypocapnie ». (diminution du taux de CO2 »  = oxyde de carbone). Le résultat, sur leur zoom cognitif, est identique à celui de la prise de drogue comme le haschisch (sans les inconvénients de l’altération de leur  système nerveux, engendrée par la toxicité de la drogue). 

Derviche

Cette silhouette symbolise la "dynamique" (photographiée) de l'ontochronie (Etreté du Temps Intégral) de l'Univers.

Tout en reproduisant le spectacle de la "Danse de l'OntoChronie Universelle", ils font un zoom cognitif, en modifiant leurs système d’arrangement de bases temporelles. Ils marient les six bases du système hexa-basqique spatio-temporel. Cette « danse » de la vie, mérite bien le nom de danse sacrée. En modifiant ainsi les arrangements de leurs six bases spatiales et temporelles, ils permettent à leur conscience de monter de un degré qualitique dans l’ascenseur  du zoom cognitif… et, en plus, c’est sublimement beau !

Les Derviches mettent en pratique, depuis des siècles, des "lois essentielles à la Vie" que (par leur entêtement déraisonnable à se restreindre, à se ... borner ..., au rôle "d'exclusivement Quanticiens" ) les Mathématiciens et les Physiciens modernes ne sont toujours pas parvenu à comprendre.

Les drogues induisent de profondes perturbations du fonctionnement de nos deux systèmes nerveux. Il y a deux façons de "co-naître" la polychromatie des vecteurs imaginaires vitalisés (lumière chaude) :

  • utiliser des drogues. L'effet induit est équivalent à celui d'une allumette jetée sur un camion rempli de fusées de feux d'artifice. Cela exlosera dans tous les sens, de façon 100% incohérente.
  • apprendre auprès d'un Maître Hindou la technique des transferts de conscience dans les "plans parallèles". On obtient, alors, la maîtrise du départ, et de la direction des fusées de ce même feu d'artifice. L'incohérence est "contrôlée". Il n'y a plus de dégats collatéraux. Le spectacle (intérieur) devient ... sublime !

On pilote les vecteurs et les effets de la polychromatie exactement comme un Pilote professionnel combine les manoeuvres du manche à balai électrique, des commandes des gaz, et des volets de sustantation. On pilote les changements d'accélération, et donc, de chromie, des trois variables temporelles. Si le pilote était drogué ... l'effet destructeur sur son avion serait le même que celui induit par la drogue sur notre système nerveux.: "crash ... boum ... au secours, le SAMU !".

J'ai bien écrit "accélération", et non "vitesse". Je sais que le champ induit par un courant électrique alternatif est repéré à l'aide de ce que l'on appelle un " vecteur-vitesse". (Je suis titulaire d'un diplôme d'électronique appliquée à la Biologie, descerné par une fac de Sciences). Disons qu'un tel champ se comporte comme une succession de ballons de rugbi enfilés, comme des saucisses, (avec des noeuds et des ventres), qui se gonflent ou se dégonflent en fonction de l'intensité du courant inducteur. Entre la pointe du ballon (noeud) et sa partie la plus redondante (ventre) la pente de la vitesse est linéaire. Ce mode correspond aux vecteurs cohérents et monochromatiques. Sa cognition (impression conscientielle) correspond à celle du mode cognitif "mental".

Le mode cognitif "génial" se caractérise par une substitution des six bases. Les trois (ex) dimensions de l'espace (dx, dy,dz) se transforment en une ligne ondulable, assimilable à ce qu'était la ligne droite de l'écoulement temporel, dans le référentiel aristotélicien. L'espace ne possède donc plus qu'une seule variable (cette ligne sur laquelle nous pouvons piloter notre conscience). Ce sont les trois variables temporelles qui prennent le relai dans la fonction spatio-temporelle. Leur mode logique de variabilité est "pythagoricien", et non plus "différentiel". Chaque point référencé sur la seule ligne ondulée de ce qui reste de l'espace possède une accélération propre, qui lui permet de se comporter comme sur une ligne de solfège colorimétrique. Notre conscience ne se déplace plus dans l'espace, elle joue de la musique polychromatique sur un orgue à trois claviers (un clavier qui ouvre les partitions en mode tamas, équivalent colorimétrique de partitions ouvrant sur la prédominance de rouge et d'orange, un second clavier qui ouvre les partitions en mode rajas, équivalent colorimétrique de partitions ouvrant sur la prédominance de Jaune, de vert, et de bleu, et un troisième clavier qui ouvre les partitions en mode sattwa, équivalent colorimétrique de partitions ouvrant sur la prédominance de indigo et de violet).

Nous ne regardons plus cette musique lumineuse du dehors, nous sommes", "Je SUIS ..!" cette partition lumineuse, connue, de l'intérieur. Eh, .. ça vaut du Bach, du Mozart, ou du Beethoven ! C'est de cette façon là que les compositeurs de génie "naissent à, et, avec, leurs composition" ; ils "co-naissent". Ils ne travaillent (évidemment) pas avec leur mode cognitif "seulement mental". Contrairement à ce qu'enseignent certains "mé-co-naissants", le "savoir" (mental) n'a absolument rien à voir avec la "co-naissance". Le premier est de l'ordre du singe qui apprend sa leçon pour attrapper sa banane, le second est réservé aus humains authentiques, ceux qui savent faire fonctionner leur génie créateur.

Comment cela peut-il "Etre" ? Imaginez que vous tentiez de "prendre conscience du contenu cognitif véhiculé par une photo". Vous utilisez le mode mental. Passez deux heures dans une salle de cinéma, pour prendre conscience de la somme des contenus cognitifs véhiculés par ce millions de photos, à travers un film. Zoomez votre mode cognitif et passez du mode mental, au mode intuitif ; vous "co-naîtrez" en une "seconde apparente" (l'instant apparent d'un flash, en mode temporel mental) l'intégralité du contenu conscienciel des milliions d'images. Vous avez fait une" intégration temporelle du premier ordre mathématique", et non plus une intégration à partir des trois bases spatiales, en faisant varier les bases temporelles, (et non plus les bases spatiales). Toute personne qui sait utiliser le mode cognitif génial fait cela aussi facilement qu'elle peut claquer des doigts ; en basculant un "switch cognitif" on fait varier les rappors ontochroniques de boîte de notre zoom cognitif. Quiconque a une intuition, sait faire cela, comme Monsieur Jourdain savait rédiger de la prose.(sans le savoir)

Quand au mode cognitif "mental supérieur", ce n'est plus "seulment génial", c'est ... "Divin" ! (Cela correspond à "l'extase" des Grands Sages). Il n'y a plus de ligne d'espace du tout ! Il ne reste de l'espace qu'un rapport de dialogue dont le couple devient : "Point individuel - Ensemble Universel". Les Upanishads parlent d'impression conscientielle dans les "Archives Akashiques", les Hébreux parlent de l'accès à Daath, la sephira invisible, qui ouvre l'accès à la prise de conscience de la fonction temporelle intégrale, soit à la prise de conscience de l'intégrallité de la fonction temporelle.

S ] Le principe de la « tornade temporelle ».

Un cyclone est un ensemble de nuages en rotation, dont la source d'énergie est la différence de potentiel de température entre :

  • Le potentiel thermique du niveau de la mer et
  • Le potentiel thermique accumulé par condensation de vapeur d'eau en altitude.

On peut ainsi considérer le cyclone comme une « machine de thermodynamique ».

Imaginons un double cyclone qui ressemblerait à un ascenseur. La fonction temporelle intégrale, que nous allons développer dans l’étude détaillée du Cycle d’Antioche, ou cycle d’assimilation temporelle,  est bien cette une machine qui fournit la dynamique universelle, permettant de :

  • descendre les sept étages genésiques, (c’est le contre-poids descendant de l’ascenseur : la phase catabolique).
  • remonter les sept étages onto-genésiques. (c’est la cage montante contenant les individus de cet ascenseur : la phase anabolique).

Le potentiel le plus élevé du système correspond à celui des nuages en condensation (pôle causal) il s’appelle :

  • Purusha, dans les Vedas, et
  • Kether, dans les Sephers.
  • Sahasrara chakra (chakra coronal), chez nous. (il est immatériel, symbolisé par la kippa des Juifs, la calotte des Francs Maçons, et par la tonsure des Prêtres) .... la ...tiare, à trois étages du Pape. Il est dommage que mon homonyme ne connaisse pas les mathématiques ; il aurait compris (cum .. prendre) la signification de son "Couvre . Chef". La face du monde en eut été changée !

Le potentiel le plus bas du système correspond à celui de la mer en état liquide (pôle physique). il s’appelle :

  • Prakriti, dans les Vedas, et
  • Malkuth, dans les Sephers.
  • Mulhadara chakra (plexus honteux interne) chez nous. (il est matérialisé).

Dans les Vedas, l’ensemble des deux potentiels est symbolisé par :

  • Shushumna (l’axe vertical de la logique temporelle pythagoricienne, c’est le guide d’onde des émissions radar de notre « pneuma », sis physiquement dans la canal de l’épendyme et les quatre ventricules cérébraux.
  • Ida c’est l’onde radar émise depuis le générateur d’ondes, sis dans notre plexus sacré  (alimenté en basses fréquences, par la « queue de cheval » du système nerveux cérébro-spinal, sis dans le sacrum).
  • Pingala c’est l’onde radar de retour au générateur d’ondes, sis dans le même plexus. Selon les « réglages d’impédance » de chaque sujet déterminé par son « potentiel qualitique de sympathie, l’onde émise (Ida) va soit buter sur un champ (chakra) dont l’impédance ne sera pas accordée selon les lois du solfège et l’onde va retourner au générateur, soit les sept chakras seront fonctionnellement perméables, et les ondes radar pourront entrer et sortir pas le chakra coronal sis au niveau de notre fontanelle postérieure. Notre degré de sympathie dépend de la chaîne sympathique sélectionnée par notre décodeur sympathique, nos sept champs électromagnétiques mis en œuvre par nos sept plexus sympathiques, réglés en impédance, selon les rapports basiques des sept notes de la gamme pythagoricienne.

Si l’onde radar réussit à entrer et sortir au niveau du chakra coronal les deux petites ailes symbolisées par le caducée d’Hermès se .. déploient ; notre conscience fait le plus grand écart possible de zoom cognitif. Nous changeons de focale et donc de mode cognitif. Nous changeons les rapports des arrangements mathématiques de nos hexa-bases d’espace-temps. Heureux qui, tel Ulysse, a fait un long voyage, et qui, surtout, au terme de ce voyage (initiatique), (les trente deux sentiers de la sagesse),  parvient à « bander son arc, aux fins de permettre à sa flèche cognitive de traverser les sept champs correspondant aux sept chakras ».. .il déploie ses ailes et devient un  (vrai) homme .. libre.

Toute cette mythologie s'articule sur un fondement scientifique reposant sur le système hexa-basique des « rapports », non plus sexuels, mais, temporo-spatiaux. Ulysse « bande sa conscience ». Le serpent, (les ondulations des ondes radar « Ida et Pingala »), peut se « re-dresser » !

Tout cela est de l’ordre scientifique de l’électromagnétisme vivant ! (polychromatisme, et incohérence vectorielle, soit, « accélération variable de chaque unité d’espace-temps référencé ».

Il devient évident que le Référentiel de Minkowski est incapable de gérer, mathématiquement, ces accélérations ponctuelles, en mode de polychromatie. Chaque point référencé devient une unité d’espace-temps, équivalent temporel en mouvement, doué d’une vitesse, et d’une couleur propre, d’un « pixel  spatial », tri-vectoriel, dont les angles respectifs sont variables en luminosité et en saturation, que l’on utilise dans les logiciels de photos.

 

T ] Le Cycle de Krebs I

Citons une encyclopédie, à accès libre :

Il a été découvert par le biologiste Hans Adolf Krebs en 1937. Il est le point final et commun du catabolisme des glucides, lipides et protides. La fonction principale de cette séquence réactionnelle de nature cyclique est l'oxydation des groupements acétyl provenant du pyruvate et qui entrent dans le cycle sous forme d'acetyl-coA (acétylcoenzyme A). Une fois dégradé par la glycolyse, la voie des pentoses phosphates ou la voie d'Entner-Doudoroff, le glucose en pyruvate est transformé en acétylcoenzyme A et oxaloacétate. Ces deux composés sont le point de départ du cycle de Krebs qui vont être condensés en citrate (d'où le nom du cycle). Le cycle de Krebs se déroule dans la matrice de la mitochondrie, en aérobiose. Les enzymes catalysant cette suite de réactions sont localisées dans la matrice mitochondriale ou au niveau de la membrane interne mitochondriale.
cycle de Krebs

Ce cycle fonctionne comme une centrifugeuse. La digestion lui amène des catabolites de protides, de glucides, et de lipides. Il les … « lave » … afin de libérer de l’énergie, de l’eau et des « coenzyme A », qui vont servir de « briques biochimiques élémentaires », aux fins de permettre aux cellules de reconstruire des protides, des glucides, et les lipides, dont la clé d’ouverture de partition sera spécifique à l’individu concerné par cet anabolisme. Ce principe est une harmonique inférieure, du  Cycle de l’assimilation temporelle universelle que nous avons appelé, le « Cycle d’Antioche »., qui catabolise les produits de la Genèse, et qui anabolise ceux de l’Onto-Genèse.

 

U ] Notions « d’Entropie et de néguentropie ».

Avant d’aborder le « Cycle de l’assimilation temporelle », que nous allons appeler le « Cycle d’Antioche », il est nécessaire de faire un point sur l’état des connaissances actuelles.

Selon Djémil Kessous, (La théorie générale de l'évolution), l'entropie caractérise le degré de désordre qui règne dans un système, tandis que la néguentropie, quantité qui varie en sens inverse, caractérise le degré d'ordre introduit par l'information que l'on possède sur l'état du système.

Le Physicien Ludwig Bolzmann a fait graver sur sa tombe, la formule : S = k ln w, correspondante à l’entropie. 

Ce qui saute à nos yeux, nouvellement ouverts par la découverte de la variabilité des trois bases temporelles, est que les Physiciens (puis les Biologistes, qui se sont empressés de leur emboîter le pas), assimilent ce cycle propre à la matière, à de la thermodynamique. Tout naturellement, ils en « quantifient » les effets.

L’entropie serait .. une « grandeur », ... hé … non ! c’est une différence de .. potentiels, donc une différence de .. qualitativité, qui peut se quantifier.

Or, qui dit « Qualita » en lieu et place de « Quanta », comprend que ce sont les trois bases temporelles qui sont le vrai moteur de cette « pompe … genésique (entropie), et onto-genèsique (néguentropie) ».

Le second principe, qui décrète que : « l’entropie est une fonction strictement croissante dans le temps » .. est donc … faux !  Cette erreur est le résultat de la myopie cognitive des « exclusivement quantistes ».

Le couple « entropie – néguentropie » obéit à la loi universelle suivante : « rien ne se perd, rien ne se créé, mais, tout se transforme ». C’est le cycle d’assimilation temporelle, le « Cycle d’Antioche », qui remet, en permanence, toutes les pendules à l’heure. La règle est celle qui sous-tend la dynamique de l’Evolution.

«  Ce qui se perd en quantité (Quanta), se gagne en qualité  (Qualita)».

On appelle cela la loi de la conservation … « DES » … énergies, et non plus  … « DE »… l’énergie.
N’en déplaise aux  « exclusivement Quantistes », un noumène est bien  « UNE  énergie, en Soi » .

Une « im-pression » de couleur est-elle soumise à la gravitation ?   Parfois « oui », parfois « non ».

Une couleur peut avoir deux origines :

  • l’une phénoménale (indirecte, car réfléchie);  son support physique est alors soumis à la gravitation.
  • L’autre nouménale (directe, car non réfléchie). Elle n’a plus de support physique.

« Ce qui se perd, (Quanta), lors de la Genèse des couples espace-temps, dont la priorité  du système hexa-basique va aux trois bases spatiales, ... // ...

… // …se gagne (Qualita), lors de l’Onto-Genèse des couples espace-temps, dont la priorité du système hexa-basique va aller, seuil par seuil, règne par règne, en suivant la logique pythagoricienne, aux trois bases temporelles. »

La rotation du  couple « entropie/ quanta – néguentropie/ qualita »,
est … le moteur  alternatif de l’Evolution, le  … « Yin/Yang ».

 

V ] Notion de « Qualita ».

Essayons de découvrir les trésors de la fonction temporelle. Globalement :

  • le temps des objets repose sur une logique basée sur le processus dérivatif (analytique et quantique) du calcul différentiel.
  • Le temps des sujets repose sur une logique basée sur le processus des suites d’harmoniques (qualitique) du solfège dont Pythagore nous a donné les bases.
  • Le temps des objets repose donc sur la variabilité des trois bases spatiales classiques, tandis que la base de temps resterait « fixe et constante » pour la mécanique newtonienne, et relative (dans le sens einstenien) pour la mécanique quantique.
  • Le temps des sujets repose sur la variabilité de trois bases temporelles, que sont :
    • Les trois modes d’arrangement tri-basiques, sattwa, rajas, et tamas  ». dont nous connaissons les harmoniques inférieurs à travers les tri-sytèmes  suivants:
    • Les trois "ordres" (unités, dizaines, centaines) de lettres « Aleph, Youd, Koff », dans l’alphabet hébraïque.
    • Les trois bases des couleurs dites primaires directes, en colorimétrie : « Rouge, Vert, Bleu ».
    • Les trois bases nommées "accord parfait", en musicologie : « Do-Mi-Sol ».
  • Le temps des objets est quantique, il compte des « heures, au féminin »
  • Le temps des sujets est qualitique, il qualifie des « heurs, au masculin » (bon - heur, mal - heur).

Les trois lettres de l’alphabet sont architecturées sur quatre octaves. C’est plus logique, que l’exemple particulier et non général de la colorimétrie ou du solfège.

Tout le sens des efforts fournis dans le présent site tend à suggérer que le ou les mondes de la métaphysique sont aussi logifiables que ceux du ou des mondes de la physique. Les lois de la métaphysique seraient les prolongements logiques des lois de la physique, à la condition d'adapter les combinaisons basiques temporo-spatiales, lors du franchissement du mur physique-métaphysique ; lequel correspond (très probablement) à celui de la vitesse de la lumière physique. En clair, il y aurait un emboîtement, en série, de deux grands types de lumière : 

- une première, qui serait physique. Sa priorité basique reposerait sur les trois bases spatiales. Elle serait quantique.
- une seconde, qui serait métaphysique. Sa priorité basique reposerait sur les trois bases temporelles. Elle serait qualitique.

La science a été mécanique depuis Newton ; Elle est quantique depuis les successeurs de Planck ; elle ne sait pas encore être qualitique. Selon ce présent essai, les fondements newtono-plancko-einsteniens de la science moderne seraient insuffisants pour décrire les lois de tout ce qui est porteur de vie. La philosophie de la Biologie est, encore trop souvent, le prolongement philosophique de celle du 19ème siècle. Il est incontestable que la science ignore ce qu'est la vitalisation d'un support organique. Son incapacité à comprendre le mécanisme de l'encéphalite spongiforme bovine (E-S-B) devrait l'amener à remettre en cause certains de ses fondements. 

La science connaît, très bien, les Quanta, mais que sont donc les "Qualita" ? Comment peut-on passer du système quantique au système qualitique ?

Imaginons une toupie à vis. Globalement, l'espace-temps décrit par la physique correspondrait aux traces laissées par la pointe de la toupie lors de ses rotations, tandis que l'espace-temps décrit par la métaphysique correspondrait au va et vient de la vis sans fin alternative (expir-inspir) qui fournirait l'énergie à la rotation de cette toupie. Symboliquement, on pourrait donc dire que la fonction spatiale utilisée serait de type "horizontal", tandis que celle de la fonction temporelle serait de type "vertical". Ce serait le mariage de ces deux fonctions qui engendrerait la "vitalisation" apparente de la toupie. Il est évident que cette expression n'est pas scientifique, mais qu'elle n'est que symbolique. Nous utilisons une image imparfaite afin d'aider à la compréhension du texte. Nous avons déjà vu que cette image pourrait être remplacée par le symbolisme de l'étoile, de David. Elle a la même signification.

La nature a donc bien mis en place un moteur temporo-spatial, appelé dans le présent site :

"Le Cycle d'Antioche".

II serait une harmonique, beaucoup plus universelle, du cycle d'assimilation digestive, appelé "cycle de Krebs".

Il est décrit comme étant un cycle d'assimilation de la lumière qui reposerait sur un retournement du sablier des bases temporo-spatiales. Le temps ne serait pas linéaire ; il serait de type mathématique pythagoricien ; en fait, il serait "onto-genésique". Sa progression par seuils qualitiques  se ferait à partir des trois bases temporelles ; lesquelles deviendraient les variables d'un système, dès que celui-ci serait vitalisé. Un objet mort peut s'étudier à partir des lois de la physique ; un être vivant aurait besoin des lois de la physique pour expliquer sa partie objective, et de celles de la métaphysique pour expliquer sa partie subjective.

C'est en ce sens que je dédie le  présent site à Saint Exupéry ; lequel est l'auteur de la formulation très connue :

« L'essentiel est invisible pour les yeux".,

en particulier, pour ceux .. de la science, exclusivement matérialiste.

Je le dédie à Saint Exupéry, et surtout, à … son adorable « Petit Prince », pour lequel j’ai une infinie tendresse, et qui, comme nous le faisons dans ce présent site, « voyage dans les étoiles ».

Petit Prince

 

 X ] Le « CYCLE d’ANTIOCHE ».

L’univers est soutenu par une dynamique alternative de trois modes de lumières :

  • Le mode « sattwa » représente son potentiel le plus élevé. Le zenith de la boucle universelle a été appelé « Purusha » dans les Vedas, et « Kether », dans les Sephers  hébraïques.
  • Le mode « rajas » représente le cœur du sablier temporo-spatial quadri  cavitaire :
      • deux oreillettes dont les arrangements de système de bases sont à priorité temporelle,  et,
      • deux ventricules dont les arrangements de système de bases sont à priorité spatiale.
  •  Le mode « tamas » représente son potentiel le plus bas. Le nadir de la boucle universelle a été appelé « Prakriti » dans les Vedas, « Malkuth », dans les Sephers  hébraïques, et « point oméga », par Teilhard de Chardin.

Ces deux pôles sont liés par un rapport mathématique à la fois complémentaire et  antagoniste, que nous pouvons résumer par les formules très connues : « Le plus attire le moins ; le moins attire le plus ; le plus repousse le plus ; le moins repousse le moins ». Le principe de la dynamique universelle est donc de type « magnétique ». Un couple espace-temps devient un équivalent, un harmonique, d’un couple « électro – magnétique » connu des Physiciens.

Un « noumène » … est .. donc .. une harmonique supérieure d’un champ, provenant d’un électro-aimant en fonctionnement. Il suffit pour le mettre en formules mathématiques de trouver son bon « rapport du système  hexa-basiques temporo-spatial ». Il suffit de trouver le « petit frère nouveau né » du référentiel de Minkowski.

Quelqu’il soit, un couple « espace-temps » a deux possibilités :

  • il fonctionne dans le sens noumène vers phénomène correspondant ; il travaille comme le fait « un moteur électrique » ; il travaille dans le sens de ce que les Physiciens appellent « l’entropie », et que nous allons désormais repérer comme étant la « Voie catabolique du cycle de l’Assimilation temporelle du Cycle d’Antioche ».
  • il fonctionne dans le sens phénomène vers noumène correspondant ; il travaille comme le fait « une dynamo cognitive » ; il travaille dans le sens de ce que les Physiciens appellent « la néguentropie », que nous allons désormais repérer comme étant la « Voie anabolique du cycle de l’Assimilation temporelle du » Cycle d’Antioche ».

Notons que notre théorie va dans le sens opposé à celui qui a été choisi par les Physiciens. Ce que Léon Brillouin a appelé « négatif - entropie », nous l’appelons « anabolisme, et non catabolisme ». Selon, nous, il aurait dû utiliser le terme de « positive – entropie », soit « positentropie ». Proposer le signe « moins » pour qualifier un système qui va dans le sens de la croissance des informations, c’est tout de même assez  paradoxal, venant de la part de Mathématiciens ! Cette myopie a une incidence sur la recherche en Biologie. Les Biochimistes croient qu'il suffit de trouver la bonne recette à la "soupe" organique pré-vitale, à la faire cuire avec quelques électrochocs, et qu'il en sortira, comme par miracle, des petits .... "clones de futurs génies". Si les Mathématiciens pouvaient ouvrir les yeux, ils comprendraient que la différence d'écoulement temporel apparent entre le temps qu'il a fallu à ce que nous appellerons la "paléontogenèse" pour fabriquer un ovule d'humain, et celui, tout aussi apparent pour qu'une femme fabrique le même ovule chez son bébé de sexe féminin s'appelle en mathématique une "intégration" qui implique un "changement .. d'ordre des variables". En passant de l'échelle de valeurs paléontologique, à l'échelle de valeurs de la génération humaine, en faisant un changement d'ordre ontologique, nous avons là, sous les yeux à travers le "gain de tropisme, donc, la positentropie, (et non, la néguentropie), la .. preuve, par l'expérience ... que les ... "dt" ne sont pas ... toujours fixes et constants". Comment Minkowski expliquerait-il ce "changement de bases temporelles", qui n'a absolument rien à voir avec de la simple "relativité quantique" ? Il ne l'expliquerait pas, parce que son référentiel est ... "caduque". (pour reprendre un "mot historique", qui a fait rire le monde entier). Croire que c'est la "somme quantique" des arrangements moléculaires de chimie organique (résonant dans l'ordre ontologique du minéral, dont l'ouverture de gamme est Do) qui induit les caractères spécifiques à l'ARN humain (ouvrant la partition en Fa) conduit à la fabrication en laboratoire des ..... prions de la troisième génération. La preuve expérimentale de cette hérésie architecturale a été apportée par l'équipe du professeur Kurt Wüthrich de Berne (Suisse).

Prio

Protéine PRP (Prion)

Afin de rétablir la justesse du système, nous avons utilisé, ici les termes des grands courants traditionnels, qui ont une vision beaucoup plus large, beaucoup plus complète, et donc, bien meilleure que celle des scientifiques (qui ne voient que par un seul bout  de la lunette cognitive, à deux bouts.),  de :

  • « Genèse » (voie catabolisante, voie de la néguentropie), et de
  • « Onto-Genèse », (voie anabolisante de la « positentropie »).

Par diplomatie envers les « a-gnostiques », ou pourrait remplacer le terme de « Genèse » (copyright très coloré de subjectivité) par celui, plus scientifique, de Lithogenèse. Le catabolisme universel va, de plus en plus, vers la « pétrification ». Les trois bases temporelles dynamisent à minima (dérivée ultime « dt ») les trois bases spatiales.

Toute entité individualisée (couple espace-temps) est issue du mariage de ces deux pôles :

  1. fonction temporelle      reposant sur un système de trois bases qualitiques.
  2. fonction spatiale.          reposant sur un système de trois bases quantiques.

Toute entité individualisée est donc le fruit d’une « double fonction hexa-basique » intégrant :

  1. les variations spatiales, que nous qualifions d’horizontales, plan, par plan, de type changement d’ordre (et donc, de la valeur de l’exposant correspondant à l’ordre : dérivée ultime,  intégration du premier, ou intégration du second ordre).
  2. les variations temporelles, que nous qualifions de verticales, ou transversales, correspondant à l’axe trans-universel, de type pythagoricien. Il est représenté, chez nous, par notre colonne vertébrale.

Notons que, symboliquement, le passage ontologique entre l’étage des animaux, et l’étage des humains, est représenté, dans l’évolution, par le redressement de cette colonne, qui d’horizontale, chez les animaux, devient verticale chez les humains. L’humanitude consiste à faire pivoter l’axe temporo-spatial autours de notre centre de sablier cardiaque (tipherethique). Notez à travers l’anatomie de la circulation sanguine, le croisement droite-gauche, le changement de tous les signes (Cf : la Table d ‘émeraude d’Hermes), des deux voies, à ce niveau cardiaque (petite circulation aérobie, et grande circulation anaérobie). Nous sommes bien architecturés selon le même schème que celui de l’Univers. C’est l’étude de l’anatomie et de l’électro-neuro-physiologie qui a permis à l’auteur du présent texte de comprendre, en finesse, les bases du système de l’assimilation temporelle. Elles sont, exposées, mais de façon romancée dans les anciens textes védiques et sepherétiques.

Il suffit d’observer notre « fonction digestive », dans son ensemble, puis, de changer « la clé d’ouverture de la gamme spécifique à ce plan de la digestion », contre un trousseau complet de sept clés, qui ouvrent les portes des  … « sept .. cieux ».

Quel est le but de la digestion ? : « l’assimilation ».

Le principe de l’assimilation consiste à :

  • prendre une somme de « couples-espaces-temps » appelés « nutriments », à
  • les « absorber », à
  • les « dégrader mécaniquement », à
  1. êtres réduits à l’état de déchets (féces), s’ils sont in-assimilables. (voie intestinale).
  2. être filtrés, et réduits en des entités suffisamment simples (foie) puis transférés, par voie sanguine, au niveau mytochondrial des cellules de l’individu qui a absorbé les aliments.

Le Cycle de Krebs :

  1. commence son travail au terme de la première phase, appelée « catabolisme », qui va dans le sens de la diminution de l’information, soit, dans celui de la vraie entropie, la « néguentropie ». Elle est ontologiquement « descendante ». Elle descend les gammes temporelles.  (de la clé de « Si » vers la clé de « Do »).
  2. fait tourner la cuve biochimique du Cycle, lui même (cf : schéma un peu plus haut).
  3. met à la disposition de l’individu concerné une partie de l’énergie libérée par ce cycle.
  4. met à la disposition de cet individu une quantité d’éléments tri-basiques « prédigérés sous la forme de coenzyme A», qui donneront  les trois formes basales de la synthèse que sont les  :
    1. Protides.
    2. Glucides.
    3. Lipides.
  5. permet aux moules d’ARN de reconstruire des hélices d’ADN, spécifiques à l’individu concerné, en respectant « sa signature ADN » spécifique. Cette seconde phase s’appelle l’anabolisme onto-genèsique » ; il va dans le sens de l’augmentation de l’information, soit, dans celui de la « positentropie ». Elle est ontologiquement remontante ; elle monte les gammes temporelles (de la clé de « Do », vers la clé de « Si »).

NB : Cette signature est spécifique à :

  • un individu dans un même règne (par exemple « un humain parmi les 6,5 milliards d’humains »). C’est une spécificité horizontale, à prédominance de bases spatiales.
  • aux individus d’un même règne dans l’échelle. « ONTO – GENESIQUE ». C’est une spécificité verticale pythagoricienne, à prédominance de bases temporelles.

Ce second point fournit l’explication mathématique à ce que l’on appelle la « Barrière des règnes », que les Biologistes n’ont pas encore compris, (puisque les Mathématiciens n’ont pas encore inclus les variations des trois bases temporelles, dans leurs formules et, donc, dans les référentiels).

Parce qu’ils ne l’ont pas compris et qu’en laboratoire ils ont violé cette règle ontologique, ils ont induit expérimentalement, l’apparition des prions de la troisième génération, responsables de la maladie de Keuztfeld-Jacob. On commet une escroquerie intellectuelle inacceptable lorsque l’on qualifie cette maladie « d’infectieuse ».  En mélangeant les gènes de différents ordre temporels :

  • Do = chimie minérale
  • Re =
    • chimie organique inerte = vecteurs monochromatiques et cohérent et
    • chimie organique du vivant – vecteurs polychromatiques )
  • Mi  = gènes bovins et ovins, de classes ontologiques différentes,
  • Fa  = gènes humains. Individuellement différents.

on casse la dynamique (spécifique à chaque individualité) de son architecture hexa-basique temporo-spatiale. Le résultat est que l’hélice ADN correspondante se .. casse, mécaniquement » ; elle s’ouvre ; il n’y a plus de cohésion interne. En musique, cela s’appelle une fausse note, qui engendre un « couac ». Les Scientifiques n’ont pas le droit de violer les lois de la Vie, sous le faux prétexte qu’ils sont ignorants des conséquences de leurs actes. Un médecin se permettrait-il de transfuser à un humain du sang de bœuf, dans le but de vouloir sauver la vie à l’accidenté qui souffre d’une d’hémorragie ? La différence réside dans le fait que le Médecin risquerait de tuer « un » humain, alors que les Généticiens risquent de tuer outre, l’ensemble de l’humanité, l’ensemble du monde végétal, et l’ensemble du monde animal.

fonction temporelle

Or qu’est-ce que la « fonction temporelle intégrale » ? C’est une « fonction d’assimilation ». L’univers est un grand .. tube digestif, qui travaille en circuit fermé, dont la règle est : « rien ne se perd, rien ne se créé, mais, tout se transforme, en permanence.» :

  • il catabolise ; c’est la Voie de la « Litho-Genèse ».
  • il "re-Cycle", c’est le Retournement du système hexa-basique, au nadir du Grand Cycle. (Le point « oméga ».) Observons le glyphe de cette lettre grecque, en majuscule, après l’avoir fait pivoter, dans le sen vertical « nord-sud » / « sud-nord ». C'est le coeur du "Cycle d'Antioche", c'est le cycle de "l'assimilation "temporelle", dont une harmonique inférieure est le "cycle de Krebs".

omega retourne

  • il anabolise ; c’est la Voie de l’ « Onto-Genèse ».

Le nadir de ce point oméga correspond au miroir de retournement de la lumière, qui, de « directe », devient « réfléchie sur la matière ». Pour comprendre ce qui se passe au niveau du transfert des bases dans le système hexa-basique (trois bases spatiales, et, trois bases temporelles) il convient de se reporter aux lois de l’optique.

  • Lorsque l'on réfléchi une lumière diffuse (vibrant selon trois directions) sur un miroir, on lui fait faire un" transfert des son système tri-basique spatial". Réfléchissons une lumière vibrant en « mode mathématique : à trois directions spatiales » (dx, dy, dz), sur une surface aqueuse, et, nous lui modifierons ses rapports de bases. Elle ne vibrera plus qu’en deux directions, devenant ainsi « en mode polarisé ». Là, comme toujours, la loi du  "rien ne se perd, rien ne se gagne mais, tout se transforme" aura été respectée. Il y a diminution des directions, mais, à terme, conservation de l’énergie.
  • Lorsque l'on "réfléchi" une lumière vitale (vibrant selon trois notes pythagoriciennes : "Rouge-Vert-Bleu") sur notre plexus sacré, on lui fait faire un "transfert des son système tri-basique temporel". Le système tri-basique "R-V-B" devient le système "Jaune - Magenta- Cyan".

Faire son "Rectificando" (VITRIOL) c'est transférer son énergie nerveuse froide (lunaire à système basique "Rouge-Vert-Bleu" reçue la nuit sous forme de "prana", en lumière nerveuse chaude car "sympathisée" qui devient de la lumière dite"sympathiquement solarisée" à système basique "Jaune- Magenta- Cyan". Elle ne vibrera plus en mode direct froid véhiculé par le s.n. cérébro-spinal, mais, en mode réfléchi chaud véhiculé par le s.n. sympathique. Elle vibrera désormais « en " mode solarisé ». (avec un "s", et non plus un "p")

Faire son "Rectificando", ou "Passer le nadir du Point Oméga", cela revient à faire cela :

RECTIFICANDO

 

L'assimilation temporelle, c’est l’influence des trois bases temporelles qualitiques, dans de la lumière hexa-basique.

"Le Temps, c'est, ... l'âme de la lumière, le ... primum movens (principe animant), de la Lumière ".

Le Cycle d'assimilation de la Lumière est ... le ... moteur ... de la Vie !

Les Mathématiciens, les Nécrologues et les Biotologues (pseudo bio-logistes), le réduisent à une ligne "d'a ... MORT" ... issement temporel !!!

 

 

Les lois du temps, sont des harmoniques de celles de la lumière. (et, inversement). Quand on a compris le mécanisme mathématique qui permet aux trois modes de la lumière physique de changer d’états, il suffit de l’étendre aux trois états temporels dynamisés par les trois modes de vibrations de la lumière (sattwa, rajas, et tamas).

Par exemple, dans un « rapport d’espace-temps de l’ordre ontogenèsique de l’électromagnétisme, la partie du rapport « électro », correspond au système de logique à prédominance des bases spatiales, tandis que l’autre partie du même rapport, la partie « magnétique », correspond au système logique, à prédominance des trois bases temporelles.

L’électromagnétisme, c’est  une mise en « rapport mathématique », la « con-jonction »  :

  • d’un demi couple quantique, et
  • d’un demi couple qualitique.

L’ensemble forme une « entité spatio-temporelle individualisée ». Pour la connaître, il faudrait que l’on parvienne à la repérer sur un Référentiel adapté (il n’existe pas, à ce jour), qui fournirait « simultanément, conjointement » ses trois coordonnées spatiales, et, ses trois coordonnées temporelles, ainsi que son ordre (pythagoricien) de variabilité, entre les deux systèmes (sa clé ontologique d’ouverture de gammes).

Dès que l’on regarde, ce qui devient une échelle descendante (lithogenèse), et montante (ontogenèse), que chacun aura reconnu comme étant « L’échelle de Jacob », on voit l’ensemble de la boucle, ou mieux du « 8 » (car il y a changements de signes) de .. l’ontochronie !

Et, voilà, on vient de couper le cordon ombilical de notre nouveau  « bébé antiochien » : le cycle de l’assimilation temporelle.

 "Le  Cycle d’Antioche, c’est le cycle de .. l’ Onto-Chronie universelle".

« Papa Chronos », est tout heureux. On lui a débloqué les pierres (litho-genèse) qui l’empêchaient de faire sa digestion,, son .. « assimilation temporelle.».

 

X-1 ] Quel est le mécanisme du « Cycle d’Antioche » ?

En biologie de la digestion, les scientifiques ont appris à faire la différence entre :

  • Le cycle de l’assimilation digestive, qui se décompose en trois temps « catabolisme – mise au diapason individuel – anabolisme », et
  • Le cycle de Krebs, qui est une boucle fermée sur elle-même, dont l’objet est (outre de fournir de l’énergie)
  • de dégrader les nutriments ingérés, afin de leur donner la forme unique nutritionnelle basique qu’est le coenzyme A.  Les protides lipides et glucides, du végétal ou animal ingérées, sont catabolisées afin d’être réduite en coenzyme A. C’est, à terme, un équivalent de « filtre à café expresso », dont, seul le nectar (coenzyme A) passe à travers le filtre.
  • de reconstruire des protides, des lipides, et des glucides, à partir de ces éléments basiques dégradés dans la boucle du cycle biochimique lui-même, qui auront la « signature ontologique, et donc onto-chronique spécifique à l’individu qui « assimile ». Le cycle de krebs est donc un « transformateur de diapason ontochronique. Il modifie les arrangements spatio-temporels, en agissant sur l’ordre différentiel qualitique des trois bases temporelles!  Le cycle de biochimie est donc un équivalent (beaucoup plus perfectionné) d’un processeur informatique. C’est un « calculateur temporel ».

Le mot « Antioche », est un assemblage latino-hébraïco-grec (il est donc, de Tradition typiquement occidentale) de trois bases « ante » (latin) – Yo – (hébreu) è Ki (grec). L’auteur du présent texte est un héritier de l’enseignement ésotérique de Saint Jean l’Evangéliste. Le nom choisi est donc johannite. Pour en comprendre la gymnastique mathématique, il convient de le traduire en hébreu. « Antioche » devient « la »  formule algébrique du système temporel à trois bases, que sont :

  • Aleph, dont la valeur :
    • algébrique quantique est « 1 », soit « x à la puissance 1 » du tri-système basique spatial.
    • différentielle qualitique est « la note Do , de la gamme DO », du tri-système basique temporel.
  • Youd, dont la valeur :
    • algébrique quantique est « 10 », soit « x à la puissance 2 » du tri-système basique spatial.
    • différentielle qualitique est « la note Do , de la gamme MI », du tri-système basique temporel.
  • Koff dont la valeur est :
    • algébrique quantique est « 100 », soit « x à la puissance 3 » du tri-système basique spatial.
    • différentielle qualitique est « la note Do , de la gamme SOL », du tri-système basique temporel.

La Somme [Ant+ io+ che] est donc le résumé scriptural de ce que sera le prochain référentiel mathématique hexa-basique post minkowskien.
Le Cycle de Krebs est une harmonique inférieure du cycle d’Antioche. Pour comprendre le fonctionnement de ce dernier, il suffit de comprendre le fonctionnement du premier, en substituant la finalité de l’assimilation digestive à la finalité de l’assimilation temporelle. Nous retrouvons la différence connue des biologistes pour le cycle de Krebs, entre :

  • Le cycle de l’assimilation temporelle, qui se décompose en trois temps « catabolisme créationniste – mise au diapason individuel – anabolisme évolutionniste », et
  • Le cycle de Krebs, qui est une boucle fermée sur elle-même, appelée « entropie » par les mathématiciens dont l’objet est :
  • de dériver mathématiquement la primitive de la fonction temporelle intégrale, à partir de ses trois bases qualitiques, afin de donner aux (ex) trois variables temporelles, la forme unique basique de la seule « base vraiment temporelle » connue des mathématiciens : le « dt ».  (dérivée ultime réduite à une somme de  points, appelée la ligne de l’écoulement temporel). C’est, à terme, un équivalent de « ce qui reste du café expresso, quand le filtre est percé » : du jus de chaussettes trop usagées, que l’on appelle « la matière », soit, le pur régal des Physiciens.
  • de reconstruire les arrangements hexa-basiques, en sélectionnant les diapasons temporels (ordres qualitatifs) selon les règnes : minéral (Clé de gamme DO), végétal (clé de gamme RE), animal (clé de gamme MI), humain (clé de gamme FA), etc, ; car un « etc. » est, déjà, prévu par l’Architecture universelle, qui Est infiniment plus intelligente que ne le croient, bien naïvement, les Scientifiques. Chaque élément d’un règne a « la signature temporelle – onto-chronique - spécifique à son règne » (Cf : maladie de Kreusfeltd Jacob), Le cycle d’Antioche est donc le « transformateur universel de diapasons ontochroniques ». Il modifie les arrangements spatio-temporels, en agissant sur l’ordre différentiel qualitique des trois bases temporelles ; il est la clé mathématique, ou le processeur du Darwinisme !  C’est « Le » grand calculateur temporel, par excellence », que nous retrouverons, plus loin, dans le chapitre : [ Z : Yesod »] en expliquant la logique de la dynamique universelle à partir des enseignements hébreux.

L’alphabet de cette langue sublime s'exprime en respectant la logique temporelle qualitique du solfège pythagoricien :
[ (7x3 gammes = 21 lettres) + (1 lettre de la quatrième gamme) ] = 22 lettres.
L'alphabet hébreu est structuré en trois "ordres de valeurs de type pseudo différentiel". (1, 2, 3; ..10, 20, 30, ... 100,200,300, ), et est organisé selon .. les "trois modes" ou bases temporel(-le)s.

  • Le mode sanscrit "sattwa" correspond au mode hébraïque « Briah » ; il s’exprime en mode "Sipur".
  • Le mode sanscrit "rajas" correspond au mode hébraïque « Yetzirah » ; il s’exprime en mode "Sephar".
  • Le mode sanscrit "tamas" correspond au mode hébraïque « Asiah » ; il s’exprime en mode "Sepher".

L'ensemble fonctionne de cette façon :

Sipur

Sepher ______________Sephar

  • Le mode "Sepher" correspond à l'alphabet "écrit". (lumière froide du R-V-B du software).
  • Le mode "Sephar" correspond au mode "calcul du processeur en informatique, qui travaille en logique binaire, alors que notre intelligence travaille en logique hexa-basique".
  • Le mode "Sipur" correspond à l'alphabet "oralisé" du "VERBE .. alisé" (lumière chaude du J-M-C de l'imprimante couleurs).

Dans le "Cycle d'Antioche" (Cycle d'assimilation temporelle de la Lumière, donc, Cycle de Vitalisation), :

  • les Catabolites entrants sont les éléments de la Lumière tribasique et septa formelle (Do, Re, Mi, Fa, Sol, La, Si,) du solfège colorimétrique vibrant en mode RVB
  • Les Anabolites sortants sont les éléments de la Lumière tribasique et septa formelle vibrant en mode solarisé de type "Jaune-Magenta-Cyan".

Le Cycle d'Antioche est le troisième point qui naît de la mise en fonction mathématique :

  • de la polarité froide (cérébrospinale) vibrant en "RVB" dont les équivalents de nutriments nous sont fournis par le "prana" lors de la demie phase sommeil", et,
  • de la polarité chaude (sympathique) vibrant en "J-M-C" dont les anabolites sont les sept décodeurs sympathiques appelés "chakras", dans les Vedas.

Le "Cycle d'Antioche" ... c'est ... notre "Gentille Secrétaire", qui met la feuille de papier dans l'imprimante couleur (hardware du monde des phénomènes) et qui lance l'impression, après que le "dessin" ait été préparé avec un "software du monde des noumènes ". Les Physiciens lui ont donné le nom de « Boson de Higgs », ou, le "Boson de Dieu"..

 

X-2 ] Quelle est la finalité du « Cycle d’Antioche » ?

L’univers est constitué de :

  • trois modes de lumière (sattwa-rajas-tamas), qui s’expriment par :
  • deux voies :
    • la voie de la lithogenèse, qui est la voie catabolisante du Cycle d’assimilation temporelle.Elle est à logique globalement dérivative ; elle va de la fonction primitive vers la somme des dérivées ultimes. Elle va dans le sens « analytique ». La science perçoit la trace de cette logique à travers ce qu’elle a appelé « l’entropie », et que nous avons appelé la « néguentropie », puisqu il y a dégradation apparente du système. Elle est parcourue par de la Lumière Froide (non porteuse de vitalité).
    • La voie de l’ontogenèse, qui est la voie anabolisante du Cycle d’assimilation temporelle.Elle est à logique globalement intégrative ; elle va de la somme des dérivées ultimes vers la fonction primitive. Elle va dans le sens synthétique. La science perçoit la trace de cette logique à travers ce qu’elle a appelé « la néguentropie», et que nous avons appelé la « positentropie », puisqu il y a augmentation, seuil par seuil, règne par règne, de l’information du système. Dès qu’elle est  entrée dans le plan ontgenésique ouvrant sur la clé de partition « Re », elle est parcourue par de la Lumière Chaude (porteuse de vitalité).

Chez les humains cette « couleur chaude » s’appelle la sympathie. ; elle est initialisée par le .. système nerveux sympathique, tandis que la lumière froide (dénuée de vitalité) est portée par le ..système nerveux cérébro-spinal.

 Encore une fois nous nous retrouvons à contre sens de ce qu’enseigne la science matérialiste. Nous mettons en copie quelques lignes provenant du chapitre concernant le « pneuma » : « Décérébrons un animal supérieur (un rat, par exemple), en laboratoire, ou à la suite, d’un accident, ou d’une exérèse chirurgicale secondaire à une tumeur cérébrale ; on lui enlève ses hémisphères cérébraux ; il va continuer à vivre … // … Essayons de lui enlever ses sous centres végétatifs, il mourra, immédiatement. »

Les Vedas enseignent que les tissus mésencéphaliques et diencéphaliques (sous centres de la régulation végétative) sont ontologiquement plus nobles que ceux des hémisphères cérébraux. Nous partageons ce point de vue. Au même titre que les Mathématiciens et les Physiciens devraient corriger leur vision cognitive en ce qui concerne le couple « entropie-néguentropie », qu’il convient (me semble t-il) de rectifier en le transformant en « néguentropie – positentropie », de même les Physiologistes devraient revoir leur conception du double système nerveux, qui, est (très probablement) structuré de cette façon :

  1. THT nocturne - pneuma - ventricules et épendyme - lumière froide.
  2. Basse tension diurne - cérébro-spinal - esthésie classique - lumière froide. 
  3. HT diurne - sympathique -  régulation - lumière chaude.
  4. THT  diurne - esthésie orgasmique - lumière chaude.                
  • Le but de la vie est de transformer la lumière froide (vecteurs monochromatiques et cohérents) en lumière chaude (vecteurs polychromatiques et incohérents).
  • Le but du cycle d’assimilation temporel (cycle d’Antioche) est , .. le même : transformer l’ensemble de la voie catabolisante de la lithogenèse, en l’ensemble de la voie anabolisante, de l’ontogenèse (appelée « Evolution », par Darwin).

Nous pouvons ainsi comprendre à quoi sert le « Cycle d’Antioche » :
permettre .. l’assimilation temporelle universelle.

Reprenons un détail : « Dès qu’elle est  entrée dans le plan ontgenésique ouvrant sur la clé de partition « Re », elle est parcourue par de la Lumière Chaude (porteuse de vitalité) ».

Cette petite ligne pourrait paraître sans importance, et pourtant, elle est capitale pour notre « évolution ». Elle contient la clé du moteur de la vie. Il faudrait un livre entier pour développer cette phrase ; pour ne pas encombrer le texte, nous ne le ferons pas, ici.

Disons seulement, à l’intention des scientifiques, que cette ligne correspond (entre autres choses) à la « vitalisation d’un champ électromagnétique, qui d’inerte (vecteurs monochromatiques et cohérents, car non porteur de vie) devient vivant (vecteurs polychromatiques et incohérents), comme c’est le cas, chez .. un végétal. Nous prenons l’exemple le plus simple, en sachant que comme on le constate en embryologie, un individu repasse par tous les stades de l’évolution, antérieurs au sien, avant d’obtenir la structure définitive de son plan ontologique propre. Pour atteindre le plan « Fa » (spécifique au règne humain), nous devons embryologiquement, repasser par le plan Do (minéral), puis par  le plan Re (végétal), puis par le plan Mi animal).

Disons, à l’intention des lecteurs des Vedas, que ce « transfert de lumière froide, en lumière chaude » correspond :

  • Chez les végétaux, à la photosynthèse. (transformation de la sève brute (lumière froide) en sève élaborée (lumière pré-chaude, pré assimilable par les cellules végétales).
  • Chez nous, au retournement des flux de lumière froide, sis dans notre plexus sacré (en regard de Swadhisthana chakra, et non de Mulhadara chakra !!!) autours de notre « point oméga », soit retournement, vers le haut, de la lumière froide qui devient, alors, lumière chaude, car « sympathisée », car, « vitalisée », car « évoluée », car « positentropisée », car « architecturée », selon les règles du  solfège pythagoricien . Nous avons cité (en mettant le lecteur en garde) une déclaration provenant des milieux « new age ». Nous refaisons ici une seconde mise en garde. On ne joue pas impunément avec les « courants et énergies de la vie », quand on en ignore les lois. La lumière qui rayonne en Swadhisthana chakra est  … mathématiquement froide (monochromatie et cohérence des vecteurs vitesse). Elle est en résonance magnétique avec le cycle « Terre-lune ». Pour que cette lumière puisse se transformer en lumière mathématiquement chaude, (polychromatie, et accélérations ponctuelles), il faut lui faire subir un « Rectificando », aux fins de la transformer en « lumière sympathisée », car en résonance avec le couple magnétique « Soleil-Terre ». C’est ce que l’on appelle la « solarisation de la lumière », ou « la .. femme solaire ». Je n’en dis pas plus ; il appartient à chacun(e) d'ôter, dans le secret de son coeur, le dernier voile d'Isis.

Nous avons suffisamment .. attendu ; désormais, je peux vous en suggérer ... l'émeraude ( "occultum lapidem, de Lucia Facae"), qui, tout en restant suffisamment occulte, nous offre, tout de même, le sublime spectacle de " sa résonance à beauté dévoilée " : la "montée de la Kundalini", ou la "sortie des anabolites de la lumière du Cycle d'Antioche".

x

" Eve lunaire, de lumière froide ( - vav - hè) ", s'est "ontochroniquement mutée" en " evA solaire, de lumière chaude (hé - vav -) ".

femme solei

 

 

(NB: la superbe Indienne de la première photo s'appelle Aïshwarya Raï ; je n'ai pas retrouvé le nom de son Photographe. Je ne connais ni le nom de la seconde femme (solaire), trouvée sur le Web, ni celui de son (génial) photographe. Si l'une ou l'autre de ces photos est "protégée", il suffit de me le dire en utilisant l'adresse mail sise à la fin du présent document. Ce serait dommage, mais,... !)

Disons, enfin, à l’intention des Hébraïsants, que ce « transfert de lumière froide, en lumière chaude » correspond au passage du premier "Hè" de [ Hè-Vav-Hè] (Eve générée) au second "Hè" de ce même nom (Eve re-générée, donc .. devenue "Hè - Vav - Aleph"). Ce faisant, elle ré-intègre : "Youd - Hè - Vav - Hè" (Yévé ou Jéhovah). Je sais que je vais faire hurler certains Judaïsants en écrivant cet ultime sacr-i-lège ; et, pourtant : " sacr - E - loi" !

Que celles et ceux qui ne comprennent pas les subtilités de l'Art (quasi mathématique) de la Kabbale, veuillent bien m'excuser ; je n'ai pas pu résister, à un si délicieux plaisir. Comment ils disent, déjà, les Toubibs ? Un ... plaisir si ... "exquis". C'est .. "fou" ...ce que je m'amuse en écrivant ce blog. C'est beau les maths, mais, c'est encore beaucoup plus beau, la Kabbale. (C'est, des maths ... en couleurs !).

Cela se fait par le passage d’un ensemble lumineux, de type « aor », soumis aux influences de la sephira « Yesod », à un autre ensemble de lumière de type « agni », soumis aux influences de la sephira « Tiphereth ». Les Kabbalistes disent : « C’est en Yesod, et seulement en Yesod, que l’on peut changer les plans architecturaux de la future manifestation ». Cette formulation, qui fournit la clé de la dynamique de la vie, est un peu hermétique, mais, elle a le mérite d’être la plus claire et la plus précise, .. quand on la comprend.  C’est comme pour … les .. mathématiques ! La différence entre les deux perceptions réside dans le fait que les Mathématiciens croient qu’il n’y a que deux facteurs en relation (la relation de la « relativité espace-temps ») ; alors que les Kabbalistes savent qu’il y en a quatre : deux « ontochroniquement horizontaux », dont la priorité des arrangements hexa-basiques est spatiale, et deux,  « ontochroniquement verticaux », dont la priorité des arrangements hexa-basiques est temporelle. Les influences de Yesod sont une harmonique des influences lunaires ; elles sont dynamisées par quatre phases. Notez que, (contrairement à la funeste croix gammée), dans ce dessin, l'axe central de la croix tourne, dans le bon sens, celui de la vie !

 

x

Pour un Franc Maçon, cela correspond au transfert d’un fluide de la colonne « Jakin », dans la colonne « Boaz », par le processus du tube en « U ».

 

Double Arbre

Les trois cercles :

  • Rouge représente la différence de potentiels entre
    • les couples "espace-temps" vibrant en mode "tamas" (Malkuth-Yesod)
    • les couples "espace-temps" vibrant en mode "rajas" (Hod-Netzac - Tiphereth)
  • Violet représente la différence de potentiels entre
    • les couples "espace-temps" vibrant en mode "rajas" (Hod-Netzac - Geburah -Chesed)
    • les couples "espace-temps" vibrant en mode "sattwa" (Geburah-Chesed - Daath)
  • Blanc représente la différence de potentiels entre "le lac de montagne", et "la centrale électrique", soit entre
    • le couple "espace-temps" vibrant en mode "sattwa" (Daath - Kether)

Notons que la onzième sephira (la sephira cachée) "Daath" a pris sa place sur ce schéma. Ce mot se compose de la "somme vibratoire" de [Daleth + Ayine + Tav] (Daleth signifie "La grande porte". Fabre d'Olivet dit qu'elle "est l'emblème du quaternaire universel; c'est à dire de la source de toute existence physique .. elle est le signe de l'abondance née de la division", (nous pourrions ajouter de toute "dérivation mathématique") " ; Ayine signifie "La Source, ou l'oeil, et l'oreille interne, de la dynamiqe universelle", et, "Tav" signifie "L'étoile de vérité" ; cette lettre correspond, chez les Egytiens, au Dieu Thot, et chez les Grecs à Hermès. Chez les Japonais, elle représente la seconde phase du "Chin -To .. isme"). Le nom maçonnique "Jakin" a été traduit avec une consonnance hébraïque "Yachin". Au bas de la colonne "Boaz" nous trouvons la lettre hénbraïque "Beith" (B), tandis qu'au bas de la colonne "Yachin", nous trouvons la lettre "Youd".

Les Maçons inversent le sens du courant, puisque la colonne Jakin corrrespond à la voie catabolisante de la Litho-Genèse, (supportée, chez nous, par le système nerveux cérébro-spinal) elle est donc reproduite à la droite du schéma, tandis que la colonne Jakin correspond à la Voie anabolisante de l'Onto-Genèse supportée par le système nerveux sympathique. Je suis d'accord avec l'interprétation maçonnique, Jakin se place à gauche du schéma.. La descente du "Youd" se fait par la Voie catabolique Jakin, et la remontée des flux vitaux se fait par la voie "co-axiale" sympathique, symbolisée par les deux "ventres" (électromagnétiques) du "B". L'auteur du dessin a oublié qu'entre "ce qui est haut et ce qui est en bas", il est nécessaire de changer toutes les polarités, et, donc, tous les signes. Placer Binah dans la colonne Boaz, c'est placer, en face, "un moins et un moins" ; ils ne pourront que se repousser. Le courant de vie (l'éclair fulgurant) ne pourra pas passer. Cela revient à vouloir brancher la borne "entrée de la phase", de la machine à laver, dans le trou "neutre" de la prise de 220 volts", tandis que la borne correrspondant au neutre sera branchée à la "terre". Son moteur ne risque pas de tourner. Placer Netzach, Chesed, et Chockmah, en résonance avec la Voie de Jakin, est donc un contre sens, et une ineptie architecturale, qui fournit l'explication à .. beaucoup de "choses socio-historiques". "Benoit ... ! De quoi tu te mèles ; tu vas te prendre une "fatouah" ! Ok, .. en bon ... "singe chinois" ...on va se rattraper ... aux branches de "l'Arbre de Vie" :

L'ouverture à la conscience des influences de Daath correspond à la "l'expulsion libératoire du Dikr, chez les Soufis".

Notons, surtout, les deux "lignes vertes" horizontales ; elles sont très importantes pour la compréhension du schéma.

  • Celle qui traverse Yesod correspond à la frontière entre les deux plans ontologiques explorables avec les outils des Physiciens (en dessous de la ligne verte, tout est soumis à la constante de Planck) et les trois plans du psychisme (mondes des noumènes, et non plus des phénomènes, non soumis à la constante de Planck, et donc non soumis à la gravité, lorsqu'ils ont été générés par ces trois plans). C'est la barrière entre notre "Personalité actuelle" et mortelle (celle qui est décrite sur notre extrait civil de naissance) et, notre individualité. (notre principe animant étérenel, car faisant partie de la "Fonction temporelle intégrale". Cette première ligne verte correspond donc à la "traversée du Fleuve Stix des Grecs" classiques.
  • Celle qui travesrse Daath correspond à la frontière entre les trois plans du psychisme (sus décrits) et les deux plans de la "Causalité Ontochronique". C'est la Barrière entre notre " individualité". et l'Universalité ontochronique. C'est la frontière entre la conscience du "Jnani individualisé" (co-naisssant) et la conscience nirvanique. Les "archives akaschiques" (la fonction temporelle mathématiquement intégrale : la fonction .. Primitive !) vibrent dans le "plan de Daath" ; c'est pourquoi cette sephira est appelée par les Hébrïsants : "La Porte du Savoir absolu". Les deux courants, sanscrit et hébraïque enseignent exactement la même chose. Les Scientifiques (et surtout les Ingénieurs Psycho-Cogniticiens qui souhaitent transférer une logique auto-inltellective à leurs ordinateurs, ) devraient tout de même envisager de se poser quelques questions.

Pour tous les humains, cela correspond à l’inversion d’un « switch conscientiel », qui a pour effet de remplacer la priorité (occidentale) accordée aux influences de la voie effectrice centrifuge (animus), portée par le cérébro-spinal (Arbre de la connaissance), par celle (orientale) accordée aux influences de la voie affectante centripète, (anima), "réchauffée" par le système nerveux sympathique. (portée par l’Arbre de Vie). Cela se résume par la substitution (par retournement, au nadir du"point oméga") des injonctions, temporellement symétriques :

  • de celle du départ de la Lithogenèse « Sois… ! », (multipiez-vous en quantité : Quanta ) symbolisée par la première lettre mère « Aleph », par,
  • celle du retour de l’Ontogenèse « Aime… ! » ( grandissez en qualité : Qualita ), soit « M … ! », symbolisée par « Mem.. ! ».
  • L’injonction « Sois.. ! » équivaut à faire du « neutre » d’un circuit électrique domestique la « phase  active », tandis que la Terre, devient le « neutre ».
  • L’injonction « Aime… ! » équivaut à connecter la « phase lunaire (lumière froide) », au « neutre solaire », « lumière chaude », car, ontologiquement sympathisée.

Le sens du courant vital devient alors ... CENTRIPETE ! (Les Neuro-Physiologistes n'ont pas encore découvert cette "seconde phase" du s.n. sympathique).

Rappelez-vous ; je cite la fin du chapitre concernant la "Mise à l'épreuve de la présente Théorie". "S’il était possible d’étendre cette résonance basique (qui Est la résonance temporelle ), à ce que l’on pourrait, alors, appeler, non plus la résonance magnétique nucléaire, mais la « résonance magnétique gluonnique », en la vectorisant de façon à pouvoir découvrir l’incohérence et la polychromatie, des équivalents gluons du règne végétal (soit, l’harmonique supérieure de ceux que les Physiciens ont découvert dans les cyclotrons), la science aurait découvert le principe mathématique de la vitalisation d’un support de chimie organique antérieurement, inerte". Hé, bien, nous avons désormais les éléments susceptibles d'orienter une telle recherche.

Nous travaillons en mode anatomique "négatif" (avec les schémas des vides, et non pas avec ceux des tissus visibles à l'oeil nu et à la loupe binoculaire). Plaçons nous au niveau du canal de l'épendyme, entre la cinquième lombaire et la première sacro-coxygienne, soit, dans la colonne, au niveau de la sortie de la queue de cheval, et donc, en arrière du plexus sacré. (qui se trouve - dans - la cavité abdomino pelvienne, et non dans la colonne vertébrale). C'est là que les Japonais placent "Le Ki". (La force psychique, car vitalisée, qu'ils utilisent pour leurs Arts martiaux). La clé du "Caducée" nous est fournie par "Hermès le trois fois Maître". "Le Soleil en est le père, la Lune est sa mère, le vent l'a portée dans son ventre ; la Terre est sa nourrice et son réceptacle.".

  • Chez un humain ordinaire, l'énergie vitale qu'il reçoit durant le sommeil (le prana), descend vers le plexus sacré, qui fait rayonner le chakra correspondant : "swadhistana chakra". Cette énergie a deux voies :
    1. elle fournit de l'énergie au système nerveux de la "fonction végétative" (sympathique), c'est l'harmonique de l'énergie biochimique libérée par le Cycle de Krebs.
    2. elle anabolise l'énergie de la reproduction en se mettant en résonance avec "mulhadara chakra".
      • soit en alimentant, par le biais du plexus honteux interne, la spermatogenèse,
      • soit en envoyant une onde radar dans notre canal de l'épendyme, lors d'un orgasme.
  • Chez un "Jnani" (Yogi Co-Naissant) et chez un authentique "Initié", un "Rose + Croix", ou un "Maître Soufi qui peut libérer le "Dikr", cette énergie vitale est "retournée" par le "Rectificando". Souvenez-vous de la clé fournie par la Kabbale hébraïque. "C'est en Yesod, et uniquement en Yesod que l'on peut transformer le dessin architectural de la Manifestation". Chez les humains Yesod résonne (diapason ontochronique) au niveau de notre plexus sacré. Ce dernier intervertit les polarités. Ce qui était la cathode devient l'anode. L'électrolyse vitale commence à fonctionner ... "hors la présence du couple rotor-stator de l'électromagnétisme Terre-Lune". "La "Terre" (notre zone abdomino pelvienne) est sa nourrice et son réceptacle. Le Soleil est son Père, l'anode (+) la Lune est sa mère la cathode (-). L'électrolyse peut commencer à "déposer la lumière de l'or solaire, sur la matrice du plomb lunaire". Cette "pierre occulte s'appellait l'émeraude de Lucia Façae ; en la "dépolarisant", soit en la solarisant, elle devient la "Pierre philosophale", ou la "Virgina Negra".... "Eve est devnue évA" ; c'est cela, et seulement cela ..." l'Immaculée conception". L'enfant est "Tipherethique", (or solaire) et non, de chair ! C'est de la plus .. "Pure .. Alchimie" ! Or, la "Tipherethisation de Jésus (Yoshua = "Yo- S - Oi" ), c'est le ..."Christos", le "Ki", grec, ou Japonais ! A Tahiti, pays des Vahine, on l'appellait (au début) la "Perle Noire", et maintenant, pour des raisons de business, on l'appelle "La Perle de Tahiti". (Elle a perdu son caractère sacré).

Comprenez-vous pourquoi dans tous les lieux sacrés, dont les Architectes ont été des Initiés (Rocamadour, Le Mont Saint Michel, Chartres, etc..) il y ait un "tombeau de la Reine", ou une "Crypte de la Vierge Noire" ! Comprenez-vous enfin (je m'adresse aux Inquisiteurs) pourquoi les Templiers se donnaient le si mystérieux baiser, au niveau du sacrum !!!

A cette condition, et à cette condition seulement, (qui est le devenir onto-genèsique de "TOUS" les humain), il est possible de se vitaliser, directement à partir de l'énergie solaire (sans avoir à dépendre de l'énergie polarisée sur et par la Lune). Quand un Cosmonaute pourra faire cela, il pourra aller, sans problème (vital) vers Mars. (Ce n'est pas encore pour aujourd"hui).

Perle Negra

L'ensemble du sablier ontochronique ( dont le couple " circulations, aérobie et anaérobie" en "8", est une harmonique inférieure) peut alors fonctionner correctement. "Hermès, le trois fois Maître"» :

  • Maître en « Aleph », ou  « Ante »,(mode sattwa - mode Sipur),
  • Maître en « Youd », ou en Yo, (mode rajas - mode Sephar),
  • Maître en « Koff », ou « KI » (mode tamas - mode Sepher).

(Ant-io-che) avait bien raison quand il exprimait le fait que « Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, à la condition de changer tous les signes, horizontalement, et, verticalement, au centre de la Croix temporo-spatiale, aux fins d’y faire fleurir la Rose) à travers sa « Table d’Emeraude », dont voici le texte. :

« Il est vrai, sans mensonge, certain et tout à fait véridique.
Tout ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut, et tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, afin d’accomplir les miracles de la Chose Une.
Et comme toutes les choses sont sorties d'une, à travers la pensée de l'Unique, de même toutes choses sont nées de cette chose unique, par adaptation.
Le Soleil en est le père, la Lune est sa mère, le vent l'a portée dans son ventre ; la Terre est sa nourrice et son réceptacle.
Le père de tout, le Thélème du monde universel est ici. Sa force ou puissance reste entière, si elle est convertie en terre.
Tu sépareras la terre du feu, le subtil de l'épais doucement, avec grande industrie.
Il monte de la Terre vers le Ciel, et de nouveau il descend vers la Terre, et il reçoit la force des choses supérieures et inférieures.
Tu connaîtras par ce moyen la gloire du monde ; et pour cela toute obscurité s'enfuira de toi.
C'est la Force forte de toute force, car elle vaincra toute chose subtile, et pénétrera toute chose solide.
Ainsi le monde a été créé.
De ceci seront et sortiront d'admirables adaptations, desquelles le moyen est ici donné.
C'est pourquoi j'ai été appelé Hermès Trismégiste, ayant les trois parties de la philosophie universelle.
Ce que j'ai dit de l’Oeuvre solaire est complet. »

Notons, que la croix pattée à huit pointes des Templiers, représentait l’octave colorimétrique que les Physiciens découvrent dans les cyclotrons. Ce n’était pas par radinisme qu’ils affirmaient : « Je Suis  .. deux .. sur le même cheval ! ». Pour qu'elle puisse être "dynamisante, donc vitalisante", une « suite harmonique d'authentique principe Bio », exige que le système logique hexa-basique s’exprime par  [ (« sept notes, de la première gamme) + (une, de la seconde gamme), etc. ].

X-3 ] Quel est le champ d’influence du « Cycle d’Antioche » ?

De même que le Cycle de Krebs, ne concerne que l’intermède entre la phase de catabolisme, et la phase d’anabolisme, de l’assimilation digestive, de même le cycle de l’assimilation temporelle concerne le moteur, la "pompe vitale", de la boucle « Litho-Genèse – retournement sur le point oméga – Onto-Genèse ».

Pour visualiser l'ensemble de la boucle, (comparable à la double circulation sanguine) on peut imaginer une toupie à vis, qui contiendrait une boîte de vitesse à sept rapports. La pointe de la toupie laisse une trace sur le plan temporel où elle travaille. Dans le plan « Do » (atomique) cette trace correspond  à  l’axe de l’écoulement temporel défini par la science actuelle (somme arithmétique de « dt »). C’est donc l’aspect « dérivé ultime » de « l’édifice ontochronique intégral ». La vision de la « temporellité », par la science, est bien celle d’un myope, quasi aveugle. Le Référentiel de Minkowski parle d’une « quatrième dimension » ! C’est une ineptie métaphysique, puisque l’espace ne repose que sur trois bases mathématiques.

Les sept rapports de boîte correspondent aux sept possibilités des arrangements des trois bases spatiales et des trois bases temporelles. Les rapports de boîte sont «  calibrés » (notion de Qualita) selon l’étalonnage des sept rapports d’écarts pythagoriciens. Ils enclenchent donc des « différences de potentiels énergétiques ». Selon le rapport de boîte enclenché (selon l’ordre ontologique) c’est le premier, le second, le troisième, etc, étage de la toupie à sept poupées russes qui est dynamisé. C’est pour cela que l’on parle d’échelle. L’ontochronie a pour but de permettre à un « couple espace-temps  individualisé » de monter, un par un, note par note, les sept niveaux de l’échelle complète, ou de monter dans les sept étages de l’édifice temporo-spatial universel. Cela correspond (encore une fois) ce qui a été décrit par Darwin. L’ontochronie est le moteur de l’évolution, de la .. « positentropie générale, car universelle ».

  • Quand la toupie travaille au niveau des phénomènes objectivables, c’est son premier étage (Clé de partition d’ouverture de la gamme Do)  qui est l’objet observé .. par les scientifiques.
  • Quand elle travaille au niveau intermédiaire entre le plan « atomique = Do », et le plan « mental = Mi », la dynamisation se fait dans le plan « Re » de l’électromagnétisme, et de ce que les scientifiques appellent « la relativité générale ». C’est dans ce plan que l’on sépare les objets morts ou inertes, des sujets vivants. La vie d’un végétal « naît » dans ce plan « Re ». (Et non, dans le plan « Do », comme le croient les Scientifiques). La transformation de la lumière froide en lumière chaude correspond à la polychromatisation des vecteurs vitesse des nombres imaginaires ; c’est « la » signature du processus appelé « vitalisation ». Un sujet vivant a des vecteurs vitesses polychromatiques, le même sujet meurt lorsque ses vecteurs deviennent monochromatiques. On attend trois jours avant d’enterrer un humain, afin que le processus ne se reverse pas. Au delà de ce délai, le sujet est  « ontochroniquement » devenu un ensemble de chimie de l’ordre ontologique du  minéral (Clé de Do). Laissons le en terre, il retournera au minéral. Il a perdu la dynamique temporelle spécifique à l’arrangement des ses six bases, correspondant à son  « ordre ontogenèsique » spécifique. (clé d’ouverture de gamme, ou d’étage « Fa » pour un humain).
  • Quand la toupie a enclenché son troisième rapport de boîte, nous … (animaux supérieurs, et hommes) .. mentalisons (pensée ou senti). Le sujet prend conscience.
  • Quand la toupie a enclenché le quatrième rapport de boîte, (c’est réservé au règne humain), nous « faisons fonctionner notre mode cognitif correspondant à l’intuition créatrice ». Le sujet prend conscience du contenu de « sa » conscience (il y a un changement d’ordre mathématique dans la fonction cognitive ; le sujet a fait un zoom cognitif, il a changé le « rapport de focales » de ses lunettes cognitives), en disant « Je Suis ».
  • Très peu d’humains peuvent, actuellement, enclencher leur cinquième rapport de boîte. Mais le fonctionnement du « mental supérieur » est notre devenir évolutionnaire (onto-genésique = le but ;  et ;  ontochronique = le moyen), à tous(tes).

A chaque fois que l’on change de rapport de boîte d’arrangements du système hexa-basique, la conscience change de barreau sur l’échelle à sept barreaux , ou sept plans, de l’ontochronie.  Tel « Le Petit Prince », on peut ainsi « co-naître » au substantiel  - et -  à l’essentiel. Le  « serpent jaune » est celui de l’Onto-Genèse.

 

X-4 ] Quel est le résultat psychologique et animique du « Cycle d’Antioche » ?

La vitalisation correspond à la luminosité et à la densitié colorométrique des équivalents vectoriels des pixels utilisés dans les logiciels d’imagerie. Si on ouvre les trois vecteurs basiques (R-V-B), et si l’on allonge les trois vecteurs, le point devient plus dense et plus lumineux (moins noir). Un individu dont toutes les énergies psychiques tendent à resserrer ses champs de conscience diminue le rayonnement et la puissance des vecteurs polycromatiques qui le vitalisent. Inversement, nous pouvons, par notre volonté, augmenter notre luminosité et l’intensité de notre vitalité.

  • Nous diminuons la chaleur et l’intensité de notre rayonnement vital lorsque nous nous refermons en tendant vers un seul plan de rayonnement ; cela s’appelle « l’égocentrisme ». Cette attitude se résume par la formule néguentropique suivante «  Je prend, le plus possible au système (catabolisme temporel), je lui donne le moins possible (anabolisme) ; il y a beaucoup de déchets entropiques qui devront être recyclés en repassant par les échelons inférieurs (plan  de la gamme minérale) de l’échelle de l’ontologie ». Le bilan et le rendement de l’assimilation temporelle sont mauvais.
  • Nous augmentons la chaleur et l’intensité de notre rayonnement vital lorsque nous nous ouvrons en tendant vers l’universalité de notre rayonnement ; cela s’appelle « l’héliocentrisme ». Cette attitude se résume par la formule positententropique suivante « Je donne le plus possible au système (anabolisme  temporel), je lui prends le moins possible (catabolisme) ; le rendement entropique est excellent ; l’assimilation temporelle tourne comme … un horloge suisse ». Cet humain a compris que "Je Suis ... le système, Je Suis un rouage de la grande horloge de l'Onto-Chronie, puisque Je Suis un chaînon de la chaïne qui entraîne l'unique dynamique de Tout l'Univers.

Les Hindous appellent cette seconde attitude « ouvrir son chakra cardiaque (Anahata)».
Les Chrétiens l’appellent « développer notre Charitas ».
Les Islamiques l’appellent « libérer le Dikr ». (La dynamique du Verbe).
Un Cardiologue dirait « je vais lever l’hyper-pression pulmonaire entrante (Œdème aigu du poumon), en donnant au patient de la digitaline, afin que son cœur gauche puisse avoir suffisamment de puissance pour envoyer les sang oxygéné dans la grande circulation (anabolisme organique) ».
Un Jardinier dirait « fiston, enlève le pied que tu as posé sur mon tuyau, afin que je puisse arroser mes fleurs ». Un Jardinier est un expert de l’entropie : « si je ne leur donne pas d’eau, mes plantes vont crever ». Ce qui est vrai pour les fleurs, l’est, encore plus, pour les humains. Sans sympathie, on .. meurt à .. « petit .. feu » ;  nos vecteurs vitaux se ... flétrissent.

C’est le vrai but du « Cycle d’Antioche », car c’est le seul moyen d’augmenter la « positentropie », et donc de progresser vers le haut sur l’échelle de l’Onto-Genése. Chaque Humain qui va, individuellement, dans le sens de la positentropie fait progresser l’ensemble de la dynamique temporelle complète ; en « assimilant le temps universel », il fait progresser la pente d’accélération de l’évolution de notre Terre. Tout ce qui n’a pas été « temporellement anabolisé » (assimilé ) doit repasser par le recyclage minéral (azote-carbone-nitrites-nitrates- végétaux, animaux, humains). C’est ce que les Grecs classiques (qui avaient compris beaucoup de choses essentielles) avaient appelé le « Mythe de Sisyphe ». "Entropie" = Entropisme". La couronne royale de l'entropie revient à la fleur de tournesol. Y-a-il une plante dont le tropisme consisterait à se détourner de la lumière ? La lumière c'est la "pression" de la "fonction temporelle, manifestée".

Dans le texte que je vous ai présenté, j'ai inséré (intentionnellement) une citation provenant du milieu "New Age". Dans ce blog, j'ai beaucoup plus parlé de Minkowski que de Sri Aurobindo. Je lis, avec autant de douleur, les miasmes des "adeptes de la speudo-spiritualité", que certains articles de Génétique du "New Scientist". Entre ces deux "extrêmes", ne pourrait-on pas trouver un "juste milieu" ...un peu de "philo .. sophia", (amour de la sagesse, grecque, si possible) par exemple ?

Je sais, néanmoins, que les Scientifiques sont les personnes "professionnellement, les plus honnètes, et les plus compétentes". Alors, s'il vous plaït, par amour envers l'humanité, ... osez enlever les oeillères que l'on vous, et que l'on nous impose, dès l'école maternelle. "Le formatage de notre schéma corporel et animique est mauvais" ; nous devons reformater nos croyances et nos conceptions éronées, par rapport au "TEMPS". Vous seuls pouvez sauver la vie qui a fleuri sur notre Terre, à la condition, ... de faire un "splendide feu de la Saint Jean, avec les autolysantes Théories de la Relativité, dite, Générale". Le Phoenix de la Vie renaîtra de ces cendres là ! S'il vous plaît, découvrez, scientifiquement, donc, mathématiquement, ce qu'est la .. "vitalisation". C'est la seule façon de mettre un terme à toutes ces sectes malfaisantes qui gangrennent nos sociétés, et de faire diminuer la consommation des drogues, chez les Jeunes, qui ne veulent plus entendre parler de "l'abètissant dogmatisme du Tout qui ne serait qu'exclusivement quantique". Ils savent, intuitivement, que si cette Théorie est adaptée à de la simple mécanique, elle est inadaptée à l'étude de ce qui Est porteur de vie. Etendre ce dogme à la Biologie et aux Sciences cognitives devient un "abus de position dominante", qui rentre dans le cadre de la .. "perversité intellectuelle " ! L'humanité meurt d'une "nombrilo-einsténite chronique ", qui tel un cancer, pompe toute l'énergie de notre vitalisation, pour la détourner de la ... "Danse universelle et vitale de l'OntoChronie". Les Derviches ont mille fois plus de "bon sens" que certains Scientifiques, qui sont totalement dépourvus de principe d'éthique. On ne doit plus confier la gestion du capital de la Vie à des ... "exclusivement comptables". Les Derviches "dansent la vie", en tournant dans le bon sens. Il dansent en tournant dans le sens de l'authentique swaztika, et non, dans celui - inverse - de la "croix gammée", comme le font, actuellement, certains Généticiens, qui n'hésitent pas à se comporter en "hyper dangereux apprentis sorciers". Les Francs Maçons, diraient qu'ils se comportent comme l'ont fait les "TROIS !!!" .."mauvais Compagnons", qui ont tué "Hiram".

Il est .. "Temps" ... de remettre chaque énergie à la place qui lui revient. Quand un patient est atteint de la tuberculose, il ne suffit pas de "réunir un Grenelle de l'environnement", et de lui préscrire un arsenal d'antitoussifs. Il faut découvrir le bacille de Khoch, et la Rifampicine. L'Humanité est malade de la "définition fallacieuse du temps, qu'elle s'est donnée". Le temps n'a absolument rien à voir avec des .. mètres (encore moins avec des "feeth"). Héritiers de Pasteur, pour guérir l'humanité, donnez-nous, s'il vous plaît, le vaccin adéquat, : le troisième référentiel de mathématique, qui mettra en relation le système héxa-basique des rapports temporo-spatiaux de l'Ontogenèse. ("Jamais, .. deux, .. sans .. trois !", dit la sagesse populaire). Le Mathématiciieen qui lui donnera naissance sera un digne héritier de Pythagore.

Y ] Discussion

Le « spin » est une notion attachée à la physique qui permet de quantifier un caractère permettant de déterminer le comportement d’une particule, sous l'effet de la symétrie de rotation de l’espace, à trois dimensions. La présente théorie serait-elle donc une autre expression de celle de la seule physique ? Non, bien sûr. Les Scientifiques actuels (Physiens et, surtout, Mathématiciens) n'introduisent pas la notion, fondamentale, à notre avis, de tois modes de la temporelleité intégrale, reposant sur trois variables mathématiques spécifiquement temporelles (soit, qualitativement indépendantes des trois bases de la spatialité).La seule variation temporelle admise par les Scientifiques est de l'ordre de la "mécanique quantique". Elle est en fait, statique, (elle est dépendante de l'espace par la relativité), elle n'est inductruice de dynamique qu'au niveau élémentaire des gluons, par la chromatodynanique, ne vibrant encore que sur un seul "octet", et même pas encore, sur "une octave", dont la "force" réside dans l'enchaînement des gammes :

[Do(x), etc,....Si(x), Do (x+1)..etc. ]..de la gamme suivante.

Une étoile héxagrammique (dite de David ; à deux fois trois sommets équilatéraux) est considérée comme ayant un « spin égal à six ». (2 pie / six). Le comportement mathématifié par un (futur) référentiel hexa-basique (méta-minkowskien) peut donc être assimilé à celui d’une particule dont le spin est « 6 ».A partir de cette base, je vais essayer d’établir un pont entre la conception moderne de la Physique Quantique, et les Enseignements Traditionnels anciens.

Nous allons tenter de faire se rejoindre  la notion de « chromato-dynamique », récemment introduite par les Physiciens, et les enseignements Taoïstes trimillénaires, exprimés à travers le « Yi King ».

  • Ce qui caractérise le monde de la physique c’est l’auto-inertie des objets physiques.
  • Ce qui caractérise le monde de la biologie s’est la dynamique impulsée à ce qui fut des objets physiquement inertes, par le processus de la vitalisation.
  • Une étoile de David  est quantiquement un système à double "bases trois », soit un système hexa-basique.
  • Une étoile de David vitalisée devient un système « septuple » par l’impulsion dans sa forme quantique d’une force qualitique, symbolisée par le centre ou axe temporel de rotation de l’étoile.. (quatrième « pseudo dimension introduisant la relativité spatio-temporelle » du référentiel de Minkowski).

En établissant des liens entre la périphérie de l’Etoile, et son centre, donc en introduisant un « septième point », la Vie, insuffle  une dynamique qualitative. Cette qualitativité, n’est plus secondaire aux variations des trois bases spatiales (symétrie du spin), mais  à celle des trois « modes qualitiques » des trois bases temporelles. Nous avons vu que la logique mathématique de cette qualitativité était  de type pythagoricien. En passant d’un système à [deux fois trois sommets] à un second système à [deux fois trois sommets, plus, un centre], nous obtenons, une « gamme ». Qui dit gamme, dit, … « suite octavique », et donc, … introduction (im-pulsion) d’une dynamique qualitative de la vitalisation.

La structure basique d’une particule à spin « 8 » serait :

  • quantiquement assimilable à un « octet », et
  • qualitiquement  assimilable à une « octave ».

Il suffit d'intégrer mathématiquement, les deux fonctions (variations spatiales quantiques,  et variations temporelles qualitiques (Do1-Re1-Mi1-Fa1-Sol1-La1-Si1 et Do2 suivant, etc.. de la seconde gamme) ) dans un nouveau référentiel ... hexa-basique. Essayons d’analyser chaque tempo de ce « solfège vitalisant », qui permet de faire passer un « ensemble, ou objet, constitué d’un support « organo-chimique, à un ensemble, ou sujet, devenu ainsi "bio-logique ». Les enseignements traditionnels n’avaient pas à leur disposition le langage actuel des mathématiciens, ils ont dû être exprimés, autrement. Leur langage est symbolique. Nous allons choisir un symbole traditionnel, pour notre tentative de démonstration. Ce sera ce  « mandala » :

 

 

Analysons-le : l’étoile de David jaune représente "l'hexa-graphe symbolique de notre futur référentiel mathématique hexa-basique" :

Le triangle tri-basique spatial correspond au triangle à la pointe en haut ; ses trois bases mathématiques sont :

  • Les variables [f(x)] de la longueur.
  • Les variables [f(y)] de la largeur.
  • Les variables [f(z)] de la hauteur.

Le triangle tri-basique  temporel correspond au triangle à la pointe en bas ; ses trois bases mathématiques seront :

  • Les variables de la temporellité physique (gross body - mode tamas – Rouge – Do)
  • Les vatriables de la temporellité psychique métaphysique (astral body - mode rajas – Vert- Mi)
  • Les variables de la termporellité méta-psychique ou causale (causal body – mode sattwa – Bleu – Sol)

Le centre du mandala, ou « septième point », correspond au résultat de la dynamisation des trois éléments spatiaux, par les trois variables temporelles ; c'est la "mise en fonction à [deux fois trois, soit, à] six variables" de l'intégralité des rapports espace-temps universels. Le tryptique, ci-dessous,  issu de la Tradition hindoue, va nous permettre de comprendre le processus de leur Genèse, en trois temps, ou « tempo », induisant trois niveaux d’ordres qualitatifs, trois « modes temporels » (sattwa, rajas, tamas) : 

  • Genèse de l’organique, (mon corps – « gross  body ») puis,
  • Genèse de la vitalisation, psychique, (la conscience de  « moi » - « astral body » ) et, enfin, la
  • Genèse de la naissance du notre Etre apte à « prendre conscience de sa propre conscience » : « Je Sais qui Je Suis » (causal body »).

 

les trois modes temporels,  en sanscrit : modes Tamas-Rajas-sattwa,
ou, en hébreu : monde d’Assiah, monde de Yetzirah, monde de Briah »,
 ou trois bodies « gross, astral et causal ».

Le petit homme jaune en méditation (ses deux bras sont tournés vers la monde d’en haut) correspond à notre corps ou au mode Tamas de la manifestation. Selon les Upanishads, il est composé de deux enveloppes ou koshas :

  • « anna maya kosha », (ou envelope corporelle organique) (DO, ou Rouge basique) et
  • « prana maya kosha » (ou enveloppe pranique, du  souffle vital, ou de l’enveloppe électromagnétique, ou éthérique) (RE ou Orange basique).

L’homme moyen, en bleu, correspond à notre principe animant ou vitalisant, (notre âme, pour les Croyants), ou au mode rajas de la manifestation. L’opposition de ses deux mains signe la conjonction du monde d’en bas et du monde d’en haut. Son but ultime correspond à la "naissance christique du Maître Intérieur". Il est composé de trois enveloppes ou koshas :  

  • « mano maya kosha », (ou envelope mentale inférieure) (Mi ou jaune basique),
  • « vijna maya kosha » ou enveloppe de vérité, ou enveloppe christique) (FA ou Centre de la Charitas, ou cœur de l’Edifice). Il est un pont entre les consciences des individualités et la conscience de l’Universalité : «  YO ».  (« Je »)
  • « ananda maya kosha » (ou enveloppe du mental supérieur ou de la cognition de la béatitude) (SOL ou Mental supérieur). Il donne accès à la cognition de la conscience universelle « YO … SOI » (« Je Suis »... la conscience du Maître intérieur, en fonctionnement).

Le grand Sage en brun correspond à notre Esprit, ou au mode sattwa de la manifestation, dont le but est de libérer l’humain pour permettre à sa conscience de vibrer en mode (non plus personnel) mais, en mode nirvanique (soit, en mode universel). Il n’est plus véhiculé par des enveloppes individuelles, et n’est donc plus soumis à l’illusion (maya). Sa prise de conscience est pure conscience informelle : conscience de « SOI universel ». Le cerveau inférieur (biologique) ne fonctionne plus, puisque l’Etre n’est plus dans un Etat individualisé ; c’est l’Etat de « Libération de la roue du Kharma ». Il a quatre bras, deux tournés vers le monde d’en bas, et deux tournés vers le monde d’en haut. Bouddha libéré en est un exemple humain accompli.Il est clair que les Scientifiques, exclusivement quanticiens et matérialistes, ne sont pas encore prêts à accepter une telle hypothèse de travail.

Tous les courants traditionnels enseignent, pourtant, la même chose, et surtout, de la même façon (avec des langages différents), à ce sujet. La source de la dynamique de notre esprit, serait donc temporelle, et non spatiale, causale (mode sattwa) et non organique (mode tamas). Cela signifie que "le temps intégral est la seule source de toutes les énergies". L'intelligence individuelle ne serait qu'une prise de conscience, permise par un software adapté (notre cerveau), de l'unique intelligence universelle : celle que les Francs-Maçons appellent "Le Grand Architecte de l'Univers", et que nous appèlerons, ici, l'Intelligence créatrice qui soutend la structure de l'univers physique et métaphysique. Il n'est pas dans notre propos de tenter de nous approprier son "copyrigth".

Le postulat que nous choisirons dans le présent site est : "l'universalité est l'intégration du second degré, (à partir d'un double système hexa-basique, spatial - et - temporel), de la somme des individualités, dont elle constitue la Fonction Primitive".

La Tradition hébraïque décrit le processus génésique en quatre temps :

  • Atziluth correspond au monde des archétypes. (Monade tri-basique primordiale, non cognitive)
  • Briah correspond au monde de la Création. (esprit – mode sattwa  hindou ; connu par la règle de la « sexuation, ou, de la dipolarisation : « amo = harmonique supérieure de aimant »).
  • Yetzirah correspond au monde de la formation. (animation – mode rajas hindou ; connu par la règle de la sexualité du vivant : rapport mâle + femelle)
  • Assiah correspond au monde de l’action. (corporisation - mode tamas hindou, connu par la règle de la sensorialité (sensation-perception-cognition ; conception-mise en tension-action).

La vitalisation est le résultat de la dynamisation :

  • du « Triangle des bases spatiales », provenant du monde de l’infra matière, dont les règles basiques sont exprimées par la « Théorie des Cordes », et dont les rapports s’expriment à travers le « triangle esthétique ». Ce triangle correspond à celui qui a la  pointe en haut, dans le mandala. Il est mathématiquement repéré par les trois bases quantiques spatiales,  que sont la longueur , la largeur, et la hauteur.
  • par le « Triangle des bases temporelles », ou   « triangle éthique ». Il correspond dans le mandala, au triangle pointe en bas. Le triangle éthique est issu de la Triade  monadique tri-basique (Kether et Chochmah-Binah, en hébreu) , dont il est l’une de ses harmoniques inférieures (triangle Geburah-Chesed et Tiphereth).  Il dynamise l’espace par les trois bases temporelles rythmiques que sont « Rouge-Vert-Bleu », en colorimétrie, « Do-Mi-Sol » en acoustique, et plus généralement  les trois modes qualitatifs (et non plus quantiques) « mode tamas, mode rajas, et mode sattwa » de la Tradition hindoue, et – ou mode assiah, mode yetzirah, et mode briah de la Tradition hébraïque.

Une autre Tradition exprime, à sa façon, le « système tri-basique temporel » (mode sattwa, mode rajas, et, mode tamas). Il est alors  résumé par l’anagramme, très connu : « ABRAHAM » ; lequel est l’harmonique de Do-Mi-Sol , la somme [ du rouge basique du vert basique et du bleu basique]  qui donne le Blanc,.

« Abraham » est une somme kabbalistique, appelée « Triple Alliance ». C’est une formule mathématique exprimant la partie temporelle du référentiel qui permet de faire varier qualitativement (et non plus quantiquement) la fonction temporelle intégrale. C’est … le moteur à trois temps (catabolisme, cycle de changement de diapason, anabolisme) du « Cycle d’AntIoKi »,  dont les trois sons basiques sont :

  • « Ab », signifie « Aba », ou Père universel en hébreu. (La Voie masculine-JAKIN).
  • « Ra », signifie « Roi », en égyptien, et « Resh », en hébreu. (Le chemin du milieu - Le Chapiteau du Temple de Salomon).
  • « Am », signifie « Ama », ou Mère Universelle en hébreu. (La Voie féminine-BOAZ).

[ Ab-Ra-Am] représente donc « la somme des trois variables de la fonction temporelle universelle » dont chacun des trois modes a vivifié :

Le courant paternel Jacobique (ABA)
Le courant filial (Esprit Saint ) chrétien (RA). « INRI » signifie « Je suis Roi ».
Le courant maternel islamique (AMA).

La tiare à trois "ordres", des Papes Romains est le symbole de cette "Triple alliance des trois modes temporels" ; il est dommage pour l'Humanité, que ceux qui s'en servent de "couvre-Chef" en aient oublié la signification.

La science ne perçoit de cette dynamique génésique qu’à travers, sa dérivée ultime, (mode tamas) exprimée mathématiquement par  la notion de « relativité spatio-temporelle », dont le référentiel est celui du Professeur Minkowski.

Ces trois modes vibratoires (modes sattwa-rajas et tamas) correspondent bien à trois états de la lumière universelle, (Triple alliance de la Lumière) en cours  de processus génésique, tout comme,  sur une harmonique inférieure, (mode exclusivement tamas), la lumière seulement physique vibre, selon trois sous-états, que sont, la lumière diffuse (trois directions spatiales), la lumière polarisée (deux directions spatiales) et la lumière lasérisée (une direction spatiales).

Le changement d'ordre différentiel du mandala ci-dessus correspond à la mise en fonction mathématique du double édifice (quantique, spatial, et qualitique temporel). Cette mise en fonction de la temporo-spatialioté intégrale, est symbolisée par l’enchevêtrement exact, au centre, de l’édifice du triangle pointe en haut (tri-bases esthétiques de la spatialité quantique), par le triangle pointe en bas (tri-bases éthiques de la temporellité qualitique). Les deux mains du méditant coloré en bleu sur les dessin du départ basculent et s’inversent par la mise en fonctionnement de son enveloppe charitatique appelée « vijna maya kosha ».

Le but de l’Evolution (progrès ontologique ou « positentropie ») est de modifier l’équilibre de ce  système hexa-basique (trois bases spatiales, et trois bases temporelles). Le devenir de notre humanité est d’amener le fléau de la balance du couple « triangle spatial, et triangle temporel », à la verticale, sur le … « septième point de l’axe du milieu » !  Cet axe temporel  correspond à « Shushumna » dans la Tradition hindoue, et  au pilier vertical de la croix, dans la tradition chrétienne. La conscience humaine peut ainsi faire un  transfert de mode cognitif (un zoom gnostique), en passant du mode "mental" (ouvrant en clé de Mi) au mode "gnostique" (ouvrant en clé de Fa). La conscience mentale de type « animal »,  (« moi j’ai » software permis par le hardware appelé « mano maya kosha » ) devient une « prise de conscience (gnostique de type spécifiquement humain),  de notre conscience». (« Je sais qui Je suis », software utilisant le hardware de vijna maya kosha). Le software de mano maya kosha (mind) se trouve dans nos hémisphères cérébraux ; le software de vijna maya kosha (semble) devoir être cherché dans les sous-centres cérébraux. C’est ce que disent (par intuition) les Sages Hindous, mais, cela n’a pas encore été démontré scientifiquement (par IRM).Les « plans cognitifs »  ne sont, évidement, pas parallèles, puisqu’ils sont séparés par un seuil de qualitativité, comme c’est le cas en solfège musical, ou en colorimétrie. L’écart entre un Re et un Mi n’est mathématiquement pas le même que l’écart entre un Mi et un Fa. Parler de « plans ou espaces parallèles » est donc le résultat de l’illusion du « mental de mode temporel ontologique animal » (maya d’une partition cognitive ouvrant avec une clé de « Mi » soit, fonctionnant avec et à partir de l’enveloppe appelée « mano maya kosha » en sanscrit). C’est très important ;  c’est pour cette raison que les scientifiques ne parviennent pas, encore, à comprendre les mécanismes de changements de modes cognitifs (transfert de support cognitif, soit, changement d’enveloppe, ou de koshas) qui sont mathématiquement qualitatifs, (seuils de qualitativité différentielle de type pythagoricien), et non mathématiquement quantiques. Ce mécanisme mathématique ne peut qu’utiliser un référentiel hexa-basique qui seul permet, par induction, le transfert de mode « organique d’un objet mort vers un sujet vivant, du fait de sa vitalisation ».

La vitalisation est le résultat d’un équivalent d’intégration mathématique, du premier ordre (changement des rapports des six bases, trois spatiales, et trois temporelles) de type … pythagoricien. Les variables sont « prioritairement temporelles (mode qualitatif ; tamas, rajas, sattwa, ou mode qualitatif Ab, Ra, Am) », ontologiques, du solfège temporel et non plus, « seulement spatiales ». L’objet change d’octave, en montant les gammes. (vitalisation), ou en les descendant (mort). Nous allons le rechercher à partir de la notion de « spin », introduite par les Physiciens. Nous posons donc, ici, la question : « où se trouve, scientifiquement, le moteur de la vie ?».  La différence des plans  ontologiques (solfège positentropique) est qualitative et non quantitative ; elle est « qualitatique, et non, quantique ».

Tous les échelons de la biologie sont séparés par des seuils qualitatifs, dont la logique est celle de la « différence de potentiels énergétiques ». Les écarts entre les plans des niveaux de conscience ne se mesurent pas en mètre ; on ne peut donc pas parler de « parallèle » ; ils se qualifient, en seuils, ou, en niveaux de qualité, ils sont architecturés en « solfège à trois bases, ou modes temporel-le-s ».

Les écarts qualitatifs (barreaux de l’Echelle de Jacob, ou, sept jours de la Création, ou, barrière des règnes, ou, seuils ontologiques, ou croissance de la positentropie, etc. ) sont donc de l’ordre de la logique que Pythagore a découvert pour le solfège musical.

Une gamme ouvrant sa partition avec une clé de Do, en Rouge basique, ou en mode corporel tamas, ou dans le monde d’Assiah, ou en mode abrahamique « Ma », ne peut pas être parallèle à sa seconde octave supérieure, ouvrant sa partition en Mi, soit en « mode Vert basique, ou, en mode animique rajas, ou vibrant dans le monde  de Yetzirah », ou en mode abrahamique « Ra ». La première concerne un objet mort ; la seconde concerne le même objet vivant. Les changements de rapports sont qualitatifs, (ils sont induits par la dynamique temporelle) et non quantitatifs. L’objet n’est plus « a-mort-i » par la statique spatiale, il est … vitalisé, animé par le souffle vital du mode temporel « rajas » (hindou), ou des influences du monde de « yetzirah » (hébreu), ou du mode abrahamique « Ra ».

L’expression de Pythagore « Que nul n’entre en ce Temple s’il n’est géomètre », trouve alors tout son sens. La logique du système hepta basique (les sept « jours » de la Genèse, les sept notes d’une gamme) qui sous-tend toute l’architecture universelle est de type pythagoricien.

Le déclic qui déclenche le franchissement de seuil (comme dans une écluse fluviale) se produit grâce à la mise en fonctionnement de « vijna maya kosha », … que la Tradition hébraïque appelle  la perception de l’influence de  la sephira « Tiphereth », et que la Tradition chrétienne appelle « Le centre cardiaque de la Croix, qui remplit le Graal ». Dans la légende d’Arthur, c’était le but de la quête des « Chevaliers de la Table ronde » :  déclencher le « sésame ouvre-toi » qui permet à notre conscience l’accès aux ... « Splendeurs de Tiphereth ». Notre conscience passe du mode mental au mode cognitif gnostique. (Aussi appelé « mode de l’Intuition géniale créatrice »).

Ces trois processus génésiques (Genèse des objets physiques, genèse de la vitalisation, genèse du mode cognitif gnostique) suivent la même « pente ontologique » (positentropie) dynamisée par un unique  processus évolutif. (L'Inspir du Respir temporel).

Ce dernier, étant de logique pythagoricienne, va se développer en trois temps (tempo) selon l'enchaînement des trois notes basiques successives d'un « accord parfait  musical » décrit par Pythagore » (Do-Mi-Sol), ou selon les trois bases des couleurs que sont le rouge basique, le vert basique et le bleu basique, selon  les trois modes temporels abrahamiques (Ab – Ra – Am), ou selon les (mêmes) trois modes sanscrits (modes sattwa, rajas, et tamas).

  • La genèse de la physique correspond au « premier temps », [ Premier  sous-ensemble de deux  gammes dont la première clé de partition ouvre sur le Do, ou sur le Rouge, mode temporel « Ma », ou mode « tamas »]
  • La genèse de la vitalité correspond au « second temps », [ Second sous-ensemble de trois  gammes dont la première clé de partition ouvre sur le Mi, ou sur le Vert, mode temporel « Ra », ou mode « rajas »]
  • La genèse de la  gnose correspond au  « troisième temps »,  [Troisième sous-ensemble de deux gammes, dont la première clé de partition ouvre sur le Sol, ou sur le Bleu, mode temporel « Ab », ou mode « sattwa »]

Les Physiciens n’ont pas encore compris le processus d’emboîtement harmonique des octaves temporels (positentropie à logique pythagoricienne, ou dynamique à trois variables temporelles qualitiques  de l’évolution terrestre) ; nous allons, donc utiliser le langage symbolique des divers courants traditionnels (qui eux, avaient compris), pour tenter à notre tour, de le comprendre. Nous commencerons par relier les trois courants traditionnels concernés que seront : la Tradition chrétienne (les symboles des quatre évangélistes), la Tradition hindo-bouddhiste, et la Tradition chinoise. Notre premier pas consistera à établir les bases du futur pont entre deux sources extrêmes, à savoir entre :

  • l’association du symbole chinois du Yin et du Yang, et des huit trigrammes, dits du Yi King, en lieu et place des trois rangées centrales de pétales, (de couleur crème) et des huit  pétales de lotus (de couleur orange), du mandala étudié ; schéma chinois que nous allons donc placer au centre du mandala, en faisant un simple « copier-coller » avec un logiciel de traitement d’images.

 

  • et ce que les Physiciens voient grâce aux cyclotrons, qu’ils ont nommée : « la théorie des cordes », et la dynamique chromatique, infra corpusculaire, mesurée à l’aide des différences de « spin ».

 

 

Notre second travail consistera à  monter d’un, cran dans l’échelle positentropique des ordres ontologiques, (Passer de la gamme ouvrant en Do à la gamme ouvrant en Mi, ou, (autrement dit ; mais cela revient au même)) passer de la gamme ouvrant sur le  rouge basique, à la gamme ouvrant sur le Vert basique) afin de découvrir ce que la tradition appelle « l’antahkarana », qui est le cœur du  principe de la vitalisation. Cette échelle de qualitativité à bases de variables temporelles est appelée « L’échelle de Jacob », dans la Tradition hébraïque.

 

Partons du mandala symbolisant les quatre évangélistes, dont nous allons faire l’analyse.

 

Nous y voyons nettement deux pôles :

  • un pôle externe constitué d’un grand cercle extérieur ; c’est le monde « Intégral de la Fonction temporelle primitive», ou de « l’Unité tri-monadique », d’Ab-Ra-Am, des « Eaux supérieures »,  de Purusha, hindou, ou de la triade monadique « Kether- Chochmah-Binah », en hébreu,  qui génère la dynamique représentée par les forces éthiques du triangle des trois variables temporelles, et
  • un pôle interne constitué d’un petit cercle intérieur ; c’est le monde des « sommes de dérivées ultimes », soit de la multiplicité des individualités, des « Eaux inférieures », ou les différentes formes de la Prakriti hindoue, du binôme « Malkuth -Yesod », en hébreu, qui génère l’inertie des formes spatiales organisées par les lois du triangle des bases spatiales, dans un but esthétique.

 

Premier tempo : Genèse de la physique élémentaire (Do – Rouge – Tamas – Assiah - Am),

En allant du centre vers la périphérie, du monde de la multiplicité vers celui de l’Unité, soit en allant dans le  sens centripète de la positentropie évolutive nous allons tenter de réunifier :

  • la « Théorie des cordes » décrite en en 1968, par Gabriele Veneziano, qui a trouvé  une formule mathématique pour décrire les processus visibles lors des expériences de chocs sub atomiques, réalisées avec un cyclotron. Le résultat obtenu est d'abord appelé « Théorie des modèles duaux », laquelle théorie donnera suite à la théorie plus généraliste de « Chromatodynamique », dont nous allons voir que la base mathématique repose sur les calculs du « spin », et, 
  • la notion fondamentale des « modèles duaux » proposée depuis trois milles ans par Lao Tseu à travers la dynamique du schéma appelle «Théorie du Yin et du Yang », symbolisée par le schéma très connu que voici :


Yin_Yang Taoïste

L'octave colorimétrique basique, est connue à travers la notion de diffraction de la lumière visible (ou « arc en ciel »), une octave comprend, en effet, huit « notes  de couleurs », soit un « Si » de l'infra rouge, et une suite complète des sept notes, que sont « Do-Re-Mi-Fa-Sol-La-S i » de la gamme dite « couleurs visibles à l'œil nu ». En les diffractant, (les séparant) nous obtenons un diagramme comparable à un arc en ciel.

 

C’est cet « octave référentiel de colorimétrie » que les Physiciens voient grâce à leurs cyclotrons, qu’ils appellent « La beauté cachée de l’infra matière »,  et qu’ils expriment par la Théorie des Cordes. Chacune de ces huit notes colorées basiques correspond aux huit trigrammes du Yi King, et sont symboliquement représentés, sur le mandala des quatre Evangélistes, par les huit pétales de fleur de Lotus, disposées, en rond, à l’intérieur du petit cercle, représentant le « monde soumis aux lois de la physique », sis au centre du mandala.

Dans la Tradition hébraïque :

  • Le petit cercle correspond au zénith du monde de la pluralité soumis aux influences de la sephira « Malkuth » ; laquelle va servir à gester la « beauté élémentaire » des sept aspects ou sept notes de la lumière (indirecte, car) réfléchie sur la matière.
  • Le grand cercle extérieur correspond, évidemment, à l’autre pôle, soit celui du nadir du monde monadique, soumis aux influences de la sephira Kether, qui a servi lors du processus à la Genèse universelle. (« au commencement = Bereschyit »), à gester la dynamique de l’Esprit (Saint des Chrétiens).

Lorsque l’on analyse le mécanisme mathématique de ce premier stade on repère que :

Toute manifestation est basée sur le principe de la dualité ou bipolarité assimilable aux deux pôles ou charges « aimantes », attirante, ou répulsive, d’un aimant. Ce premier monde soumis aux influences de la sephira Malkuth est donc essentiellement « binaire ou dipôlaire». En cela il correspond parfaitement aux enseignements du Yi King. (« les modèles duaux »).

Pour comprendre son fonctionnement, il suffit de comprendre celui du couple « dynamo productrice d’électricité – moteur électrique consommant l’électricité ». Ce couple repose sur un double assemblage dynamique rotatif constitué :

  1. d’un stator fixe, et
  2. d’un rotor mobile.

Nous retrouvons cette disposition dans le symbole du “Yin et du Yang”, dont la finalité est “Le Yin naît du Yang, (dynamo ; c’est la dynamique externe du rotor qui fournit l’énergie interne au stator) et le Yang naît du Yin (moteur électrique ; c’est l’énergie extérieure apportée au stator qui fait tourner intérieurement le rotor).

En cassant les particules élémentaires dans les cyclotrons, les Physiciens obtiennent des Bozons, dont l’une des spécificités est que l’objectivité de ces infra particules (sans masse !) entrent en interaction avec la cognition subjective des expérimentateurs. Les Physiciens font naître de la « chromato-dynamique » (dynamique induite par des changements de couleurs), dont le double système basique est constitué par la loi quantique de rotation des spins pour les bases spatiales, et la loi du solfège qualitique pour la gestion des couleurs. Ils ont ainsi découvert la premier octave de ce qui va devenir, par emboîtement octavique,  le … « solfège colorimétrique ». N’en connaissant encore que la première octave quantique, ils l’expriment, par une projection restrictive de bases  (une dérivation mathématique) sous l’aspect de la « Théorie des cordes ». Et, pourtant,  ils l’ont appelé la « chromatodynamique ... ! ». (et non pas, la « chromato-statique »).


Pourquoi y a-t-il interaction (perçue comme une dynamique) entre l’objectivité de l’expérience et la subjectivité de l’expérimentateur ? C’est un point capital de la compréhension de la Genèse de la matière physique, que les Physiciens n’ont pas encore compris (Parce que leur actuel cyclotron, sis aux USA, n’est pas assez puissant). Aussi, allons nous développer ce point fondamental de dynamique de l’emboîtement des octaves, lors de la Genèse de la matière physique.

En gardant présent à l’esprit la notion de « spin », (caractère quantique qui permet de déterminer le comportement d’une particule, sous l'effet de la symétrie de rotation de l’espace, à trois dimensions), rappelons-nous un jeu que nous pratiquions dans notre enfance. On pliait un papier unique en quatre cônes, que l’on enfonçaient sur nos doigts. On pouvait les refermer, en serrant les doigts, ou, .. les ouvrir.

Huit faces (soit, une octave) apparaissaient alors au cœur du papier plié. Au fond de notre main, on écrivait au stylo bille « je t’aime ». Sur chacune des huit faces internes on écrivait respectivement :

  1. pas du tout.
  2. très peu.
  3. un peu.
  4. pas beaucoup.
  5. moyennement.
  6. énormément.
  7. passionnément.
  8. à la folie.

Hé bien, la genèse de l’octave de solfège colorimétrique, qui se traduit par la rotation des spins, fonctionne selon le même mécanisme. Les Gluons reposent sur la même structure en quatre cônes, distribuant une octave de [sept + une] notes de couleurs (Si, infra rouge basique + rouge basique + orange basique + jaune basique + vert basique + bleu basique + indigo basique + violet basique). Le gluon émet l’intégralité de l’octave, tout comme notre papier plié contient les huit possibilités d’amour : cependant, selon l’emplacement du couple actif, ou dipôle géographique : « gluon objectif générant + observateur à la cognition subjective », l’observateur ne peut lire (papier plié) ou voir ou photographier (gluon) qu’un seul huitième des émissions colorées, soit une seule couleur basique, variable en fonction de la position cardinale (spin) du couple « objet observé – observateur de cet objet » :

  1. Nord ~ Sud,  ( Si infra-rouge basique)
  2. Nord-Ouest ~ Est-Sud (Do – Rouge basique visible )
  3. Ouest ~ Est (Re – Orange basique visible )
  4. Sud-Ouest ~ Est-Nord (Mi – Jaune basique visible )
  5. Sud ~Nord (Fa – vert basique visible )
  6. Sud-Est ~ Ouest-Nord (Sol – Bleu basique visible )
  7. Est ~ Ouest (La – Indigo basique visible )
  8. Nord-Est ~ Ouest-Sud (Si – Violet basique visible)

Dans le présent mandala, ces huit possibilités de notre papier plié correspondent aux huit pétales de lotus enroulées sous le petit cercle ; dans le Yi King, elle correspondent aux huit « trigrammes bipolaires : traits entiers – traits coupés. En physique, elles correspondent au dessin de la Théorie des Cordes.

 

Cette « bipolarisation élémentaire, de type aimant physique » est la caractéristique fondamentale du « Premier tempo » de notre trilogie ou « accord parfait » ;  (Do – Mi - Sol ; Rouge –Vert - Bleu ; Monde d’Assiah de la Torah, ou mode tamas des textes sanscrits, mode temporel « Am » de la triplicité de lumière abrahamique.  Ce premier niveau de potentiel vital est le moteur du Premier temps de la Genèse de la matière physique. Il correspond aux influences de la sephira « Malkuth ».

Le nombre basique de référence ce premier stade génésique est : DEUX.

La loi fondamentale qui régit ce premier tempo de la triple Genèse est celle de « l’attraction-répulsion ». En terme de psychologie elle est responsable du « désir », qui est le moteur d’une dynamique du domaine des sens, donc de la sensorialité ; chez les animaux et les humains, son fruit correspond au monde de la « sensualité ». (Assiah – mode tamas – corps). En science, il correspond au monde accessible par les mesures de la Physique. Son seuil supérieur ontologique correspond donc à celui de la vitesse de la lumière physique (corpusculaire et vibratoire) soit à 300.000 kms/sec. En astronomie, ce seuil correspond à celui d’un « trou noir ».

En Kabbale hébraïque, ce seuil correspond à la limite entre les influences de la sephira Malkuth (monde connaissable avec les yeux des sens),  d’avec les influences de la sephira Yesod, qui insuffle la vitalité ou « prana », de la Tradition hindoue (monde connaissable avec la sensibilité, et non plus la sensorialité).

Afin d’établir le pont entre la tradition chinoise du Yi King d’une part, et les enseignements scientifiques modernes, de l’autre, essayons d’en comprendre le principe de la dynamique, qui peut se résumer par la formule : « prendre la tangente ».

Revenons au principe du manège infernal. Chacun-e comprend que c’est la force centrifuge qui développe une force d’adhérence permettant de coller les motos aux parois. Dans notre comparaison la dynamique interne du manège correspond aux mondes dont les influences sont « méta – physique » (au delà des limites de la physique classique, soit au delà de 300.000 kms/sec). En terme hindou l’intérieur de la cuve vibre en mode « rajas » ; en terme hébreu l’intérieur de la cuve correspond aux influences du « triangle de l’esthétique » (Yesod ;  Hod-Netzach) ; en tyerme "ab-ra-am-ique", ielle vibre en mode temporel "Ra".

Si l'on ouvrait la porte d’accès à l’intérieur de la cuve, les motos seraient éjectées par la force centrifuge à l’extérieur du manège et en prendraient, mathématiquement, la tangente. La trajectoire des motos seraient alors « a-mort-ie » (vouée à « l’a-mort-issement », engendré par l’inertie spatiale). La trajectoire de la moto  correspondrait exactement à l’axe des « dt » (dérivée temporelles, du temps projeté sur une ligne) utilisé par les Mathématiciens et les Physiciens.Toute la physique moderne ne connaît le monde (d’Assiah) qu’à travers une perception exclusivement en mode temporel binaire, de type tamas (ou mode « Am » de Abraham) !

Les Scientifiques ne perçoivent de la dynamique temporelle intégrale que la somme des dérivées ultimes, projetée sur une droite, appelé « axe de l’écoulement temporel », soit, une seule base, que Mr. le Professeur Minkowski a introduite dans son référentiel, ouvrant ainsi la porte à la "relativité exclusivement quantique". Le Yi King fonctionne selon les mêmes règles restrictives des « modèles duaux ».

Second tempo : Genèse de la vitalité (Mi – Vert – rajas – Ra- Yetzirah),

Pour comprendre la genèse de la vitalisation, nous allons passer de la logique d’un objet mort à celle du même objet vivant ; nous allons faire un changement d’ordre  mathématique, ou, un  changement des rapports de bases spatio-temporelles. Nous allons passer du nombre de référence « Deux horizontaux = dipôle », aux nombres de références « deux horizontaux multipliés par  deux verticaux = Quatre bases = Tetragramme ». D’un ensemble fonctionnel  « couple dipolaire », nous allons aborder le « quaternaire fonctionnel », symbolisé dans le mandala par les quatre symboles des Evangélistes : (Ange – Aigle - Lion – Bœuf).

Nous allons mettre en fonction le couple vertical qualitatif de l’axe dipolaire de l’univers, au dipôle horizontal quantique, en mettant en "fonction spatio-temporelle intégrale à trois ordres différentiels, ou trois modes " les couples :

[ racine du Temps (dynamique), et racine de l’Espace (statique)],
[ Triangle éthique et triangle esthétique ],
[ Purusha et les différentes formes de la Prakriti], ou,
[ Kether et Malkuth].

Le principe est fort simple.  Positionnons :

  • horizontalement,  le rotor et le stator du couple générateur d’individualité générée « Yin + Yang ».

 

  • verticalement, le rotor et le stator du couple génésique universel (Kether – Malkuth).

 


et, interpénétrons les perpendiculairement (horizontale x verticale) ; nous obtenons ceci :

 

Nous avons sous les yeux le principe du passage d’une base deux (dipolarité seulement horizontale de type référentiel aristotélicien) à une base quatre (horizontale x verticale, de type référentiel hexabasique). Ce passage induit le fonctionnement des quatre symboles des quatre Evangélistes (Jean, Matthieu, Luc et Marc) représenté sur le mandala par le quaternaire symbolique « Ange + Aigle + Lion + Bœuf ».

En passant du couple horizontal Yin-Yang, au quaternaire  (horizontal x vertical  = Yin-Yang x Yang-Yin), nous générons (insufflons) la vitalité, en transformant un ensemble de chimie organique mort, en un être (végétal, puis animal, puis humain) vivant.

 

Ce quaternaire (sans l’agneau central) représente ce que l’on appelle en maçonnerie « La pierre cubique – Mi – mode vibratoire Rajas, ou mode abrahamique « RA » », qui sert de matériaux au Grand œuvre. Ces quatre matériaux élémentaires sont, bien entendu, des harmoniques des éléments basiques nommés ; « Terre + Eau + Air + Feu », en langage alchimique.

Le cinquième élément (« Pierre cubique à pointe – Sol – mode vibratoire sattwa », ou Christos, correspondra au troisième tempo, (gamme « Sol » de l’accord parfait), celui de la genèse de la conscience de type gnostique.

Le passage du mécanisme reposant sur une « base deux » (couple spatial seulement horizontal générant la matérialité physique) à celui reposant sur le mécanisme à « base quatre », correspond au processus de « vitalisation ». On change de … mode temporel, en passant du mode tamas, physique, ou corporel, au mode rajas, méta – physique (psychique) ou animant (vitalisant). Selon la Tradition hébraïque, on  passe du monde d’Assiah, au monde de Yetzirah. Par quoi cela se traduit-il mathématiquement  ?

Un vecteur vitesse permettant de repérer les variations de phases d’un courant alternatif est qualifié de  « cohérent et monochromatique ». Chacun de ses points de repérage obéit à une pente de vitesse à variation constante, et le vecteur ne vibre que selon une seule couleur. (sur nos huit couleurs basiques).Un vecteur vitesse permettant de repérer les variations de phases d’un champ vivant (aura électromagnétique ou éther) est « incohérent et polychromatique ». Il ne vibre plus selon une seule couleur, mais, selon l’octave complet de la colorimétrie, et, chacun  de ses points de repérage est animé d’une accélération propre qui rend la progression (apparemment) aléatoire, c’est pourquoi elle est qualifiée par les Scientifiques « d’incohérente ». Ce n’est que la vision (projetée sur une feuille de papier à deux dimensions des scientifiques qui est incohérente ; la vitalité est super cohérente, même si elle a momentanément l’apparence mathématique de l’incohérence. (A cause du caractère insuffisant et donc caduque du référentiel de Monsieur le Professeur Minkowski)

Au lieu de ne vibrer que sur une feuille de papier à deux bases, il est dynamisé, vitalisé, vivifié par un système à quatre bases,  en perpendiculaire (deux bases spatiales horizontales inséminées par deux bases temporelles verticales), dont la règle est celle du solfège Do-Re-Mi-Fa-Sol-La-Si-Do suivant, ou Si infra rouge ; Do rouge ;Re-orange ; Mi-jaune ; Fa-vert ;Sol-Bleu ;La-indigo ;Si-violet, etc.. gamme ultra violette : Do–ultra violet, etc….).

La kabale hébraïque attribue ce passage du système à bases deux (Genèse de la matière) au système à base quatre (Genèse de la vitalisation) au travail de la sephira « Yesod », qui est reconnue pour être rythmée par les quatre quarts de phases de l’attraction de la Lune (électromagnétisme du couple Terre-Lune, dans lequel la Lune est le rotor, et la Terre le stator).

En clair, que se passe t-il vraiment ? C’est très simple à comprendre, dès que l’on connaît les règles de la musicologie, (découvertes par Pythagore) et, qu’on les applique à la notion de « spin  associée à  celle de colorimétrie », et, donc à la « chromatodynamique » découverte par les Physiciens, dans leurs cyclotrons.

Le système à « base deux » (dipôle en mode tamas) fonctionne comme une ligne musicale monochromatique n’ouvrant que sur une seule clé de partition. Le résultat ressemble à une ligne de petites ampoules LED que l’on utilise, désormais, dans une guirlande de Noël. Chaque ampoule est « monochromatique » (elle n’irradie qu’une seule des huit couleurs de l’octave émis par l’infra matière élémentaire (les gluons) », et cohérente (l’intensité, en lux, émise par chaque ampoule est équivalente).

Le système à « deux fois deux bases » (dipôle en mode rajas, mariant deux horizontales et deux bases verticales) marie la fonction spatiale et la fonction temporelle.  Le résultat ressemble au bouquet final d’un feu d’artifice instantané. Les effets sont polychromatiques (huit couleurs basiques) et surtout, sont dynamisées de façon apparemment incohérente (aléatoire) par la temporellité verticale. Il y a de « petites belles bleues », des moyennes bleues, vertes, rouges, des grosses, très hyper jaillissantes, etc. 

La projection sur l’espace fournit un aspect quantique statique, « le spin » (fraction de « 2 pie ») ; la réalité temporo-spatiale est dynamisée par un souffle progressant par échelons qualitiques de type pythagoricien.

En photographiant les déplacements des particules, en les « instantanéisant »,  les Physiciens « tuent » leur aptitude à la vitalité ; ils les stérilisent, ils les « a-mort-issent » en les projetant (en seulement deux dimensions), sur l’axe de la somme des dérivées ultimes de la fonction temporelle intégrale..

Le bouquet réel (horizontalité quantique x verticalité qualitique) travaille en ouvrant son ensemble de partitions, en une unité de moment « apparent », selon les huit clés d’un enchaînement octavique de solfège musical (Basse -  Baryton – Contre-Tenor – Tenor - Contre Alto - Alto – Soprane ).  Ce procédé se calque alors sur les sept temps de la Genèse universelle  appelés les « Sept jours de la Création ». Cette fois, cependant, elle le fait dans le sens opposé (centrifuge, soit, de la diversité de la Prakriti ou du monde de Malkuth, vers l’Unité de Purusha ou de Kether). C’est le : « solfège colorimétrique de la positentropie octavique »

Si les Scientifiques ne sont toujours pas parvenus à comprendre la dynamique de la vitalisation, c’est parce que la définition de la temporellité qu’ils se sont donnée est caduque dès que l’on aborde le monde vivant ; elle ne connaît que le mode « mort » lumineux des ampoules LED ; elle ignore encore le mode vivant « lux, feu d’artifice ». Elle ne détermine que la somme des dérivées ultimes (projetée selon seulement deux dimensions) de la fonction temporelle intégrale ; laquelle fonctionne en croix, en mariant horizontalité spatiale et verticalité perpendiculaire trans-fixiante temporelle.

La mise en fonction primitive du temps et de l’espace, (qui nécessite une intégration du second ordre par rapport à la relativité spatio-temporlle connue des Mathématiciens Minkowskiens) peut être compris en regardant le mécanisme d’une toupie à vis pompante. L’espace-temps connu des Physiciens et Mathématiciens ne correspond qu’à la ligne tracée sur le sol par la pointe de la toupie. L’intégralité de la fonction spatio-temporelle correspond à l’ensemble du mécanisme de la toupie : ventre de masse pour son équilibre, vis à sept rapports (comme dans une boite de vitesse mécanique pour automobile), et pompe supérieure qui impulse la dynamique.

Dans l’univers le souffle de la pompe est fourni par la pression de la sephira  "Kether", pour les Hébraïsants, et de "Purusha", pour les Hindisants. Notons que ces deux mots, hébreu et sanscrit, signifient la même chose : la pression originelle de l'exspir temporel. Malkuth et Prakriti correspondent à la contre-pression de l'inspir du même souffle temlporel, ou "Respir Universel Alternatif".

Il est important de noter que la présente Théorie n'a pas été "inventée" par l'Auteur des présentes lignes, mais, qu'elle lui a été "confiée par son Maître", dans le cadre de la "Transmission d'un enseignement traditionnel, régulier, d'obédience chrétienne johannite". Elle fait partie de ... "l'héritage de Saint Jean". Elle est donc le "patrimoine de toute l'Humanité".

 Il est à parier que les Physiciens découvriront très prochainement, cette verticalité spatio-temporelle en solfège colorimétrique, grâce au nouveau cyclotron du CERN. Ils connaissent « la gamme » ; il leur suffit d’apprendre à enchaîner les octaves de potentiels qualitatifs successifs, pour découvrir la chromatodynamique étendue à la positentropie. (moteur de l’évolution darwinienne, appelé ici : « Le cycle d’Antioche »).

La physique des « exclusivement quanta » (« Do » de l’accord parfait), aura fait place au couple « physique-métaphysique quantique + qualitique » (« Mi » de l’accord parfait). Les Astrophysiciens comprendront ce qui « Est » (ce qui vibre) au delà d’un trou noir astronomique : ce n’est (presque sûrement) pas de l’anti-matière ; c’est du ... psychisme. (Mode temporel vibratoire de type « rajas »).

Dans le christianisme cette base à deux fois deux (dipôle horizontal x dipôle vertical) est l’essence de la croix, dont les quatre éléments basiques sont symbolisés par les quatre Evangélistes : Marc et Luc représentent les deux pôles horizontaux.

 

Le nombre de référence de ce second stade génésique apportant le souffle de la vie est donc :

« DEUX x DEUX = QUATRE ».

La loi fondamentale qui régit ce second tempo de la triple Genèse est de type pythagoricien. C’est celle de l’enchaînement ontochronique des octaves du solfège colorimétrique. Elle est le moteur ou la dynamogenèse de l’évolution terrestre. Elle induit la succession de seuils ontologiques correspondant à la naissance, par saut de seuils de potentiels, des règnes (minéral, végétal, animal, humain, Maître, etc.). En terme de psychologie elle est responsable de la « sympathia ». C’est le domaine des authentiques Biologistes et des Psychologues (Psyche).

Par rapport au manège appelé le « cercle infernal », chaque individualité manifestée est reliée par son animation (son âme) à la dynamique interne de la cuve dont les portes sont fermées.  Nous avons vu qu’en terme hindou, l’intérieur de la cuve vibre en mode « rajas », en terme abrahamique, il vibre en mode « Ra ».

En terme hébreu l’intérieur de la cuve vibre dans le monde dit de Yetzirah ; celui-ci correspond aux influences du « triangle de l’esthétique » (Yesod ;  Hod-Netzach). Nous retrouvons les trois bases du « triangle de l’esthétique » (pointe en haut), que nous voyons sur le mandala du départ.

L’entrée dans la cuve se fait par le biais de la sephira Yesod. Cette sephire contrôle le rapport « vie-mort ». Tant que la porte de Yesod reste fermée, l’élément vit ; il est dynamisé par le souffle universel (Inspir + Expir) ; dès qu’elle s’ouvre, l’élément quitte cette dynamique universelle ; il « prend individuellement la tangente », et, est « a-mort-i » (voué à la mort), par l’inertie spatiale (Constante de Planck), sur la ligne de l’écoulement temporel. Rappelons que selon les enseignements hébraïques, les influences de Yesod sont déterminées par la quadri quart de phase de la Lune.

La Lune est, à  ce stade évolutif, est le rotor de la dynamique, tandis que la Terre en est le stator. La prochaine étape va consister à modifier ce rapport, à ouvrir le second cran du switch, du « Sésame ouvre-toi », en le faisant passer du couple vertical « Lune-Terre », au couple vertical « Soleil-Terre ». Les influences solaires correspondent dans la Torah, non plus à Yesod, mais, à  celles de la sephira Tiphereth. C’est le but et la troisième étape de notre présent voyage génésique.

Troisième tempo : Genèse du mode cognitif gnostique ( Sol – Bleu – sattwa – Briah - Am),

Comme le faisaient les Templiers (deux sur le même cheval) nous allons passer :

  • du couple « humain organo-biologique + principe animant psychique »,
  • au couple « psychisme de type mental + psychisme de type gnostique ».

Soit (symboliquement) du couple  : [ mode mental actif, véhiculé par "mano maya kosha", ouvrant la partition cognitive en MI, et, mode gnostique inactif ], au couple : [ mode mental passif, et, mode gnostique actif, véhiculé par "vijna maya kosha", ouvrant la partition gnostique en FA.

Il y a "zoom cognitif", ou "transfert de mode cognitif", ou "basculement d'un switch" entre le mode mental de type animal, et le mode créateur gnostique de type "spécifiquement humain". Ce basculement se fait naturellement la nuit dutrant le sommeil et peut se déclencher en laboratoire de sciences cognitives, par un médecin anesthésiste. En apprenant à piloter à volonté les vecteurs des nombres imaginaires qui soutendent la cognition, le sujet va intégrer son mental-pensé et son mental -senti en une seule et même "fonction", dont l'opérande n'est plus "ou"(or), mais, devient "et" (and).]. Les futurs ordinateurs auront accès à cette technique dès qu'ils pourront passer du système basique "seulement binaire", au futur système hexa-basique, en utilisant le solfège colorimétrique. Ils deviendront des orgues dont les processeurs travailleront avec des couleurs en montant et descen dant trois gammes temporelles, à partir de trois claviers, dont les diapasons seront celui de l'accord parfait : "Do-Mi-Sol".

Un Franc-Maçon dirait que, ce faisant, nous passons de « la Pierre cubique » (à base [2x2= Quatre] ), à la Pierre cubique à pointe [à base cinq], soit, le système qui intègre les cinq éléments fondamentaux du Grand œuvre alchimique :  ([ Terre + Eau + Air + Feu ]  +  [Ether]).

Dans le mandala ce cœur à quatre cavités est symbolisé par la signature des quatre Evangélistes :

L’Ange : St Matthieu
Le Lion : St Marc
Le Bœuf : St Luc
L’Aigle : Saint Jean.

Nous obtenons, cette fois, l’intégralité du mandala chrétien, en faisant naître, notre Christos intérieur individuel : ... notre mode cognitif  «gnostique ». (Vijna maya kosha de la Tradition hindoue, Tiphereth de la Tradition hébraïque)

 

 

Le fonctionnement est simple. Pour permettre à notre conscience de changer de clé d’ouverture conscientielle (passer de la clé Mi = mental, à la clé Fa = gnose) il faut et suffit que les fléaux de deux balances horizontales et verticales soient parfaitement au centre de leur équilibre. Tout comme pour la dynamique d’un cœur physique,  le ventricule droit cognitif (mental pensé effecteur) et le ventricule gauche cognitif (mental senti affectant) doivent avoir le même « débit ». La formule « Le cœur a des raisons que la raison ne connaît pas », laisse la place à l’intuition géniale aimante, et créatrice, appelée « charitas » par les Chrétiens..

Les deux triangles (esthétique pointe en haut, et éthique, pointe en bas du mandala » s’emboîtent alors à la perfection. Lorsque les deux sommets du triangle spatial et du triangle temporel sont fondus en un seul point virtuel, le cœur psychique (ou « vishuda chakra » de la Tradition sanscrite) vibre. La conscience christique s’allume comme une ampoule éclaire dès que l’on switche son interrupteur.

Pour en comprendre le mécanisme, il suffit, en effet, de le superposer à celui des quatre cavités cardiaques. (deux oreillettes, et deux ventricules). Les flux circulant de l’oreillette droite vers le ventricule droit, puis vers les poumons, et vers l’oreillette gauche et, enfin le ventricule gauche, doivent être strictement égaux. Si un obstacle freine un flux, le sang s’engorge et le patient déclenche un oedème aigu du poumon. C’est exactement pareil pour tous les humains au niveau de nos psychées (vibrant en mode temporel Rajas).

Pour passer d’une  prise de conscience vibrant en mode rajas ou dans le monde de Yetzirah, (mode abrahamique « Ra ») à un mode de conscience vibrant en mode sattwa, ou en mode abrahamique « Ab », ou dans le monde de Briah, il suffit que les deux pointes du « triangle des bases spatiales » et du « triangle des bases temporelles » soient confondus en un point unique. Comment cela se peut-il ?

Il suffit que le poids nouménal de notre AFFECT contrebalance celui phénoménal de notre EFFECT.

Il est nécessaire de substituer les flux vitaux du couple électromagnétique [ Lune = rotor + Terre = stator ] par celui du nouveau couple vitalisant [Terre = rotor + soleil = stator ]. Cela s’appelle bien, comme  nous l’avons montré par nos deux photos, une « solarisation de la lumière ».

Notre conscience n’est plus de type « Yesodique », mais elle est de type « Tipherethique ». Notre conscience a accès aux « Splendeurs de Tiphereth », qui « sont », (Etats de l’Etre), depuis le commencement de la Genèse primordiale (« Bereschyit »).

Lorsque la Tradition chinoise parle du « Baiser du Dragon », voici ce que l’on voit, habituellement, partout.

 

Pour faire naître la cognition du mode gnostique il faut et suffit de « faire un RECTIFICANDO » (Vitriol) ; nous rejoignons le langage de la Tradition ésotérique chrétienne, de l’Alchimie et de la Franc – Maçonnerie :

 

On … fait un « double changement d’ordre mathématique (en croix), à partir des deux triples systèmes héxa-basiques (trois bases spatiales statiques car quantiques : f(x), f(y), f(z),  dynamisées par trois bases temporelles qualitiques : f(tamas), f(rajas), f(sattwa)).

Les Templiers appelaient cela : « faire  l’Ouroboros » (le serpent qui se mord la queue). Toutes le Traditions parlent le même langage de fond,  (ou de ... forces de la dynamique temporelle), en utilisant des « formes » linguistiques différentes.

Ce double changement simultané de principes nous est clairement expliqué par les lois de l’Alchimie. Il convient de simultanément conjoindre la fonction spatiale horizontale (dipôle dynamogène issu de la genèse de la matière physique) et le double souffle musical (Inspir et Expir) de la fonction temporelle verticale (Axe de l’Univers Kether-Malkuth, ou Purusha – Prakriti, généré par la dynamique temporelle). Il suffit alors de « monter les gammes colorimétriques, tout comme un chanteur passe d’une partition ouvrant sur une clé de à une autre ouvrant sur une clé de Fa.

Notons que : « Re » ouvre grâce aux influences de la sephira Yesod, soit, en vibrant dans le « orange basique » et non le rouge basique. Cela se pratique, donc, en travaillant avec son enveloppe appelée « prana maya kosha ». On exerce la magie des i-mages en travaillant l’ether, et non la matière (soit avec les champs électromagnétiques, et non, avec les deux pôles de l’aimant lui même).

Ce travail est effectué par « la tête, en bas, du demi dragon de droite ». Son mode opératoire se résume par la formule alchimique « SOLVE ». Saint Jean en parle dans son Apocalypse. Les termes qu’il utilise sont « La bête  (666) sera … mangée !!! ». En fait  .. (attention à la précision des termes utilisés) « sa substance sera catabolisée ». On : « dissout la fonction de l’épais +++». (la « fonction », et non, l’épais, lui même !).

Jésus a pratiqué ce rituel le jeudi soir, de la semaine pascale, lors de la « Cène ». Les Chrétiens appellent ce « repas sacré » .. « l’eu-Charistie ! ».

On dissout, catabolise, (solve) le pain pour l’anaboliser en « amour sublimé ou christique», et on distille (coagule), l’essence (ou ether, ou prana) du vin, pour en faire … de « l’orgasme de Bon Génie ».

Dans le même « tempo », en effet, on ouvre utilise la fonction du « Coagula » de l’alchimie. On « coagule le subtil », (la vitalité pranique), en ouvrant cette fois notre partition en « FA – Vert basique ». Le « feu prométhéen » est muté en « feu tipherethique » (qui ne brûle plus). Cela correspond au vrai « baiser libérateur du Dragon ».  Il se fait avec la bouche du dragon de gauche (tête en haut).

Le double dragon catabolise la « pré-matière », (prédominance de bases spatiales émise par mano maya kosha), « mais, pas,  la matière elle même »,  soumise aux lois de « anna maya kosha » (ce qui serait, du fait de l’inertie de la matière, impossible à réaliser) ». Il le fait, « en bas » ; il digère cette pré-matière étherique, la mute, puis l’anabolise, et la transforme en énergie aimante (prédominance du solfège temporel) ..  « solarisée » par l’amour tipherethique ou christique.

Le « méchant Dragon » se mute en « gentil Génie », (Notre Maître Intérieur individuel) dont la lumière solarisée sort alors de la lampe (magique) d’Aladin, en … l’allumant. C’est le résultat de la  mise en œuvre de la dynamique du Cycle d’Antioche. 

La présente théorie est-elle un prolongement des écrits de Madame le Professeur Guliana Conforto (« l’univers organique « ), et de ceux de Mr le Professeur Rupert Scheldrake, qui a introduit la notion de « creode », induite par ce qu’il a appelé des « champs morpho-géniques » ?

Le spin est un nombre ; il est donc bien du domaine du purement quantique. Il est spécifique à la fonction spatiale à trois variables,  (hauteur, largeur, longueur), et est déterminable par un référentiel aristotélicien.

Le champ morpho-génique de Scheldrake, est un « binôme » reposant sur un référentiel spatial, et (en partie) temporel. Il se fonde sur un référentiel de type minkowskien, qui permet l’introduction d’une certaine relativité spatio-temporelle à trois bases spatiales, mais, à une (seule) base temporelle.

LaThéorie du Cycle d’Antioche repose sur la fécondation par une fonction temporelle intégrale possédant trois bases qualitiques (trois modes temporels, correspondant à trois « ordres temporels de qualitativité différente cf : Do-Mi-Sol), d’un ensemble spatial reposant sur un système à trois variables spatiales quantiques.

Sa dynamique est beaucoup plus élaborée, puisqu’elle serait, en fait, la « tri-fonction intégrale » de l’assimilation universelle, dont le cycle de Krebs ne serait qu’une harmonique inférieure (mais, aussi, probablement, le meilleur exemple).

Dans la présente théorie, la vie ne suit pas un processus de type « croissance fractale », qui suggère que seul le hasard de l’Evolution darwinienne organiserait la genèse des formes. La vie … est dynamisée et organisée en suivant des lois éthiques définitivement pré-établies, ultra précises. C’est le mode temporel « sattwa », et lui seul qui, par un processus génésique de « catabolisme », détermine sa dérivée seconde mathématique, appelée (en mode temporel tamas)  « la ligne d’écoulement temporel ».

En clair  :

  • ce n’est pas la somme des échantillons individuels du courant alternatif qui passe dans les ampoules et les moteurs électriques, qui détermine les caractères de l’usine de production d’électricité (comme le ferait une dynamo).
  • c’est la seule et unique centrale universelle, qui, par un processus de dérivations temporelles, permet la multitudes (pré-programmées) des « ossatures des formes possibles », en déterminant, en particulier, le « nombre de cycles basiques ». (ou « Hertz » en électricité alternative). Ce nombre de cycle est dicté par le solfège, soit, par [  (3 x 7 = 21 éléments de la gamme pythagoricienne) + 1 ]  (Do de la quatrième gamme), soit à partir des 22 souffles des sons basiques du solfège temporel qu’est l’alphabet hébreu.

La science de cette musique créatrice, de ce souffle vitalisant, s’appelle la « Kabala », qui est la somme mathématique de :

  • Qoph, dont la signification est « le soleil de minuit ».
  • Aleph, dont la signification est l’unité ou point central du départ
  • Beith, dont la signification est la division de « un » (cellule ou gamète) en « deux ».
  • Aleph, signe le second commencement, dans un autre « ordre différentiel ».
  • Lamed, dont la signification correspond à la dynamique fournie par le battement de l’aile de l’oiseau qui s’envole.
  • Aleph, signe le troisième commencement, dans un ordre différentiel du « second ordre », par rapport au premier « aleph ».

Ce seul mot « Kabala » superpose sa triple dynamique sur la somme tri-basique de « Ante – Yo – Ki », de « Antioche ». Le nom de l’auteur (Benoit d’Antioche) lui a été choisi par son Initiateur ; lequel était de Tradition pythagoricienne, et Johannite.

Alors, notre Théorie est-elle « créationniste », ou « évolutionniste » ? Elle associe les deux systèmes, en un « Cycle », qui comprend trois phases :

  • catabolisme temporel créationnel, ou néguentropie universelle.
  • cycle d’assimilation spatio-temporel (Théories de la Relativité Générale).
  • anabolisme évolutionnel, ou positentropie ontologique.

Le bilan de ce cycle universel à six variables (trois spatiales quantiques, rythmées par trois modes ou variables qualitiques)  se résume par la formule : « Rien ne se perd, rien ne se créé, mais tout se transforme » … tout, s’assimile, par le biais du Cycle d’Antioche, qui est le moteur temporel de la Vie ».

Chronos « mange bien ses enfants » (catabolisme), il les transforme en pierre (cycle d’assimilation de la relativité spatio-temporelle) ; cette matière minérale,  va, secondairement, évoluer, règne par règne, saut qualitatif par seuil de qualitativité (Do-Re-Mi-Fa-Sol-La-Si), soit, durant … l’inverse des « Sept jours de la Création génésique du catabolisme temporel») ; aux fins de s’anaboliser (positentropie évolutionniste) en végétal, puis, en animal, puis en humain, etc … hé, oui !!! etc … ! (n’en déplaise aux Ultra-matérialistes, et aux Nihilistes).

Selon la présente Théorie,


les fractales sont un « résultat préprogrammé », et non un « commencement ».
Les « champs morphogéniques sont des finalités et non, une causalité ».

La définition du « spin », par les Physiciens est quantiquement juste, mais,
elle n’est que ... partielle.  Il leur manque la montée du solfège de la chromatodynamique
par emboîtement de plusieurs octaves qualitatifs basiques des couleurs ; que seul,
un nouveau référentiel mathématique hexabasique autorisera.

Le commencement (Bereschyit) de la « Genèse » hébraïque correspond au début d’un processus de « catabolisme » (temporel) !!!!! Voilà qui va déranger dans les chaumières.

Un mathématicien dirait que ce processus est du type « dérivation différentielle ». Il y a un double changement des arrangements des bases à partir des variations des trois bases temporelles, allant dans le sens de l’unité primitive vers la multiplicité, et la diversité. 

La fonction temporelle intégrale repose sur un système de trois … variables temporelles !
Le « Cycle d’Antioche » exprime les trois temps ... du ... Temps.

 

Z : Yesod

Nous allons faire une entrée discrète dans le « solfège temporel » à travers la gymnastique mathématique la plus adaptée, à savoir, celle que la Tradition hébraïque appelle la « Kabala ». La sephire ou sephira (sphère d’influence) la plus importante pour la compréhension de la présente Théorie est appelée « Yesod » dans les textes hébreux. Elle est décrite dans le Zohar. Le Sepher (rouleau ancien) Yetzirah décrit de façon très imagée, mais, mathématiquement correcte, à travers l’alphabet hébraïque, la structuration du double souffle, de la dynamique, du Verbe créateur, et sa syntaxe mathématique, son mode de déroulement ontologique (« ontos » signifie Etre, et « logos » signifie ; verbe, lois).Comme chacune des clés d’ouverture de gammes de l’Echelle ontochronique (Echelle dite de Jacob) Yesod se conjugue (par les experts en l’art de la kabala) selon les trois « ordres, ou modes  temporels », que sont « Ab – Ra – Am », ou « mode sattwa, mode rajas, et mode tamas, ou mode Briah, mode Yetzirah, et mode Asiah, ou, sur une harmonique inférieure, Do – Mi – Sol , ou Rouge – Vert – Bleu, etc,  ).Notons que Yesod, ce « sélecteur (de diapasons) ontochronique » permet à un ensemble spatio-temporel de franchir, dans les deux sens (créationnisme et évolutionnisme) la barrière entre le mode ou monde dit « d’Asiah » (monde de l’action et de la réaction, bien connu des Physiciens), et le monde dit de Yetzirah, (monde de la formation, étudié jadis par les Psychologues, et maintenant, par les Psycho-cogniticiens-informaticiens). Yesod représente donc le cœur de la boucle du Cycle d’Antioche.

En biochimie, Yesod s’exprime par le Cycle de Krebs ; cycle fermé en boucle, sur lui-même, comme l’indique bien le schéma sis plus haut dans le présent texte. Ces deux  cycles (de Krebs, et, d’Antioche) ont donc chacun une entrée (catabolisme ou néguentropie) et une sortie (anabolisme ou positentropie). Ce que l’on appelle « la barrière des règnes » (Cf : maladie de Kreustfeld- Jacob) est géré par les diapasons anaboliques du cycle de Krebs propres à chaque règne. Yesod est le « Gardien de l’Onto-Chronie universelle ».

La Traduction, beaucoup trop naïve, de ces textes hébreux (à travers le livre intitulé « La bible ») induit une énorme erreur cognitive.

Les Kabalistes savent que, à l’image de notre système nerveux (cérébrospinal et sympathique) l’Arbre des sephiroth est double  (arbre de la connaissance, et, arbre de vie). Ils savent que la conscience individuelle doit suivre « les vingt-deux sentiers », qui parcourent les dix sephiroth, dans les deux sens :

  1. dans le sens génésique du catabolisme temporel, (on appelle ce cheminement « l’éclair fulgurant ») puis,  
  2. qu’elle doit remonter, en empruntant, une seconde fois, les mêmes vingt-deux sentiers, dans l’autre sens, soit, cette fois, dans le sens de l’anabolisme temporel évolutionnel. (on appelle ce second cheminement « l’épée flamboyante »). La conscience individuelle suit le trajet appelé « Shushmna », par la Tradition sanscrite) ; elle utilise notre « canal de l’épendyme ». (Voir plus haut)
  3. Pour ce faire, un « Rectificando » (solarisation de la lumière universelle) doit être fait au nadir du système. Ce Rectificando a été appelé « Le point oméga de la messe du monde », par le Père Theilhard de Chardin).

Survolons les trois « modes » d’influence de la sephire Yesod, soit :

  1. son mode asiah (tamas en sanscrit, « clé de Do » de l’accord parfait, et Rouge basique de la colorimétrie), lorsqu’elle travaille (influence la création) en « physique ». La lettre « écrite » s’appelle « Sepher » en hébreu. Elle correspond au clavier d’un ordinateur, qui manipule des objets (phénomènes).
  2. son mode yetzirah (rajas, clé de Mi, Vert basique), lorsqu’elle travaille en « méta-physique », psychique. La valeur mathématique d’une lettre s’appelle « sephar » ; elle correspond au travail du processeur qui utilise la logique booléenne, pour calculer. (médiateur mathématique entre le phénomène et le noumène, ou « opérande de la fonction spatio-temporelle »).
  3. son mode briah (sattwa, clé de Sol, Bleu basique), lorsqu’elle travaille en « méta-psychique, soit, en mode causal ». La lettre prononcée (vibrant selon la note et la gamme juste) s’appelle « sipur » ; elle correspond à la cognition (prise de conscience) du connu « ex-primé » par le souffle de la lettre ; c’est l’un des vingt-deux modules basiques [ (7 x 3 ) + 1] du Verbe Créateur. (noumène).

Le « nom divin » (correspondant à sa hauteur hiérarchique, dans le solfège temporel) attribué à Yesod par les textes hébreux est « Shadaï » ; ce nom est une somme algébrique de « deux fois trois bases » : [ Shin + Daleth + Youd ]. C’est un équivalent mathématique, écrit il y a  trois mille ans, qui est pourtant un équivalent d’une ligne algébrique contenant trois « ordres différentiels de type pythagoricien ». Cela devrait donner à réfléchir aux Scientifiques modernes, qui sont persuadés d’avoir inventé le calcul différentiel. Ces trois bases sont qualifiées, ou « qualitiquement qualibrées », par rapport au solfège colorimétrique. Elles expriment des Qualita, et non pas « seulement des Quanta » :

  1. Le premier ordre (x coefficient 1, ou, Rouge basique, clé temporelle ouvrant en DO) correspond à la lettre « Daleth », dont la valeur algébrique « 4 » est de l’ordre des « unités », et, dont la signification correspond à la diversification, la dérivation, la … division. L’unité primordiale est divisée en plusieurs multiplicités.
  2. Le second ordre (x coefficient 2, ou Vert basique, clé temporelle ouvrant en MI) correspond à la lettre « Youd », dont la valeur algébrique « 10 » est de l’ordre des « dizaines »,  et, dont la signification correspond à la pénétration de la dynamique universelle méta-physique, dans la statique individuelle physique.
  3. Le troisième ordre (x coefficient 3, ou Bleu basique, clé temporelle ouvrant en SOL) correspond à la lettre « Shin », dont la valeur algébrique « 300 » est de l’ordre des « centaines »,  et, dont la signification correspond au « mouvement continu des flammes », soit à la dynamisation de la méta-physique, et, de la physique. L’ex-pression connue des Physiciens de cette « force de Shin » correspond à l’aspect vibratoire de la lumière,  soit, aux champs magnétiques (non corpusculaires) de l’électromagnétisme. Dans le livre intitulé « Sepher Bereschyit = livre du  commencement », la force du Shin correspond symboliquement à celle du « serpent de la Genèse ».

Selon la plupart des lecteurs, la « formation = yetzirah », irait dans le sens du catabolisme temporel, soit, dans le sens du seul créationnisme .

Un kabaliste sait que Yesod  (rythmé par « les lunaisons », soit par le cycle à quatre temps du couple Terre-Lune) est un cycle fermé, à quatre quarts de phase, qui a une porte d’entrée :  le catabolisme créationniste,  (néguentropie universelle) et, une porte de sortie : l’anabolisme évolutionniste (positentropie universelle).

Si l’on tentait de traduire la formule [Shin + Daleth + Youd ] en équivalent mathématique moderne, il faudrait écraser ses trois modes temporels (puisque les mathématiciens n’ont pas encore inventé de référentiel hexa-basique) en se contentant de n’utiliser que le référentiel du Professeur Minkowski. La traduction de « Shadaï » serait ;  [ E = mc2 ]. Einstein connaissait la « kabala » !

Si l’on devait traduire « Yesod = le fondement du créé » en termes vulgaires, on choisirait la formulation :

[ Yesod = la pseudo barrière de la vitesse de la lumière physique  = 300.000 km/sec ].

Si l’espace ne peut pas la franchir, le temps intégral, la franchit, tout le temps !

Yesod est l’utérus universel qui « image-in » l’espace, comme un Architecte « imag-ine » un bâtiment.

Les Physiciens ont donné à Yesod le nom de : "Boson de Higgs".

Le « fondement » ne signifie pas « seulement les fondations » ; il signifie, aussi, le rythme des poteaux qui devront soutenir le futur bâtiment, en fonction de ses caractéristiques architecturales, soit ses … « diapasons temporels ». (dont dépendra la structuration des cristaux, et des fractales, par exemple)

Le « Cycle de Krebs » est bien un harmonique inférieure du « Cycle de Yesod », du « Cycle d’Antioche »,  du « Cycle d’un trou noir, en astrophysique », et, du cycle de l’entropie intégrale, dont le résultat est : « rien ne se perd, rien ne se créé, mais, tout se transforme, à la condition d’insuffler (expir et inspir) l’intégralité du solfège temporel ».

L’Initiation authentique à la cognition de Yesod, permet la prise de conscience de la « cum-préhension » du mécanisme de l’univers, et de celui de sa conséquence positentropique : la vitalisation. Les Scientifiques, surtout les psycho-cogniticiens-informaticiens, ne devraient pas ignorer de tels trésors de connaissance, qu’il convient, désormais, de rendre publics.

 

Conclusion

Ce que les Scientifiques perçoivent du "temps" est très insuffisant pour exprimer l'intégralité de sa triple réalité "fonction-nelle".
Les divers courants de l'unique Tradition conçoivent la "temporelléité" comme la source de toute la dynamique de l'univers. L’oirigine du temps intégral serait donc la seule source de toute “force d’énergie”, qu’elle soit :

  • physique, (mode temporel tamas),
  • métaphysique-psychique, (mode temporel rajas),
  • métapsychique-causale (mode temporel sattwa).

La limite entre le mode temporel tamas et le mode temporel rajas correspond à ce que les Physiciens appellent “la barrière du mur de Planck”.
Selon les expressions traditionnelles, “la fonction temporelle" que nous avons appelé, ici, “le Cycle d'Antioche", serait animée d’un  RESPIR” (double souffle : expir et inspir). Ce cycle d'assimilation aurait pour harmonique inférieure, au niveau organique, et cellulaire, le cycle de Krebs. Il reposerait sur trois bases ou trois variables qualitiques spécifiques. Le développement de cette fonction se ferait selon trois ordres, ou mieux, trois "modes" dynamiques, du type de l’accord parfait en solfège pythagoricien (Do-Mi-Sol). Il se composerait donc :

  1. d'une phase génésique, ou catabolisme temporel : la néguentropie universelle. La fonction temporelle se dérive.
  2. d'une boucle fermée, d'assimilation, au "présent" de la fonction : l'entropie individuelle. La fonction temporelle sélectionne le diapason de construction, en fonction de son niveau ou de son ordre ontologique (notion de barrière des règnes).
  3. d’une phase d'évolution, ou anabolisme temporel : la "positentropie universelle". La fonction temporelle ré-intègre ses éléments dérivés, lors du catabolisme génésique, selon une clé d’ouverture de gamme spécifique à chaque règne ontologique, choisie lors du passage de unités temporelles, ultimes dérivées (“dt” des Mathémathiciens, et “coenzyme A” des Biochimistes) dans la boucle du présent de l’entité en cours.

La "Fonction temporelle intégrale", ou "Cycle d'Antioche", ou temps, que les Grecs classiques attribuaient au Dieu Chronos,  et à ses fils "digérés", et catabolisés en éléments minéraux, serait donc une pompe, dont le va et vient est inducteur de la dynamique universelle. Cette pompe est, constituée de deux mouvements inversés, en tube en U” ;  soit :

    1. d’un expir, qui génère le substantiel visible aux yeux des Physiciens,
    2. se retourne sur le miroir de la matière (point “oméga” du Père Teilhiard de Chardin) puis, anabolise plan ontologique, par plan ontologique (notion de seuil biologique qualitatif), en premier lieu le substantiel (Electricité linéaire et champ électromagnétique à trois bases spatiales) toujours visible et quantifiable, par les Physiciens et les Organo-chimistes (mode temporel tamas).
    3. d’un inspir, qui continue de re-génèrer ontologiquement (évolution darwinnienne) ce même substantiel, en le sublimant, plan ontologique par plan ontologique, et en suivant en cela la gamme pythagoricienne, pour le muter au delà du mur de Planck, vers de l’essentiel : le psychique, (mode temporel rajas), puis, le causal (mode temporel sattwa).

Les “aliments temporels” ainsi assimilés (correspondant aux protéines, aux glucides, et aux lipides, en biochimie organique) correspondraient àtrois modes” qualitiques et non quantiques (+++) de l’unique lumière universelle. Les trois formes scientifiquement détectables de la lumière connue des scientrifiques ne correspond alors qu’à la lumière en “mode temporel tamas”. (Electricité bipolaire et électromagnétisme tri-basique, clé de Do et clé de Re, en musique, et clé de rouge et clé d’orange en colorimétrie). A chaque fois qu’une entité individualisée (objet ou sujet) change de plan ontologique, ses arrangements mathématiques, de ses six bases spatio-temporelles, changent.

La science ne connait de ce double système hexabasique que quatre de ces bases (Cf : référentiel de Minkowsky). Aussi la science ne connaît-elle, pour le moment, qu’un seul des trois modes vibratoires de la lumière, et-ou du temps. Ce mode, connu des Physiciens et  des Mathématiciens, se subdivise en trois sous modes du seul mode connu d’eux ( état vibratoire et corpusculaire : sous mode diffus, sous mode polarisé, sous mode lasérisé). Les Physiciens se posent tous la même question, en espérant que le LHC de Genève leur apportera la réponse : "qu'est-ce que la masse"?". Selon notre présente théorie, la masse serait le résultat du changement d'ordre ontologique, secondaire à l'expansion en drois dimensions des trois bases spatiales. Tant que ces trois bases (hauteur-largeur-longueur) sont concentrées en un point spatial virtuel, l'objet (couple espace-temps individualisé) n'a pas de masse. Dès qu'il rentre dans le plan ontologique soumis aux influences de la base temporelle "tamas" ou "assiah, ses trois bases temporelles ne vibrent plus qu'en mode tamas ou assiah. Le "dt" (équivalent de dérivée seconde à base temporelle) apparaît. La moto du manège infernal ... "prend la tengeante", et s'a-mort-it. Elle perd l'influence de la dynamique universelle fournie par le tripe système basique temporel (sattwa-rajas-tamas) assimilé à la rotation de la cuve du manège, ou de la pompe d'une toupie à vis. L'apparition de la "masse" c'est l'inverse mathématique du processus de vitalisation ; c'est le résultat du passage de la polychromatie vers la monochromaie.

La kabbale hébraïque qualifie le “travail, en va et vient ” de cette pompe de “double pression pendulaire” ; laquelle aurait donc l’équivalent dynamique d’un balancier à poids, et contre-poids, (comme dans un ascenceur), de l’horloge du vrai temps universel. Elle situe la pression temporelle dynamogène de la phase genésique, négentropique, en “KETHER”, tandis que la contre pression inertielle de la phase évolutive positentropique, se situe en “MALKUTH””.

Les Upanishads  utilisent le terme de “Purusha” à la place de “Kether”, et des différentes formes de la Prakriti, à la place de “Malkuth”.

La vison des Hindous est donc mathématiquement plus juste que celle des hébreux, puisqu’elle inclue la notion mathématique de “dérivations d’une fonction primitive, et de ré-intégration de la somme de ses dérivées”.

Ce que les Scientifiques perçoivent du temps (les fils de Chronos) peut être (par comparaison logique) assimilé à une somme linéaire et arithmétique d’unités de “coenzime A” libérées par le Cycle de Krebs, lors du processus d’assimilation.

Le temps intégral, ou mieux, la fonction temporelle intégrale, soit, le Cycle d’Antioche complet, correspondrait alors, dans cette analogie, à l’assimilation des trois “modes”,  des trois “bases” organiques que sont les protides, les glucides et les lipides.

Lors de la première phase (expir temporel), appelée “catabolisme”, ces trois “modes organiques” sont dégradés jusqu’à leur “pierre ultime” (le coenzymze A, ou, les enfants de Chronos, symboliquement transformés en pierre dans l’estomac du Père Chronos, par le processus catabolique et négentropique de la lythogenèse).
Lors de la seconde phase (inspir temporel), appelée “anabolisme”, ces trois “modes organiques” seront recombinés en changeant d’ouverture de clé de partrition ontologique. (barrière biologique des règnes).

De même, au niveau de l’assimilation temporelle universelle :

  • La première phase temporelle correspond à ce que nous avons défini dans le présent site comme étant la vraie “néguentropie”.
  • La seconde phase temporelle corrrespond à ce que nous avons appelé la “positentropie”.

Ce qui est important à constater c’est que les rythmes temporels génarateurs de la phase de catabolisme temporel, ne sont pas du tout les mêmes que ceux de la phase de l’anabolisme. Ces deux phases sont pulsées selon les trois modes temporels hindous (Sattwa, Rajas, et Tamas) ou, hébraïques (Yetzirah, Briah, et Assiah).

Chaque plan ou règne ontologique a un arrangement de ses six bases spatio-temporelles qui lui est unique et spécifique. En deça du mur de Planck les trois bases temporelles tendent vers leur ligne de dérivées ultimes (“dt”). L’impression perçue (et connue, pour le moment) correspond à la vision de Minkowsky. Au delà du mur de Planck, c’est l’inverse ; ce sont les trois bases spatiales qui tendent vers un point, tandis que les trois bases temporelles pulsent l’intégralité de leur dynamique tri-basique et septa … (non plus formelles, mais ..) “FORCE .. lles”. “Septa dynamogène”. Le mot n’existe pas dans le langage actuel, puisque la science ne reconnaît de la dynamogénéité temporelle que son stade le plus élémentaire : la chromatodynamique.  Nous ne sommes plus dans le monde des “formes” ‘ (mode temporel rajas ou Assiah), mais dans ceux des “forces” (modes temporels tamas et sattwa, en sanscrit, ou modes Briah et Yetzurah en hébreu). Alors la bonne question devient : "qu'y-at-il au dela du mur de Planck" ? Toujours, selon la présente théorie, le premier plan que la conscience rencontre lorsque "l'objet couple espace-temps" perd sa masse, tout en conservant son autonomie propre est .. "le mental" (mind en anglais). Si ce dernier n'est plus détectable avec les instruments de mesure des Physiciens (qui vibrent en deça du mur de Planck), il n'en est pas moins, scientifiable, car mathématifiable. Le mental est véhiculé par de la lumière, qui ne vibre plus que selon un "point spatial virtuel", alimentée par les trois bases mathématiques du temps intégral.

Le mental est du domaine du noumène, pourtant c'est ... de ... l'énergie !

N'en déplaise à notre cher Monsieur Einstein.

Par assimilation de logique, pour sa part temporelle, le “dt” des Mathématiciens  (qui serait bien “fixe et constant”) ne coprrespond alors qu’à la somme linéaire et arithmétique de “coenzymze A”, dans la boucle fermée du Cycle de Krebs.

Ceci est … fondamental ! La ligne ou la courbure des “dt”, chère aux Mathématiciens et aux Physiciens, n’est que l'équivalent d'une dérivée ultime et seconde de la fonction temporelle intégrale, qui se développe à travers le Cycle d’Antioche. C'est un "équivalent logique", parce que nous avons affaire ici à une logique qualitique, pythagoricienne, (changement de seuils qualitiques induits par une modification du rapport des trois bases ou modes temporel-le-s), et non à celle du calcul différentiel classique, qui est "quantique". (changements d'ordre induits par une modification du rapport des trois bases spatiales). Le rapport mathématique s'effectue "en croix" ; l'influence des variations temporelles est "transfixiante" par rapport aux variations spatiales. Cela peut se symboliser par l'Etoile de David, ou par un ascenceur qui interpénètre, en montant et descendant temporellement, sept étages individuels, spatialement plans. ( Cf : la notion de "kochas" ou "enveloppe" en sanscrit, assimilable à un emboîtement temporel des poupées russes, dont les rapports seraient ceux de la gamme, établis par Pythagore.).

Il faut des millions d’années terrestre de “néguentropie” pour générer les “trois modes temporels organiques” ; il suffit de quelques semaines, du même temps apparent, pour qu’un embryon humain refasse tout le travail “positentropique” que Darwin a appelé “évolution”. La “pression” (inductrice de la dynamique) qui intialise la néguentropie n’est pas du tout la même que celle qui initie la positentropie.

  • La pression néguentropique s’exerce, chez nous, à travers le système nerveux cérébro-spinal (de type chimico-électrique). Son domaine est celui de la monochromatie lumineuse.
  • La pression positentropique s’exerce, chez nous, à travers le système nerveux sympathique, bipolarisé (de type électromagnétique). Son domaine est celui de la (septuble) polychromatie lumineuse.

Contrairement à ce qu’a écrit Minkowsky, ce “Tube en U entropique” ne peut pas n’avoir qu’une seule base temporelle. L’accomplissement de ce cycle total a mathématiquement besoin de trois bases temporelles (indépendantes des trois bases spatiales), qui en constituent les variables de la fonction mathématique. Ces trois bases sont “qualitiques” (elles travaillent par seuils qualitatifs, comme en biologie, et en musique). Leur logique est pythagoricienne.

Le résultat du souffle rythmé est la source de toute la dynamique du Respir (Expir + Inspir) de l'univers, et, donc la source de toute "centrale énergétique". Sa logique est celle de son harmonique inférieure, découverte par Pythagore au sixième siècle avant Jésus-Christ. Elle peut s'exprimer par un équivalent de "solfège colorimétrique". Les Physiciens viennent de découvrir la "chromatodynamique", il leur suffit d'apprendre à monter, puis à enchaîner, les gammes de couleurs. Ils découvriront le principe de la dynamique de la positentropie, moteur de l’évolution darwinnienne, et principe de la vitalisation : le … “souffle de la vie”, dont le principe mathématique repose sur le passage qualitique (franchissement de seuils qualitiques) de la monochromatie en polychromatie. Il suffit de faire un changement de bases à partir du système “hexabasique” spatio-temporel (trois bases spatiales indépendantes, et trois bases temporelles indépendantes, qui constituent “six”, et non seulement les quatre variables mathématiques, proposées par Mr. le Professeur Minkowsksy.

Alors, .. les couleurs sont-elles soumises à la gravitaion ? Le miroir physique qui permet de réfléchir une couleur (phénomène) est soumis à la gravitation ; l’animation de la couleur elle même, (noumène) ne l’est pas. Si les enfants de Chronos changés en pierre sont soumis à la gravitation, Chronos, lui même ne l’est pas, parce que toute “masse” a disparue, alorsque le rythme temporel à trois bases mathématiques (sattwa, rajas, tamas) est  présent. La lumière est vibratoire polychromatique mais n’est plus corpusculaire.

Néanmoins, le principe de la conservation des “TROIS MODES TEMPORELS d’ENERGIE ” est conservé : “Rien ne peut se perdre, rien ne peut se créer, (tout a déjà été créé, même, si tout n’a pas encore été « manifesté »), tout se transforme, grâce au Cycle d’Antioche” (Cycle de l’assimilation temporelle).

Il y a une énorme différence entropique entre « potentiellement créé dans l’univers, et, effectivement manifesté sur notre Terre ».

La "Bio-logie" authentique doit décrire le principe de la dynamique de la vie : la "vitalisation". Un spécialiste de tissus ou d'ensembles morts est un "Nécrologue" ; un spécialiste des effets de la vie sur des ensembles organiques, est un expert de la "Biotique" c'est, donc, un "Biotologue". A ce jour, il n'y a pas d'authentique Biologiste. Il n'est donc pas étonnant que la survie des végétaux, des animaux, et des humains, soit actuellement en (grand) danger. L'éthique n'est pas (encore) du domaine de "La Science" !

Depuis un demi siècle les Cogniticiens tentent, désespérément, d’insuffler aux ordinateurs une dynamique susceptible d’induire un pouvoir de simulation auto-intellective. L’obstacle réside dans l’utilisation du système qu’ils utilisent à savoir le « binaire ». Notre logique n’est pas binaire ; elle ne repose pas sur l’alternance de deux « bases » (passage ponctuel d’un courant, silence). Elle repose sur la con-jonction hexa-basique de deux systèmes tri-basiques, un premier système, dont les trois bases sont spatiales (« dx, dy, dz »), mis en relation mathématique, avec un second système tri-basique, dont les trois bases sont temporelles, (Do-Mi-Sol), et dont les arrangements sont de type pythagoricien. Une fois encore, comme pour la Biologie, c’est l’exclusivité illusoire et coupable du « Tout quantique », imposé à tous les Scientifiques, qui « castre les Sciences Cognitives de leur possibilité de puissance ». Il est impératif pour les Ingénieurs en informatique de « couper le cordon ombilical, qui les font dépendre des Théories de la Relativité Générale en anoxiant (privent d’oxygène) leurs ordinateurs ».

"OUVRONS les YEUX"


N'acceptons plus d'être mis en hypnose profonde par le culte de

« l'exclusivité de la Théorie des Quanta".

 

"Benoit d’Antioche".  Croix templiere , .... Fait à « Calpe ». (Espana).  Le 01 / 11 / 2007

Mis à jour le 21 octobre 2009.

Benoit d'Antioche

cycledantioche@hotmail.fr

 

 

Le Souffle de Vie qui est diffusé, à travers, et par, le présent texte appartient à "La fonction temporelle intégrale" ; il ne saurait donc y avoir de "copyrigth". Sa diffusion est libre et recommandée. Plus ce document circulera librement, plus la vie circulera sur notre Terre.

 

Terre-Homme-Ciel

**********  ///// **********

 


Date de création : 30/10/2009 • 13:56
Dernière modification : 30/10/2009 • 14:20
Catégorie :
Page lue 3910 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


 
Infos
Le fichier n'a pas pu être affiché.
 
Librairie

LIVRE.jpg

 

Librairie en ligne

Accéder aux Éditions du Septénaire
 

Les Editions du Septénaire cherchent à rendre accessibles au public les ouvrages relevant du courant gnostique, mettant en lumière cette Sagesse mystérieuse présente de tout temps, de manière sous-jacente au monde. On le dit gnostique, car il véhicule une connaissance concernant l’homme et son possible retour vers une patrie divine. Ce savoir, enfoui au cœur du monde et au cœur de l’homme a nourri bon nombre de Sages, donné naissance à des Ecoles des Mystères et influencé à des degrés divers des philosophes, des scientifiques, des romanciers, des écrivains                                                            

 

 
Derniers billets
 
Recherche




Derniers billets
le 21/04/2011 • 17:13
Critiques du site...
le 21/04/2011 • 16:47
Liste des projets...
le 21/04/2011 • 16:07
Comment participer...
le 21/04/2011 • 15:47
Membres du projet...
le 21/04/2011 • 15:28
Avant propos...
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
196 Abonnés
Connexion...
 
Liste des membres Membres : 403

membres 5 derniers membres :
GbagssmdgeUR   MeatteSheequekm_SN   XellaakljhyJJ   lothehealgeow_SN   flkalliyUR   

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonymes en ligne : 8

Total visites Total visites: 1182273  

Record connectés :
Record connectés :Membres: 29

Le 15/02/2010 @ 22:21

Record connectés :Cumulé : 387

Le 27/08/2013 @ 18:33


Webmaster - Infos
Dialoguer par Skype
Sondage
D'après vous, l'intelligence, l'homme et l'univers sont-ils:
 
Le fruit du hasard et de la nécessité
Le fruit d'un créateur, d'une intelligence universelle
Résultats
Nouvelles des Amis
Boîte Topinfo

Top_articles

Top_blog

Top_news

Top_faq

Top_forum

Top_livre_dor

Top_liens

Top_download


Articles les + populaires
Articles les + populaires
Antonin Gadal - Antonin Gadal - Biographie Antonin Gadal - Antonin Gadal - Biographie Sciences - Dédoublement du temps, comment ça marche 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atome de la tête Les apocryphes - L'interprétation de la Gnose 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - A-1. Introduction Gnose et éducation - Les écoles JVR et les 7 phases d'apprentissage Tantrisme - L'attitude Tantrique par Margo Anand Gnoses - Mani, Christ d'orient, Bouddha d'occident 5 - Psychologie spirituelle - Etat préparatoire 1 - Présentation du site - a - Introduction Mircea Eliade - Mircea Eliade - Biographie Bouddhisme Originel - Le livre de Dzyan Dossier Grippe A - Grippe A : Bulletin d’information n° 24 Juin 2009 Gnose et éducation - Endurcissement du coeur & Karma 3 - Extraits de l'enseignement - Souffrance et pesonnalité La Voix d-Or de Bouddha - La Vie Divine Gnose et politique - La Déclaration des Droits de l'Homme naturel et Divin Uni-vers, Uni-verse-eaux - Seeds of light Les apocryphes - Noréa Uni-vers, Uni-verse-eaux - Vangelis - conquest of the paradise Soufisme - Attâr, Le livre divin, Poète mystique persan Cinéma - Zeitgeist Bouddhisme Originel - 0 - AVERTISSEMENTS Dossier Grippe A - Grippe A : Déclaration du docteur Bernard Debré Magre Maurice - Biographie 4 - Anatomie spirituelle - Le Sang Mise en pratique - Pour une nouvelle civilisation Rudolf Steiner - Rudolf Steiner - Regards sur le Christ (Vidéo) 4 - Anatomie spirituelle - Système cérébro-spinal - Feu du serpent 6 - Micro-Corpus Atomicus - Rayons - Le 1er Universong - Playing for change Témoignages - Totalement spontané - R.S. Balsekar 2012 - 2012: L’accélération du temps 5 - Psychologie spirituelle - Etat de péché 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atome Luciférien 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atome Luciférien paléoanthropologie - Un os à l'origine de notre évolution 4 - Anatomie spirituelle - Coeur, organe de l'unité paléoanthropologie - Un os à l'origine de notre évolution 5 - Psychologie spirituelle - Acceptation 3 - Extraits de l'enseignement - Transfiguration 2/4 Dossier Grippe A - Conduite à tenir face à la grippe 3 - Extraits de l'enseignement - Source des troubles 3 - Extraits de l'enseignement - Symbole de la Licorne 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atomes - Germes Universong - Musique indienne 2009 - N°2 - Zen et Zazen, principes Méditations - Alpha Waves 2008 - n°3 - L'amour qui sauve Sciences - Univers : un peu de lumière sur le côté sombre Antonin Gadal - Antonin Gadal - Œuvres Rose-Croix - Le mystère des deux âmes dans l'homme (I) 1 - Les serviteurs de l'occulte - 2 - Les pouvoirs en France Bouddhisme Originel - Sutta Pitaka Biophysique - Biophotons: Nos cellules communiquent par la lumière 3 - Extraits de l'enseignement - Causalités 4 - Anatomie spirituelle - Chakra du cœur Evènements - Ecole de la Rose Croix d'Or Magre Maurice - Bibliographie 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 1.14 - La diversion 3 - Extraits de l'enseignement - Retour à la patrie originelle Gnose Cathare - 1 - Introduction 3 - Extraits de l'enseignement - L'homme microcosme Gouvernement mondial: Le Grand Jeu - L'ex-ministre de la santé de la Finlande décripte la pandémie H1N1 Christianisme - Les secrets enfouis de la bible Gnose et mythologie - Les mythes gnostiques 3 - Extraits de l'enseignement - La vie, une école d'expérience Kiu-Té - Le « Kâlachakra » 6 - Micro-Corpus Atomicus - Corps céleste Nouvelle conscience - La Vie est ce que l'on en fait Gnose et sexualité - La séxualité: Elixir des Roses Croix (2) Boutique en ligne - Toutes nos publications Tantrisme - Chakras: Nature et possible de l'humain 3 - Extraits de l'enseignement - Souffrance purificatrice 3 - Extraits de l'enseignement - La grotte des mystères Maître Eckhart - Extrait choisi Les apocryphes - Evangile de Thomas 3 - Extraits de l'enseignement - Source magnétique Les mythes - Abel et Caïn, deux types d'hommes d'aujourd'hui 3 - Extraits de l'enseignement - CORPS - ÂME - ESPRIT Chronologie - La ROSE-CROIX "Lumière de l'Occident " Arts Graphiques - Eros et psyché Histoire de la Gnose - La tradition de la Gnose en Angleterre 4 - Anatomie spirituelle - Casque du Salut - Poïmandrès Physique quantique - L'introduction de la conscience dans la matière Danse - The Wave: Ecstatic Dance Gnose et éducation - Pédagothérapie et biosophie spirituelle Tantrisme - La Vision Du Tantra - Margot ANAND Chasse aux sorcières - Rapport de l'ONU épinglant la France Ecoles de l'âme - Ecole de psycho-anthropologie Kiu-Té - Les livres secrets appelés « Kiu-Té » 2008 - n°5 - 3 - Histoires d’amour terrestres et célestes Orient - La Gnose chinoise Symboles - Mouton, chien, Cerbère, Hercule Graal - A la recherche du Camelot mystique 3 - Extraits de l'enseignement - Corps de race 5 - Psychologie spirituelle - Etat vibratoire Musique - Dead can dance Vaccination en question - Grippe A vidéo : La politique du pire par l'ancien pdt de le Croix-rouge 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 1.04 - L'énergie Liste des projets Soufisme - Abd al-Khakiq Rudolf Steiner - Rudolf Steiner (1861-1925) 5 - Psychologie spirituelle - Etat de conscience de l'humanité Gnose et mythologie - Sîmorgh : de l’oiseau légendaire Gnose manichéenne - Le chant de la perle Sciences - Pythagore -Tetraktys Les apocryphes - Le traité tripartite Ecrivains, poètes - Alejandro Jodorowsky - Tarot de Marseille 5 - Psychologie spirituelle - Coeur pure et raison 045 - Cameroun - Culture Bassaà Gnose et nature - Le Cheval Miroir et les trois cerveaux Douglas Harding - Douglas Harding - Voie de gnose, voie d'amour 5 - Psychologie spirituelle - Etat déchu 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - C-3. Moyens utilisés, mise en pratique 5 - Psychologie spirituelle - Intuition Sciences - Une philosophie pour la physique quantique Gurdjieff - G.-I. Gurdjieff, provoquer les esprits 3 - Extraits de l'enseignement - Temps et espace 3 - Extraits de l'enseignement - Abstrait Bouddhisme - Digha nikayas: les sutras originels du Bouddha Humanisme - Humanisme Cinéma - Réveille-toi ! Le gnosticisme et le bouddhisme dans Matrix Illuminisme - Une Franc-Maçonnerie philosophique, l’autre philosophale Gnose et politique - Contribution pour une nouvelle civilisation 3 - Extraits de l'enseignement - Caïn Paracelse - Paracelse et le corps sidéral Dossier Grippe A - Grippe A : Questions à Mme Roselyne Bachelot Dzyan - Le Livre de Dzyan Encyclopédie - L'arbre des Possibles de Bernard Werber Illuminisme - Ses moyens : « la VOIE INTEGRALE » Bouddhisme - Mooji - cela se résout tout seul 5 - Psychologie spirituelle - Subconscient Ecrivains, poètes - Jean Cocteau 2009 - N°3 - le moi est un « trou noir » 3 - Extraits de l'enseignement - Les deux arbres et le serpent Témoignages - Eveil - Douglas Harding 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atomes substance originelle Gnoses - A la recherche du sens de la vie Histoire de la Gnose - Gnosticisme: Bref historique 3 - Extraits de l'enseignement - Nostalgie de l'origine Bouddhisme Originel - Sutta Pitaka - Khuddaka Nikāya - I. Yamakavaggo : Les Paires Catharisme - Le Catharisme. Hérésie ou pur Christianisme 5 - Psychologie spirituelle - Illusion Dossier Grippe A - Vaccins: L'aluminium responsable de la myofasciite à macrophages 5 - Psychologie spirituelle - Etat de Non-être 3 - Extraits de l'enseignement - Corps Ethérique - Les quatres éthers Rembrandt - Rembrandt et Comenius contre Rubens : la lumière d’Agap Physique quantique - Les deux univers (IV) Les apocryphes - Livre des secrets de Jean 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 1.09 - Le model E 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - C-1. Structure interne Chasse aux sorcières - Témoignages 5 - Psychologie spirituelle - Sommeil Les apocryphes - Evangile de Philippe Les apocryphes - La première apocalypse de Jacques Théosophie - La voie du silence 3/3 Apocryphes gnostiques - Evangile selon Thomas Méditations - Cosmic Bouddha Rose-Croix - Le mystère des deux âmes dans l'homme (II) Musique - Deva Premal et Miten - Gayatri Mantra 5 - Psychologie spirituelle - Etat d'isolation 3 - Extraits de l'enseignement - Source 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - A-2. Définition Agnosticisme - Définition Rose-Croix classique - Rosenkreuzer Les secrets de la Rose-Croix Les apocryphes - Prière de l'apôtre Paul 3 - Extraits de l'enseignement - Souffrance du repentir 1 - Présentation du site - b - Mode d'emploi Physique quantique - L’effet Aharonov-Bohm Chasse aux sorcières - Instauration d'une commission d'enquête permanente sur les violations des droits de l'homme Ecrivains, poètes - A. Jodorowsky au Maelström Festival Dante - Dante - La divine comédie Tantrisme - Margot Anand : Le tantra Sky Dancing Les apocryphes - La seconde apocalypse de Jacques 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 9 - Liens sur ce thème Bouddhisme Originel - La langue « Senzar » 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - A-4. traditions, références 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - B-1. But de l'Ecole spirituelle Krishnamurti - Les maisons de paix Sciences - Trous noirs 4 - Anatomie spirituelle - Corps de feu ou corps âme Gnose Perse - Sohravardi et la voie de l'illumination 3 - Extraits de l'enseignement - Chaos Dossier Grippe A - 0 - Point de départ : Série de questions Marsile Ficin - Marcile Ficin - Citations Gnoses - De l'homme matière à l'homme lumière Vaccination en question - Citations sur la vaccination Chakras, Pranas, Energies - Aura Colour Meanings 5 - Psychologie spirituelle - Accomplir 4 - Anatomie spirituelle - Corps matériel 6 - Micro-Corpus Atomicus - Rayons - Le 2ème Gnoses - La barque celeste Zen & Zazen - Un zen occidental (Critique) Rainer Maria Rilke - R.M Rilke - Biographie Chants - Chorales - Rabia al Adawiyya Bouddhisme Originel - Vinaya Pitaka - Citations 5 - Psychologie spirituelle - Etat d'être magique naturel 3 - Extraits de l'enseignement - Structure 4 - Petit manuel à l'usage des citoyens - Bush accusé de meurtre 4 - Anatomie spirituelle - Sang (Bible) 3 - Extraits de l'enseignement - Amour véritable 5 - Psychologie spirituelle - Etat de souffrance Gouvernement mondial: Le Grand Jeu - Les Projets de David Rockefeller Gouvernement mondial: Le Grand Jeu - Grippe A : Français On Vous Cache La Verité ! (Vidéo) Krishnamurti - La dissolution de l'ordre de l'Etoile 3 - Extraits de l'enseignement - Supérieur et inférieur 8 - Macro-Corpus atomicus - Système solaire & stellaire La doctrine secrête - 1.0 - Introduction aux 7 Stances 3 - Extraits de l'enseignement - La mort Gnose et sexualité - La séxualité: Elixir des Roses Croix (3) 1 - Les serviteurs de l'occulte - Energie : la découverte de Mr Rothschild 5 - Psychologie spirituelle - Etat de conscience nouveau 3 - Extraits de l'enseignement - Abimes Gnose et sexualité - L’origine gnostique de la vision négative de la sexualité chez saint Augustin 5 - Psychologie spirituelle - Etat naturel 5 - Psychologie spirituelle - Judas 3 - Extraits de l'enseignement - La symbolique de l'arbre 5 - Psychologie spirituelle - Les yeux, le regard 5 - Psychologie spirituelle - Abnégation Dossier Grippe A - Une pandémie de profit! 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - C-2. Implantation géographique 3 - Extraits de l'enseignement - Symbole de l'incomplétude 4 - Petit manuel à l'usage des citoyens - Plainte pour génocide et autres crimes contre l'humanité 045 - Cameroun - Rose-Croix d'Or Histoire de la Gnose - Néoplatoniciens et gnostiques 4 - Anatomie spirituelle - Chakra de la gorge Les apocryphes - L'Evangile de la vérité 3 - Extraits de l'enseignement - La Force Sidérale 5 - Psychologie spirituelle - Etat de réveil spirituel Mythologies - Le mythe du Déluge partie Témoignages - La vie à l’état pur - N.Sarraute Comenius - Coménius: Biographie 4 - Anatomie spirituelle - Sang Illuminisme - Le décalage entre les Lumières et les Illuministes 3 - Extraits de l'enseignement - L'évolution: Les grands étapes de l'aventure humaine Gustav Meyrink - G. Meyrink - Clés pour comprendre Meyrink 1/2 2009 - N°4 - 01 - Introduction Dossier Grippe A - Vaccination Obligatoire - Cellule de Crise Sanitaire Citoyenne 5 - Psychologie spirituelle - Franc-Maçonnerie de la Pierre Angulaire 4 - Anatomie spirituelle - Cordon du grand sympathique 0 - Sommaire de la RCO - 0 - Liste des Catégories 4 - Petit manuel à l'usage des citoyens - 3. Les textes de loi pour crime contre l'humanité 3 - Extraits de l'enseignement - Corps Ethérique - L'Ether mental ou réflecteur Dossier Grippe A - Grippe A : Vaccin ou arme de destruction massive ? Plainte FBI : Jane Burgermeister Dossier Grippe A - Se protéger naturellement contre ... le vaccin! 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 3 - L'idéologie des Maîtres du Monde Classique - La flûte enchantée Arts Graphiques - Shambhala - La ville des Dieux vivants Islam - L'Islam: une volonté hégémonique? Boutique en ligne - Tarifs postaux 5 - Psychologie spirituelle - Etat d'être 4 - Anatomie spirituelle - Corps éthérique 3 - Extraits de l'enseignement - Glandes - L'éthmoïde 3 - Extraits de l'enseignement - Forces noires atlantéennes et aryennes 3 - Extraits de l'enseignement - Symbole du chameau et du Dragon 4 - Anatomie spirituelle - Sanctuaire du coeur Géophyique - L'inversion des pôles a déjà commencé 5 - Psychologie spirituelle - Calme 5 - Psychologie spirituelle - Etat d'esprit La Voix d-Or de Bouddha - La Vérité est aveuglante 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atomes rassenblés HP Blavatsky - H.P Blavatsky - Bibliographie World Danse - La compagnie Al Masirâ Café Gnose - Le Catharose (Belgique) Activités - 1.0 Notre calendrier 4 - Anatomie spirituelle - Système électromagnétique Christianisme - Les enseignements de Jésus - 13 5 - Psychologie spirituelle - Coeur céleste Poésie - Charles Beaudelaire - Hymne Catharisme - La fin des cathares 3 - Extraits de l'enseignement - Symbole du devenir conscient 1 - Présentation du site - d - Comment créer un site 5 - Psychologie spirituelle - Etat d'homme véritable Calendrier des rencontres - 3.0 Calendriers des amis (Tous les thèmes) Tantrisme - De la dualité à l'unité par Paule Salomon 2 - Philosophie de la RCO - 12 - La réalité de l'homme nouveau 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - D-1. Mode de vie Documentaires - L'ile aux fleurs 3 - Extraits de l'enseignement - Abram Gnose et éducation - Edu-cadeau 5 - Psychologie spirituelle - Etat d'endormi Catharose de Pétrie - Catharose de Pétrie - Biographie Illuminisme - Qu’est-ce que l’Illuminisme ? Théorie des 2 races - L'humanité abriterait-elle deux races bien distinctes ? Dossier Grippe A - 1.0 Synthèse sur la grippe « A-H1N1 Poésie - Cela est Physique quantique - Les deux univers (V) 5 - Psychologie spirituelle - Etat humain naturel Eau, mémoire et transmutation - Eau Diament 2/5 4 - Anatomie spirituelle - Sang (Autres citations) Gurdjieff - Monsieur Gurdjieff par Julius Evola 4 - Petit manuel à l'usage des citoyens - 2.01 La triple grève, pour sauver la planète et l'humanité 4 - Anatomie spirituelle - Corps de l'homme Calendrier des rencontres - 2.0 Rencontres avec la Rose-Croix d'or Gnose égyptienne - Dualité de l'être humain 3 - Extraits de l'enseignement - Symbole du soleil - Or 5 - Psychologie spirituelle - Etat de neutralité pranique Rose-Croix - Coménius: L'unique nécessaire 3 - Extraits de l'enseignement - Les trois corps de l'enseignement Bouddhisme Originel - Glossaire Les apocryphes - Liste des traités de la bibliothèque copte de Nag Hammadi Marsile Ficin - Marcile Ficin - Biographie Gouvernement mondial: Le Grand Jeu - Vidéo fiction : attaque biologique contre les peuples Arts Graphiques - A la recherche de la Lumière Cinéma - Agora Eau, mémoire et transmutation - Eau diament 5/5 Reiki - Reiki Dossier Grippe A - Les fabricants de vaccins contre la grippe H1N1 viennent d’obtenir l’immunité juridique 4 - Anatomie spirituelle - Pingala 5 - Psychologie spirituelle - Etat astral 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atome 5 - Psychologie spirituelle - Etat de maturité de l'Ame Dossier Grippe A - Une pandémie de profit! Gnose manichéenne - Mani, le don de la Lumière Les apocryphes - 0 - Notes Les apocryphes - Apocryphon de Jean HP Blavatsky - H.P Blavatsky - Biographie 3 - Extraits de l'enseignement - Corps magnetique libérateur 3 - Extraits de l'enseignement - Le péché originel / La chute 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atome Christ 5 - Psychologie spirituelle - Accoutumance Christianisme - Les enseignements de Jésus (1) Théosophie - Septénaire (Théosophie) 4 - Anatomie spirituelle - Corps vital Bouddhisme Originel - Qu'est-ce que vipassaná ? Hindouisme - Le secret de la reconnaissance du coeur Gnoses - L'Aventure Humaine 4 - Anatomie spirituelle - Système intellectuel 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 1.11 - Amplification des sources d'Energie Les apocryphes - Prôtennoia trimorphe 3 Gurdjieff - Biographie - Gurdjieff Zen & Zazen - La méthode est une absence de méthode Tantrisme - Tantra: Méditations des chakras Rose-Croix - Comenius: Le Labyrinthe du Monde et le Paradis du Coeur Biologie - Dr popp: L'homme: un capteur de lumière 3 - Extraits de l'enseignement - Chakras Les apocryphes - Le Dialogue du Sauveur Géométrie - Relativité d'échelle et cosmologie Hindouisme - Shiva Critiques du site 4 - Anatomie spirituelle - Corps de l'ordre de secours Hindouisme - L'être gnostique - Sri Aurobindo Psychologie - Soumission à l'autorité - expérience de Milgram 1 - Présentation du site - a.1 - Objectifs de ce site 3 - Extraits de l'enseignement - Symbole de la liaison chakra Coeur-Pinéale Rudolf Steiner - R. Steiner - L'initiation (vidéo) Dossier Grippe A - Grippe A : Première action pénale en France Catharisme - 1. Le triomphe de la Gnose Universelle 5 - Psychologie spirituelle - Le rêve du puits Sciences - Voyage aux confins de l'univers Sciences - Physique Quantique Ce Que L'on Percoit 6 - Micro-Corpus Atomicus - Coeur central du microcosme Dossier Grippe A - Grippe A H1N1 : Interview de Jane Burgermeister Ouverture du chemin - Première révélation 3 - Extraits de l'enseignement - La création divine 3 - Extraits de l'enseignement - La légende de Baalsen Sciences - Exoplanète - Découverte scientifique de l'année Biologie - J.Bousquet: Nouvelles approches de la vie Gnose et science - Introduction Chasse aux sorcières - Témoignage sur le déprogramming 3 - Extraits de l'enseignement - Macrocosme 5 - Psychologie spirituelle - Etat statique Témoignages - La dissolution - J.A.Sydmonds 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atomes Carbone, Azote, hydrogène, Oxygène 5 - Psychologie spirituelle - Etat dialectique 5 - Psychologie spirituelle - Etat d'homme céleste 4 - Anatomie spirituelle - Corps physique nouveau 5 - Psychologie spirituelle - Etat d'Ame-Esprit 2009 - N°4 - 03 - La lumière de la nature 3 - Extraits de l'enseignement - Capharnaüm 3 - Extraits de l'enseignement - Caveau funéraire Krishnamurti - Méditation 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atome - Unité de l'univers Tantrisme - Manifeste pour une sexualité consciente par D.Vincent 5 - Psychologie spirituelle - Etat mysthique Cinéma - Spirit World Les apocryphes - De l’Origine des Puissances Catholicisme - Tous les chemins ne mènent pas à Rome... Sciences - Naissance de la terre Energie libre - Tour d'horizon sur l'énergie libre Témoignages - La porte s’est ouverte - J.Boehme Rose-Croix et Franc-Maçonnerie - La Rose-Croix et la Franc-Maçonnerie anglaise 3 - Extraits de l'enseignement - Commandements 5 - Psychologie spirituelle - Etat matière Chakras, Pranas, Energies - The Human Body Energy Centers, Beautiful! Sciences - Pythagore - Les symboles 3 - Extraits de l'enseignement - Souffrance de l'âme 3 - Extraits de l'enseignement - Corpus Hermeticum 3 - Extraits de l'enseignement - Catéchisme de Heidelberg Bouddhisme Originel - Vinaya Pitaka 4 - Anatomie spirituelle - Cancer 4 - Anatomie spirituelle - L'oeil 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 1.02 - Historique 3 - Extraits de l'enseignement - Miicrocosme Relativité - Vers une réhabilitation de l'éther 3 - Extraits de l'enseignement - Nature, culture et surnature Bouddhisme Originel - Bouddhisme theravāda 4 - Anatomie spirituelle - Chakras (les sept nouveaux) 3 - Extraits de l'enseignement - Structure du rituel gnosqtique Chants - Chorales - Le Saama - Chants Soufis Musique soufie - Zein Mahmoud Chasse aux sorcières - Les résistances aux groupes religieux minoritaires en France Témoignages - La méditation, sa plus belle évasion Gnose et éducation - Créer de l'espace, élargir le regard Physique quantique - Les deux univers (II) Théosophie - La voie du silence 2/3 Yoga - Shiva Samhita 3 - Extraits de l'enseignement - Caducée 3 - Extraits de l'enseignement - Calendrier (Pyramide de Giseh) Gouvernement mondial: Le Grand Jeu - Control de l'esprit par le gouvernement 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 2 - Les projets des Maitres du Monde 5 - Psychologie spirituelle - Etat actuel : l'être moi Suicide et catastrophes - Suicides collectifs et individuels Témoignages - Conscience de l’être - H. F. Amiel Bouddhisme - Mooji - "Victime" n'est qu'une pensée. 1 - Les pouvoirs occultes - 11 septembre: attentat ou aubaine ? Bouddhisme Originel - Le Pali 4 - Anatomie spirituelle - Systèmes du corps et microcosme Le cycle d'antioche - Le cycle d'antioche 3 - Extraits de l'enseignement - Transfiguration 1/4 3 - Extraits de l'enseignement - Esprit 4 - Anatomie spirituelle - Sanctuaire du bassin 9 - Matière-Esprit - Substance électromagnétique Dossier Grippe A - La grippe A (H1N1) vue par Marc Vercoutère Témoignages - Un satori - Bassui 2 - Philosophie de la RCO - 10 - Pureté du Sang et Nouveau Penser Gouvernement mondial: Le Grand Jeu - 0 - Le grand jeu - La grande illusion Chasse aux sorcières - OMNIUM : Appel à témoignage 3 - Extraits de l'enseignement - Source des sens Eau, mémoire et transmutation - Eau Diament 1/5 8 - Macro-Corpus atomicus - Matéria prima Chakras, Pranas, Energies - Chakra Balancing Meditation music Very Intense 3 - Extraits de l'enseignement - Mantrams 3 - Extraits de l'enseignement - Corps Ethérique - L'Ether feu ou électrique 4 - Anatomie spirituelle - Système Foi-Rate Islam - Les secrets du jeûne Cinéma - Baraka 4 - Anatomie spirituelle - Capsule surrénale Théosophie - Trois Propositions de la Doctrine Secrète 3 - Extraits de l'enseignement - Âme 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - 1 - Présentation de la Rose-Croix d'Or Dossier Grippe A - Grippe A : un cheval de Troie placé dans l’effondrement économique de l’automne ? Gouvernement mondial: Le Grand Jeu - Le projet Blue Beam Gnose et éducation - L'âme et les forces de la nature Catharose de Pétrie - Catharose de Pétrie - Bibliographie Astrophysique - La lumière à vitesse variable Sciences - Physique quantique et Kabbale Rose-Croix - LIVRE : La fraternité de shamballa 3 - Extraits de l'enseignement - Transfiguration 4/4 5 - Psychologie spirituelle - Etat de frères et soeurs Sciences - Multiplication et géométrie La voie Toltèque - LA VOIE TOLTEQUE DE LA LIBERTÉ 3 - Extraits de l'enseignement - Structure de lignes de force 3 - Extraits de l'enseignement - Stratum - Strata 6 - Micro-Corpus Atomicus - Rayons - Les 7 rayons 5 - Psychologie spirituelle - Accueil (nocturne) Avant propos 3 - Extraits de l'enseignement - Le jardin d'Eden 4 - Anatomie spirituelle - Corps magnétique nouveau 3 - Extraits de l'enseignement - Symbole de l'évolution Cinéma - « Chronos » Physique quantique - Antimatière, univers parallèles... 0 - Sommaire des auteurs - Liste des articles Physique quantique - Le rôle de la conscience 4 - Anatomie spirituelle - Système magnétique Gnose et éducation - L'importance de la jeunesse 4 - Anatomie spirituelle - Corps terrestre 2 - Philosophie de la RCO - 09 - Révolution cosmique et libération 4 - Anatomie spirituelle - Corps éthérique illuminé Krishnamurti - Qui apporte la vérité ? Krishnamurti - Biographie de Krishnamurti 5 - Psychologie spirituelle - Abolition Lutte anti-secte - L'interview de Jean-Luc Martin-Lagardette 5 - Psychologie spirituelle - Abattement Histoire de l'atome - Découverte de l'atome Gouvernement mondial: Le Grand Jeu - Grippe A - L' A-rnaque (Vidéo) 5 - Psychologie spirituelle - Etat du coeur 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - B-4. Ce que l'Ecole apporte aux hommes Zen & Zazen - Pratique de la non-pensée (Wou-Nien) Les apocryphes - Evangilion Marcionite Gnoses - Rose-Croix d'Or :Enseignement 6 - Micro-Corpus Atomicus - L'homme microcosme 3 - Extraits de l'enseignement - Symbole du soufre 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atome du Coeur 5 - Psychologie spirituelle - Etat de conscience cosmique Nouveaux paradigmes - La déclaration d'intention 4 - Anatomie spirituelle - L'éthmoïde 5 - Psychologie spirituelle - Etat de conscience particulier Sciences - La Theorie De La Relativite 5 - Psychologie spirituelle - Etat psychique et spirituel Soufisme - Rumi et le soufisme (En) 4 - Anatomie spirituelle - Le foie Physique quantique - Physique, matière et conscience Hindouisme - La Triple Transformation - Sri Aurobindo Catharisme - La vie des Cathares 5 - Psychologie spirituelle - Accusation Chamanisme - Archontes, flyers et reptiliens. Par John Lash 1 - Présentation du site - c - Espace rédacteur Gnose et sociologie - Gnose et idéologies modernes Bassui - Bassui - Biographie Evènements - Une journée sur la Gnose Libanaise Tantrisme - La Vie est ce que l'on en fait 3 - Extraits de l'enseignement - Souffrances Islam - Le Coran et le voile 1: S.24 v.31 Léon Chestov - Léon Chestov - Biographie 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - C-4. Statuts, organisation, coûts 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - C-5. Structure de contact 2 - Philosophie de la RCO - 02 - La reconstitution du temple intérieur Vaccination en question - Silence, on vaccine (vidéo) Sciences - Sciences et traditions: Conférence de J. Bousquet Illuminisme - Le 18e Siècle : celui des Lumières ou de l’illuminisme ? Islam - Le Coran et le voile 2: S.24 v.31 5 - Psychologie spirituelle - Etat imparfait 3 - Extraits de l'enseignement - Symbole du Triangle 3 - Extraits de l'enseignement - Source d'Eau vive 3 - Extraits de l'enseignement - Le processus de libération 3 - Extraits de l'enseignement - Symbole de l'aigle 3 - Extraits de l'enseignement - Cathares Comenius - Comenius rosicrucien et pédagogue de la paix Rudolf Steiner - Rudolf Steiner's Esoteric Lessons Hindouisme - L'Ascension vers le Supramental - Sri Aurobindo 3 - Extraits de l'enseignement - Symbolisme 3 - Extraits de l'enseignement - Le Prana 4 - Anatomie spirituelle - Sympathique (le grand) Kabbale - Existe-t-il une force supérieure ? 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 1.05 - Introduction descriptive des armes silencieuses 3 - Extraits de l'enseignement - Corps Ethérique - Les éthers naturels 3 - Extraits de l'enseignement - Caducée Rose-Croix et Franc-Maçonnerie - La Rose-Croix ésotérique et christique 5 - Psychologie spirituelle - Etat Christique humain 2 - Philosophie de la RCO - 01 - L'illusion du monde 2 - Philosophie de la RCO - 11 - Rôle d'une école transfiguristique 3 - Extraits de l'enseignement - Corps Ethérique - Les Ethers nerveux 3 - Extraits de l'enseignement - Corps Ethérique - Les Ethers nouveaux 3 - Extraits de l'enseignement - Corps Ethérique - Rôle des 4 Ethers 3 - Extraits de l'enseignement - Corps Ethérique - Les Ethers supérieurs 2 - Philosophie de la RCO - 05 - Le revirement fondamental 2 - Philosophie de la RCO - 07 - Personnalité, Ame et Renaissance 2 - Philosophie de la RCO - 08 - La résurection de l'Homme Originel 3 - Extraits de l'enseignement - Structure de l'atome 3 - Extraits de l'enseignement - Adam et Eve, andorogynie 2008 - n°5 - 1 - L'eau vive, le remède universel Documentaires - Anima Mundi 5 - Psychologie spirituelle - Etat d'âme nouvelle 1 - Les pouvoirs occultes - 1 - La véritable structure de la société 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - A-3. Origine 4 - Anatomie spirituelle - Sécrétion interne Antonin Gadal - Antonin Gadal - Biographie Héraclite d'Éphèse - Héraclite d'Éphèse - Biographie Ondes de forme - L'énergie vibratoire des ondes de forme 3 - Extraits de l'enseignement - Les Eons et hiérarchies célestes Chakras, Pranas, Energies - Kundalini Yoga Dance the Chakras 3 - Extraits de l'enseignement - Satan 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 4. Le new-age 3 - Extraits de l'enseignement - Source de grâce Rose-Croix et Franc-Maçonnerie - La Rose-Croix au 16ème et au 17ème siècle Théosophie - La voie du silence 1/3 Symboles - Triangle Cinéma - Naqoyqatsi - Life as war 5 - Psychologie spirituelle - Etat de joie Jan van Rijckenborgh - J.V Rijckenborgh - Biographie Comment participer Bouddhisme - Dharma - Université Rimay Nalanda 3 - Extraits de l'enseignement - Caphar Salama Sciences Cognitives - La conscience fragmentée et le mythe de l’unité 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - B-2. A qui s'adresse la Rose-Croix Mani - Mani - Bibliographie Gouvernement mondial: Le Grand Jeu - 2. Conspiration cosmique 3 - Extraits de l'enseignement - ÉONS - les douze éons du zodiaque Tantrisme - Du Sexe à la Conscience Divine par Diane Bellego 3 - Extraits de l'enseignement - Enfer 1 - Les pouvoirs occultes - Armes silencieuses pour guerres tranquilles Documentaires - Génial Tesla 3 - Extraits de l'enseignement - Symbole de l'oeuf Chasse aux sorcières - Assaut sur le « Moulin des Vallées » par la MILIDUVE 3 - Extraits de l'enseignement - Source originelle Astrosophie - Astrosophie de François Brousse 5 - Psychologie spirituelle - L'auto-franc-maçonnerie de l'homme nouveau 3 - Extraits de l'enseignement - Philosophie de la Rose-Croix 3 - Extraits de l'enseignement - Les Ecoles des Mystères Histoire de la Gnose - Gnose chrétienne: Les 1ers siècles Boris Mouravieff - Ouspensky, Gurdjieff et les Fragments d'un Enseignement inconnu Rose-Croix et Franc-Maçonnerie - Modeste historique Gurdjieff - Gurdjieff - Sa mission 5 - Psychologie spirituelle - Abandonner, l'abandon de soi même Templiers - Le secret des Templiers Orient - Mani, Christ d'Orient, Bouddha d'Occident Douglas Harding - Douglas Harding - Biographie Ondes de forme - Les travaux de Georges Lakhowsky Gnose et mythologie - Indiens Hopis - Histoire de l'humanité Cinéma - Matrix : Lh'éritage gnostique au secours de l'humanité Astrophysique - Soupe primordiale Eau, mémoire et transmutation - Eau Diament 3/5 Boutique en ligne - Conditions générales de vente Gnose et sexualité - La séxualité: Elixir des Roses Croix (1) Apocryphes gnostiques - L'évangile de Judas Mani - Mani: La mise à mort d'un prophète Gnose Platonicienne - Idée et dualisme Krishnamurti - Krishnamurti - l'éducation créatrice 5 - Psychologie spirituelle - Etat psychique 4 - Anatomie spirituelle - Masculin - Féminin 8 - Macro-Corpus atomicus - Corps solaire Rose-Croix - Les Noces chymiques de Christian Rose-Croix Physique quantique - Origine de l'univers Nouvel humanisme planétaire - L'Esprit et la Matière 2009 - N°4 - 08 - Figures 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atome - Bouton de rose Rose-Croix - Epîtres de Paul: science de la Lumière Comenius - Comenius: Enseigner tout à tous et toutes 4 - Anatomie spirituelle - Corporéïté 2009 - N°3 - le courage d'accéder à la connaissance La doctrine secrête - 1.1 - Les 7 stances Zen & Zazen - Sacralisation du corps et culte du néant Uni-vers, Uni-verse-eaux - Musique des sphères Sohravardi - Sohravardi - Biographie Les apocryphes - La Sagesse de Jésus le Christ Illuminisme - Le mouvement illuministe : Ecoles et «Grandes Figures ». 3 - Extraits de l'enseignement - Abraxas Chakras, Pranas, Energies - Alex Grey - Chakra Kundalini Awakening Bouddhisme - Mooji - Ce que le Bouddha a découvert Peuples & peuplades - Les Roms (Film) Les apocryphes - L'épitre apocryphe de Jacques 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 1.15 - La logistique 2009 - N°4 - 06 - Que se passe-t-il dans le cerveau lors du renouvellement de la conscience ? Ecrivains, poètes - Alejandro Jodorowsky- Constellation 3 - Extraits de l'enseignement - La grotte de Lornbrives, la cathédrale Cathare 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 1.10 - Introduction aux amplificateurs économiques 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - B-3. Édifier un nouvel axe de vie Gnose et médecine - Les chakras dans le corps humain Articles - L'expérience de la Béatitude 2009 - N°4 - 07 - La souffrance du monde (Nouvelle) Suicide et catastrophes - Catastrophe cosmique Membres du projet Gnoses - Gnose: Qui était Jésus Musiques - Irfan, révélation Soufi Kafka - Franz Kafka - Biographie Le pessimisme philosophique - Leopardi platonicus 3 - Extraits de l'enseignement - Corps vivant 8 - Macro-Corpus atomicus - Coeur du Gobi 8 - Macro-Corpus atomicus - Coeur Christique cosmique Soufisme - Pir Vilayat Inayat Khan Krishnamurti - L’incomparable lumière de l’enseignement de Krishnamurti Dossier Grippe A - Grippe A: Réduire la Population, selon un expert Russe 3 - Extraits de l'enseignement - La femme 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atome - Etat véhiculaire 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 1.06 - Energie : la découverte de Mr Rothschild 5 - Psychologie spirituelle - Etat du groupe 0 - Sommaire de la RCO - RCO: Ce qu'en pensent les autres 3 - Extraits de l'enseignement - Corps Ethérique - Libération des Ethers 4 - Anatomie spirituelle - Chakra du sacrum 5 - Psychologie spirituelle - Le sommeil 1 - Présentation du site - a.2 - Quelques recommandations 045 - Cameroun - Culture du cameroun Bouddhisme - Mooji - Qui est tu sans ton mental? 3 - Extraits de l'enseignement - Catholicisme romain Cinéma - La Belle Verte 5 - Psychologie spirituelle - Etat d'âme vivante 4 - Anatomie spirituelle - Le sternum Soufisme - Le Samaa, chant soufi 2 - Philosophie de la RCO - 06 - L'homme et les mondes invisibles 4 - Anatomie spirituelle - Le cerveau, Sanctuaire de la tête 4 - Anatomie spirituelle - Corps de l'âme 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 2.1 Les maîtres du monde et leurs implants 3 - Extraits de l'enseignement - Les 3 Kundalinis Biologie - Lumière et comportement cellulaire 3 - Extraits de l'enseignement - Symbole de la Rose: la réalisation Tantrisme - Les deux voies du Tantrisme Dossier Grippe A - Combattre les effets du vaccin par le Dr Blaylock Krishnamurti - Relations Avant propos - Science et spiritualité : un nouveau dialogue ? 4 - Anatomie spirituelle - L'Odorat Rohit Mehta - Rohit Mehta - Bibliogaraphie Jésus Christ - Jésus et l'orient Arts - Woman in art 4 - Anatomie spirituelle - Sanctuaire de la tête 9 - Matière-Esprit - Substance originelle 4 - Anatomie spirituelle - Sanctuaires (les trois) 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - A-5. Notions clés 2009 - N°3 - La quatrième dimension Sciences - La théorie des cordes 4 - Anatomie spirituelle - Cavités cérébrales Physique quantique - Les deux univers (III) Témoignages - L’éveil de l’attention - R.Steiner Gnose soufie - Le soufisme - Définition & histoire Rose-Croix classique - Les Noces chymiques 3 - Extraits de l'enseignement - La Fraternité universelle/ les envoyés 3 - Extraits de l'enseignement - Les trois corps universels Illuminisme - But de l'illuminisme Encyclopédie - Encyclopédie du savoir relatif et absolu 3 - Extraits de l'enseignement - Corps céleste et corps terrestre 4 - Anatomie spirituelle - Corps mental 9 - Matière-Esprit - Substance astrale Définitions de la Gnose - Henri Corbin - La science et la gnose 3 - Extraits de l'enseignement - La Foi Mani - Mani - Biographie Arts - Divine Harmonie: La géométrie sacrée Gnose Carpocratienne - Disciples gnostiques de Carpocrate Gnose égyptienne - Le corpus hermeticum Gustav Meyrink - G. Meyrink - Clés pour comprendre Meyrink 2/2 Gnose et éducation - Un rêve vivant Astrophysique - Quand la décélération cause l'accélération! Dossier Grippe A - Citations médicales sur les vaccins 3 - Extraits de l'enseignement - Groupe: Force et unité de groupe Dossier Grippe A - Vaccin de l’hépatite B : une bombe à retardement ! 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 1.16 - L'utérus artificiel 9 - Matière-Esprit - Substance de l'âme 5 - Psychologie spirituelle - Etat sensoriel Gnoses - Rose-Croix d'Or : mouvement Gnostique 3 - Extraits de l'enseignement - Principe féminin & principe masculin Chakras, Pranas, Energies - Chakras Sciences - Champ magnétique terrestre Bouddhisme - Mooji - Découvre qui tu es maintenant Francesca-Yvonne Caroutch - F.Y Caroutch - Biographie Gnose et éducation - Travail pour la jeunesse (Extrait Démasqué) Christianisme - Jésus et la Déesse égarée 3 - Extraits de l'enseignement - Cèdres du Liban Définitions de la Gnose - Qu'est-ce que la Connaissance (Gnose) ? Théosophie - Les Dix Points de l'Isis Dévoilée Rudolf Steiner - Rudolf Steiner - Biographie 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 1.03 - Introduction politique 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - D-2. liberté de conscience Physique quantique - Les deux univers (I) 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atome étincelle d'Esprit 5 - Psychologie spirituelle - Etat d'enfant de Dieu 4 - Anatomie spirituelle - Le coeur et l'émotivité 5 - Psychologie spirituelle - Cinq propriétés de l'âme 3 - Extraits de l'enseignement - Instinct primitif: Désir primordial de Lumière 5 - Psychologie spirituelle - Etat animal 4 - Anatomie spirituelle - Système Tête-Coeur 3 - Extraits de l'enseignement - Symboles, langage universel 4 - Anatomie spirituelle - Chakra de la pinéale 3 - Petit manuel à l'usage des maîtres du monde - 1.01 - Introduction Histoire de la Gnose - Rose-Croix Gnoses - Initiation Les mythes - Les quatres coursiers d'abraxas 5 - Psychologie spirituelle - Etat humain Originel 4 - Anatomie spirituelle - Pinéale 1 - Les serviteurs de l'occulte - le CFR est au-dessus du gouvernement Les apocryphes - L’Apocalypse de Paul Hindouisme - La Vie Divine - Sri Aurobindo 3 - Extraits de l'enseignement - Cela - Tao 2 - Philosophie de la RCO - 04 - Les deux aspects de notre ordre de vie Soufisme - Ahmad al-Alawi Gnose et sociologie - Entretien avec Ervin Làszlô 9 - Matière-Esprit - Lumière, Chaleur, son Gnose et sociologie - La transformation du monde Tantrisme - Le tantrisme du cachemir 3 - Extraits de l'enseignement - Catholiques romains Gnose et sexualité - LE SEXE ET LES RELIGIONS 3 - Extraits de l'enseignement - La création divine 3 - Extraits de l'enseignement - A la recherche d'un chemin d'éveil Poésies - SACRIFICE The Dark Night of the Soul 3 - Extraits de l'enseignement - Absolu Cinéma - Avatar 3 - Extraits de l'enseignement - L'ici-bas et l'au-delà : l'activité de la sphère réflectrice Zen & Zazen - Un Zen occidental 3 - Extraits de l'enseignement - Sacrum Krishnamurti - Transformation 3 - Extraits de l'enseignement - Corpus Christi Sciences Cognitives - Le casque qui mène à Dieu Chakras, Pranas, Energies - The Illuminated Chakras by Anodea Judith 8 - Macro-Corpus atomicus - Coeur de la terre Gnose et éducation - Projet éducatif pour l'humanité (Coménius) Illuminisme - Evolution et sources de l’illuminisme Cinéma - Matrix ou la caverne de Platon Tantrisme - Et si Dieu était une femme? Par Amrita Zen & Zazen - Enseignants de Zen 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atomes - Au nombre de 7 4 - Anatomie spirituelle - Le Coeur 5 - Psychologie spirituelle - Etat Poïmandrès 3 - Extraits de l'enseignement - Structure cosmique Marsile Ficin - Marcile Ficin - Bibliographie 5 - Psychologie spirituelle - Cinq lois fondamentales 5 - Psychologie spirituelle - Etat d'âme Arts - Dans les secrets de léonard de vinci 2009 - N°4 - 05 - La prison des sens 5 - Psychologie spirituelle - Accomplissement 4 - Anatomie spirituelle - Corps groupe 4 - Anatomie spirituelle - Chandellier à 7 branches 5 - Psychologie spirituelle - Etat de Vie 4 - Anatomie spirituelle - Chakras Sciences - Propriété du temps 3 - Extraits de l'enseignement - Transfiguration 3/4 Tantrisme - Généralités 1 - Ecole Rose-Croix d'Or - D-3. L'Enseignement: thèmes Tantrisme - Vijñânabhaïrava Tantra 4 - Anatomie spirituelle - Corps astral 3 - Extraits de l'enseignement - Education et jeunesse Chakras, Pranas, Energies - Yoga dance therapy: Drive your blues away Gnosticisme - Le Nycthéméron d'Apollonius de Tyane Catharisme - 1.1 Introduction de Joost R. Ritman 2009 - N°4 - 02 - La vie et l'oeuvre de Paracelse Gnose et nature - Le cheval - thérapeute: miroir de nos émotions 5 - Psychologie spirituelle - Cachot des pensées 5 - Psychologie spirituelle - Etat d'illumination 3 - Extraits de l'enseignement - Structures cellulaires 5 - Psychologie spirituelle - Etat de repos 4 - Anatomie spirituelle - Matéria Magica Chakras, Pranas, Energies - Introduction to Pranic Healing 5 - Psychologie spirituelle - Etat de développement 6 - Micro-Corpus Atomicus - Atome Originel 5 - Psychologie spirituelle - Etat mental 5 - Psychologie spirituelle - Etat sacerdotal 3 - Extraits de l'enseignement - Upanishad Gnose et éducation - la conception éducative de la Rose-Croix Moderne 3 - Extraits de l'enseignement - Humanitarisme Les mythes - La genèse de l'humanité Zen & Zazen - Koan et Shikantaza Soufisme - Awhad al-dîn Balyânî 3 - Extraits de l'enseignement - ÉONS